AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 4.26 /5 (sur 34 notes)

Nationalité : France
Né(e) le : 4/06/1944
Mort(e) le : 12/06/1992
Biographie :

Serge Daney (Paris, 4 juin 1944 – 12 juin 1992), est un critique cinématographique français. Il est parti de la critique de films pour passer à une critique de la télévision et a fini par développer une théorie critique de l'image.

Après avoir fondé une revue Visages du Cinéma en 1962, Serge Daney débute sa carrière comme critique aux Cahiers du cinéma, en 1964, invité par Jean Douchet (à la fin de la période jaune – en référence à la couleur de la couverture – période où des critiques comme François Truffaut, Jean-Luc Godard, Éric Rohmer ou Jacques Rivette passent à la réalisation et lancent la Nouvelle Vague). Après 1968 il voyage, puis devient, en 1973, aux côtés de Serge Toubiana, rédacteur en chef des Cahiers du cinéma, après une période de grands débats théoriques et d'engagement politique radical, sur fond de maoïsme. Daney appellera cela la période non légendaire des Cahiers.

Il quitte la célèbre revue de cinéma en 1981.

En 1981 il rejoint le quotidien Libération, d'abord comme critique cinéphile, mais avec la volonté d'y créer une rubrique plus large consacrée à l'image. Il s'intéresse tout particulièrement à la télévision et écrit des séries d'articles sur les films télédiffusés et la programmation télévisuelle. De 1985 à 1990 il anime une émission hebdomadaire, Microfilms, sur la radio France-Culture, où il reçoit un invité pour parler de sujets ayant trait au cinéma. Il a donné des cours de cinéma à la faculté de Censier Paris III Sorbonne Nouvelle.

En 1991 il revient à la critique cinématographique et fonde la revue trimestrielle Trafic. Serge Daney meurt des suites du sida en 1992.



+ Voir plus
Source : Wikipedia
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (8) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Soirée de lancement du numéro 1 de Trafic (éditions P.O.L), le 28 janvier 1992, à la Terrasse de Gutenberg (Paris 12), avec notamment Serge Daney, Jean-Claude Biette, Raymond Bellour, Sylvie Pierre et Patrice Rollet
Podcasts (2) Voir tous

Citations et extraits (24) Voir plus Ajouter une citation
SZRAMOWO   11 juin 2017
Maison cinema et le monde tome 3 de Serge Daney
Le visuel (qui est l'essence de la télé) est le spectacle qu'un seul camp se donne de lui-même tandis que l'image (qui fut l'horizon du cinéma) est ce qui naît d'une rencontre avec l'autre, fût-il l'ennemi.

(...)

Il est clair que nous sommes trop loin de la ligne droite avant le sprint présidentiel pour avoir droit à autre chose qu'au spectacle des seconds couteaux (Méhaignerie, Lajoinie déjà), lesquels, aussi coupants soient-ils, ont le tort d'être seconds. Nous sommes dans le pré-générique d'un film d'action à venir.

(...)

Le speaker vedette n'était (...) venu de Paris que pour essayer d'être dans la même image qu'un Scud et il ne courrait qu'un risque : qu'il n'y en ait pas de tiré à ce moment-là (ou que, tiré, il lui tombe dessus). (...) Qu'il n'y ait rien de plus humain que de vouloir "être dans l'image" est une chose, qu'on profite d'une guerre pour se "faire tirer le portrait" en faisant écran à tout le reste en est une autre. Jamais le double sens du mot "écran" n'a été autant d'actualité.

(...)

