AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2330005202
Éditeur : Actes Sud (14/03/2012)

Note moyenne : 3.93/5 (sur 425 notes)
Résumé :
A l'instar de ses pareils, hommes de tous âges et de toutes conditions que leur addiction au sexe a conduits devant les tribunaux puis relégués loin des "zones sensibles", le Kid, vingt et un ans, bracelet électronique à la cheville, a pour quartier général le viaduc Claybourne qui relie le centre-ville de Calusa, Floride, à son luxueux front de mer. Depuis toujours livré à lui-même, n'ayant pour ami qu'un iguane offert
par une mère passablement nymphomane, ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (68) Voir plus Ajouter une critique
caro64
  10 mai 2012
Attention, Russel Banks est de retour et confirme avec ce roman sa place de grand penseur et écrivain américain. Renouant avec ses sujets de prédilection, l' adolescence, les laissés-pour-compte, une Amérique en perte de repères et avec son regard plus aiguisé que jamais, il écrit un brûlot sur les dérives de la société américaine contemporaine.
Bienvenue à Calusa, ville que l'auteur situe à l'extrême pointe de la Floride, ville imaginaire qui ressemble comme deux gouttes d'eau à Miami. Hormis son parc national aux allures de forêt vierge d'un autre temps et ses complexes hôteliers ultra-modernes en front de mer, vous pourrez, si vous prenez le temps de vous arrêter au Viaduc, visiter sa Colonie, un endroit unique en son genre : un terrain vague, en contrebas du pont, où se sont regroupés des délinquants sexuels qui, bien qu'ayant tous purgé leur peine, sont condamnés à porter et à recharger un bracelet électronique permettant aux autorités de les localiser à toute heure du jour et de la nuit ; délinquants qui sont aussi condamnés à rester hors d'un périmètre dit de sécurité de 750 mètres, ayant en son centre tout endroit susceptible d'abriter des enfants - en faisant tous les calculs nécessaires, cette seconde contrainte ne laisse à ces hommes comme possibilité pour vivre, que ce bourbier, un infréquentable hall d'aéroport et des marécages. Curieux, vous descendez voir en faisant extrêmement attention, l'endroit étant pour le moins escarpé ; et voici que vous apercevez des silhouettes répondant aux noms étranges de Paco, le Grec, P.C, Rabbit qui résident tous là, masquant derrière ces pauvres abréviations et autres pseudonymes ce qu'il reste d'eux, c'est-à-dire des êtres humains sans avenir, en situation de survie quotidienne, privés de rédemption. Un homme détonne au milieu de ces fantômes plus ou moins coupables : il se fait appeler le Kid, bien qu'il ne soit plus un enfant. Mais si personne ne sait vraiment pourquoi il se fait appeler comme ça, tout le monde peut convenir que ce surnom lui va plutôt bien du fait de sa petite taille et de son allure chétive. Il vit dans une tente en compagnie d'Iggy, son fidèle iguane qui l'accompagne depuis ses jeunes années et lui sert tout à tour de gardien, attaché à un parpaing, ou de camarade muet. Outre cette tente et quelques affaires, le Kid possède un vélo et il a un petit boulot dans un restaurant qui lui permet de subvenir à ses modestes besoins.
