AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 3.44 /5 (sur 439 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Puteaux , 1969
Biographie :

Vanessa Schneider est une journaliste française.

Journaliste politique à Libération en 1994, Vanessa Schneider devient Reporter pour l'Agence CAPA en février 2007. Parallèlement, Vanessa Schneider travaille pour l'émission Dimanche+ sur Canal+ et, toujours sur la même chaîne, fut polémiste dans l'émission Un Café, L'Addition, de Pascale Clark (septembre 2007-juin 2008). Vanessa Schneider est également une chroniqueuse régulière sur RTL dans l'émission On refait le monde, alors animée par Nicolas Poincaré. Depuis novembre 2009 elle est grand reporter à Marianne.

En 2001, sort son premier livre intitulé "La Déprime des Politiques". Plus récemment, elle a réalisé le documentaire "Paris 2008", pour l'émission Jeudi Investigation (Canal+), ou la campagne des municipales parisiennes vue de l'intérieur (20 mars 2008).

En 2008 sort son second livre intitulé "La Mère de ma Mère". Avec cet ouvrage, Vanessa Schneider signe son premier roman, un récit autobiographique. Sorti en poche aux éditions Point Seuil en octobre 2009.

En octobre 2009 sort son second roman "Tâche de ne pas devenir folle" dans lequel elle poursuit l'exploration de ses origines familiales.

À la rentrée littéraire 2011, elle publie "Le Pacte des vierges", récit qui est inspiré d'un fait divers américain: dix-sept jeunes filles sont tombées enceintes en même temps.
+ Voir plus
Ajouter des informations
Bibliographie de Vanessa Schneider   (11)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (32) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Après "Bienvenue au club", le CNL en partenariat avec Public Sénat, met en avant les conseils des lecteurs en leur donnant la parole dans l'émission #LivresetVous. Une nouvelle chronique à ne pas manquer tous les vendredi à 17h30. Deux livres et deux histoires d'engagements. Des pages d'Histoire aussi… Dans « Livres & Vous » sur Public Sénat, Guillaume Erner et ses invités, Dan Franck (« Boro, Est-Ouest » Ed. Fayard Grasset) et Vanessa SchneiderLa fille de Deauville ». Ed. Grasset), nous ouvre la porte de destins singuliers, où fiction et réel s'entremêlent. Une émission présentée par Guillaume Erner, en partenariat avec France Culture. Suivez le CNL sur son site et les réseaux sociaux : Site officiel : www.centrenationaldulivre.fr Facebook : Centre national du livre Twitter : @LeCNL Instagram : le_cnl Linkedin : Centre national du livre

+ Lire la suite
Podcasts (6) Voir tous


Citations et extraits (107) Voir plus Ajouter une citation
palamede   08 octobre 2018
Tu t'appelais Maria Schneider de Vanessa Schneider
Ils sont rares ceux qui reconnaissent craindre la folie de l’autre, avouent fuir devant les dérèglements.
Commenter  J’apprécie          470
palamede   12 octobre 2018
Tu t'appelais Maria Schneider de Vanessa Schneider
Il n’est jamais trop tard pour dire aux gens qu’on les aime.
Commenter  J’apprécie          420
Ladybirdy   31 décembre 2018
Tu t'appelais Maria Schneider de Vanessa Schneider
Tu sembles ne pas savoir qui tu es. Tu n’as pas de papa. Ta maman t’aime mal, tu as la mine inquiète des enfants qui pressentent que le chemin de la vie sera pavé de pierres coupantes.
Commenter  J’apprécie          240
catoche11   30 juin 2022
La fille de Deauville de Vanessa Schneider
Quand tu es sortie, personne n’a vraiment cherché à savoir ce qui s’était passé là-bas. Tu n’as rien dit non plus. Raconter la taule, les hurlements, le désespoir, la saleté, les rats et la folie, tu aurais eu honte. Quand on prétend faire la révolution, quand tant d’autres meurent en martyrs au Liban ou dans des camps de réfugiés, on ne pleurniche pas. Pourtant, tu as bien dérouillé. Il t’en a fallu du temps pour que ça devienne supportable, le bruit et l’ennui, la bêtise et la brutalité, sans même quelque chose pour te soulager, un joint ou une ligne. Tu as pensé plusieurs fois crever de solitude et d’angoisse, tu appelais ta mère dans la nuit comme une gosse qui ne parvient pas à se réveiller d’un cauchemar, tu as chialé des jours entiers sous ta couverture rêche, tu as mendié des cachetons à l’infirmerie pour arriver à dormir quelques heures et ne pas te pendre aux barreaux de ta cellule.
Commenter  J’apprécie          00
catoche11   30 juin 2022
La fille de Deauville de Vanessa Schneider
Joëlle était jeune et bien-portante. Elle n’abîmait pas son corps à l’usine comme les ouvriers exploités, ne se levait pas au milieu de la nuit pour rejoindre chaque matin un travail pénible, n’avait pas à affronter les remontrances d’un petit chef acariâtre. Pourtant, elle se sentait lasse. À ce moment précis, les yeux clos dans le creux de son bras, elle aurait tout donné pour s’arrêter, ne plus rien faire, ni penser ni réfléchir, ni combattre et ni lutter.
Commenter  J’apprécie          00
Annette55   25 octobre 2018
Tu t'appelais Maria Schneider de Vanessa Schneider
"Dans ma famille, on ne fait pas les choses à moitié .

