AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.99 /5 (sur 175 notes)

Nationalité : Russie
Né(e) à : Baghdati , le 07/07/1893
Mort(e) à : Moscou , le 14/04/1930
Biographie :

Vladimir Vladimirovitch Maïakovski (en russe : Владимир Владимирович Маяковский) est un poète, dramaturge et futuriste russe.

Son père était garde forestier en Géorgie et à sa mort, la mère et ses trois enfants partent pour Moscou où ils vivent dans la plus grande misère. Il entre aux Beaux-Arts en 1911. Il se rapproche des futuristes et devient une des figures de la bohème moscovite. Il adhère au Parti ouvrier social-démocrate de Russie (bolchevik) et commence à écrire de la poésie. Extraordinairement doué, il est "capable de composer mentalement un poème de 1500 vers" mais il est aussi agitateur et propagandiste, directeur de revues, dessinateur d'affiches, auteur de théâtre, scénariste, acteur, conférencier, organisateur d'expositions. Il sera aussi l'ami de Khlebnikov, Pasternak, Roman Jakobson, Malevitch, Eisenstein, etc.

En 1913 il rencontre Elsa Kagan (future Elsa Triolet) qui devient sa maîtresse alors qu'elle n'a que 17 ans. Mais surtout en 1915, il rencontre la sœur aînée d'Elsa, Lili Brik dont il tombe éperdument amoureux. Lili Brik va épouser Ossip Maximovitch ce qui n'empêchera pas la liaison de Lili et de Maïakovski de continuer. Amour tumultueux qui finira pas se rompre en 1924.

De retour à Moscou et après la révolution d’Octobre de 1917, qu’il accueille d’abord favorablement, il utilise, sincèrement, son talent au service du pouvoir politique, notamment dans le poème "Lénine". Il écrit également deux pièces satiriques : "La Punaise" (1920) et "Les bains publics" (1929).

Fondateur de la revue LEF (Front gauche de l’art) au service de la N.E.P. (Nouvelle Politique Économique), rédacteur de l’organe central du parti communiste et membre actif de la RAPPP (Association des écrivains prolétariens de la Russie), il fait de nombreux voyages à l’étranger, notamment à New York, Londres et Paris.
En 1925 Maïakovski part pour le Mexique et les États Unis où il rencontre une émigrée russe Elly Jones dont il aura une fille, en 1926.

Sa déchirure intérieure entre la poésie et le combat partisan, entre sa passion amoureuse et sa passion révolutionnaire ainsi que sa douleur de perdre sa voix prodigieuse l’empêchant désormais de déclamer ses poèmes, ont fini à créer chez ce titan un désarroi généralisé qui l’a mené à la dépression. Il se tire une balle dans le cœur.
+ Voir plus
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (14) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Vladimir Maïakovski : Ça va ! Poèmes d'Octobre (Concert fiction / France Culture). Cent ans après la Révolution d’Octobre, un concert-fiction exceptionnel qui ressuscite la poésie incandescente de Maïakovski. Le poète chante l’épopée bolchevique, avant la pleine conscience du désastre qui le conduira au suicide. Musique originale de Jonathan Bepler. Réalisation : Christophe Hocké. Conseillère littéraire : Caroline Ouazana. Enregistré en public au Studio 104 de la Maison de la Radio le samedi 16 septembre 2017. Diffusion sur France Culture le 15 octobre 2017. Une coproduction France Culture, Orchestre philharmonique et Chœur de Radio France, dans le cadre des 80 ans de l’orchestre. Photographie : © Alexandre Rodtchenko, Le poète Vladimir Maïakovski en 1924. Image d'illustration : Couverture du recueil de poésies “Ça va bien !”, publié pour les 10 ans de la Révolution d'Octobre de 1917 • Crédits : Leemage - AFP. Cent ans après la « Révolution » d’Octobre 1917, Radio France propose un concert fiction exceptionnel ressuscitant la poésie incandescente de Vladimir Maïakovski (1893-1930). Dans “150 000 000”, “La quatrième internationale” et surtout le célèbre “Ça va !”, poème fleuve de 3000 vers écrit en 1926 et 1927, Maïakovski chante l’épopée bolchevique de son peuple. Avant la pleine conscience du désastre qui le conduira au suicide le 14 avril 1930, le poète laisse éclater son génie dans cette « langue de feu » qui l’a rendu si célèbre en sa patrie. Denis Lavant : récitant Guillaume Poix : dramaturgie Solistes du chœur de Radio France : Daia Durimel (alto) David Lefort (ténor) Mark Pancek (baryton) Sylvain Levasseur (basse) Solistes de l’Orchestre philharmonique de Radio France Jonathan Bepler : direction André Markowicz : choix des textes, traduction et présentation Source : France Culture