Cet homme, nous allons le suivre, découvrir qui il est, apprendre pourquoi il est là au travers de ses souvenirs et au travers d'une rencontre qui bouleversera sa vie, celle d'un homme monstrueux (il est plus qu'obèse, énorme) qui se fait appeler Le Professeur. Ce dernier travaille à la faculté et traîne derrière lui une réputation de génie. Il est descendu jusqu'à ce cloaque dans le but d'étudier le cas de délinquants sexuels. Les échanges vont emmener les deux hommes bien plus loin qu'ils ne le pensaient…
Russell Banks revient donc quatre ans après La Réserve, roman qui m'avait déçue, du moins en comparaison de ses magnifiques American Darling ou de beaux lendemains. Ce nouveau livre, inspiré d'un fait divers réel (l'affaire dite du "Julia Tuttle Causeway", histoire d'un campement sauvage fondé par un groupe de délinquants sexuels à Miami), est une fulgurante réflexion sur les dérives de notre société prisonnière de ses schémas et de ses peurs. Ce roman propose un voyage inédit au coeur de ces ténèbres d'une nouvelle ère et, grâce à sa structure qui multiplie les angles et les surprises narratives, évite les mirages du manichéisme et du racolage (sans jamais nier la crudité, voire la violence de son thème) et les réponses péremptoires. Lentement, il creuse son sujet, accumule les strates, emmène son lecteur dans d'étranges directions sans jamais sacrifier son ambition au confort de celui-ci, jusqu'aux confins d'un hypothétique après.
Avec une désarmante acuité, Russell Banks nous livre une histoire animée de cette formidable humanité qui traverse ses meilleurs livres et qui en a fait depuis plusieurs années un sérieux candidat au prix Nobel de Littérature - son oeuvre associant style, profondeur et défense de valeurs humanistes, avec une constante justesse.
Ce livre ambitieux et dérangeant, nous interroge, nous interpelle et ne nous laisse pas indifférent !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          403
tamara29
  27 avril 2013
Russel Banks est -à mes yeux- l'un des meilleurs romanciers contemporains américains. de sa belle plume souvent sombre, il dépeint les exclus, les minorités et les marginaux avec tant de réalisme qu'il semble les avoir étudiés et côtoyés longuement.
« Lointain souvenir de la peau » me faisait de l'oeil depuis des mois mais, j'avais quelques hésitations du fait du thème même des délinquants sexuels. Et je finissais toujours par commencer un autre roman moins « dérangeant ».
Finalement, je m'y suis risquée et je n'ai pas regretté. Je crois d'ailleurs que cette lecture me restera en mémoire pendant un certain bout de temps.
Banks nous raconte la réalité de ces déviants sexuels aux Etats-Unis par l'histoire du Kid, un jeune délinquant sexuel, et de sa rencontre avec un professeur de sociologie (aussi intelligent qu'obèse) souhaitant étudier les sans-abri et les délinquants en tout genre.
Tous deux ont un rapport au corps (et aux autres) (le premier qui ne s'est plus touché depuis sa condamnation et le deuxième boulimique à l'extrême) qui ressemble à un lointain souvenir de la peau. (Mais on pourrait aussi parler de leur addiction respective : le sexe virtuel et la nourriture).
Le Kid est un jeune homme de 21 ans, naïf, vierge et qui a pour seul ami son iguane Iggy. Son seul lien avec le monde se fait par le biais d'Internet ; le virtuel faussant alors sa vision du réel et de la relation aux autres (sites pornographiques, etc.).
Condamné à porter pendant 10 ans un bracelet électronique à la cheville, à rendre des comptes à la société, obligé à résider dans le Comté mais à qui il est interdit de s'approcher à moins de 800 mètres de tout lieu fréquenté par les enfants, soit par équation, de toute école, lieu public, etc., il n'a donc d'autre choix que de vivre sous un viaduc (en Floride) avec les autres condamnés et déviants sexuels de toute sorte.
Si j'ai été quelque peu déçue par une partie du livre -le mystère qui entoure le professeur que j'ai trouvé un peu rocambolesque-, l'histoire du Kid n'en reste pas moins touchante et captivante. Et, en nous faisant aussi sourire, notamment par la naïveté et les réflexions du Kid, R. Banks nous évite une lecture trop pesante.
Ainsi, j'aurais tendance à considérer qu'au-delà du Kid, ce qui me restera en mémoire, c'est surtout la capacité qu'a eu Banks, presque insidieusement, de m'ouvrir un peu plus l'esprit, de me rappeler que tout n'est pas radicalement ou blanc ou noir et que trop souvent et trop rapidement, nous posons des étiquettes et portons des jugements sur les autres. Par facilité et sentiment de sécurité, nous mettons des personnes en marge de la société et préférons les éviter du regard, les oublier, les éloigner de notre vie.