Comme si Spielberg, après avoir filmé du point de vue d'un enfant voué à rencontrer E.T, s'était mis à filmer du point de vue d'un E.T. Un E.T. qui aurait mis tout son savoir dans un ordinateur afin de se refaire, de là-bas, une simulation émue de "comment c'est", chez les humains.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Serge Daney
deuxquatredeux   16 février 2016
Serge Daney
Le cinéphile est celui qui sait que ce qu'il regarde est en train de disparaître.
Commenter  J’apprécie          90
hupomnemata   18 avril 2013
Le salaire du zappeur de Serge Daney
"ça nous intéresse, Monsieur le président", disait Mourousi (debout) à Mitterand (assis), lequel (toujours assis) a vu récemment défiler (chez Ockrent) deux ou trois "phénomènes de société" plutôt rudes. Mais tout cela - démocratisation des rôle oblige - est normal puisqu'au même moment, on demande aux "stars" du showbiz de se prononcer sur la vie politique. Que, dans les deux cas, les réponses n'aient pas grand intérêt est secondaire puisque ce qu'on teste, ce n'est pas la réponse (avoir quelque chose à dire) mais la capacité à ne pas faire de lapsus trop voyants. Il en va pour le téléspectateur comme il en va pour le cinéphile : il va moins voir un film (expérience qui prend du temps) que vérifier qu'il correspond bien à son image. C'est ainsi que se constitue un public amateur de symptômes plus que de "messages", de plus en plus sophistiqué et de moins en moins exigeant.
Commenter  J’apprécie          45
Remy789   13 août 2016
L'exercice a été profitable, Monsieur de Serge Daney
Pourquoi ai-je aimé ce cinéma-là? Parce qu'au cinéma permanent s'est ajoutée l'idée de la vie permanente, d'un fond disponible sur lequel "s'enlevaient" les images. Parce que ce cinéma-là est le plus engagé socialement et qu'il me permettait de rendre au César du social ce qui lui revenait et auquel j'avais si peu d'accès. Accompagner le flux du temps, de la vie, mais aussi bien les contradictions dans leur devenir commun, un bout de temps. En finir avec ce qui ne finit pas, d'où les fins-miracles, les coups de force, les larmes à la fin. Partager du temps avec des personnages qui partagent l'image et son hors-champ. Passer le temps à le voir passer.
Commenter  J’apprécie          40
Remy789   13 août 2016
L'exercice a été profitable, Monsieur de Serge Daney
La parenthèse (morale) du cinéma moderne étant finie, le cinéma (ou ce qu'il en reste) redécouvre une question de fond: d'ou viennent les corps de reve? Comme si les hommes et les femmes (et les enfants) des spots publicitaires, une fois décrochés du "social" et libérés des histoires "communes", flottaient dans un éther sans histoire et qu'il fallait, héritant d'eux, leur inventer une génèse, un mythe, une origine. Ce serait le sens du plongeur du "Grand Bleu", bien beau garçon incapable de partager une histoire avec qui que ce soit et à qui il faut, du coup, trouver un mythe-programme, celui qui le départage d'avec les dauphins.
Commenter  J’apprécie          30
Remy789   13 août 2016
L'exercice a été profitable, Monsieur de Serge Daney
Croyance désespérée que le cinéma transcende les gouts personnels, que je préfèrerai un film hétéro-hétéro de Rossellini à un film homo mais complaisant de Reisenbach. Espoir qu'il y a dans le cinéma plus que la reconnaissance de "ses" objets. Morale: que les films servent à se coltiner ce qu'il n'est pas question de fréquenter dans la vie.
Commenter  J’apprécie          30
hupomnemata   18 avril 2013
Le salaire du zappeur de Serge Daney
L'élégance a donc disparu à mesure que, du tennis, l'oeil du téléspectateur attendait antre chose que de l'élégance. C'est ainsi que l'infernal Connors et l'aberrant MacEnroe furent aimés en raison même de leurs mauvaises manières, parce qu'elles étaient finalement plus intéressantes que la classe guindée des derniers stylistes (de Clerc à Gomez). Tout cela, au demeurant très humain, creusait la scénographie du tennis d'une dimension supplémentaire, celle du gros plan après l'échange, du replay désarticulé, de la trivialité stroboscopique du ralenti, du micro à hauteur de court. c'est ainsi que le nombre d'évènements à la seconde s'est gonflé de tous les affects, tics, pulsions et rages muettes dont un corps est capable.
Commenter  J’apprécie          20
Jessoya   31 mai 2012
Le salaire du zappeur de Serge Daney
De tout temps, il a existé un étrange plaisir à dire que la télé était nulle. Une façon de sous-entendre que d'une télé meilleure nous ne saurions pas trop quoi faire. Qu'il n'y a pas de raison pour que, médium du quotidien, elle l'emporte en intérêt sur le quotidien de nos vies. Que la télé, c'est toujours mieux ailleurs (en Angleterre, par exemple) et que, de toute façon, on n'ira pas y voir de plus près. La télé est mauvaise comme la météo peut être mauvaise, c'est-à-dire naturellement, comme un environnement météorologique de plus.
Commenter  J’apprécie          21
Remy789   13 août 2016
L'exercice a été profitable, Monsieur de Serge Daney
Si la personne était un noeud de forces dans un réseau, l'homme un cercle avec un noyau et une périphérie, l'individu est une sorte de polyèdre à facettes, exposé sous plus de facettes à plus de stimulations de l'extérieur, capable de plus de branchements mais plus superficiels. Notre monde est plus superficiel parce qu'il y a plus de surfaces qui sont autant d'interfaces. Le coeur est dégarni, le noyau non pas dur mais vide.
Commenter  J’apprécie          20
charlit21   30 août 2019
La Maison cinéma et le monde, tome 4 : Le Moment «Trafic» de Serge Daney
Je trouve qu'il y a beaucoup de points communs entre Lynch et Hitchcock. Même puritanisme d'obsédé égrillard, pris entre la phobie de l'organique et l'excès de glacis "chic". Même logique sèche des déductions sur un fond d'irrationnel destiné à demeurer tel. Même goût pour la petite ville de province américaine où seul le pire arrive sûrement. Même respect pour le public là où il est et là où il en est, c'est-à-dire en face de son téléviseur. Même talent de plasticien, généreux en rien sauf, justement, en "idées plastiques", gaiement formelles et au bord du potache. Même exhibitionnisme discret de l'"auteur" au milieu de ses personnages. Même goût pour les acteurs figés et pour les mannequins gominés. Le héros de la série, le magnifique Cooper, a quelque chose de Cary Grant jeune ou de l'intense Dana Andrews, réincarné avec le sens de l'humour en plus.
Commenter  J’apprécie          10
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Quelle Isabelle ?

Une née en 1953, l'autre en 1955.

1953 Huppert, 1955 Adjani
1953 Adjani, 1955 Huppert

12 questions
30 lecteurs ont répondu
Thèmes : cinéma français , Actrices , cinemaCréer un quiz sur cet auteur
.. ..