AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.96 /5 (sur 260 notes)

Nationalité : Russie
Né(e) à : Kazan , le 20/08/1932
Mort(e) à : Moscou , le 06/07/2009
Biographie :

Vassili Pavlovitch Axionov (en russe : Василий Павлович Аксёнов) est un écrivain russo-américain.

Il est le fils d'Evguénia Guinzbourg, déportée dans la région de la Kolyma en 1937 et auteur de Le Vertige et de Le Ciel de la Kolyma.

Longtemps éloigné de ses parents déportés, il retrouvera sa mère à l’âge de 16 ans à Magadan, "capitale" des camps de la Kolyma (1948) où il vivra durant deux années.

Après des études en médecine à Leningrad qu’il achèvera en 1956, Vassili Axionov s’oriente vers l’écriture et connaît le succès (particulièrement auprès de la jeunesse) avec son premier roman, Confrère (1960) pourtant critiqué par Khrouchtchev qui en autorisera toutefois la publication.

Suivront par la suite une vingtaine de romans et nouvelles dépeignant une jeunesse impertinente, à la recherche de liberté et, de fait, bienvenue opposée à l'imagerie officielle soviétique (son roman Billet pour les étoiles parlant par exemple de sexe, de torrides soirées méridionales, de rock’n’roll, de belles filles et de jeans). Ceci explique le fait que plusieurs des ses manuscrits se voient interdits de publication à partir des années 70.

En 1979, Vassili Axionov démissionne de l’Union des écrivains soviétiques dont il était membre depuis 61 pour signifier son opposition au refus de l’Union de réintégrer Eugène Popov et Victor Erofeev responsables de la publication dans Métropole d’auteurs censurés.

En 1980, il est déchu de la nationalité russe et expulsé. Il arrive à Washington, où il enseigne la littérature sans se prononcer comme dissident.

En 1989, il revient en Russie pour une visite, puis publie Une saga moscovite, où il décrit la vie tragique et parfois burlesque d'une famille de médecins sous Staline.

Il a aussi publié Le Doux Style nouveau, À la Voltaire , Oranges du Maroc, Lumineuse césarienne, etc.

Il est enterré au cimetière Vagankovo à Moscou.

+ Voir plus
Ajouter des informations
étiquettes

Citations et extraits (31) Voir plus Ajouter une citation
Vassili Axionov
soleil23   24 octobre 2017
Vassili Axionov
Dans le fond, qu'est-ce que j'en sais de sa vie actuelle? Peut-être qu'elle hurle de nostalgie, celle de son fils, celle de ses fabuleuses apparitions rue Gorki... Peut-être qu'elle échangerait le Connecticut entier contre ma mansarde, mon peintre et ses fleurs pas si innocentes que ça. La fuite en elle-même comporte une part de malheur, ce n'est pas pour rien que l'on dit que l'on ne s'échappe pas à soi-même.
Commenter  J’apprécie          110
Vassili Axionov
soleil23   06 octobre 2017
Vassili Axionov
Elles se levèrent et s'en furent d'un pas lourd vers le tramway : on aurait dit deux vieilles, et pourtant, c'étaient deux jeunes femmes en pleine sève.
Commenter  J’apprécie          110
Vassili Axionov
soleil23   05 octobre 2017
Vassili Axionov
Il attrapa au vol son petit-fils Boris IV et l'assit sur ses genoux. - J'espère qu'au moins ce rejeton-ci, Boris IV, suivra les traces de son grand-père et deviendra un grand médecin russe.

- Je les suivrai, grand-père, je les suivrai ! Où elles sont tes traces ? s'écria Boris.
Commenter  J’apprécie          90
soleil23   24 octobre 2017
Une saga moscovite, tome 2 de Vassili Axionov
Fallait-il rouler ses cheveux au fer pour obtenir quelque chose dans le genre dernier cri de la "couronne de la paix" ? Tout remonter pour dégager son col de cygne ? Ou les partager sur les côtés ? Ou les serrer en arrière ? Maman s'était drôlement bien débrouillée, elle s'était fait couper à la garçonne, liquidé tous les doutes, et de plus, elle avait rajeuni de dix ans.
Commenter  J’apprécie          80
jeronimus   29 novembre 2017
Terres rares de Vassili Axionov
On aimerait bien savoir comment naissent et combien de temps durent les stéréotypes russes. Avant la Révolution, dans les villes d'eaux du Pays Basque, l'on considérait tous les Russes comme des gens fortunés aux manières pleines d'aristocratique réserve. Après la Révolution, les Russes avaient été partagés en blancs et rouges, étant entendu que les "blancs" étaient d'une extrême pauvreté et les "rouges" fort riches, vu que c'étaient des "commissaires", des "bolchevik", des "tchékistes" et qu'ils émargeaient aux fonds secrets du Kremlin pour la forte somme. Ensuite, les Russes ont disparu ou plus exactement, se sont mués pendant des dizaines d'années en de vagues "Soviétiques" déplaisants et pitoyables Sans le sou. Puis soudain, là-bas au loin, l'Union soviétique a capoté, et à la place des personnages ci-dessus, sont arrivés des "nouveaux Russes" au portefeuille bien garni, parfois sans lui, mais les poches bourrées d'une quantité de devises étrangères. Ce sont ceux là que l'on a baptisés non sans raison "la maffia russe". Les Français croient voir l'ombre du meurtre et d'autres crimes courir sur leur face. Mais dans le fond, ici sur la Côte d'Argent, ils se tiennent convenablement. On dit qu'ils vivent de proxénétisme? Je ne sais pas, je ne l'ai pas vu. Sur la plage, ils s'emploient surtout à dorloter leurs plébéiens bedons. Ils se font cuire des œufs dans le sable et rafraîchissent leur vodka dans des trous d'eau entre deux rochers.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Piling   08 juillet 2008
Une saga moscovite, tome 1 de Vassili Axionov
incipit :

