AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 3.57 /5 (sur 101 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Carcassonne , le 07/04/1973
Biographie :

David Bosc a vécu notamment à Sienne et à Varsovie. Il est écrivain et traducteur de l’anglais et de l’italien.

Source : www.mondalire.com
Ajouter des informations
Bibliographie de David Bosc   (9)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Dans le cadre du banquet d'automne "Le travail de la langue" qui s'est déroulé à Lagrasse du 29 au 31 octobre 2016, s'est déroulé une table ronde avec les écrivains David Bosc, Maylis de Kerangal et Hélène Merlin-Kajman : Comment je travaille la langue.

Podcasts (3) Voir tous


Citations et extraits (42) Voir plus Ajouter une citation
Pirouette0001   06 mars 2016
Mourir et puis sauter sur son cheval de David Bosc
Le calme. Le calme. Il en cimente toute la maison, avec cette gravité qu'il jette comme du sable sur les départs de feu : fous rires, chagrins, enthousiasmes, trop fortes joies. Que ça puisse déborder, exploser, sortir de ses limites... il veille à l'empêcher avec un savoir-faire d'infirmier des asiles.
Commenter  J’apprécie          90
steka   27 avril 2014
Georges Darien de David Bosc
Quand la souffrance, la tristesse et l'asservissement se font chaque jour plus aigus, et le désastre social plus éclatant, les explications que de commis foutriquets condescendent à donner n'amusent guère ...
Commenter  J’apprécie          70
Zakuro   31 janvier 2016
Mourir et puis sauter sur son cheval de David Bosc
Des Eves noires à la hanche fleurie. Un chevalier à pourpoint d'oiseau et tête de chardon rouge. Les adorateurs d'une fraise des bois, nus, adorablement. Cohue qui sort de l'eau pour régresser dans l'oeuf blanc dont on se demande bien qui le refermera, et comment. Cabrioles d'amour, le poirier ventre à terre, et les orteils là-haut en colloque muet. Le paradis ne peut être que miniature, ou plutôt le lieu d'une inversion des échelles.
Commenter  J’apprécie          60
Alzie   02 août 2014
La claire fontaine de David Bosc
L'absurde du monde, qu'il soit ou non couvert de câbles électriques, Courbet le conjurait jour après jour par la peinture. Il montait contre lui de fragiles barrages que la nuit emportait. C'est avec des figures de cire, des petits pans de mur jaune, des queues leu leu de vers alexandrins, que l'on parvient à faire pièce à l'absurde, et non par le thermomètre, le microscope ou le cours de la bourse.
Commenter  J’apprécie          60
steka   18 avril 2014
Sang lié de David Bosc
Par bonheur, je ne suis revenu de rien.
Commenter  J’apprécie          70
lilianelafond   10 mai 2016
Mourir et puis sauter sur son cheval de David Bosc
Seul me porte vers les livres le désir d'y trouver ce que je ne soupçonnais pas, et c'est pourquoi je déteste les faiseurs de bouquins, les romances ficelées, cousues d'astuces, farcies de diables à ressort, de pièges à souris.

p. 32
Commenter  J’apprécie          40
fbalestas   20 mai 2020
La claire fontaine de David Bosc
Courbet a exercé sa liberté. Il était opiniâtre. Sa politique ? Pour tous, la liberté, c’est-à-dire le devoir de se gouverner soi-même. Il ne déplorait rien. Il ne s’occupait pas de revendications (il n’était pas question de demander quoi que ce soit). Pour le reste, et jour après jour, ne rien céder de ce qu’on peut tenir. Pied à pied. Ne rien abandonner à cela qui mutile, prive, colonise, retranche, arraisonne, greffe, assujettie, entrave, équipe, ajuste, équarrit. Le corps est un champ de bataille. Le réalisme de Courbet est une riposte à la fable sociale, au fameux modèle de société, à la civilisation, au programme des écoles des classes asservies, au programme des écoles des classes dirigeantes, aux recueils de lecture à l’usage des jeunes filles. Le réalisme de Courbet lacère les décors derrière lesquels on accomplit la sale besogne, il déchire les toiles peintes : les bouquets d’angelots par-dessus les théâtres, les fées clochette, les diables, les allégories en fresque dans les écoles et dans les gares, où l’on voit les déesses de l’industrie et de l’agriculture, les splendeurs des colonies et les prodiges de la science.

Au mur de son atelier, à Paris, Courbet avait affiché une liste de règles ;

1. Ne fais pas ce que je fais

2. Ne fais pas ce que les autres font

3. Si tu faisais ce que faisait Raphaël, tu n’aurais pas d’existence propre. Suicide

4. Fais ce que tu vois et ce que tu ressens, fais ce que tu veux
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
fbalestas   20 mai 2020
La claire fontaine de David Bosc
Palavas ! C’avait été à Palavas, vingt ans plus tôt, que Courbet avait découvert le cagnard, la grande lumière en Languedoc. Sa palette s’en était trouvée éclaircie : cette réaction chimique ne surprenait plus guère. Le voyage d’Italie, depuis un siècle au moins, était concurrencé par d’autres Sud, plus rudes, plus pauvres, et par l’Orient, sans pour autant que changeât cet afflux soudain, chez les peintres dépaysés, de l’or et du blanc d’Espagne. Davantage de lumière, aussi simplement que s’éclairent les cheveux des enfants au soleil. Point de révolution. Le temps viendrait un peu plus tard des conversions violentes du Midi, de ces artistes transis intérieurement, grelottants, auxquels le bleu du ciel et le miroir d’acier de la mer feraient comme un éden, sous une loi terrible, un Walhalla. Un jour d’octobre 1888, partis d’Arles en chemin de fer, Gauguin et Van Gogh iraient ensemble à Montpellier découvrir les Courbet de la collection Bruyas.
Commenter  J’apprécie          20
MarianneL   30 avril 2017
Relever les déluges de David Bosc
L’égalité est à la fois le passé et l’avenir de notre histoire. Il finira le temps des caciques, de ceux qui possèdent davantage que leur regard ne peut embrasser, même s’ils montent sur le toit. Il finira le temps de ceux qui font le tour en auto de terres dont ils ne sauront rien, sinon le rendement à l’hectare.
Commenter  J’apprécie          30
michelekastner   22 octobre 2013
La claire fontaine de David Bosc
La peinture à toute allure, la peinture artiste débitée comme du savon, ça n'était pas une invention de Pata. Courbet, longtemps auparavant, avait tiré un système de son goût de l'épate, de son goût bravache de porter plus lourd que les autres, de boire davantage, sans ciller, de manger un chapelet de saucisses au fin fond d'un repas de sapeur avant de réveiller encore la cuisinière pour enfoncer le clou. Décrivant son séjour à Trouville, en 1865, il ne donna à ses parents que de gros chiffres, ronflant comme un costaud de foire : treente-cinq toiles, "ce qui a étourdi tout le monde", et quatre-vingts bains de mer (soit plus d'une marine par jour, qu'il appelait des paysages de mer, et deux à trois bains, qu'il prenait la pipe au bec, en octobre et novembre, dans les eaux de la Manche).
Commenter  J’apprécie          20

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Ravage

En quelle année fut publié ce roman de Barjavel?

1932
1943
1954
1965

16 questions
737 lecteurs ont répondu
Thème : Ravage de René BarjavelCréer un quiz sur cet auteur

.. ..