AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782744122767
221 pages
Éditeur : France loisirs (30/11/-1)

Note moyenne : 3.75/5 (sur 52 notes)
Résumé :
La vie de tout le monde, de tous les jours, dans un petit bourg provençal, a été celle de Madame Roman. Ou du moins elle en a eu les apparences. Qui peut connaître les cœurs ? Le silence en est maître. Il faut traverser bien des écorces pour les sonder et souvent alors, on est surpris de ce qu'on y découvre.

Ces pages sont l'histoire d'une simple vie de vieille paysanne qui va mourir et qui, seule, assise auprès de la porte de son étroite maison campa... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (13) Voir plus Ajouter une critique
anlixelle
  13 décembre 2018
Dans un vieux français rural et provençal agrémenté d'une grammaire très particulière apprise au coeur de la garrigue, entre quatre brins de thym, l'auteur de la saga Les Desmichels raconte dans ce roman la vie d'une vieille femme.
Madame ROMAN y livre son existence, ses joies mais principalement, son drame, une ancienne soumission à la joute masculine qu'elle a su faire évoluer pour survivre. Sa solitude devenue extrême n'en est pas une, puisque dotée d'un fichu tempérament et d'un grand respect face au vivant, elle a pu tricoter avec Sa grande douleur.
J'ai relevé quelques passages truculents, par exemple celui où le personnage principal nous offre sa propre analyse psychologique de ses congénères est assez savoureux.
Madame ROMAN ne connaît pas de nuance entre AIMER et DETESTER et j'ai passé un agréable moment de lecture dans ce retour en arrière. Il est rare que les écrits de Thyde MONNIER me déçoivent, on y sent toujours un vent d'humanisme et de fougue féministe qui me siéent bien.
Comme souvent, avec cette catégorie d'auteur du terroir, LA REVELATION, celle autour de laquelle une existence s'est construite, LE secret de Madame ROMAN (et quel secret !) teinte l'ensemble d'une jolie couleur.

