AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Buchet-Chastel

Buchet-Chastel est une maison d'édition française créée en 1936. Elle publie des ouvrages de diiferentes sortes comme de la littérature française ou étrangère, des documents et essais, des biographies, ou encore des livres portant sur la musique ou l'écologie. La maison d'édition fait partie du groupe Libella.

Livres les plus populaires voir plus


Dernières parutions chez Buchet-Chastel


Dernières critiques
Colchik
  24 novembre 2017
Nos vies de Marie-Hélène Lafon
Quand j'entame la lecture d'un livre de Marie-Hélène Lafon, je commence toujours par chipoter : pourquoi sa phrase est-elle si blanche ? Pourquoi pose-t-elle un regard si distancié sur ses personnages ? Pourquoi cette raideur qui corsète la narration ? Bref, je mégote, je fais semblant d'être agacée, je renâcle à avancer, comme une monture reprochant à son cavalier de tenir les rênes trop courtes. Parce que je connais les chausse-trappes de l'auteur sur lesquelles je vais inévitablement poser le pied et l'émotion du souvenir me brûlera avec la fulgurance abasourdie que laisse une vieille blessure tout à coup rouverte. Elle est comme cela, Marie-Hélène Lafon, un passe-muraille de la mémoire qui rentre par effraction chez vous. Elle a l'air de parler de tout et de rien, sans jamais appuyer et, au détour d'un fragment de ce récit passé au tamis de la sobriété, sa phrase vous laisse une buée sur les yeux qui se dissipe dans un sourire nostalgique et doux.

Jeanne Santoire est une comptable qui vient de prendre sa retraite. Chaque jour, elle fait ses courses au Franprix de la rue du Rendez-Vous où elle observe Gordana, l'hôtesse peu amène de la caisse huit, et Horacio Fortunato, une homme encore jeune mais déjà dépossédé de son existence. Elle donne corps à ces destinées oubliées dans la rumeur de la grande ville, leur prête famille et obligations, tracas et solitude, mais aussi le souci de l'autre qu'il soit un enfant ou un vieux parent. Jeanne invente, soupèse, imagine à partir d'indices minuscules, un porte-monnaie tombé au sol et qui laisse échapper une photo, des achats, une rencontre imprévue dans le métro ou à la pharmacie. Elle devient comptable de Nos vies, nos vies réelles, imaginaires, rêvées, échouées sur l'usure du quotidien, voire fracassées sur les écueils semés sous nos pas. Jeanne a eu sa part de déceptions, de désillusions quand son compagnon, Karim, a disparu au retour d'un séjour en Algérie, après dix-huit ans de vie commune. Elle a replié son chagrin pour qu'il n'envahisse pas tout, trouvant auprès de ses parents, de ses trois frères et de leurs familles un sol ferme la rattachant au monde, à Saint-Hilaire, à son enfance. C'est là où elle puise sa force quand Gordana, l'exilée de l'Est, est privée de cet ancrage. Et il y a aussi l'amitié, celle d'Isabelle, enfermée pour le meurtre de son mari, celle de Madame Jaladis, sa voisine, car la vie défait et refait sans cesse les liens entre les êtres. Une vie s'efface mais renaît sous une autre forme, un visage apparaît comme une image tremblée du bonheur toujours possible. Jamais l'auteur ne se fait le scribe du désespoir, c'est toute la force de sa voix.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          55
trust_me
  24 novembre 2017
L'Inaccessible de Gancel Charles
Inutile de prendre des pincettes, voilà un recueil de nouvelles qui ne cassent pas trois pattes à un canard. Pas qu’il soit mal écrit, loin de là même. C’est d’ailleurs à peu près sa seule qualité. Parce que pour le reste, je me suis ennuyé ferme.



Le problème c'est que j’aime retrouver dans un recueil une unité de temps ou de lieu, des thèmes ou des personnages similaires. Ça donne de l’épaisseur et surtout du liant à l’univers proposé, ça évite la désagréable impression d’une juxtaposition de textes disparates sans fil conducteur. Rien de tout cela ici, on passe d’un meurtre sordide à une histoire d’amour cucul, de New-York à un récit d’anticipation, d’un musicien en mal d’inspiration à un tueur à gages trahi par son commanditaire. Quel rapport entre ces récits ? Je me le demande encore…



Je comprends que « l’inaccessible » qui donne son titre à l’ouvrage puisse, d’une certaine façon, se retrouver dans chaque texte. Du bonheur à la liberté, de l’amour à la réussite, tout semble inaccessible mais il faut parfois lire entre les lignes pour déceler ce « sujet » récurrent qui apparaît au final sacrément tiré par les cheveux.



Charles Gancel possède une joli plume mais elle n’a pas suffi à éveiller mon intérêt. J’ai parcouru les pages d’un œil distrait, pas franchement concerné, sans agacement mais surtout sans plaisir. Une lecture dans l’indifférence générale et la confirmation qu’en matière de nouvelles mes préférences restent définitivement acquises aux écrivains nord-américains.






Lien : http://litterature-a-blog.bl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Domi27
  23 novembre 2017
Nos vies de Marie-Hélène Lafon
Marie-Hélène Lafon "monte" à Paris... Mais n'oublie pas dans les collines du Cantal sa généreuse imagination, son style très particulier, son empathie et... son talent. Ça donnerait presque envie de se poser au Franprix.
Commenter  J’apprécie          00