AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Note moyenne 4.15 /5 (sur 2970 notes)

Nationalité : Russie
Né(e) à : Kislovodsk , le 11/12/1918
Mort(e) à : Moscou , le 03/08/2008
Biographie :

Alexandre Issaïevitch Soljénitsyne est un écrivain, poète et essayiste russe et dissident du régime soviétique.

Après une enfance heureuse à Rostov sur le Don, au sud de la Russie, et malgré la disparition de son père avant sa naissance, Soljenitsyne entreprend des études de sciences et de lettres. Il est ensuite mobilisé pour toute la durée de la guerre et devient capitaine.

En janvier 1945, il est arrêté pour avoir émis dans une lettre privée des doutes sur la stratégie politique de Staline, qualifié par ailleurs de "caïd". Il est condamné sans appel à 8 ans de redressement dans un camp, pour complot antisoviétique, une expérience qu'il relatera dans "Une journée d'lvan Denissovitch".

En 1962, Khrouchtchev autorise la parution de cette description crue du goulag. La publication lui attribue une reconnaissance immédiate. Cependant, à partir de 1964, il est la cible d'une vaste campagne de dénigrement orchestrée par les services de la sûreté et l'Union des écrivains. Après un dernier appel à la résistance, il est arrêté et déchu de sa nationalité.

Contraint de s'exiler en Suisse puis aux Etats-Unis, il publie ses œuvres à l'étranger : "Le Premier Cercle", "Le Pavillon des cancéreux" et "L' Archipel du goulag" (1973). Alexandre Soljenitsyne, qui a toujours plaidé pour l'abolition de la censure et subi l'ostracisme des autorités de l'URSS, obtient le prix Nobel de littérature en 1970 "pour la force éthique avec laquelle, il a perpétué les traditions de la littérature russe", qu'il ne peut recevoir que quatre ans plus tard, après avoir été expulsé d'URSS.

Huit ans après, il prononce le discours de Harvard où il fustige le monde occidental dont il déplore l'effondrement moral, l'industrialisation à outrance et le bazar mercantile. Exilé, il vit avec sa famille, dans le Vermont, pour écrire "La Roue rouge", une épopée historique comptant des milliers de pages.

Après vingt années d'exil, il rentre dans son pays en 1994. En 2007, il reçoit des mains de Vladimir Poutine le prix d'État russe avant de se retirer du monde.

Fondée sur l'expérience du totalitarisme, son oeuvre, qui a les dimensions d'une grande fresque sociale, s'attache à révéler les falsifications de l'Histoire.
+ Voir plus
Ajouter des informations
Bibliographie de Alexandre Soljenitsyne   (72)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (72) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

https://www.laprocure.com/product/888528/lecomte-bernard-ces-chretiens-qui-ont-change-le-monde Ces chrétiens qui ont changé le monde Bernard Lecomte Éditions Tallandier Présentation de douze figures chrétiennes de confession catholique, protestante ou orthodoxe qui ont marqué la société contemporaine : mère Teresa, Alexandre Soljenitsyne, Martin Luther King, Charles de Gaulle, Léon XIII, Anne-Marie Javouhey, Ercole Consalvi, Jean-Marie Vianney, Edmond Michelet, Marie Noël, Jacques Maritain et Roger Etchegaray. ©Electre

+ Lire la suite
Podcasts (13) Voir tous


Citations et extraits (647) Voir plus Ajouter une citation

Quand on travaille pour des hommes, on en met un coup ; quand c'est pour des cons, on fait semblant.

Commenter  J’apprécie          850
Alexandre Soljenitsyne

Aujourd’hui, je ne me réjouis plus des bonnes nouvelles, et je ne m’inquiète plus des mauvaises nouvelles ; j’attends de voir.

Commenter  J’apprécie          646

De même qu'une bicyclette, de même qu'une roue, une fois lancées, ne peuvent demeurer stables que dans le mouvement et tombent dès qu'elles en sont privées, ainsi en va-t-il du jeu entre un homme et une femme : une fois commencé, il ne peut subsister que s'il se développe.

Commenter  J’apprécie          571

En août 1918, Vladimir Ilitch [Lénine]...dans un télégramme adressé à Eugénie Bosch, écrivait ce qui suit: "Enfermer les douteux [non pas les « coupables »...] dans un camp de concentration hors de la ville...faire régner une terreur massive et sans merci... »

[...]

Voilà donc où ...a été trouvé... ce terme de camps de concentration, l'un des termes majeurs du XXe siècle, promis à un si vaste avenir international!...Le mot lui-même s'était déjà employé pendant la Première Guerre mondiale, mais s'agissant de prisonniers de guerre, d'étrangers indésirables. Ici, pour la première fois, il est appliqué aux citoyens du pays lui-même.

Commenter  J’apprécie          561
Alexandre Soljenitsyne

Notre liberté se bâtit sur ce qu'autrui ignore de nos existences.

Commenter  J’apprécie          580

Si tu ne sais pas user de la minute, tu perdras l'heure, le jour, et toute la vie.

Commenter  J’apprécie          560
Alexandre Soljenitsyne

Tout ne peut pas être nommé. Certaines choses nous entraînent au-delà des mots.

Commenter  J’apprécie          565

— Et pourquoi lire ? pourquoi, si on doit tous crever bientôt ? […]

— C'est justement parce qu'on doit tous crever qu'il faut se dépêcher. Tiens, prends.

Il tendait le livre à Ephrem mais celui-ci ne bougea pas.

— Il y en a trop à lire. Je ne veux pas.

— Tu ne sais pas lire, ou quoi ? poursuivit " Grande gueule " sans trop de conviction.

— Je sais lire, et même très bien. Quand il le faut, je sais très bien lire. […]

— C'est que tu nous embêtes rudement à te lamenter tout le temps. Lis plutôt.

Première partie, Chapitre II : L'éducation ne rend pas plus malin !

Commenter  J’apprécie          522

— Pour sûr, fit Choukhov : le soleil est d'aplomb.

— Si le soleil est d'aplomb, fit le commandant, il n'est pas midi, mais une heure.

Ça épata Choukhov :

— Pourquoi ? Tous les vieux te le diront : c'est à l'heure de midi que le soleil est à son plus haut.

— Oui, fit le commandant, c'était vrai de leur temps. Mais, depuis, il y a eu un décret : le soleil, maintenant, atteint sa hauteur maximum à une heure.

— Pas possible ? De qui qu'il est ce décret ?

— Du pouvoir soviétique.

Commenter  J’apprécie          521
Alexandre Soljenitsyne

Les prières désintéressées font plaisir à ceux qui les exaucent.

LE PAVILLON DES CANCÉREUX, Chapitre XII : Les passions reviennent toutes.

Commenter  J’apprécie          500

Acheter les livres de cet auteur sur
LirekaFnacAmazonRakutenCultura



Quiz Voir plus

Quiz sur des classiques connus

Victor Hugo:

Atlantide
Notre-Dame de Paris
La mer rouge

20 questions
11291 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur cet auteur