Quand on boit , on meurt à huit grammes. "
Commenter  J’apprécie          200
Ziliz   30 août 2014
Le Pacte des Vierges de Vanessa Schneider
[Ma mère] passe dix heures par jour devant la télé à boire des sodas et à manger des beignets. Avec tous les médocs qu'elle s'enfile depuis des années, elle a perdu son regard, elle n'écoute plus quand on lui parle. Elle ne dit rien non plus d'ailleurs. Elle est devenue silencieuse. De temps en temps, elle m'attire à elle sur le lit et elle me serre très fort dans ses bras en me demandant pardon. Ça me bouleverse quand elle fait ça. J'ai envie de chialer moi aussi, mais je me retiens car c'est déjà suffisamment angoissant et puis je n'ai pas envie qu'elle sache que ça me rend horriblement triste de la voir comme ça [...]. (p. 88-89)
Commenter  J’apprécie          180
Agathethebook   28 août 2018
Tu t'appelais Maria Schneider de Vanessa Schneider
Personne n’a écrit que tu étais partie en buvant du champagne, ta boisson favorite, la mienne aussi, celle qui fait oublier les meurtrissures de l’enfance et qui nimbe de joie les fêlures intimes des âmes trop sensibles. Tu t’en es allée au milieu des bulles et des éclats de rire, de visages aimants et de sourires pétillants. Debout, la tête haute, légèrement enivrée. Avec panache.
Commenter  J’apprécie          151
Ziliz   29 août 2014
Le Pacte des Vierges de Vanessa Schneider
J'étais assise sur la canapé du salon en train de lire un magazine, lorsque [mon père] est arrivé et a éteint la télé. Quand il fait ça, c'est qu'il y a quelque chose de super important dans l'air parce que chez nous, on n'éteint quasiment jamais la télé sauf pour dormir, et encore, ça arrive qu'on oublie et qu'on la laisse allumée. (p. 73)
Commenter  J’apprécie          130
michdesol   13 décembre 2018
Tu t'appelais Maria Schneider de Vanessa Schneider
Le lendemain de ta mort, « Libération » affiche en une grande photo de toi te montrant poitrine nue et offerte, bestiale, objet sexuel. Une photo tirée du « Tango ». Tu aurais détesté que l'on te rende hommage ainsi. Tu en aurais pleuré, tu te serais mise dans une rage folle, toi qui as passé toute ta vie à essayer d'effacer les marques que tu pensais infâmes. Nous n'avons pas aimé non plus cette représentation de toi. Parce qu'on ne voulait pas te voir réduite à ta chair. Parce que tu étais autre chose que ce corps exhibé. Parce qu'on ne représente pas les morts ainsi. Parce que jamais un journal n'aurait choisi pour accompagner une nécrologie l'image d'un homme dévêtu. Parce que le journal qui avait décidé de le faire n'était pas n'importe quel journal. C'était le nôtre, c'était le mien. C'était celui que mes parents achetaient quotidiennement depuis son premier numéro en 1973. Celui qui nous avait initiés, nous les enfants, à la politique et à tant d'autres choses comme le combat pour les femmes. Celui qui m'avait donné envie de devenir journaliste. Celui où j'avais travaillé pendant treize ans et où l'un de mes cousins écrivait encore. Ce n'était pas de ce côté là que l'on attendait le coup.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100

Acheter les livres de cet auteur sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura



Quiz Voir plus

Blanc, Noir... ou bien Gris ?

Jack London a écrit :

Croc-Blanc
Croc-Noir
Croc-Gris

20 questions
2419 lecteurs ont répondu
Thèmes : noir et blanc , couleur , humour , littérature , contrairesCréer un quiz sur cet auteur