Lien : http://justelire.fr/madame-r..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          382
ladesiderienne
  14 août 2019
Dans ma PAL constituée de bric et de broc glanés au hasard de brocantes ou de trocs sur internet, je découvre parfois quelques pépites. "Madame Roman", livre édité pour la première fois en 1957 a été vraiment une bonne pioche.
C'est une critique récemment postée sur Babelio qui m'a fait redécouvrir Thyde Monnier, qui restait pour moi celle qui avait écrit la saga sentimentale "Les Desmichels", mais je vous parle d'un temps que les moins de vingt ans...
Clarisse Roman, 85 ans, descend tous les jours à son cabanon, regarder pousser les quelques légumes de son jardin. Mais voilà qu'aujourd'hui, l'aïguadier (l'homme chargé de distribuer l'eau communale) qu'elle connaît bien est accompagné d'un jeune homme revenu vivre au pays. La vue de cet Hugues Simonin, fils de l'Alfred et de la Ninette Simonin, autrefois ses amis, va réveiller les souvenirs de Clarisse et la vieille dame va confier au lecteur les évènements heureux et malheureux qui ont constitué sa vie : petite fille née de père inconnu, épouse de Cyprien le beau facteur, mère de trois enfants aujourd'hui décédés. C'est l'occasion également pour celle qui devine que sa fin est proche de faire le bilan, à travers des réflexions savoureuses sur le sens de l'existence.
Clarisse, elle a le parler vrai et fleuri du Midi. Après un petit temps d'adaptation, c'est un livre plein de poésie et de bon sens, qu'on lit "avé l'assent". Pourtant dès le début de la confession, on devine qu'un évènement dramatique a marqué sa vie. Derrière cette existence simple et bien remplie aux yeux de tous ceux qui l'ont croisée, Clarisse porte un lourd secret et la culpabilité d'un acte qu'elle n'a pas commis. Cette lecture qui mérite le 20/20, fut une parenthèse enchantée au coeur de l'été grâce à l'écriture de Thyde Monnier, véritable Pagnol au féminin, qui mêle avec art le drame et l'humour.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          251
Fortuna
  07 août 2018
Une vieille dame, Clarissse Roman, nous raconte avec ses mots à elle, le drame qui a bouleversé sa vie. Une vie à l'apparence si simple, dans un village provençal au début du 20e siècle, une vie de labeur, traversée de joies mais empoisonnée par une tragédie.
Mariée jeune à un homme qu'elle aime, Cyprien le facteur, ils ont trois enfants qui partiront tous et mourront avant eux. Ils se retrouvent seuls à cinquante ans, occupés aux travaux du jardin, elle au ménage, lui à son emploi à la poste, jusqu'au jour où vient à mourir la fillette d'un voisin, retrouvée étranglée dans un ruisseau...
Et Cyprien sombre peu à peu dans la folie. La veille de mourir, il confie le fardeau de sa culpabilité à sa femme qui s'en serait bien passé. Malheur qu'elle ruminera jusqu'à la fin de ses jours.
C'est cette descente aux enfers qu'elle nous confie, sans indulgence pour le coupable mais sans haine non plus, ni complice ni juge, simplement anéantie mais digne. Une confession entrecoupée de considérations savoureuses sur la vie de tous les jours, sa vie à elle, la vie des femmes de cette époque, le temps qui passe, le cycle des saisons...
Un très beau texte rythmé par la langue de cette paysanne simple qui explore le coeur des choses, le sens de la vie, la raison d'être des hommes sur cette terre. Clarissse a perdu ses enfants, n'a pas eu de petits-enfants, son mari et sa plus chère amie sont morts. Sa vie semble s'arrêter, n'avoir servi à rien et pourtant. La fin laisse entrer un rayon d'espoir, un apaisement, une réponse. Un équilibre est rétabli, du chaos renaîtra une existence nouvelle.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          241
Laerte
  15 octobre 2015
Tout ce qu'on peut reprocher à l'auteur, c'est d'avoir appeler son livre, « Madame Roman ». Comment écrire sans se répéter, sur le roman Madame Roman ? Je dis ceci pour détendre l'atmosphère parce que ce qui suit est loin d'être gai.
La narratrice est une femme de la campagne qui parle comme on le fait dans son village de Haute Provence où tout le monde se connaît. Elle évoque sa vie de femme laborieuse et soumise. Elle est à la fin de sa vie et la vision soudaine d'un jeune garçon lui fait se souvenir d'un événement dramatique, tragique, horrible qui a bouleversé son village et sa propre existence.
C'est un livre magnifique bien que déchirant avec une écriture qui nous plonge inéluctablement dans l'ambiance d'un village méridional.
Thyde Monnier est une écrivaine un peu oubliée et c'est dommage ; elle mériterait plus d'attention.
Commenter  J’apprécie          120
ides60
  21 juillet 2010
Ce petit livre de rien du tout se lit en un rien de temps. il est pourtant plein comme une oeuf d'une histoire sordide.
Si le début se fait sur le quotidien d'une petite mamie attachante, portrait généreux et bucolique, on bascule vite dans l'incompréhensible. le suspens est là et on suit la progression irréverscible de la dépression, du remord, qui hante et ronge comme la rouille jusqu'à entraîner sa proie au suicide.
Commenter  J’apprécie          100

