AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.33 /5 (sur 39 notes)

Nationalité : Pologne
Né(e) à : Nowa Wilejka , le 22/06/1926
Mort(e) à : Varsovie , le 7/1/2015
Biographie :

Tadeusz Konwicki, écrivain, cinéaste et scénariste polonais né le 22 juin 1926 à Nowa Wilejka, aujourd'hui en territoire lituanien.

Konwicki s'engage au cours de la Seconde Guerre mondiale aux côtés de Armia Krajowa, ce qui est très mal vu par le pouvoir polonais après 1945. Il commence les études de Lettres Modernes Polonaises, mais il n'obtient pas le diplôme de fin d'études. Dans les années 50, Konwicki rencontre une femme qui deviendra par la suite son épouse et avec qui il aura deux filles : c'est une illustratrice et peintre Danuta Lenica, fille d'Alfred Lenica, un peintre reconnu, et sœur de Jan Lenica, auteur des films d'animation et des affiches.

Konwicki se lie au Parti Communiste, et ses débuts littéraires sont marqués par l'envie de rompre avec le passé. L’illusion de l’avenir nouveau avec cette formation politique disparaît après quelques années – Konwicki n’a jamais su remplir parfaitement les exigences du Parti. Il appartenait à la génération de nulle part, dont personne ne se réclame. Trop jeunes pour pouvoir se faire un fonds de commerce sur la résistance, trop vieux pour suivre naïvement. Ce « nulle-part » a marqué l’œuvre de Konwicki. À partir de 1956, il introduit dans ses romans le pays de son enfance, Kolonia Wilenska, les alentours de Vilnius. Mais ce n’est pas un sentimentalisme innocent : c’est légèrement ironique, un paradis imaginaire et patriotique cache une certaine dérision. Dans les années suivantes, Konwicki est devenu l'un des écrivains phares du mouvement d’opposition au Parti unique. Depuis Kalendarz i klepsydra, Konwicki écrit, toutes les quelques années, un journal mensonger (łże-dziennik), un cahier des notes et de ragots, où l'un des rôles principaux est tenu par Kot Iwan, le chat fidèle de l’écrivain.
Tadeusz Konwicki est un des seuls artistes polonais de son époque à savoir faire du cinéma et de la littérature avec un succès égal. Précurseur du cinéma d'auteur (Le dernier jour de l'été, 1958), Konwicki n’a réalisé que très peu de films. Ses œuvres, originales et visionnaires, comme le film autobiographique Si loin, si près d'ici (1972) ou Sur les bords de l'Issa (1982), basé sur le roman de Czesław Miłosz, prix Nobel de littérature, rendent compte de la richesse ethnique de la Pologne d’autrefois, où les Polonais, les Juifs, les Russes, les Lithuaniens, les Allemands vivaient côte à côte.
+ Voir plus
Source : Wikipédia
Ajouter des informations
étiquettes
Video et interviews (1) Voir plusAjouter une vidéo

Tadeusz Konwicki : Roman de gare contemporain
Olivier BARROT présente "Roman de gare contemporain" de Tadeusz Konwicki ; mise en scène : cadavre de femme sous un drap.

Citations et extraits (13) Voir plus Ajouter une citation
krzysvanco   27 février 2017
Bêthofantôme de Tadeusz Konwicki
Ceci n'est pas un livre pour les enfants sages. Les enfants sages ne profiteront en rien de la lecture de mes souvenirs. Ca ne vaut pas la peine de se fatiguer. Tandis que pour les enfants terribles, alors là, c'est une toute autre affaire. Les enfants terribles trouveront dans cette étonnante histoire une foule d'idées constructives, pas mal d'exemples de qualité et, avant tout, beaucoup de compréhension et de compassion pour leur sort difficile. J'allais même dire : un océan de compréhension et de compassion, mais je viens de me rendre compte que ça ressemblerait justement à un passage de bouquin pour enfants sages, alors que mes surprenantes aventures sont vraies, vraies comme la vérité la plus vraie.
Commenter  J’apprécie          80
Alice_   03 mai 2017
Chronique des événements amoureux de Tadeusz Konwicki
Il s'arrêta, se retourna, elle se figea dans une frayeur sans doute feinte. Elle retenait toute la lumière du soleil dans ses cheveux relevés comme une gerbe. Il regardait ses yeux assombris comme une rivière avant l'orage, regardait ses lèvres semblables à une branche de bruyère, regardait son cou doré à l'artère frémissante comme la plume d'un oiseau.
Commenter  J’apprécie          80
Alice_   30 avril 2017
Chronique des événements amoureux de Tadeusz Konwicki
- Vieux chat sage, matou expérimenté, je vois que tu sais tout sur moi. Dis-moi, qu'est-il donc en train de m'arriver et comment ça finira-t-il ? Ce n'est pas toi que le train a écrasé près de la gare, toi qui cherchais aujourd'hui l'école en dur et qui as promis de revenir après ta mort ? Dis-moi maintenant, ou plutôt tout à l'heure quand je me serai endormi, ce qui m'attend ; dis-moi pourquoi, si je tremble en ce moment, ce n'est ni de froid, ni de peur, mais seulement d'espoir pour demain, pour ce que je veux et ne veux pas, ce que je désire et ne désire pas, ce dont je rêve et ne rêve pas.
Commenter  J’apprécie          60
Sharon   02 août 2015
Bohini, un manoir en Lituanie de Tadeusz Konwicki
C'est la nuit, mon meilleur moment, voici venir l'heure des esprits que j'ai inventés et de ceux qui sont réels et qui me cherchent patiemment dans la pyramide des étoiles et des planètes.
Commenter  J’apprécie          70
zorazur   21 décembre 2011
Fleuve souterrain, oiseaux de nuit de Tadeusz Konwicki
Je dois partir et j'ai peur de partir. L'heure a sonné et une peur terrible grandit en moi. Nous ne nous sommes jamais couchés l'un à coté de l'autre, vous n'avez jamais eu peur de moi et je n'ai jamais eu peur de vous. Nous n'avons jamais su entreprendre cet immense effort qu'est l'amour.

