AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Flammarion

Depuis 1876 et leur création par Ernest Flammarion, les éditions Flammarion perpétuent la démarche de leur fondateur en proposant un catalogue varié, axé sur la littérature sous toutes ses formes et l`univers du savoir. Flammarion est également le premier éditeur de livres d’art en France, et offre chaque année au public français plus de 500 nouveautés dans les domaines de la Littérature générale, du Savoir, des Beaux Livres, du Pratique et de la Médecine.

Livres les plus populaires voir plus


Collections de Flammarion



Dernières parutions chez Flammarion


Dernières critiques
Nathalit22
  23 mai 2022
La belle famille de Laure de Rivières
✖.

La Belle Famille .

de @laurederivieres .

@flammarionlivres 396 pages .



« Quand j’ai répondu à cette petite annonce, et Dieu sait qu’à cette époque j’aurais pris n’importe quoi, je n’aurais jamais pu imaginer ce qui allait m’arriver. D’ailleurs, personne n’aurait pu s’en douter. Et je ne sais pas si quelqu’un aurait pu m’en protéger. »



Le chagrin, envahissant. L’atmosphère, étouffante. La faiblesse, honteuse. Les convictions, si profondes. Cette fragilité, dangereuse. La valeur des sentiments, décevante. Et la douleur, en sacrifice .



« Ma vie me manquait, mes amis me manquaient, le soleil et les bières sur la place de l’église me manquaient, la légèreté qu’on devrait avoir quand on a vingt ans me manquait, mais le chagrin des Leprince m’avait envahie.. »



L’instabilité, perverse. Un fragile équilibre, douteux. Les vagues de colère, incontrôlables, radicales et soudaines. Comme des ouragans de fureur.



« Pas de cris, pas de lutte. Pas de remords ni de regrets. Elle subit, elle s’écrase, elle se dit que si c’est ce qu’il veut et que ça le rend heureux, tant mieux. C’est que ce doit être la bonne solution, et elle passe à autre chose.. »



Un coup de coeur , coup au Coeur . Une intrigue révoltante. Sous tension permanente . Oppressante . Dérangeante . Toxique . Sous emprise . En apnée . A bout de souffle . Comme une fausse mélodie du bonheur . Wouahhhhh !….. une lecture dont on ne sort pas indemne !. Bravo Manon, quelle force .



« Les choses m’arrivaient, bonnes ou mauvaises, et je les acceptais. Comme faisant partie de mon chemin . Enjamber l’obstacle et continuer… »



Merci @laurederivieres pour tes mots . C’est une réussite ce premier roman , vivement le prochain . Merci @flammarionlivres pour cette nouvelle découverte .
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Foxfire
  23 mai 2022
Salammbô de Gustave Flaubert
Et si le plus grand roman de fantasy était l’œuvre de Gustave Flaubert ?! J’entends déjà les objections des uns et des autres, ceux qui tiennent absolument à enfermer les grands auteurs dans le giron de la littérature blanche parce qu’un roman de genre de saurait faire preuve de génie, ceux-là argueraient que « Salammbo » n’est pas de la fantasy mais un roman historique. De l’autre côté, les intégristes des littératures de l’imaginaire refuseraient de voir en « Salammbo » une œuvre de fantasy, au motif qu’il n’y aurait pas véritablement d’élément surnaturel dans le roman. Les seconds ont sans doute des arguments plus valables que les premiers mais leur donner raison serait, selon moi, faire preuve d’un esprit obtus. Certains romans unanimement reconnus comme étant de la fantasy comportent finalement peu de surnaturel. Et puis, ne pourrait-on pas considérer que c’est par autre chose que le roman de Flaubert relèverait de l’imaginaire ? Franchement, « Salammbo » est-il vraiment seulement un roman historique ? Certes, cet aspect semble documenté, l’auteur a fait des recherches mais la tonalité du récit l’emmène bien plus loin. Il y a dans « Salammbo » une telle exagération, une telle outrance que le récit semble se dérouler en des lieux et des temps où tout est possible. Je suis persuadée que nombre d’auteurs qui œuvrent dans la fantasy ont été marqués au fer rouge par leur lecture du roman de Flaubert. De toute façon, au diable les étiquettes, tout cela importe peu en comparaison de l’impression laissée sur les lecteurs. Et l’impression que m’a faite « Salammbo » est énorme, je ne suis pas loin de penser qu’il s’agit là du plus grand roman français jamais écrit.