Non, mais vraiment ! Un embouteillage à Moscou la huitième année de la révolution ! Toute la rue Nicolskaïa, qui coule de la Loubianka à la place Rouge à travers le coeur de Kitaï-Gorod, est encombrée de tramways, de charrettes et d'automobiles. Près du Bazar Slave, des camions à chevaux déchargent des viviers de poisson. Sous l'arche du passage Trétiakov, montent le hennissement des chevaux, les trompes des camions, les jurons des charretiers. La Milice s'empresse au son de trilles encore naïfs, comme si elle n'était pas toujours pleinement convaincue de la réalité de son rôle urbain et non politique, tout à fait normal. On se croirait à un spectacle d'amateurs. Les éclats de rage eux-mêmes sont factices. Ce qui frappe, c'est que tous ces gens-là jouent leur rôle de bon coeur. De fait, le bouchon de la rue Nicolskaïa est un événement heureux, comme un verre de lait chaud après les frissons d'une maladie infectieuse : la vie revient, c'est l'aube de la prospérité.
Commenter  J’apprécie          50
oliviersavignat   23 mai 2020
Billet pour les étoiles de Vassili Axionov
Qu'est-ce qu'il peut bien connaître à l'amour, Dimka ? Que peut-on bien connaître de l'amour à dix-sept ans, quand on est de bonne famille ? Oh! ce n'est pas le bagage théorique qui lui manque. Il a assisté à des conférences ad hoc et même contradictoires, sans compter que, depuis un an, il a le droit de voir tous les films, qu'il voyait avant, d'ailleurs.
Commenter  J’apprécie          60
soleil23   28 octobre 2017
Une saga moscovite, tome 2 de Vassili Axionov
Dans le fond, qu'est-ce-que je sais de sa vie actuelle ? Peut-être qu'elle hurle de nostalgie, celle de son fils, celle de ses fabuleuses apparitions rue Gorki... Peut-être qu'elle échangerait le Connecticut entier contre ma mansarde, mon peintre et ses fleurs pas si innocentes que ça.
Commenter  J’apprécie          60
soleil23   05 octobre 2017
Une saga moscovite, tome 1 de Vassili Axionov
P101

...Boris Nikitovitch avait travaillé comme un forcené. Au fond, devant la table d'opération, il ne se connaissait pas d'égal ; ce qu'on appelle la maîtrise l'avait quitté depuis longtemps, faisant place à une classe encore supérieure : la virtuosité.
Commenter  J’apprécie          50
Allily   25 septembre 2019
Une saga moscovite de Vassili Axionov
Mais la nuit, la terreur envahissait les rues. Des dizaines de fourgons cellulaires émergeaient du portail de fer de la Loubianka et partaient en mission. A leur vue, le Moscovite ne manquait pas de détourner les yeux, comme tout homme qui chasse la pensée d’une mort inévitable. Mon Dieu, pourvu que ce ne soit pas pour moi, pas pour les miens, voilà, Dieu merci, ils sont passés. Où il y avait lieu, à l’adresse figurant sur le mandat, les fourgons s’arrêtaient et les hommes de la Tchéka pénétraient sans hâte dans les maisons. Le bruit de leurs bottes dans l’escalier ou celui de l’ascenseur montant en pleine nuit étaient devenues le fond ordinaire des terreurs moscovites.
Commenter  J’apprécie          40

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Littérature russe

Comment Alexandre Pouchkine (1799-1837) est-il mort ?

suicidé
dans un duel
à la guerre
dans son lit

10 questions
38 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature russeCréer un quiz sur cet auteur