Il est temps, je dois partir. J'aurais bien voulu vous dire quelque chose de très important que vous ne devriez pas oublier. Mais je ne me souviens plus de rien. Je ne sais plus rien. Sauf cette peur qui grandit en moi. Là, au coin de la rue, m'attend la vieillesse. Parce que je suis déjà une vieille femme. Ce n'est que pour vous que j'ai revêtu plusieurs fois la jeunesse, celle qui a été mienne et que j'ai gardée pour vous, mais que j'ai salopée dans des hôtels, en échange de zlotys et de dollars, surtout de dollars.

Non, je ne veux pas me souvenir de ces mauvais jours où je vous cherchais. Mais vous ai-je seulement cherché ? Qu'ai-je cherché au fond ?
Commenter  J’apprécie          50
krzysvanco   21 août 2014
Fleuve souterrain, oiseaux de nuit de Tadeusz Konwicki
le sot écrit un poème.

le goujat écrit un poème

le prêtre écrit un poème

le gros écrit un poème

le malade écrit un poème

moi j'écris un poème



le prêtre lit le poème du gros

le sot lit le poème du malade

le goujat lit le poème du prêtre

le gros lit le poème du sot

moi je lis mon poème



alors

alors rien
Commenter  J’apprécie          60
Alice_   27 décembre 2019
Bohini, un manoir en Lituanie de Tadeusz Konwicki
- Combien de temps vais-je vivre, Constantin ?

Le collignon se retourna lentement, esquissa un sourire sous sa moustache qui fut grise mais était désormais du vert des algues.

- Pour toi, demoiselle, la route est encore longue. Tu n'en es qu'au commencement.
Commenter  J’apprécie          50
Alice_   01 mai 2017
Chronique des événements amoureux de Tadeusz Konwicki
- Grand-père, je suis tombé amoureux.

La puanteur des pommades rancies chatouilla le nez enflé de Witek.

- Je suis tombé amoureux, vous entendez grand-père ?

Le vieillard toussa à nouveau, comme s'il voulait cracher ses entrailles.

- Oui, j'entends, mais je ne me rappelle plus ce que c'est de tomber amoureux. Attends, il faut que j'essaie de me rappeler. Il y que quelque chose comme ça. Une sorte d'intoxication de folie, de totale extravagance. Je courais je ne sais où, je restais planté sous des fenêtres, je voulais me suicider. Je me souviens que j'avais le coeur qui battait terriblement, que je rougissais à tout moment, que quelque chose me faisait très mal, très très mal, mais en revanche j'avais une impression de douceur, une douceur terrible jusqu'au ciel, c'était certainement mon âme ou quelque chose comme ça qui me faisait mal. Maintenant je me rappelle, oui, je me rappelle, mais ça m'étonne, ça m'étonne tellement à présent que ça paraît inconcevable, absurde, comme si c'était dans l'existence de quelqu'un d'autre ; mais il y a eu quelque chose comme ça, je ne le nie pas, pourtant mon petit, je n'arrive pas à me le rappeler nettement.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Alice_   30 avril 2017
Chronique des événements amoureux de Tadeusz Konwicki
C'était la petite ville natale de Witek. C'est là qu'il était né un jour dans une longue rue qui courait le long de la voie ferrée ; mais dans quelle maison, personne ne s'en souvenait plus, sa mère n'arrivait plus à se le rappeler. Il contemplait donc les petites maisons basses qui fuyaient à toute vitesse vers l'arrière, ces petites maisons de briques, parfois négligemment cimentées, chacune avec un petit perron sur lequel, les soirs d'été, on écoute les rossignols et on respire le parfum fort des giroflées, chacune au milieu de son petit jardin, de son verger aux rameaux à présent dénudée couverts des renflements à peine perceptibles des bourgeons en train de se nouer. Et cette bourgade, à proprement parler cette petite ville, ne représente en réalité rien pour Witek qui la regarde avec indifférence, car cette rue, prétendument natale, est déjà terminée ; car cette petite ville est sans expression, neutre, comme faite sans coeur, n'importe comment, peut-être par hasard, construite par les militaires et les cheminots de ce noeud ferroviaire, petit mais très important. Cette petite ville n'est absolument pas faite pour la mémoire, la nostalgie, les rêves saisissants. Et il devrait s'écouler bien des années, et il faudrait que Witek connaisse bien des malheurs, pour qu'une petite ville comme celle-là puisse devenir un jour un souvenir douloureux et renaître dans une beauté saisissante, et de cette beauté à jamais perdue serrer de toutes ses forces le coeur de Witek, quelque part en un très lointain voyage, en une profonde solitude, une impuissance désespérée.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Alice_   03 mai 2017
Chronique des événements amoureux de Tadeusz Konwicki
La lune se leva sur le champ pur de la vitre. Et c'était une lune magique que personne n'avait encore foulée ni souillée. Elle captivait ceux qui cherchait le sommeil par les contours de ses continents inconnus et de ses océans inexplorés.
Commenter  J’apprécie          20

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

QUIZ LIBRE (titres à compléter)

John Irving : "Liberté pour les ......................"

ours
buveurs d'eau

12 questions
142 lecteurs ont répondu
Thèmes : roman , littérature , témoignageCréer un quiz sur cet auteur

.. ..