« Salammbo » est vraiment un roman de la démesure. Tout y est amplifié, décuplé, tout est grand, tout est spectaculaire, j’en ai pris plein la figure. Comment résumer « Salammbo » en quelques mots ? La guerre. L’amour. Voilà, ce qui me vient pour qualifier cette fresque extraordinaire relatant l’épisode de la Guerre des Mercenaires qui fait suite à la première guerre punique. Si les combats occupent plus de pages que les sentiments, leur importance est égale, la passion amoureuse de Matho envers Salammbo nourrissant son bellicisme. Dans le roman de Flaubert tout est d’une violence inouïe, l’amour y est aussi intense et destructeur que les combats les plus acharnés. Et acharnés, les combats le sont assurément. A-t-on jamais écrit roman plus épique que « Salammbo » ? Les batailles dépeintes par Flaubert sont dantesques ; des dizaines de milliers d’hommes assiégeant des cités merveilleusement monumentales, des éléphants caparaçonnés, des stratégies militaires, des retournements de situation, des pluies de sang… Comme je l’ai dit, l’amour a beau occuper moins de place en terme de quantité il est néanmoins central. Flaubert ne nous conte pas un amour tendre et épanouissant, la passion qui lie Matho et Salammbo est furieuse, violemment sensuelle, d’une férocité qui la fait ressembler parfois à de la haine. L’évocation de cet amour fiévreux atteint son paroxysme dans la scène de la tente que j’ai trouvé, en étant toujours dans le non-dit, d’un érotisme bouillant.



Tout dans « Salammbo » emmène ailleurs. A-t-on jamais écrit roman plus dépaysant ? Les villes, les paysages, les temples, les dieux, les vêtements, les coiffures… tout est magistralement dépeint sans que jamais ces descriptions soient ennuyeuses. Cet enchantement et cet émerveillement ne viennent pas de l’ampleur des événements racontés. L’écriture de Flaubert y est pour beaucoup. A-t-on jamais écrit plus beau roman ? En tout cas, moi, je crois n’avoir jamais été autant éblouie par l’écriture d’un auteur. Dès la toute première et si célèbre phrase du roman, j’étais extatique. « C’était à Mégara, faubourg de Carthage, dans les jardins d’Hamilcar ». Ça n’a l’air de rien comme ça, cette phrase si simple, qui ne cherche pas à en mettre plein la vue, et pourtant dans cette phrase très épurée il y a tout le génie de Flaubert. Lisez-la, lisez-la bien pour ressentir toute sa beauté. Le mieux est sans doute de la lire à voix haute pour en respirer la poésie. Ecoutez ces sons qui se marient si bien, la rondeur des M que vient bousculer le rythme des C… L’harmonie est si parfaite, si musicale… Et tout le roman est de la même eau. C’est splendide, ce texte est d’une beauté chavirante.



Vous l’aurez compris, « Salammbo » est un énorme coup de cœur. Ce que j’ai ressenti va même au-delà du coup de cœur. J’ai été subjuguée, époustouflée, envoûtée par ce sublime roman qui entre immédiatement dans mon petit panthéon personnel.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
cdiLL69
  23 mai 2022
La parure et autres scènes de la vie parisienne de Guy de Maupassant
Cette nouvelle parle de Mathilde Loisel qui rêve d'une vie luxueuse alors qu'elle mène une simple vie de bourgeoise. Un soir son mari ,rentre à la maison avec une invitation pour un bal à l'hôtel du ministère. Mathilde ne peut pas se réjouir de cette nouvelle car elle n'a pas de tenue appropriée à se mettre. Son mari lui propose alors d'utiliser l'argent qu'il avait économisé: il y a assez pour acheter une robe. Il lui manque des bijoux et elle se tourne vers une de ses amies, Mme Forestier, qui accepte de lui prêter une parure. Sur le chemin du retour après la réception, elle se rend compte que la parure a disparu. Son mari refait le chemin pour la chercher, mais ne trouve rien.

Le couple décide de faire refaire le bijou à l'identique par un bijoutier. Le prix demandé est énorme. Ils empruntent la somme nécessaire auprès d'un banquier et rendent la copie à Mme Forestier.: pendant dix ans, le couple va travailler avec acharnement pour réunir la somme qu'ils doivent au banquier. Un jour, en pleine rue, Mathilde, alors que maintenant elle semble vieille et affaiblie, rencontre Mme Forestier "toujours jeune, toujours belle, toujours séduisante" , qui ne la reconnaît pas. Mathilde lui explique ce qui est arrivé et son ancienne amie lui répond :" Oh! Ma pauvre Mathilde! Mais la mienne était fausse. Elle valait au plus 500 francs!"



Je trouve cette nouvelle intéressante mais tragique . On peut voir que tellement Mathilde est fidèle à son amie, elle est capable de sacrifier toute sa vie pour le bijou .Ce qui me choque est que Mme Forestier ne se rend même pas compte de tout ce qu' a fait son amie pour elle ,et, ne la remercie même pas .

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10