AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.75 /5 (sur 165 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Marseille , le 23/06/1887
Mort(e) à : Nice , le 18/01/1967
Biographie :

Thyde Monnier, de son vrai nom Mathilde Monnier, est une écrivaine et féministe française.

Elle se marie en 1910 avec Maurice Pourchier. Le couple s'installe à Allauch, village provençal situé à douze kilomètres du centre-ville de Marseille, en 1915 à Canton Rouge, où elle vit jusqu'à son divorce. L'action de son roman "La Rue Courte" (1937) se déroule au vieux village d'Allauch.

Elle a une personnalité originale et rebelle, due à ses deux mariages. De ses deux expériences conjugales, elle tire une conclusion nettement féministe, proclamant la nécessité d'une libération qui commence par la libération sexuelle. Deux de ses livres défendent cette position. Leurs titres sont significatifs : "De l'homme à la femme" (1954) et "La dernière esclave" (1956).

Elle obtient sa première récompense littéraire en 1906 (un prix de poésie) pour un sonnet à Mistral. Elle collabore à diverses revues. Elle publie "Cette vieille romance" en 1924, "Mon bel été" en 1926. Elle obtient le prix de la poésie libre pour une plaquette "Or moi, bateau perdu" en 1936, et fait ses débuts de romancière la même année avec "La Rue Courte" (prix Cazes).

Son œuvre la plus connue est le roman-cycle intitulé "Les Desmichels" (1937-1948), dont un des sept volumes, "Nans le berger", reçoit le prix de La Guilde du Livre en 1941 ; il fera l’objet d’une adaptation télévisée.

Thyde Monnier écrit également de nombreux essais, des mémoires, "Moi" (1949-1955), en quatre tomes et une pièce de théâtre.

Plusieurs distinctions lui sont décernées, notamment le prix Victor Margueritte et le Prix de l'Académie française. Sollicitée pour succéder à Colette à l'Académie Goncourt, elle refuse, préférant rester à Nice.

Un Grand Prix Thyde Monnier est décerné depuis 1975 par la Société des gens de lettres lors de sa session d'automne.
+ Voir plus
Source : Wikipédia
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Dans le cadre du banquet d'automne "Le travail de la langue" qui s'est déroulé à Lagrasse du 29 au 31 octobre 2016, David Bosc, tenait la conférence : "Il faut un frère cruel au langage". David Bosc né en 1973 à Carcassonne, est écrivain et traducteur de l'italien et l'anglais. Il suit des études supérieures en sciences politiques à Aix-en-Provence. Il vit ensuite à Paris, Marseille et Varsovie, avant de s'installer en Suisse, à Lausanne, où il travaille aujourd'hui pour les Éd. Noir sur Blanc. Il a publié deux romans chez Allia (Milo et Sang lié) et deux récits aux Éd. Verdier : La Claire Fontaine (rééd. Verdier poche, 2016), Prix Thyde Monnier de la SGDL 2013 et Mourir et puis sauter sur son cheval, qui reçoit le Prix Michel Dentan 2016. « Après avoir transfiguré les derniers jours de Gustave Courbet, D. Bosc donne voix à une jeune femme défenestrée, danseuse aussi ardente que tourmentée. Encore une fois un texte de peintre.» (Camille Thomine, le Magazine littéraire, mars 2016).
+ Lire la suite

Citations et extraits (42) Voir plus Ajouter une citation
Rabanet   17 juin 2010
Madame Roman de Thyde Monnier
Cinq qu'on a été au commencement puis on n'est plus qu'un . Plus qu'une je veux dire. Pas même ton mari. Et c'est là que tu te rends compte que tu laisseras pas plus de traces que la salade que tu en as semé la graine, que tu l'as repiquée, fulée, arrosée, soignée et puis que tu l'as coupée en morceaux, que tu l'as mangée et qu'elle existe plus.
Commenter  J’apprécie          150
ladesiderienne   04 janvier 2013
Les Desmichels, tome 1 : Grand Cap de Thyde Monnier
" Arnaude, Louise, Rosine, même toi, vous êtes tous jaloux que je sois devenu le maitre de la Guirande et c'est pour ça que vous me détestez !" Je voulais lui dire : " Si tu t'étais fait aimer...." Seulement j'ai vu qu'il ne comprenait pas, je le sentais autant gonflé de sa fortune que de sa mangeaille et rempli à crever de son importance. Leur cœur, à ces hommes qui ne sont que riches, il est noyé dans toute cette graisse d'argent. Alors que veux-tu leur dire ? Il faudrait les mettre à maigrir comme ces lapines qui ne font plus de petits, parce qu'on les a trop bien nourries.... Il faudrait les mettre à maigrir, à souffrir, à se tanner la peau au vent et à la pluie des routes, à demander leur pain dans les fermes où l'on vous envoie le chien pour vous mordre, alors peut-être ils deviendraient bons et le vif de leur cœur se sortirait de sa pourriture. et encore, c'est pas sûr.... Les raves gelées, ça fait toujours de la mauvaise soupe....
Commenter  J’apprécie          90
ladesiderienne   13 août 2019
Madame Roman de Thyde Monnier
C'est bien bête d'aimer ! Y faudrait qu'on vous corrige de ça à coups de pied quand on est petit, comme on fait à l'âne qui veut pas prendre le bon chemin. Ça me fait penser que nous en avions un, d'âne, autrefois. A peine que je l'avais chargé des couffins de légumes tout frais, tout beaux, cet imbécile y se laissait tomber sur son côté de ventre et y se roulait dans la poussière... Mes pauvres salades ! Mes pauvres artichauts ! Eh ben, quand on aime trop les gens, c'est pareil, tu leur confies tes paniers de ce que tu as de mieux, ton temps, ton cœur, ton dévouement et y te foutent tout par terre, dans la pierraille et tout ton meilleur bien est gâté. Cette manie d'aimer, je m'en suis rendu compte en vieillissant, mes pauvres amis elle vous en fait faire, de ces bêtises qu'après vous les payez cher !
Commenter  J’apprécie          91
ladesiderienne   12 août 2019
Madame Roman de Thyde Monnier
Combien y a d'années que plus personne m'a appelée Clarisse ? Depuis que Cyprien est mort. Mais y avait déjà trente ans qu'il me disait "Maman", pareil que les enfants. Y a rien que quand on est jeune qu'on a un prénom. Et même d'abord, on l'a pas. On est "Bébé" ou "la petite" ; plus grande, à l'école, j'ai été "Clarisse Barges", puis "Clarisse Roman", puis "la mère", puis "la grand-mère", puis plus rien puisqu'ils sont tous partis, qu'ils sont tous morts. Maintenant je suis madame Roman pour tout le monde. Je m'appelle madame Roman. Pas plus.