+ Lire la suite
Podcasts (3) Voir tous


Citations et extraits (214) Voir plus Ajouter une citation
Vladimir Maïakovski
milamirage   04 septembre 2014
Vladimir Maïakovski
J'aime

cette terre

on peut

oublier

où et quand

on prit du ventre

et un triple menton

Mais

la terre

avec laquelle on a su

ce que c'est que la faim

on ne peut

jamais

l'oublier
Commenter  J’apprécie          750
blanchenoir   04 juin 2014
Poèmes, tome 1 : 1913-1917 de Vladimir Maïakovski
Avant, je pensais

que les livres se faisaient comme ça :

un poète arrivait,

desserrait légèrement les lèvres,

et de suite le benêt inspiré se mettait à chanter.

Et ça y était !

En fait,

avant que le chant vous vienne,

il faut longtemps déambuler, couvrir ses pieds d'ampoules en

allées et venues,

tandis que dans la vase du cœur doucement barbote

la sotte sardine de l'imagination.

Pendant qu'on fait bouillir, en grinçant de la rime

une sorte de brouet d'amours et de rossignols,

la rue se tord, privée de langue :

elle n'a rien pour crier ni parler.
Commenter  J’apprécie          610
fxperdriole   21 janvier 2015
Poèmes, tome 1 : 1913-1917 de Vladimir Maïakovski
J'ai tendu mon âme comme un câble au-dessus de l'abîme

et jonglant avec les mots, je m'y suis balancé.
Commenter  J’apprécie          620
Vladimir Maïakovski
sabine59   25 août 2017
Vladimir Maïakovski


Il nous faut arracher la joie aux jours qui filent.
Commenter  J’apprécie          584
Vladimir Maïakovski
noor   28 novembre 2013
Vladimir Maïakovski
Les poètes sont chers aux femmes,

avec ça j'ai de l'astuce,

et pour peu qu'elles prêtent l'oreille

je leur conte des merveilles.



Je ne mords pas à l'ordure,

à l'appât de basses fredaines.

Eternel blessé d'amour

c'est à peine si je me trahi.
Commenter  J’apprécie          500
krzysvanco   08 octobre 2015
Lettres à Lili Brik, 1917-1930 de Vladimir Maïakovski
Tu comprends, évidemment, que sans toi un homme cultivé est incapable de vivre. Mais si cet homme a un minuscule petit espoir de te revoir, il sera très, très gai. Je serais heureux de t'offrir un jouet dix fois plus gros, pourvu qu'ensuite tu souries.

J'ai cinq de tes petits bouts de papier, je les aime terriblement, un seul me chagrine, le dernier, qui ne porte que "Vollossik, merci", alors que les autres ont une suite, et ce sont ceux-là mes préférés.
Commenter  J’apprécie          480
fxperdriole   01 janvier 2015
Poèmes, tome 1 : 1913-1917 de Vladimir Maïakovski
Alors de nouveau

sombre et abattu,

je prendrai mon cœur,

le baignerai de larmes

et l'emporterai

comme un chien

dans sa niche

emporte

sa patte écrasée par un train.
Commenter  J’apprécie          430
camilleetmile   14 janvier 2014
A pleine voix. Anthologie poétique, 1915-1930 de Vladimir Maïakovski
Écoutez !

Puisqu'on allume les étoiles,

c'est qu'elles sont à

quelqu'un nécessaires?

C'est que quelqu'un désire

qu'elles soient?

C'est que quelqu'un dit perles

ces crachats?

Et, forçant la bourrasque à midi des poussières,

il fonce jusqu'à Dieu,

craint d'arriver trop tard, pleure,

baise sa main noueuse, implore

il lui faut une étoile!

jure qu'il ne peut supporter

son martyre sans étoiles.







Ensuite,

il promène son angoisse,

il fait semblant d'être calme.

Il dit à quelqu'un :

" Maintenant, tu vas mieux,

n'est-ce pas? T'as plus peur ? Dis ? "



Écoutez !

Puisqu'on allume les étoiles,

c'est qu'elles sont à quelqu'un nécessaires ?

c'est qu'il est indispensable,

que tous les soirs

au-dessus des toits

se mette à luire seule au moins

une étoile?
Commenter  J’apprécie          340
Marti94   10 mai 2014
Commenter  J’apprécie          320
Vladimir Maïakovski
sabine59   16 mars 2018
Vladimir Maïakovski


Dorez-vous au soleil, fleurs et herbes !

Soyez le printemps, forces de la vie !

Je veux un seul poison

Boire, boire des vers!

Commenter  J’apprécie          300

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Littérature russe

Comment Alexandre Pouchkine (1799-1837) est-il mort ?

suicidé
dans un duel
à la guerre
dans son lit

10 questions
44 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature russeCréer un quiz sur cet auteur

.. ..