AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.09 /5 (sur 102 notes)

Nationalité : Cuba
Né(e) à : La Havane , 1970
Biographie :

Wendy Guerra est une cinéaste, poète et romancière cubaine.

À 17 ans, elle remporte un prix de l'Université de La Havane pour "Platea a oscuras". Ensuite, elle obtient un diplôme en cinéma à l'Institut supérieur des Arts de La Havane. Elle renonce à une carrière dans les médias et continue à écrire

Elle a écrit des poèmes dont deux recueils, publiés, ont été primés. Elle a suivi l'atelier d'écriture que le romancier colombien Gabriel Garcia Marquez anime tous les ans à Cuba.

Son style très expressif est remarquable, avec des paragraphes courts pour servir le regard acéré d'une petite fille sur la vie et la répression.

Elle conserve de nombreux journaux, qui lui servent de base pour son premier roman "Tout le monde s'en va" (Todos se van). Il est publié en 2006 en Espagne et devient un best-seller à l'étranger.

Il a reçu le prix des éditions Brugera, et les critiques du journal El País le priment meilleur roman de langue espagnole 2006. Il obtient le Prix Carbet des Lycéens 2009.

Elle est également l’auteur de "Mère Cuba" (Nunca fui Primera Dama, 2009), "Poser nue à La Havane" (Posar desnuda en La Habana, 2010), le journal apocryphe d'Anais Nin dont le père Joaquín Nin était cubain et "Negra" (2013), où elle aborde la question de la discrimination et du racisme sur l'île.

En 2016, elle publie "Un dimanche de révolution" (Domingo de Revolucion).

Ses romans sont traduits à travers le monde en treize langues.
+ Voir plus
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (8) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Wendy Guerra - Un dimanche de révolution


Citations et extraits (54) Voir plus Ajouter une citation
carre   07 décembre 2012
Tout le monde s'en va de Wendy Guerra
On ne peut pas dire orphelinat, parce qu'ils n'aiment pas ça, c'est un Centre de Dépot infantile.
Commenter  J’apprécie          190
Pecosa   01 octobre 2014
Negra de Wendy Guerra
Dans le Parc central, on donne de rendez-vous interlopes, on encaisse des paris, un vieux pédé vous dit tout bas "Une pipe?" C'est plutôt la Havane de Reinaldo Arenas: militaires assoupis, larmes sordides et regards éternels à la mer verdâtre, oxydée; homosexuels qui s'affichent jusqu'à l'aube, femmes en quête de sexe et de bestialité. Le sang coule et le scandale qui ne vous laisse pas dormir se fait jour. Voici la ville qui n'a pas été reconstruite; et voilà celle que les gens ne parviennent pas à restaurer.

Nous, nous n'avons jamais vu la ville de Cabrera Infante, mais nous avons vécu des années dans celle d'Arenas. ..., et pour être honnêtes, il faut reconnaître que notre vie a déjà été racontée par Pedro Juan Gutierrez. Arenas appartient déjà au passé. Nous, nous voyons déjà des choses que Pedro Juan rapporte sans hésiter, En ce moment, il doit être là-haut, sur sa terrasse, à transpirer nu devant une page noircie, en absorbant tout pour écrire la prochaine.
Commenter  J’apprécie          160
carre   08 décembre 2012
Tout le monde s'en va de Wendy Guerra
J'ai su, de façon définitive et pour toujours, que je ne pouvais pas tomber dans la rue : personne ne viendrait me chercher. Je suis forte parce que je suis seule.
Commenter  J’apprécie          130
carre   09 décembre 2012
Tout le monde s'en va de Wendy Guerra
Tout le monde s’en va. Ils me laissent seule. Le téléphone ne sonne plus.

J’attends mon tour, en silence.

Commenter  J’apprécie          130
Roggy   23 août 2017
Un dimanche de révolution de Wendy Guerra
La faculté qu’a la littérature de voler, de voyager seule, de naviguer libre, est incroyable, même si je l’emprisonne entre mes mains nerveuses aux veines apparentes et l’étrangle, elle refuse de devenir une de mes multiples chaînes à perpétuité, vole avec sa personnalité propre, prend son indépendance vis-à-vis de moi, de mes bâillons, et si elle revient, c’est avec un autre accent.
Commenter  J’apprécie          110
Crazynath   07 août 2017
Un dimanche de révolution de Wendy Guerra
La confiance est également une hypothèse sur la conduite future de son prochain.
Commenter  J’apprécie          110
Annette55   08 février 2018
Un dimanche de révolution de Wendy Guerra
Excédent de Bagages



"Si on me laissait prendre tout ce qui me manque

Si on me laissait emporter l'île et le miracle

Je n'aurais nulle part où rentrer .

Je ne reviendrai pas vers moi

Ni vers tes souvenirs."
Commenter  J’apprécie          90
SZRAMOWO   28 décembre 2017
Un dimanche de révolution de Wendy Guerra
J’étais le dernier témoin du groupe de vacanciers de la plage à être resté dans la ville désertée, aussi racontai-je chaque minute de mes derniers jours là-bas pour décrire ce qui se passait à Cuba. Achevant ma fable, entre larmes et baisers, je me sentis comme une héroïne de la résistance cubaine. Aucun d’entre eux n’était capable de supporter ce que nous supportions tous les jours, à quoi bon, je lisais dans leurs yeux, là-bas il n’avait plus que les résidus, les vestiges, le crépuscule, les figurants et de ce film raté. Nous étions les bêtes de somme destinées à avancer vers l’abîme né de la douleur, de la brutalité, la sottise incohérente et la vulgarité, supportant le peu qu’il nous restait de cette utopie née dans les années 1960.

Commenter  J’apprécie          60
Bibalice   09 juin 2017
Un dimanche de révolution de Wendy Guerra
Personne ne devrait rester très longtemps dans un endroit où on le rejette, mais je navigue en cercles, sombrant dans l'étang de ma propre défaite sociale. Je me sentais sur le point de me noyer dans mes larmes, mes propres vers, écœurée par ma propre écriture blablabla, étranglée dans la brume surveillée de l'éternelle touffeur de l'été. Une main apparut dans l'obscurité. Je la pris sans poser de questions et sortis résolument de l'eau.
Commenter  J’apprécie          50
MarquePage   08 août 2017
Un dimanche de révolution de Wendy Guerra
Je suis seule et j'ai la responsabilité de me guider. Ma force c'est d'être seule, de me guider, moi : être ma propre vigie me permet de rester déterminée.
Commenter  J’apprécie          50

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur


Quiz Voir plus

Luis Sepúlveda (1949-2020)

Luis Sepúlveda est né le 4 octobre 1949:

en Espagne
au Pérou
au Chili

8 questions
139 lecteurs ont répondu
Thèmes : chili , chilien , littérature , littérature hispanique , amérique du sud , hispanique , roman , romanciers , opposant politique , pinochet , dictature , exilCréer un quiz sur cet auteur