AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.57 /5 (sur 175 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Oran, Algérie , 1971
Biographie :

Roland Fuentès, d'origine espagnole, est un nouvelliste, romancier et scénariste de bandes dessinées.

Il passe son enfance en Algérie et sa jeunnesse en Provence. Il fréquente la section sport-études natation du lycée d'Antibes. Il étudie l'allemand à l'Université d'Aix-en-Provence, passe une année à Berlin et devient professeur.

Il commence à écrire des romans, le tout premier, "Le musée", paraît en 2000. En 2003, son recueil de nouvelles "Douze mètres cubes de littérature" a été remarqué et récompensé par le Prix Prométhée de la nouvelle.

Professeur d'allemand et traducteur, il continué à publier plusieurs romans, dont "La double mémoire de David Hoog" (2004), "La Bresse dans les pédales" (2005), "Le Passeur d'éternité" (2007).

Après la naissance de l'ainée de ses enfants, il se lance dans la littérature jeunesse. Il prend un poste à mi-temps pour écrire.

Après avoir enseigné pendant 10 ans, d'abord dans le Haut-Jura, puis à Bourg-en-Bresse, il se consacre entièrement à l'écriture depuis 2007.

Roland Fuentès a publié durant plusieurs années la revue "Salmigondis", actuellement en sommeil.

Il vit dans l'Ain avec sa femme et ses filles.

+ Voir plus
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Quand La Muse rencontre Laurent Fuentès.
Citations et extraits (45) Voir plus Ajouter une citation
Ptitgateau   04 janvier 2018
Le livre qui fuit de Roland Fuentès
Une sensation étrange réveille Timéo : comme si une fourmi se promenait sur sa joue il remue la tête, quelque chose tombe sur son oreiller. Quelque chose de noir, de tout petit.

C’est un m. Un m minuscule.

Lorsque l’enfant pose le livre sur sa table de nuit, trois caractères dégringolent sur la moquette : un e, un u et un g majuscule.

D’autres caractères se sont déposés sur le drap durant la nuit. Il y a même un point et deux virgules.

- On dirait que mon livre fuit... constate Timéo, incrédule.
Commenter  J’apprécie          303
orbe   15 mai 2013
Un écrivain dans le jardin de Roland Fuentès
J'ai dû faire un air bizarre parce que je n'avais jamais imaginé qu'on puisse abandonner la lecture d'un livre. Pour moi, les livres, même les mauvais, sont auréolés de quelque chose de sacré. Il faut les terminer, comme si après avoir enclenché le processus de lecture nos yeux devaient aller au bout.
Commenter  J’apprécie          151
Zebra   16 février 2014
Le mur et l'Arpenteur de Roland Fuentès
page 94 [...] La belle saison approchait.

Des sourires éclataient dans le ciel, effarouchant quelques nuages. Des nuées de volatiles inscrivaient sur le bleu des formules cryptées, éphémères, à l'intention des cartomanciennes et des rebouteux que la venue du printemps ne manquerait pas de déloger.

La rue devenait coquette. Son pavé brillait, l'angle de ses trottoirs luisait doucement sous le trottinement de la foule qui avait basculé sans se faire prier dans la saison nouvelle. La gorge des passantes mettait le nez aux fenêtres ; les messieurs arboraient des chandails près-le-corps pour bomber avantageusement le torse. Ce nonchalant défilé de poitrines aurait pu se poursuivre jusqu'à ce que l'été conduise les passants à révéler d'autres parties de leur anatomie. Mais le ciel, cette année-là, ne l'entendait pas de cette oreille. [...]
Commenter  J’apprécie          120
wiggybis   12 septembre 2014
La balle de match de Roland Fuentès
C'est comme les bébés qui apprennent à marcher. Certains y arrivent à dix mois, d'autres à seize. Au bout du compte, ils ne marchent pas plus mal que n'importe-qui. Le tout, c'est d'être patient. Le jour où tu auras le déclic, mon Ludo, tu vas faire un malheur sur les courts !
Commenter  J’apprécie          130
murielan   14 février 2013
Monsieur Cabosse de Roland Fuentès
Monsieur Cabosse était tellement grand qu'il se cognait aux plafonds, aux portes, aux fenêtres...

Son crâne ressemblait à un champ de bosses.
Commenter  J’apprécie          130
Lucillius   27 janvier 2018
Vivant de Roland Fuentès
Mattéo était entré dans une dimension où plus rien n'a d'importance, excepté le but. Une dimension où la vie devient fatale.
Commenter  J’apprécie          120
beamag87   12 décembre 2017
Vivant de Roland Fuentès
Du coin de l'oeil, je regardais Elias. Ce gars-là semblait en toutes circonstances épanoui. Si l'obscurité n'avait pas été totale la nuit précédente dans notre chambre, je suis sûr que je l'aurais vu sourire en dormant. Pour autant, il ne ressemblait pas au ravi de la crèche. Et son sourire n'était pas un rictus de circonstance, c'était autre chose. Ça venait de très loin, de très profond. Une façon d'être vivant, un souffle très puissant, une faculté qui normalement n'existe pas sur Terre.
Commenter  J’apprécie          70
Analire   31 juillet 2016
Le livre qui fuit de Roland Fuentès
Inexorablement, le livre perd ses caractères comme un arbre ses feuilles en automne.
Commenter  J’apprécie          80
Jangelis   26 juin 2014
Tics olympiques de Roland Fuentès
Nous ne sommes pas tous égaux face aux petites contrariétés de la vie. Certains d'entre nous produisent des réactions excessives là où d'autres ne bronchent même pas.
Commenter  J’apprécie          70
Zebra   16 février 2014
Le mur et l'Arpenteur de Roland Fuentès
page 44 [...] La Fête atteignait sa vitesse de croisière. [...] On se massait au bord des tables. Il fallait pousser, pincer, enfoncer les ongles entre les côtes de ceux qui gênaient. Lorsqu'on avait conquis une place avantageuse, mieux valait assurer sa prise pour résister au terribles crocs-en-jambe qui mettaient hors d'état de nuire pour la soirée. [...] Olfan avait confiance. Rien de fâcheux ne surviendrait aujourd'hui. Il goûtait le plaisir de paraître tête nue au milieu de ses concitoyens. Il lui fallait faire un choix parmi les filles. Sous prétexte d'attraper une olive, ou un pruneau qui avait roulé sur la nappe, des luronnes se penchaient exagérément, lui présentant leurs croupes ou leurs poitrines mi-dénudées. Sans doute ces mouvements éveillaient-il la tentation chez d'autres convives, mais le soir de la Rénovation nul ne s'aventurait sur les terres de l'Arpenteur. [...]
Commenter  J’apprécie          30
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Les auteurs jeunesse

Quel livre n’est pas de René Goscinny ?

Le petit Nicolas
Astérix et Obélix
La guerre des boutons
Lucky Luke

10 questions
20 lecteurs ont répondu
Thèmes : jeunesse , littérature jeunesse , écrivainCréer un quiz sur cet auteur