AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.44 /5 (sur 1264 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Boulogne-Billancourt , le 25/05/1975
Biographie :

Claire Castillon est une écrivaine française.

Issue d’une famille aisée, elle pour­suit des études litté­raires et décroche un DEUG. En 2000, elle publie son premier livre, "Le Grenier", mais il lui faut attendre son deuxième roman "Je prends racine" (2001) pour acquérir le statut d'écrivain aux yeux des critiques.

Depuis, elle a publié de nombreux ouvrages et aussi des recueils de nouvelles. Elle est traduite en 20 langues.

En 2010, elle publie "Les Bulles", recueil de nouvelles que son amie Marion Vernoux adapte sur scène au Théâtre Marigny en janvier 2013.

"Tous les matins depuis hier" (2013) est son premier roman jeunesse. En 2014, son roman "Eux" a décro­ché le prix Marie Claire du roman fémi­nin.

En 2016, ses 21 nouvelles sont réunies au sein d’un recueil intitulé "Les messieurs". Elle est également l'auteur d'une pièce de théâtre, "La poupée qui tousse".

De 2004 à 2005, Claire Castillon anime "En attendant minuit" sur TPS Star, une émission ludique et informative sur l'actualité du sexe.

Au début des années 2000, elle a une relation, pendant deux ans et demi, avec Patrick Poivre d'Arvor, liaison à laquelle il fait allusion dans son roman "La Mort de Don Juan" (2004).

+ Voir plus
Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Claire_Castillon
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (17) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Découvrez le deuxième épisode du tout nouveau podcast des éditions du Masque : Conversation dans le noir. Chaque jeudi, nous vous proposons une conversation téléphonique entre éditrice et auteure, à écouter sur l'ensemble de nos réseaux sociaux. Dans cet épisode, Nathalie Sauvagnac se livre dans une conversation très touchante autour de la norme, des marges, mais aussi de son roman Les Yeux fumés et de la littérature en temps de confinement. Nous vous souhaitons une bonne écoute ! Extrait lu : https://www.editions-jclattes.fr/sites/default/files/webmaster/lyf.pdf Oeuvres citées : Colette Philippe DjianVirginie DespentesClaire CastillonCharles Bukowski Salinger Boris VianKate Tempest CRÉDITS : Conversation dans le noir est un podcast des éditions du Masque. Réalisation : Paul Sanfourche. Générique : Longing - Joachim Karud.

+ Lire la suite
Podcasts (3) Voir tous


Citations et extraits (386) Voir plus Ajouter une citation
Harioutz   29 juillet 2018
Ma grande de Claire Castillon
On avait fait compte commun, toi et moi, et tu gardais la carte bleue.

Tu gardais pas l'argent pour toi, mais tu fliquais, tu me donnais juste ce dont j'avais besoin pour la journée et tu économisais pour les vacances et le bébé. Aussi la retraite tu disais. Et je te croyais.

Même si je savais que tu voulais pas que j'aie de carte de crédit pour pas aller à l'hôtel avec une fille.

Tu me donnais la carte le jeudi quand je devais passer au supermarché avant de rentrer. Mais tu vérifiais toujours ce que j'avais dépensé dessus.

Par principe, quand même, j'achetais des trucs hors liste. Rien que le chocolat qui n'était pas le tien, ça te saoulait. Tu disais rien en déballant les courses mais tu soupirais, et ça ressortait plus tard.

Monsieur s'est acheté son petit chocolat personnel. Monsieur ne se refuse rien.

Tu n'aimais pas le roquefort. J'avais pas le droit d'en manger.
Commenter  J’apprécie          375
mutatis-liber   23 mai 2008
Je prends racine de Claire Castillon
Je voudrais avoir un homme avec deux grands bras de koala, sans égard pour les méchants, plein d'amour pour ma tristesse. Pour lui, je deviendrais belle, je ne laisserai pas aller ce corps, ni ce cerveau. Aujourd'hui lire m'endort, écouter de l'opéra me fait pleurer, aller au cinéma me rend aigre, regarder du bonheur, acide. Je voudrais redevenir comme avant, discrète, solitaire, mais intriguée par les choses de la vie. Je voudrais ne rien perdre du recul que je croyais avoir sur les êtres.
Commenter  J’apprécie          210
Ziliz   12 avril 2017
Les Piqûres d'Abeille de Claire Castillon
Zoé va venir avec Hervé. Ils sont ensemble depuis quatre mois et comptent se marier dans une dizaine d'années. Hervé a fait une bêtise [...] mais il a été puni par ses parents et, depuis, il se tient à carreau. Papa trouve qu'il est trop différent de nous parce qu'il est serviable et gentil, mais heureusement, récemment, Hervé lui a répondu et papa a dit : « Ouf, Hervé a un peu d'esprit. »

(p. 111-112)
Commenter  J’apprécie          190
Ziliz   07 avril 2017
Les Piqûres d'Abeille de Claire Castillon
Si on place les êtres dans un endroit qui les enrichit, avec des gens qui les épanouissent, ils deviennent différents.

