AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 3.51 /5 (sur 927 notes)

Nationalité : Belgique
Né(e) à : Bruxelles , le 07/09/1970
Biographie :

Thomas Gunzig est écrivain, libraire, chroniqueur et professeur belge.

Licencié en Sciences Politiques, Thomas Gunzig fait de l'indépendance du Tadjikistan le sujet de son mémoire. En 1994, il remporte le Prix de l'Écrivain Étudiant de la ville de Bruxelles pour Situation Instable Penchant vers le mois d'Août (éditions Jacques Grancher), un recueil de nouvelles extraordinaire de maîtrise et de drôlerie qui annonce un talent nouveau entre humour noir, fantaisie réaliste et pessimisme morbide, doué d'une imagination bondissante proche du fantastique.

En 1996, il remporte le prix de la RTBF et le Prix Spécial du Jury pour la nouvelle Elle mettait les cafards en boîte lors de la Fureur de Lire.

En 1997, second recueil de nouvelles, Il y avait quelque chose dans le noir qu'on n'avait pas vu (éditions Julliard, J'ai Lu Nouvelle Génération), mises en scène en France et en Belgique.

En 1999, troisième recueil de nouvelles, "À part moi personne n'est mort" (éditions du Castor Astral, J'ai Lu Nouvelle Génération). Il est également l'auteur d'une comédie musicale, "Belle à mourir", jouée en 1999 en Belgique.

En 2000, il remporte le prix de la SCAM et réalise de nombreuses fictions pour Radio France. Il publie Bruxelles, Capitale culturelle de l'Europe aux éditions Autrement en 2000 et chez Labor De la terrible et magnifique histoire des créatures les plus moches de l'univers en 2002 et un recueil de nouvelles, Carbowaterstoemp, en 2005. Son premier roman, Mort d'un parfait bilingue (Au diable Vauvert 2001), s'est vu distingué par les prix Victor Rossel et Club Méditerranée et son recueil de nouvelles, Le plus petit zoo du monde (Au diable Vauvert, 2003), par le Prix des Éditeurs. Il est lauréat en 2004 du prix de l'Académie Royale de Langue et Littérature Française de Belgique.

Thomas Gunzig est professeur de littérature à La Cambre. Ses livres sont traduits dans le monde entier. Son dernier roman, "10 000 litres d'horreur pure", est paru en 2007 aux éditions Au diable vauvert.

En 2019, il publie, avec François Schuiten, Jaco Van Dormael et Laurent Durieux, "Le Dernier Pharaon".
+ Voir plus
Ajouter des informations
Bibliographie de Thomas Gunzig   (29)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (22) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Il suffisait du mot “oui”, du mot “ja”, pour qu'une folle histoire commence entre les deux communautes linguistiques et litteraires du pays. Un simple mot dans deux langues differentes pour que l'on passe du flirt au mariage ! le flirt s'emancipe des frontieres et prend un nouveau tournant grace a Lize Spit, la jeune prodige des lettres flamandes, et Thomas Gunzig, le trublion bruxellois. Apres une aventure litteraire sur l'application SKGN, les noces se poursuivront en ligne dans la chapelle des ducs de Bourgogne de KBR, en presence de Carl Norac et Mustafa Kor, le poete national et son successeur. Un grand moment de sur- realisme a la belge agremente de poesie. Une rencontre diffusée dans le cadre de la Foire du Livre de Bruxelles 2021.

+ Lire la suite
Podcasts (1)


Citations et extraits (184) Voir plus Ajouter une citation
krzysvanco   14 mai 2021
La vie sauvage de Thomas Gunzig
Madame Saddiki me regardait avec les yeux d’une petite fille devant l’étalage d’une pâtisserie. Évidemment, elle gardait l’allure bien disposée de la thérapeute, elle gardait le contrôle sur son langage corporel pour me mettre en confiance (épaules face à moi, tête légèrement inclinée, mains posées et croisées sur la table), mais ses narines palpitaient d’une impatience gourmande, trahissant le fait qu’elle me prenait sans doute, en ce moment, comme un des grands moments de sa vie professionnelle.
Commenter  J’apprécie          160
jeunejane   08 juillet 2020
La vie sauvage de Thomas Gunzig
- T'es hyper fort en français. C'était marrant, finit-elle par dire.

Je compris que "marrant" était pour elle un mot fourre-tout qui pouvait lui servir pour traduire toute une série de sensations pour lesquelles il lui manquait des ensembles entiers du lexique francophone.

- J'aime bien lire.
Commenter  J’apprécie          220
Oreane   13 août 2013
Manuel de survie à l'usage des incapables de Thomas Gunzig
« Au début, il n’y avait rien.

Ni espace, ni lumière, ni temps qui passe.