Et ce, avec ce « paradoxe » que la société a elle-même rendu possible (pour ne pas dire créée) certaines de ces déviances et donc déviants (sexuels dans le cas présent).
Lorsque certains auteurs (ou romans) me permettent de réveiller ma conscience, m'aident à avoir un regard différent et plus « juste » sur ce qui m'entoure, pour les remercier, je me dis qu'ils méritent au moins un « quatre étoiles »…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          322
Beatrice64
  25 juillet 2012
La bestiole sur la couverture, c'est un iguane. Il s'appelle Iggy, comme Iggy Pop, et c'est le seul compagnon du Kid, que l'on ne connaîtra que sous ce nom. le Kid, vingt et un an, libéré depuis peu après une condamnation pour délinquance sexuelle, interdit de séjour à moins de 800 m d'un endroit fréquenté par des enfants (ce qui inclus beaucoup d'endroits), vit de ce fait avec d'autres délinquants du même type sous un viaduc reliant le centre ville de Calusa (avatar de Miami) à sa banlieue, un bracelet électronique à la cheville pour les dix ans à venir.
Le Kid rencontre Le Professeur (lui-même loin d'être frais), un prof de sociologie de l'université qui se traîne une réputation de génie, et qui fait de la recherche sur les sans-abris. Il va interviewer le Kid et intervenir dans sa vie comme dans celle d'un rat de laboratoire.
Il fallait oser, prendre pour héros un délinquant sexuel, les parias abso­lus, les intouchables amé­ri­cains, une caste d'hommes classés bien au-dessous des simples alcooliques, des toxicomanes ou des malades mentaux sans abri. Des hommes inaccessibles à la rédemption, aux soins ou aux traitements, méprisables mais impossibles à éloigner, et donc des hommes dont la majorité des gens souhaitait simplement qu'ils cessent d'exister.
Même si la 4ème de couv' vend la mèche, on n'apprend les faits qui lui ont valu sa condamnation qu'à plus de la moitié du livre, ce qui laisse tout le temps au lecteur de se débrouiller avec la sympathie qu'il éprouve rapidement pour le Kid (un gamin non pas vraiment maltraité ni abandonné, mais pitoyablement négligé par une mère un peu nymphomane qui l'élève seule, viré de l'armée, un gamin coupé de toute affection, de tout soutien, de tout repère, et qui s'adonne tout jeune à la pornographie sur internet comme à une drogue), l'appréhension qu'il ait commis quelque chose d'atroce (la délinquance sexuelle va des attouchements au viol en série en passant par la pédophilie), et l'affligeant traitement que l'Etat réserve à ces criminels. Autant dire que ça n'est guère confortable.
Soulevant les questions de la honte et de la culpabilité, de la vérité et des apparences, de l'exclusion et de la normalité, de la place des réseaux sociaux (qui n'ont rien de social), Banks présente avec le Kid (dénué de toute culture mais doté d'un “bon fond” comme on dit), l'éveil d'une conscience au monde (réel) qui l'entoure. Et pose la question lancinante de la place et l'image de nos enfants dans une société à la fois “pédophage” et “pédocentrée”, surprotégés d'un côté, très érotisés de l'autre, par la publicité par exemple, vivants dans un monde déréalisé très tôt, confrontés très jeunes à des images pornographiques, dans une société dont le seul credo semble être “surveiller et punir”. “Quand une société réifie ses enfants en les transformant en groupes de consommateurs, quand elle les déshumanise en les convertissant en un secteur économique crucial fermé sur lui-même, quand elle érotise ensuite ses produits pour les vendre, les enfants en viennent peu à peu à être perçus comme des objets sexuels par le reste de la communauté mais aussi par eux-mêmes”.
