AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.68 /5 (sur 333 notes)

Nationalité : Suède
Né(e) à : Uppsala , le 13/07/1980
Biographie :

Sara Lövestam est une écrivaine et s'impose comme l'une des nouvelles voix littéraires suédoises.
'
Professeure de suédois pour les immigrés, journaliste freelance et militante LGBT, elle écrit une rubrique pour le grand magazine gay QX.

Elle est l'auteur d'ouvrages de littérature d'enfance et de jeunesse et de romans historiques.

Actes Sud a publié son premier roman, "Différente" (Udda, 2009) - récompensé par le prix du Swedish Book Championship -, en 2013, et "Dans les eaux profondes" (I havet finns så många stora fiskar, 2011), en 2015.

Sara Lövestam est également auteure d'une série de romans policiers qui raconte les enquêtes de Kouplan, un immigré et ancien journaliste iranien devenu par la force des choses détective sans-papiers dans le Stockholm underground.

Le premier volet de la tétralogie Kouplan, "Chacun sa vérité" (Sanning med modifikation, 2015) a reçu le prix de l'Académie suédoise des auteurs de polars 2015, le grand prix de littérature policière 2017 et le Prix Nouvelles Voix du Polar 2018 des Éditions Pocket.

"Ça ne coûte rien de demander" (Önska kostar ingenting, 2015) est la suite.

Sara Lövestam vit à Stockholm.

son site : https://saralovestam.se/
page Facebook : https://www.facebook.com/saralovestam

+ Voir plus
Source : Éditions Pocket
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Chacun sa vérité - Sara Lovestam - Coup de ♥♥♥♥♥ du traqueur


Citations et extraits (121) Voir plus Ajouter une citation
jeunejane   10 juillet 2018
Chacun sa vérité de Sara Lövestam
Un nazi très haut placé a un jour prétendu que, si on voulait faire avaler un mensonge à quelqu'un, il valait mieux qu'il soit très gros ; mais Kouplan, en homme averti, préfère ne pas se fier à Hitler. Il sert donc à Pernilla un cocktail de vérités et de quasi-vérités.
Commenter  J’apprécie          361
Bazart   30 janvier 2018
Chacun sa vérité de Sara Lövestam
Lorsqu'ils se quittent, Kouplan a l'impression que Pernilla le sert un peu plus longtemps dans ses cicatrices.Elle sent le savon parfumé,sa peau est tiède, sa joue douce,. Ses cicatrices blanches réchauffent la nuque de Kouplan.
Commenter  J’apprécie          230
jeunejane   12 juillet 2018
Chacun sa vérité de Sara Lövestam
C'est ainsi que fonctionne la mémoire, se dit Kouplan. On ne se souvient pas systématiquement quand on est rentré chez soi ou qui on a croisé en chemin.

- Il n'y a que dans "Cold Case "et "Esprits criminels" que les témoins se souviennent de tout.

- Je ne crois pas que c'est normal.

Sa voix effleure un point sensible, un nœud. Il y a de la vérité dans l'air. Si Pernilla a des trous de mémoire inexplicables, alors...
Commenter  J’apprécie          210
Stelphique   09 août 2018
Chacun sa vérité de Sara Lövestam
"Souviens-toi que c'est là où tu te sens le plus en sécurité que tu es le plus vulnérable."
Commenter  J’apprécie          220
Stelphique   14 mars 2019
Ça ne coûte rien de demander de Sara Lövestam
Ça ne coûte rien de demander, Kouplan. Il n'y a qu'à demander, l'univers te répondra. Sois ce que tu veux être, nous sommes les metteurs en scènes de nos propres vies. 
Commenter  J’apprécie          191
Aela   27 janvier 2018
Chacun sa vérité de Sara Lövestam
La Suède a énormément changé ces cinquante dernières années. La proportion d'émigrés établis dépasse vingt pour cent dans certaines villes. C'est, de loin, le pays le plus hospitalier d'Europe, avec une demande d'asile acceptée pour trois cents et quelques habitants, quand c'est pour cinq fois plus d'habitants en Allemagne et jusqu'à quinze fois plus en France. Irakiens et Syriens apparaissent en haut de la liste, avec les Polonais et les Finlandais. Les mafias d'ici ou d'ailleurs sévissent, une très nette innocence a disparu et l'extrême-droite, en nette progression, oublie qu'il fut un temps où presque un quart de la population suédoise quittait le pays, baluchon sur l'épaule, condamné à la migration économique.

Préface (Marc de Gouvenain, traducteur de suédois et ancien directeur de collection, pour le domaine scandinave chez Actes Sud
Commenter  J’apprécie          130
Bazart   21 avril 2020
Libre comme l'air de Sara Lövestam
La foret de marbre n'a plus d'importance, désormais Kouplan raye une tache secondaire: chercher l'Audi verte dans les rues adjacentes. Il envisage d'appeller Ulrika pour la tenir au courant de ce tournant dans l'enquête." Votre mari ne travaille pas où vous croyez" . Mais la mission de Kouplan n'est pas de lui donner des soucis en plus."
Commenter  J’apprécie          130
Aela   27 janvier 2018
Chacun sa vérité de Sara Lövestam
De retour dans sa chambre, il note: Les services sociaux prennent les enfants. Il faut vérifier ces nouvelles données pour mieux cerner le contexte. Une mère donne des conseils à d'autres mères privées de leurs enfants par les services sociaux.

Sur un forum il découvre des centaines de fils sur la façon de se protéger contre la loi sur les jeunes.

L'un est intitulé: Les services sociaux menacent de prendre mon enfant dès la naissance à la maternité. Kouplan découvre un pan de la Suède qu'il ne soupçonnait pas.
Commenter  J’apprécie          110
missmolko1   11 décembre 2016
En route vers toi de Sara Lövestam
Le lendemain, il se rendit à Norrköping pour une mission honorifique. À soixante-seize ans, c’était encore un jeune homme et il comptait bien diriger les ventes jusqu’à ses quatre-vingt-dix ans au moins. Alors, il pourrait parfaitement participer à l’émission le tour des antiquaires, ce programme de cruches qui passait sur la chaîne nationale tv1. Lui, qui avait commencé dans les années 1950. Lui, le fameux commissaire-priseur de quatre-vingt-dix ans qui savait distinguer un authentique vase Ming d’un faux à deux mètres de distance. Non pas qu’il eût envie de se montrer avec ces crétins, il avait tout de même un peu de dignité. Mais si jamais on l’invitait, il y réfléchirait. Manœuvrant sa Renault d’une main ferme et habile, il eut à nouveau le sentiment de bien faire. C’était son cœur qui parlait, nul doute.
Commenter  J’apprécie          100
kuroineko   11 janvier 2019
Chacun sa vérité de Sara Lövestam
Une expression le poursuit, vibrante comme une chanson qu'il n'arriverait pas à se sortir de l'esprit : Cherâ istâdi daste oftâde gir -《Tant que tu es debout, tends la main à celui qui est tombé.》
Commenter  J’apprécie          110

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox




.. ..