(p. 129)
Commenter  J’apprécie          202
Ziliz   04 février 2018
Rebelles, un peu de Claire Castillon
Je suis la seule vierge de ma bande et je n'en peux plus. Diogo ressemble à un canard. Tant pis. Je tends ma main vers la sienne et nous nous explorons savamment les doigts. [...] Il faut absolument que je couche avec lui. Je penserai à autre chose en le faisant, à un bain avec de la mousse, à une plage avec un palmier, à une quiche avec des lardons. Peut-être pas.

[...] A cause de son âge, je l'ai trouvé pile bien pour un premier rapport sexuel.

T'en redemanderas quand tu y auras goûté, m'a en plus déclaré Diogo à qui j'ai révélé le secret de ma virginité. Devant un tel aplomb, j'ai hésité à rire. J'ai bon fond et je me suis convaincue qu'un garçon hésiterait à se vanter s'il n'avait pas quelques qualités hors norme. Et puis je suis tellement fière qu'il soit en terminale. Vis-à-vis de mes copines de seconde, si je couche avec lui, je rattrape tout mon retard. [...]

Quand Diogo décrète que c'est pour tout de suite, nous sommes en train d'écouter de la musique à la maison [...]. Je ne risque rien, puisque ma mère n'est pas loin. Soudain, elle nous prévient qu'elle s'absente une heure. Ça va être court ! s'esclaffe-t-il, posant sa palme sur ma cuisse. Avant de partir, maman me regarde comme pour me rappeler de ne pas me jeter dans la gueule du loup. [...]

[ plus tard, le soir ]

Ma mère prépare le plateau télé. Dans les yeux qu'elle me tend quand je m'apprête à pleurer, je n'ai toujours pas changé. Quand elle décèle mon chagrin, elle ne demande pas d'où il vient. Elle approche son grand bras de moi, je m'y accroche. Est-ce que je peux repartir en arrière ? Ses yeux me disent la vérité. Tu as du chagrin, il va passer.

(p. 67-70)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          174
LiliGalipette   24 janvier 2012
Les merveilles de Claire Castillon
" Le plaisir, ça m'avait bien secouée, mais le plaisir à faire du mal, ça devient mille fois meilleur et ce serait ma façon d'aimer."
Commenter  J’apprécie          190
Tostaky61   08 juin 2018
Ma grande de Claire Castillon
Il y a un truc que j'ai jamais fait mais qui me faisait rêver. Te réveiller avec un grand seau d'eau froide dans la gueule.
Commenter  J’apprécie          194
plumes   22 janvier 2012
Je prends racine de Claire Castillon
J ai eu un homme qui voulait faire sa vie avec moi en continuant à vivre ailleurs et m offrait de son temps pendant que j offrais mon tout;
Commenter  J’apprécie          180
Ziliz   01 février 2018
Rebelles, un peu de Claire Castillon
Notre musique [à ma mère et moi] s'appelle l'adolescence, elle est faite d'infimes mais nombreux dérèglements, et mon père nous laisse régler nos 'petits machins' entre nous. Il s'est mis aux écouteurs et il ne nous entend qu'au dîner, ce moment qu'il juge essentiel, qualifie de privilégié, et maintient comme une tradition depuis qu'il a lu que le repas en famille était le moyen le plus sûr de lutter contre l'obésité des ados. Le reste du temps, il vit branché, un autre bruit que le nôtre sur la tête. Parfois il rit tout seul.

(p. 9)
Commenter  J’apprécie          161
x-Kah-mi   20 décembre 2010
On n'empêche pas un petit coeur d'aimer de Claire Castillon
Plus ça va, plus je vais être, hélas, enclin à la tromper. Elle le sait, elle encaisse. Je ne dois pas la quitter, c'est la seule chose qui lui tient à coeur. Rien ne m'empêchera de le faire, pourtant, si j'ai un coup de foudre. Mais ça va encore. Un souvenir commun, un gratin de courges ou du sucre à la crème, ses divines spécialités, viennent toujours me surprendre à temps.
Commenter  J’apprécie          160

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox




.. ..