Pas d’hier, pas de demain, pas d’aujourd’hui.

Pire qu’un jour de grève.

Pire qu’une rupture de stock.

Rien d’autre que le rien, mais bon, le rien, c’était déjà pas mal.

Le rien, ça laisse quand même des perspectives. »
Commenter  J’apprécie          210
BooksnPics   03 octobre 2013
Manuel de survie à l'usage des incapables de Thomas Gunzig
Génétiquement, ses parents avaient opté pour du moyen de gamme Pioneer, du pas très robuste, le genre d’organisme fait pour travailler trente-cinq heures dans un bureau calme et pas cinquante à ranger des sandwiches dans des frigos.

Commenter  J’apprécie          210
Orphea   09 septembre 2013
Manuel de survie à l'usage des incapables de Thomas Gunzig
Jean-Jean se demandait souvent comment la tristesse pouvait s'installer dans une vie et s'y planter durablement, comme une vis bien serrée avec une couche de rouille par-dessus. Une chose dont il était certain, c'était que ce mouvement d'installation de la tristesse se faisait lentement, par une sédimentation obstinée et progressive à laquelle on ne prêtait pas tout de suite attention. C'était un mouvement tellement discret qu'il fallait du temps et de l'attention pour se rendre compte que doucement le profil de sa vie s'était déformé pour ressembler à une flaque de boue.
Commenter  J’apprécie          200
Winter-   01 mai 2020
Et avec sa queue, il frappe ! de Thomas Gunzig
Et tu verras,

ça c'est un truc que tu vas rencontrer souvent dans ta vie :

des gens qui ont l'air compétents,

mais en fait, ils sont cons.
Commenter  J’apprécie          210
BooksnPics   06 octobre 2013
Manuel de survie à l'usage des incapables de Thomas Gunzig
A la maison, ses parents faisaient les choses rapidement, parce que les corvées domestiques, c’était encore des obligations qui leur rappelaient celles de leur travail: dresser la table, réchauffer la nourriture, débarasser la table, mettre le lave-vaisselle en route, faire une lessive, repasser les tee-shirts, donner un bain à Jean-Jean et enfin coucher Jean-Jean. Après ça, ils étaient libres. ils allumaient la télé, regardaient les chaînes un peu au hasard et, souvent, s’endormaient devant l’écran, tels des chevaux crevés après une journée passée à labourer des hectares de terre.

Commenter  J’apprécie          190
jeunejane   05 janvier 2020
Feel good de Thomas Gunzig
Tom avait du mal à définir : il y avait quelque chose d'un peu effrayant dans la description de quelques personnages, elle leur avait donné un relief sombre et inquiétant, il y avait des zones obscures dans certains recoins de l'histoire et parfois une scène avait eu des échos si terribles qu'elle lui avait lessivé le cœur.
Commenter  J’apprécie          190
Annette55   17 mars 2018
La vie sauvage de Thomas Gunzig
"Ta tête, ton geste, ton air

Sont beaux comme un beau paysage,

Le rire joue en ton visage

Comme un vent frais dans un ciel clair .

Ainsi je voudrais, une nuit,

Quand l'heure des voluptés sonne,

Vers les trésors de ta personne,

Comme un lâche, ramper sans bruit,

Pour châtier ta chair joyeuse,

Pour meurtrir ton sein pardonné,

Et faire à ton flanc étonné

Une blessure large et creuse,

Et, vertigineuse douceur!

À travers ces lèvres nouvelles,

Plus éclatantes et plus belles,

T'infuser mon venin, ma soeur !"



Baudelaire .
Commenter  J’apprécie          162
Bazart   20 août 2019
Feel good de Thomas Gunzig
C’est la peur! La peur du changement ! les gens comme ça, les gens qui ont des vies de riches ou bien des vies où tout va presque toujours bien, ils veulent qu’on leur raconte des histoires qui confirment l’état du monde, pas des histoires qui remettent en cause l’état du monde. Parce que le monde leur convient comme il est. Ils ne veulent pas qu’on leur parle de toute l’horreur du monde, ils ne veulent pas la moindre trace de doute dans les histoires qu’on va leur raconter, ils veulent qu’on leur dise que tout ira toujours bien, que pour eux rien ne changera jamais. Voilà le principe : le principe c’est qu’en te lisant, ces gens se disent : « Ah mais je pense exactement la même chose. »
Commenter  J’apprécie          150

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Lecteurs de Thomas Gunzig (1150)Voir plus


Quiz Voir plus

Candide

Où se situe le château du baron au début de l'histoire ?

En Normandie
En Angleterre
Aux Pays-Bas
En Westphalie

12 questions
2652 lecteurs ont répondu
Thème : Candide de VoltaireCréer un quiz sur cet auteur

.. ..