AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Note moyenne 3.64 /5 (sur 648 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Saint-Cloud , le 14/02/1966
Biographie :

Saverio Tomasella est un écrivain franco-suisse.

Il soutient une thèse de doctorat en management des organisations intitulée "Vers une psychanalyse de la marque et de ses expressions" en 2002, à l'Université de Nice, puis une thèse en psychologie clinique, intitulée "Désubjectivation, resubjectivation et résiliance collective en situation de catastrophes", à l'Université de Paris, en 2016.

Il a fondé l'Observatoire de la Sensibilité en 2016 et la Journée Mondiale de la Sensibilité en 2019.

Il est auteur de nombreux ouvrages en psychologie et en littérature, traduits en plusieurs langues.
En 2012, il reçoit le Prix Nicolas Abraham et Maria Torok pour son ouvrage "Renaître après un traumatisme".
"Ces amitiés qui nous transforment" est nominé pour le prix Psychologies Magazine en 2018.
+ Voir plus
Ajouter des informations
Bibliographie de Saverio Tomasella   (48)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (15) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

À l'occasion de la parution de son nouveau livre "Les bonheurs de l'art", Saverio Tomasella a répondu aux questions des lecteurs Babelio. À travers une sélection d'oeuvres emblématiques, Saverio Tomasella propose une balade qui stimule notre imagination et nourrit nos rêves. Nul besoin de connaissances artistiques pour sentir, percevoir, aimer… Chaque oeuvre, quels que soient l'école, l'époque ou le courant dans lesquels elle prend naissance, entre en résonance avec celle ou celui qui la regarde et lui transmet un message. Chaque tableau révèle un fragment de bonheur. C'est cet enseignement que nous dévoile Saverio Tomasella en nous conviant à découvrir dans un bouquet de Séraphine de Senlis notre moi profond, les premiers pas de l'enfance dans une scène de Vincent van Gogh, ou encore le chemin de nos désirs dans une sculpture de Camille Claudel : tous les bonheurs de l'art pour changer de regard sur la vie. Saverio Tomasella est docteur en psychologie et psychanalyste. Auteur notamment de Hypersensibles, le sentiment d'abandon, Attention coeurs fragiles, Tu ne le sais peut-être pas mais tu as un don, il est également conférencier. + d'infos : https://www.editions-eyrolles.com/Livre/9782212572261/les-bonheurs-de-l-art

+ Lire la suite

Citations et extraits (385) Voir plus Ajouter une citation

– Quelle drôle d’idée de croire que la sensibilité est réservée aux filles. Les garçons ne sont pas des machines ou des robots, que je sache.

Page 93

Commenter  J’apprécie          9415

La créativité, c’est le meilleur remède pour tous les grands sensibles. Chaque être sensible porte en soi un domaine de créativité personnelle – écriture ? musique ? peinture ? sculpture ? jardinage ? L’essentiel est de trouver ce qui nous fait vibrer. Ce qui va nous permettre d’exister encore plus fort.

Commenter  J’apprécie          450

(…)ne plus ruminer le passé et être dans le présent. D’ailleurs, Marc lui a expliqué combien créer aide à s’affirmer dans le réel.

La créativité, c’est le meilleur remède pour tous les grands sensibles. Selon lui, chaque être sensible porte en soi un domaine de créativité personnelle — écriture ? musique ? peinture ? culture ? jardinage ? L’essentiel est de trouver ce qui nous fait vibrer. Ce qui va nous permettre d’exister plus fort.

Commenter  J’apprécie          402

– Je voulais te dire… Je suis vraiment contente que tu te sois rendue compte que j’étais moi aussi très sensible. Ce n’est pas évident… j’ai passé la plus grande partie de ma vie à essayer de le cacher. À dissimuler ma sensibilité derrière un masque de dureté.J’avais honte, je me croyais anormale et je préférais me replier sur moi-même pour échapper au jugement des autres. J’avais peur qu’on me prenne pour une folle.

Au bord des larmes, Estelle marque une pause et boit une gorgée de chocolat chaud pour retrouver une contenance.

Page 182

Commenter  J’apprécie          330

– Lorsque j’étais enfant, on disait que le bonheur des uns faisait le malheur des autres…

– On le dit encore, tu sais, regrette Estelle. En fait, je crois qu’on dit surtout l’inverse, mais peu importe.

