AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Editions de la Martinière [corriger]

Les éditions de la Martinière sont une maison d`édition fondée en 1992 par Hervé de la Martinière qui appartient à La Martinière Groupe. La maison d`édition est connue pour publier des beaux livres.

Livres populaires du moment voir plus


Dernières parutions voir le calendrier des sorties


Collections de Editions de la Martinière



Dernières critiques
Un long, si long après-midi

J’ai passée un très bon moment de lecture. J’ai ressentie cette chaleur écrasante. L’ambiance est très bien retranscrite de ce verni qui s’écaille d’un foyer si parfait. Les personnages m’ont plut, et l’histoire en plus d’être addictive et touchante. Rien de plus à ajouter, il se lit vite et bien. De plus la couverture et je trouve très réussie et nous donne encore plus envie de lire ce livre pour découvrir le secret qui s’y cache.
Commenter  J’apprécie          00
L'homme du Lac

Un cadavre est retrouvé dans un lac dont le niveau baisse. Il est accroché à un ancien système d'écoute radio soviétique. Erlendur est alors chargé de l'enquête avec ses collègues.

Dans ce livre on suit trois époques :

- L'époque de l'enquête avec l'enquête mais aussi les vies de ses policiers, leurs interrogateurs, leurs déductions, leurs recherches...

- L'époque du meurtre, la plus petite partie et uniquement à la fin du livre, quand tout se dévoile et que les policiers ont retrouvé les protagonistes.

- L'époque de la guerre froide en Allemagne de l'Est, qui occupe la plus grande partie du livre, s'entremêlant tout au long avec le reste et ce depuis le début. Cette partie là, nous explique les raisons qui vont conduire au meurtre. Mais c'est aussi un vrai point de vue sur le socialisme d'après la Seconde Guerre mondiale, la surveillance dans les pays de l'Est...
Commenter  J’apprécie          130
Les chiens de faïence

Lu dans le cadre de l'élection du meilleur roman Points :



la thématique et le résumé du roman m’ont tout de suite plu (étonnement). Et dès le début j’ai senti que c’était un roman qui allait me troubler, par son aspect hors du temps, la froideur des relations intra familiales, et cette « malédiction » qui n’a aucun sens rationnel. Je ne connaissais pas Jean-Paul Dubois avant ce roman, donc je ne peux pas comparer l’humour. En revanche, je connais bien l’œuvre de Becket et je comprend l’aspect absurde de la comparaison. La première partie m’a beaucoup plu, que j’ai lu très vite, en revanche la deuxième m’a laisser avec un gout d’inachevé. Ce qui m’a le plus laissé les bras ballant c’est le manque pertinent de communication entre tous. C’est peut être pour cela que le roman n’apport pas de réponse finale, et qu’il « manque quelque chose ».
Commenter  J’apprécie          00

{* *}