Citations et extraits (15) Voir plus Ajouter une citation
ladesiderienneladesiderienne   12 août 2019
Combien y a d'années que plus personne m'a appelée Clarisse ? Depuis que Cyprien est mort. Mais y avait déjà trente ans qu'il me disait "Maman", pareil que les enfants. Y a rien que quand on est jeune qu'on a un prénom. Et même d'abord, on l'a pas. On est "Bébé" ou "la petite" ; plus grande, à l'école, j'ai été "Clarisse Barges", puis "Clarisse Roman", puis "la mère", puis "la grand-mère", puis plus rien puisqu'ils sont tous partis, qu'ils sont tous morts. Maintenant je suis madame Roman pour tout le monde. Je m'appelle madame Roman. Pas plus.
Quand on prend de l'âge, on perd son prénom, on perd ses dents, on perd ses yeux, on perd le brillant du visage, on perd le sang de ses lèvres, tout ce qui vous rendait belle à vingt ans. Et les gens alors, qui parlent de vous, y disent : "La vieille", pas plus. Et il faut accepter l'humiliation ou aller au cimetière.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
ladesiderienneladesiderienne   13 août 2019
C'est bien bête d'aimer ! Y faudrait qu'on vous corrige de ça à coups de pied quand on est petit, comme on fait à l'âne qui veut pas prendre le bon chemin. Ça me fait penser que nous en avions un, d'âne, autrefois. A peine que je l'avais chargé des couffins de légumes tout frais, tout beaux, cet imbécile y se laissait tomber sur son côté de ventre et y se roulait dans la poussière... Mes pauvres salades ! Mes pauvres artichauts ! Eh ben, quand on aime trop les gens, c'est pareil, tu leur confies tes paniers de ce que tu as de mieux, ton temps, ton cœur, ton dévouement et y te foutent tout par terre, dans la pierraille et tout ton meilleur bien est gâté. Cette manie d'aimer, je m'en suis rendu compte en vieillissant, mes pauvres amis elle vous en fait faire, de ces bêtises qu'après vous les payez cher !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          101
RabanetRabanet   17 juin 2010
Cinq qu'on a été au commencement puis on n'est plus qu'un . Plus qu'une je veux dire. Pas même ton mari. Et c'est là que tu te rends compte que tu laisseras pas plus de traces que la salade que tu en as semé la graine, que tu l'as repiquée, fulée, arrosée, soignée et puis que tu l'as coupée en morceaux, que tu l'as mangée et qu'elle existe plus.
Commenter  J’apprécie          170
ladesiderienneladesiderienne   14 août 2019
La température, dans notre Midi, elle est guère stable, tu as de ces régions du Nord où il te pleut dessus, chinchérin-chinchérin pendant des semaines entières. Même à Paris on raconte, que moi j'y suis jamais allée, qu'y a une pluie que pour ainsi dire tu t'en aperçois pas, tu la sens pas, tu sors sans prendre le parapluie parce que le ciel, ça dure des mois qu'il est gris la même chose et puis tu vois que tu es toute mouillée : les épaules, les jambes, les pieds. C'est comme ça. Nous ici, non. Ou y pleut ou y fait beau. Mais alors s'y pleut, ça tombe à rage, pareil qu'avec des seaux ! Ça noie les plantes, ça emporte les semis, ça dévaste les jardins et ça tire au sol les branches des arbres. Y a la grêle, y a le tonnerre ! Pendant l'hiver j'en ai vu de ces orages, gronder tandis que la neige tombait... Oui, c'est drôle, c'est un pays, notre Provence, que même les choses de la nature elles ont trop de passion.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
ladesiderienneladesiderienne   14 août 2019
Tu te rends compte que tu vis un bout de temps sur la terre, qu'y a des choses contre lesquelles tu peux rien et que de te battre contre elles, ne sert qu'à te casser la figure. Alors c'est pas la peine de lutter. Seulement ça te rend triste et dans ces moments, tu donnerais ton existence contre une poignée de figues.
Commenter  J’apprécie          80

Video de Thyde Monnier (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Thyde Monnier
Dans le cadre du banquet d'automne "Le travail de la langue" qui s'est déroulé à Lagrasse du 29 au 31 octobre 2016, David Bosc, tenait la conférence : "Il faut un frère cruel au langage".
David Bosc né en 1973 à Carcassonne, est écrivain et traducteur de l'italien et l'anglais. Il suit des études supérieures en sciences politiques à Aix-en-Provence. Il vit ensuite à Paris, Marseille et Varsovie, avant de s'installer en Suisse, à Lausanne, où il travaille aujourd'hui pour les Éd. Noir sur Blanc. Il a publié deux romans chez Allia (Milo et Sang lié) et deux récits aux Éd. Verdier : La Claire Fontaine (rééd. Verdier poche, 2016), Prix Thyde Monnier de la SGDL 2013 et Mourir et puis sauter sur son cheval, qui reçoit le Prix Michel Dentan 2016. « Après avoir transfiguré les derniers jours de Gustave Courbet, D. Bosc donne voix à une jeune femme défenestrée, danseuse aussi ardente que tourmentée. Encore une fois un texte de peintre.» (Camille Thomine, le Magazine littéraire, mars 2016).
+ Lire la suite
autres livres classés : provenceVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Marseille, son soleil, sa mer, ses écrivains connus

Né à Corfou, cet écrivain évoque son enfance marseillaise dans Le Livre de ma mère. Son nom ?

Elie Cohen
Albert Cohen
Leonard Cohen

10 questions
288 lecteurs ont répondu
Thèmes : provence , littérature régionale , marseilleCréer un quiz sur ce livre

.. ..