Je ne sais pas si ça leur fait une belle jambe, mais les laissés-pour-compte de l'Amérique ont une voix et une parole avec Russell Banks, qui ne cesse d'en peindre le portrait saisissant d'une manière d'autant plus efficace qu'elle est liée à un art romanesque accompli et qu'elle n'est pas (trop) didactique (sauf quand Le Professeur s'exprime, mais après tout, il est prof)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          240
Giraud_mm
  21 juin 2019
Addict au porno et à la masturbation depuis la pré-adolescence, le Kid, à peine plus de 20 ans, a été condamné comme délinquant sexuel pour avoir fait des avances à une mineure sur Internet. Il doit porter un bracelet électronique et ne peut pas vivre à moins de huit cents mètres d'un lieu fréquenté par des enfants. Il vit, survit, sous un viaduc autoroutier, en compagnie d'autres délinquants sexuels en semi-liberté.
Un jour, il suscite l'intérêt du Professeur, sociologue universitaire atypique, qui s'intéresse au Kid dans le cadre de ses travaux sur les sans-abri, et qui développe une théorie de rupture sur la ré-insertion des délinquants. Le Professeur prend peu à peu le Kid sous son aile. Mais des zones d'ombre apparaissent. Où se cachent les vérités du Professeur, et quelles sont-elles ?
Banks a situé son roman en Floride, dans une ville, Calusa, et un marais, le Grand Marais de Panzacola, imaginaires, mais dans lesquels on n'a pas de mal à reconnaître Miami et Les Everglades.
Le roman s'intéresse à l'âme égarée du Kid (comment et pourquoi en est-il arrivé là ? Comment peut-il s'éveiller à une vie plus normale ?), et à celle plus complexe du Professeur (un génie dans son domaine de recherche, mais lui aussi avec ses failles, ses ombres et ses secrets, qu'on ne décodera vraiment qu'à la toute fin du livre). La "normalité" n'apparaît que dans les derniers chapitres, lorsque le Kid rencontre Cat et Dolorès, loueurs de bateaux dans le marais et l'Ecrivain, en reportage pour un magazine new-yorkais. Ils aideront le Kid à voir plus clair en lui.
La société américaine en prend également pour son grade, dans la manière dont elle ôte toute chance de ré-insertion aux délinquants : ils ne sont plus en prison, mais leurs libertés de manoeuvre sont tellement restreintes que c'en est presque pire.
Le sujet et les personnages sont très intéressants. L'histoire est bien construite et racontée, entretenant le suspense sur la suite. Dommage qu'il y ait quelques longueurs et lourdeurs qui nuisent à la dynamique de lecture. Russel Banks m'avait habitué à mieux...
Lien : http://michelgiraud.fr/2019/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          290
jostein
  07 juin 2012
De Russell Banks, je n'avais lu que La réserve, qui n'est apparemment pas son meilleur roman mais que j'avais apprécié pour la complexité de ses personnages et l'analyse relationnelle.
Avec Lointain souvenir de la peau, l'auteur renoue avec un sujet fétiche sur les laissés pour compte d'une Amérique moderne et puritaine. Kid, jeune délinquant sexuel vit sous le viaduc de Calusa, inspiré du camp similaire de Miami. C'est un des rares endroits où peuvent s'installer ceux que l'Amérique craint le plus et considère comme les plus grands parias, loin de toute présence d'enfants. La législation a ainsi créé un état pire que la prison qui ne laisse aucune chance à ces délinquants. Pourtant, certains, comme le Kid, ne sont victimes que du système, ne sont que des gosses rejetés par les structures de l'éducation et de l'armée, que des enfants en mal de tendresse. le Kid n'a jamais eu de reconnaissance de ses parents, du fait de l'absence de père et de la prostitution de sa mère. Son seul ami est un iguane.
Sa rencontre avec Le Professeur sera déterminante. Petit à petit, au fil de son étude sociologique des délinquants, il va le guider vers la responsabilité vis à vis de ses congénères et de deux autres animaux dont il aura la responsabilité.