– Eh bien, c’est faux, complètement faux, archi faux ! Je voudrais donc profiter de l’occasion pour vous suggérer ce qui pourrait être la devise de notre petit groupe :

« Le bonheur des uns fait le bonheur des autres » ! Vous êtes d’accord ?

Page 201

Commenter  J’apprécie          277

La sensibilité vraie est une réalité profonde qui est le propre de l'âme humaine. Très souvent, j'ai pu constater que l'hypersensibilité repose fondamentalement sur un phénomène d'amplification ou, pour le dire de façon plus imagée, de "caisse de résonance". Les ressentis (sensations, émotions, sentiments) vécus dans telle situation sont nourris et agrandis à l'intérieur de la personne, comme par un écho interne qui enfle et s'auto-entretient, une auto-affectation supplémentaire, une coloration personnelle qui vient s'ajouter aux premières perceptions, pouvant aller jusqu'à engendrer un brouhaha intérieur entraînant de la confusion.

Commenter  J’apprécie          250

Il n'y a rien de plus facile que d'induire et d'entretenir le malheur. Construire la confiance et le bonheur, construire une relation d'amour demande des années ; les massacrer ne requiert que quelques rares heures, voire quelques petites minutes...

Commenter  J’apprécie          231

Au journaliste Christophe Bourseiller qui lui disait qu'elle semblait "en permanence sur la corde raide", la cantatrice Nathalie Dessay se confiait sur sa sensibilité et sa "très grande fragilité". Pour elle, ce ne sont "pas seulement les artistes qui sont très fragiles, ni même les comédiens qui vont jusqu'au bout de leurs personnages", mais "toutes les personnes qui s'impliquent dans ce qu'elles vivent et dans ce qu'elles font."

Commenter  J’apprécie          223

L'inquiétude, le doute, l'anxiété et l'angoisse sont les plaies des personnes hypersensibles ; ces plaies, souvent accompagnées d'impatience, d'irritabilité et de nervosité, rendent ces personnes plus difficiles à supporter. Les proches leur renvoient l'idée qu'elles sont insupportables et difficiles à vivre, relançant l'inquiétude et l'anxiété, nourrissant sans fin les doutes et les angoisses. Comme "lorsqu'elle est mal accueillie et mal vécue, l'hypersensibilité entretenait l'hypersensibilité. La personne qui souffre de sa sensibilité à vif se sent dans le tourbillon d'une tornade dévastatrice qui tourne sur elle-même, et dont il lui semble improbable de sortir un jour...

Commenter  J’apprécie          212

Certains d'entre nous se sont amputés d'une partie essentielle d'eux-mêmes, pour devenir la colonne porteuse d'un parent ou d'un proche. Ils expriment parfois soudainement de vives révoltes, qui peuvent sembler parfois exagérées pour leur entourage. Il s'agit d'une façon de se retrouver un moment ou de mettre un terme provisoire à un excès de sacrifice ; ils ont atteint la limite de ce qui leur est supportable. Si certains explosent d'une rage pleine de fureur, d'autres fondent en larmes amères ou s'écroulent en sanglots désespérés. Les réactions émotionnelles sont très variées ; elles sont chaque fois justifiées et leur fondement subjectif, fréquemment liées au vécu d'une profonde injustice réelle mais invisible. Il est impossible de porter longtemps la souffrance d'un autre sans courir le risque de s'effondrer ou d'y succomber. La grande sensibilité des hypersensibles, extériorisée de temps à autre de façon exaspérée, découle souvent d'une existence passée à consoler ou encourager les autres, privée de consolation et d'encouragement.

Commenter  J’apprécie          201

Acheter les livres de cet auteur sur
LirekaFnacAmazonRakutenCultura



Quiz Voir plus

Noir, c'est noir ! (littérature)

Qui a écrit : "Le pire, c'est qu'on se demande comment le lendemain on trouvera assez de forces pour continuer à faire ce qu'on a fait la veille ? Ou on trouvera la force pour ces démarches imbéciles, ces milles projets qui n'aboutissent à rien, ces tentatives pour sortir de l'accablante nécessité, tentatives qui toujours avortent ..." (indice : Courbevoie)

Michel Houellebecq
François Mauriac
Louis Ferdinand Céline

10 questions
46 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature américaine , classique français , roman noir , culture littéraire , écrivain , littérature britannique , poésieCréer un quiz sur cet auteur