AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

4.1/5 (sur 235 notes)

Nationalité : France
Biographie :

Sylvain Silvestro est un informaticien et administré ollioulais.

Il s'est lancé dans l'écriture avec "Le réseau de Seth" (2018), le premier volume de la série de science-fiction "Civilisation".

Ajouter des informations
Bibliographie de Sylvain Silvestro   (13)Voir plus

étiquettes

Citations et extraits (56) Voir plus Ajouter une citation
Lorsque l'homme ouvrit les yeux, les ténèbres l'entouraient… A tel point qu'il se demanda si ses yeux n'étaient pas finalement restés fermés. Il exécuta plusieurs mouvement de paupières pour s'en assurer et les sentit contre ses globes oculaires. Rien à faire : l'obscurité demeurait impénétrable…
Commenter  J’apprécie          20
La créature à moins d’un mètre d’eux, ne semblait pas décidée à partir. Ils étaient juste séparés par la fine porte à double battant de l’armoire. Les sentait-elle ? pensa Torik, horrifié. Elle avait peut-être un odorat très développé. À moins qu’elle n’arrivât à entendre leur respiration pourtant retenue et feutrée par leur casque. Torik n’en pouvait plus, il commençait à avoir les jambes ankylosées et à se dire que la chose avait déjà repéré leur présence. Était-il possible que ce dernier fît exprès de les faire languir pour assouvir un plaisir mesquin et morbide ? Se nourrissait-il de leur peur ?

Il ne le saurait jamais, car ce fut à ce moment que l’un des cintres en métal tomba dans un bruit que ses sens aux aguets rendaient à la fois assourdissant et interminable.
Commenter  J’apprécie          10
Où se trouvait-il et comment avait-il atterri ici ? s'interrogea l'homme.

Il tendit l'oreille pour tenter d'identifier un son familier et réconfortant. Un long moment s'écoula avant qu'il n'admette que le silence était aussi pesant que les ténèbres.

Un sentiment de panique l'envahi soudainement. Et s'il était devenu sourd et aveugle ? Son cœur s'emballa dans sa poitrine. Une idée encore pire lui vint à l'esprit : peut-être qu'il subissant ces handicaps depuis des années, peut-être même qu'il était né ainsi. Il réalisa qu'il ne se souvenait de rien. Son travail, sa famille, son âge, ses amis et même son propre nom lui échappaient.

Le couloir des ténèbres
Commenter  J’apprécie          10
Elle s'interrogea sur la transformation de cet homme en monstre sanguinaire. Comment est-il apparu ? Comment du jour au lendemain décide-t-il de franchir la barrière de l'horreur en se délectant de la souffrance d'autrui ? [...] Mais cela signifiait-il qu'une grande partie des êtres humains, soi-disant civilisés, sans la peur de la police, deviendraient automatiquement des barbares innommables comme dans les temps plus anciens ? Cela prouverait-il que l'humanité n'avait finalement évolué qu'en apparence en se mettant des œillères collectives pour dissimuler sa vraie nature ?
Commenter  J’apprécie          10
- Tu pourras de nouveau sortir quand t'auras fini de bouffer toute la chiasse que t'as laissé dans ton seau. Ta mère a besoin de se ménager. Elle va pas passer sa vie à nettoyer ta merde. Et puisqu'il ne sort que du caca de ta bouche, ça te fera une bonne leçon de manger ce que ton trou du cul expulse.

La porte claqua et Rémy perçut le cliquetis du verrou installé de l'autre côté de sa porte depuis qu'il savait marcher. Il n'avait pas tout compris des menaces de son père, mais préférait éviter qu'il en vienne à les mettre à exécution.

La fée des dents
Commenter  J’apprécie          10
Alors qu'elle se déshabillait, il lui dit avec un grand sourire aux lèvres :
- Par contre, attention de ne pas faire déborder l'eau avec ton gros ventre !
En réponse, elle lui lança une serviette en pleine figure, qu'il mouilla et renvoya à son expéditeur. Rapidement, ils s'éclaboussèrent l'un l'autre avec l'eau du bain. Ils s'amusaient comme des gamins. Ils étaient heureux, s'aimaient, et l'avenir leur semblait prometteur.
Commenter  J’apprécie          10
- Je t'en avais déjà parlé il y a quelques mois. Je souhaiterais que l'on fasse une petite randonnée à Ancel, chez mes parents. Maintenant que la neige a presque fondu et que les touristes sont partis, c'est la meilleure période. De toute façon, tu ne peux pas refuser. Je les ai déjà prévenus, ils nous attendent pour ce midi.
- Très bonne idée, ça brûlera mes graisses. J'aurai moins de remords à dévorer tout ça, dit-elle en scrutant avidement le plateau. Et puis on n'a plus vu tes parents depuis Noël dernier et j'espère qu'avec le temps ta mère va finir par m'apprécier...
- Évidemment qu'elle t'apprécie, puisque tu combles son fils chéri de bonheur.
- Elle est quand même plutôt distante... Et puis elle me regarde bizarrement je trouve, ajouta-t-elle avec regret.
- Tu deviens paranoïaque. C'est simplement de la timidité, laisse-lui le temps de te connaître.
Alissone hocha la tête sans conviction et prit la résolution de faire de son mieux pour plaire à sa belle-mère.

Belle-maman
Commenter  J’apprécie          00
“Pour la première fois de sa vie, il pria. Il pria pour que cette entité mal intentionnée ne puisse pas pénétrer dans un lieu saint. Il pria pour que Dieu existe et qu’il s’intéresse à son sort en ce moment. Il pria surtout pour qu’on lui accorde l’occasion de revoir Christelle un jour…”
Commenter  J’apprécie          10
S'inventer un compagnon de jeu avec qui converser lorsqu'on était un enfant unique et introverti ne surprenait personne. En revanche, continuer de communiquer avec cette entité invisible à l'âge de trente-huit ans paraissait atypique, voire effrayant. En tout cas, cette voix imaginaire, qu'elle nommait depuis toujours Clémentine, lui semblait bien réelle et elle la protégeait. [...] Étrangement, elle ressentait de l'affection voire de l'amour pour Clémentine. Cette présence créée par son esprit la rassurait. C'était peut-être étonnant de donner un nom à une capacité ou à une partie de son corps, mais après tout elle avait entendu dire que des hommes en faisaient de même avec un certain organe plus ou moins grand de leur anatomie ! s'amusait-elle à penser pour se rassurer.
Commenter  J’apprécie          00
- Putain de merde, souffla-t-il au bord de la panique. Faut que je me ressaisisse... Il y a quelqu’un ! vociféra-t-il d’une voix peu assurée.
Évidemment, pas de retour. Quel abruti ! se reprocha-t-il. Comme si un voleur allait lui répondre nonchalamment : « Oui, oui, je suis là... »
Commenter  J’apprécie          10

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Listes avec des livres de cet auteur
Lecteurs de Sylvain Silvestro (186)Voir plus

¤¤

{* *} .._..