" Il faut leur redonner la responsabilité de quelque chose. D'un truc où ils ne vont pas échouer. Comme ça, ils auront assez de confiance en eux pour ne pas redouter d'être rejetés..."
Même si la nature et les évènements sont contre l'épanouissement du Kid, celui-ci va prendre en compte son identité et la mesure de sa faute, la réalité de sa honte.
Le Professeur devient lui aussi un mystère et l'on comprend que paria ou génie, chacun a ses zones d'ombre, ses addictions, son passé obscur.
Lointain souvenir de la peau est un roman majeur sur la société américaine, l'évolution des moeurs avec l'arrivée des réseaux sociaux. C'est une intéressante analyse humaine avec en plus, de très belles descriptions de la nature des marais du Panzacola ( bayou) et un certain humour aussi.
Malgré ses perversions, le Kid est un personnage très sensible et attachant, un être simple soumis à la tentation du serpent (Internet) qui va lui faire prendre conscience du Bien et du Mal. Il m'a fait penser au jeune homme du roman Des fleurs pour Algernon de Daniel Keyes.
Lien : http://surlaroutedejostein.o..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          251

critiques presse (9)
Culturebox   26 avril 2012
Le livre, magistralement construit, donne un sentiment d'étouffement. Chaque fois qu'une porte s'ouvre, elle se referme violemment.
Lire la critique sur le site : Culturebox
Bibliobs   11 avril 2012
«Lointain souvenir de la peau» est, autant qu'un roman haletant, une saisissante parabole sur le revers de ce qui brille - la civilisation du luxe et de la luxure, et l'adoration universelle du Dieu numérique.
Lire la critique sur le site : Bibliobs
LeFigaro   23 mars 2012
Lointain souvenir de la peau n'est pas un roman aimable mais admirable dans sa rugosité même et sa puissance. Peu d'écrivains ont aujourd'hui le courage de prendre à bras-le-corps de tels sujets. S'il n'en reste qu'un, Banks sera celui-là.
Lire la critique sur le site : LeFigaro
LeMonde   23 mars 2012
Russell Banks en convient sans peine. Son livre est culotté.
Lire la critique sur le site : LeMonde
Lexpress   22 mars 2012
Lointain souvenir de la peau, ultime portrait de Russel Banks d'une Amérique à la dérive, ne parvient pas à renouer avec la force de ses précédents romans.
Lire la critique sur le site : Lexpress
LesEchos   20 mars 2012
Cette fable puissante, qui met face à face un jeune délinquant sexuel victime du système et un professeur d'université au passé trouble, nous transporte dans un monde à la Orwell.
Lire la critique sur le site : LesEchos
Lexpress   15 mars 2012
Avec le portrait en clair-obscur d'un marginal à la dérive, Russell Banks interroge le statut du corps à l'ère d'Internet et du numérique.
Lire la critique sur le site : Lexpress
Telerama   14 mars 2012
[Un] grand roman qui, creusant la cons­cien­ce collective américaine con­temporaine, ne craint pas de soulever d'amples et complexes questions politiques, mo­rales et symboliques.
Lire la critique sur le site : Telerama
LePoint   12 mars 2012
Un roman d'une puissance incroyable, dont on sort broyé et résigné au pessimisme radical.
Lire la critique sur le site : LePoint
Citations et extraits (35) Voir plus Ajouter une citation
tamara29tamara29   14 avril 2013
Le professeur a l'intention de guérir le Kid de sa pédophilie. Pas par une psychothérapie ou par des médicaments, ni par des moyens plus radicaux tels que le bourrer d'hormones femelles ou lui imposer une castration chimique. Il compte guérir le Kid en transformant sa situation sociale. En lui donnant du pouvoir dans le monde. De l'autonomie. En mettant son destin, et donc son caractère, entre ses propres mains. Il pense que l'identité sexuelle d'un individu est façonnée par son identité sociale telle qu'il la perçoit, et que la pédophilie, si on la comprend bien, ne concerne pas la sexualité mais le pouvoir. Plus précisément, elle porte sur la perception personnelle qu'on a de son pouvoir.