Quand on prend de l'âge, on perd son prénom, on perd ses dents, on perd ses yeux, on perd le brillant du visage, on perd le sang de ses lèvres, tout ce qui vous rendait belle à vingt ans. Et les gens alors, qui parlent de vous, y disent : "La vieille", pas plus. Et il faut accepter l'humiliation ou aller au cimetière.
Commenter  J’apprécie          80
ladesiderienne   14 août 2019
Madame Roman de Thyde Monnier
Tu te rends compte que tu vis un bout de temps sur la terre, qu'y a des choses contre lesquelles tu peux rien et que de te battre contre elles, ne sert qu'à te casser la figure. Alors c'est pas la peine de lutter. Seulement ça te rend triste et dans ces moments, tu donnerais ton existence contre une poignée de figues.
Commenter  J’apprécie          70
gill   04 avril 2012
Les Desmichels, tome 3 : Nans le Berger de Thyde Monnier
Pascal Nans est tout blond, tout clair, comme si en lui le sang provençal ne s'était pas mélangé au sang savoyard. Ses yeux bleus sont deux lacs calmes dans un paysage bien ordonné, les contours de son visage vont paisiblement vers l'arrondi des joues et du menton. Encadrant les lèvres en belle pulpe fraîche, ils se perdent dans un cou trop blanc, qui ressemble à de la peau de femme. Toute la fraîcheur et la robustesse de Pascaline à son âge revivent dans la jeunesse du fils.

Au moral, il est le garçon de Haute-Savoie, froid et pur comme la neige, mais traversé de plus de frissons et d'images que le cours des torrents montagnards, car son père lui a laissé, sous tant de froideur apparente, ce que lui même ne sait pas encore, la flamme secrète des passions du sud...

(extrait de la deuxième partie "Nans")
Commenter  J’apprécie          60
Fortuna   07 août 2018
Madame Roman de Thyde Monnier
Oui, ça devait arriver n'est-ce pas ? Il était mort. Et moi, j'y ai craché à la figure. D'instinct... sans pour ainsi dire le vouloir. Après je lui ai essuyé avec la serviette et j'ai pleuré à coté de lui.
Commenter  J’apprécie          70
anlixelle   08 février 2015
Les Desmichels, tome 1 : Grand Cap de Thyde Monnier
Et nous nous aimions bien, tous les cinq, c'est ce qui compte. Parce que l'amitié, c'est le pain des pauvres. C'est ce qui leur fait paraître le pain bon, même quand il est dur, et qu'y a pas de fricot avec. Cette grosse amitié des uns pour les autres, l'amour si tu veux.../... de cet amour qui est bon comme le pain, elle s'en nourrissait toujours, malgré la mort de ses deux hommes.
Commenter  J’apprécie          60
ladesiderienne   15 avril 2013
Les Desmichels, tome 5 : Travaux de Thyde Monnier
- Tu peux pas l'aimer d'amour, va, je le sais bien !

- D'amour ? dit Vincente. Y a peut-être des choses plus importantes que l'amour.
Commenter  J’apprécie          70
blandine5674   10 octobre 2014
La Rue courte de Thyde Monnier
- Le monde ? crie Frisette, qué monde ? je m'en fous pas mal du monde. Y te nourrit le monde quand tu as rien à manger ? Si c'est pour le parler du monde que ça te fait peine, ça me touche guère, tu sais, ma belle. Pourquoi moi, le monde je le tiens là.

D'une tape retentissante, elle claque ses fesses.

- Qui parle derrière, parle à mon derrière.
Commenter  J’apprécie          60

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Le p'tit bal ....

C'est mon dernier bal ... "J'ai dit à mes copains Y'a un baloche à Sarcelles On va y faire un saut Y aura p't'être des morues Et puis ça fait un bail Qu'on s'est plus bastonné Avec de la flicaille Ou des garçons bouchers C'est mon dernier bal Ma dernière virée Demain dans l'journal Y'aura mon portrait" Indice : Lola

La compagnie créole
Bernard Lavilliers
Renaud
Michel Sardou

16 questions
29 lecteurs ont répondu
Thèmes : chanson , fêtes , françaisCréer un quiz sur cet auteur

.. ..