[...] S'il reçoit assez de soutien et d'encouragement, le Kid sera éventuellement en mesure d'élargir lui-même cette ouverture [sur le monde] et d'acquérir une maîtrise suffisante sur le monde pour arriver, pour la première fois de sa vie, à se sentir puissant. Assez puissant pour ne pas être obligé de se prouver qu'il peut dominer des enfants. Et des animaux. Des iguanes, des chiens et des perroquets.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
caro64caro64   08 mai 2012
Il fait semblant d’être seul ici. Il tourne le dos aux appentis et aux tentes en polyuréthane, aux cabanes en contreplaqué de récupération un peu plus loin, ainsi qu’aux hommes qui y vivent, debout tout autour comme des fantômes rongés d’ennui, et il contemple la baie en pensant non pas à l’endroit où il est mais à l’endroit où il aimerait être. C’est ainsi qu’il a appris à supporter de se trouver là où il est sans pleurer à chaudes larmes comme un petit garçon perdu. Ou pire: sans essayer de s’échapper de ce lieu.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          220
merveillemerveille   18 février 2015
Ces hommes là sont des êtres humains, pas des chimpanzés ni des gorilles. ils appartiennent à la même espèce que nous. Si comme cela semble être le cas, la proportion de la population masculine responsable de tels actes a augmenté de manière exponentielle au cours des dernières années,( ............) il s'ensuit qu'il y a quelque chose dans notre civilisation en général qui s'est modifié au cours des dernières années, et ces hommes-là sont comme le canari dans le puits de la mine, ce sont les premiers d'entre nous à réagir à la modification, comme si leur système immunitaire social et éthique, ainsi que ce qui régule leur comportement, aurait été endommagé ou rendu vulnérable d'une façon ou d'une autre. Et si nous n'identifions pas les changements qui, dans notre civilisation, attaquent nos systèmes immunitaires sociaux et éthiques, il ne faudra pas longtemps avant que nous succombions tous.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
alicejoalicejo   25 mai 2012
Il n'y avait évidemment aucun consensus sur l'endroit où les délinquants sexuels devaient être envoyés. C'étaient des parias absolus, les intouchables américains, une caste d'hommes classés bien au-dessous des simples alcooliques. Des hommes inaccessibles à la rédemption, aux soins et aux traitements, méprisables mais impossibles à éloigner, et donc des hommes dont la majorité des gens souhaitait simplement qu'ils cessent d'exister.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
ninosairosseninosairosse   16 janvier 2014
il est interdit de manger le fruit de l'arbre de la connaissance du bien et du mal, d'accord ?
Le Kid aime cette distinction : il y a le bien et il y a le mal. Le mal, c'est pire que le mauvais. Et c'est bien pire que ce qui est simplement idiot ou malheureux ou illégal. C'est ce qui rend les règles de Dieu supérieures à toutes les autres règles : si tu transgresses l'une d'elles, t'es pas simplement idiot ou même mauvais, t'es carrément dans le mal !T'as désobéi à Dieu en connaissance de cause. Etre dans le mal c'est être mauvais à l'extrême - condamné à perpétuité sans possibilité de conditionnelle et enfermé en enfer pour l'éternité aprés ta mort.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          51
Videos de Russell Banks (43) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Russell Banks
Russel Banks lors de la présentation de "Un membre permanent de la famille".
autres livres classés : Délinquants sexuelsVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Sous le règne de Bone; RUSSEL BANKS

Quel est le nom réel de Bone ?

Bone
Charlie
Chappie

4 questions
33 lecteurs ont répondu
Thème : Sous le règne de Bone de Russell BanksCréer un quiz sur ce livre
.. ..