AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782344032510
56 pages
Éditeur : Glénat (20/11/2019)

Note moyenne : 3.62/5 (sur 4 notes)
Résumé :
Personnage iconique, presque légendaire, Cléopâtre est vue dans cet album à travers un point de vue inédit. Mal connue, cette reine, à l’intelligence hors du commun, érudite, charismatique, et d’origine grecque est l’un des pharaons les plus avisés de la fin de l’empire ptolémaïque. Son but avant tout est de restituer la gloire passée de l’empire égyptien, et pour cela elle doit impérativement composer avec Rome. Car la reine d’Egypte est également victime de la pro... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
Alfaric
  23 novembre 2019
Cléopâtre est davantage un personnage appartenant à la légende qu'un personnage appartenant à l'Histoire. Et malgré le rouleau compresseur de la propagande écrite par les vainqueurs repris par un millénaire d'histoire nationale officielle, la Légende Noire n'a jamais su effacer la Légende Dorée : dans la mémoire des siècles et l'imaginaire collectif, la dernière reine d'Égypte reste non seulement une femme forte dans un monde d'hommes machistes et sexistes, mais aussi une héroïne tragique et non une « vilaine sorcière orientale » voulant la perte du « peuple élu pour diriger le monde occidental ».
Avec le récit de la vie de Cléopâtre se télescopent le game of thrones égyptien avec Ptolémée XIII, Théodote, Pothin, Achillas, Arsinoé et Ptolémée XIV, et le games of thrones romain avec César Pompée, Cassius et Brutus, Marc-Antoine, Lépide et Octave. Cela fait beaucoup de monde, et pour tout caser en 48 pages le récit progresse par ellipse et fait apparaître et disparaître la plupart d'entre eux assez rapidement… Donc on suit :
- la rencontre de la divine Cléopâtre et du divin Jules
- la Bataille d'Alexandrie
- les Ides de Mars
- le rencontre à Tarse d'Isis-Aphrodite et de Marc-Antoine Dionysos
- la campagne contre les Parthes et la réorganisation de l'Orient
- la Bataille d'Actium, qui initie la chute des amants maudits
Les graphismes d'Andrea Meloni sont agréables, comme sont agréables sont ses réflexions et ses commentaires sur la difficultés de dessiner l'Alexandrie antique que finalement on connaît fort peu. Par contre sinon scénario c'est un peu la guerre de tranchée entre l'historienne Aude Gros de Beler qui se vautre peu ou prou dans tous les clichés de la propagande augustéenne et le journaliste Victor Battaggion qui essaye d'apporter un peu de neutralité et d'impartialité à l'ensemble. La comparaison est rude en appendices entre le travail de la première qui se résume à une redite d'une rare platitude digne d'un manager paraphrasant son propre powerpoint, et le travail du deuxième qui s'interroge sur la réalité et la vérité quand les sources historiques ont toutes été écrits par employés du pouvoir romain. Les sources ne sont pas d'accord sur sa naissance, les sources ne sont pas d'accord sur sa mort, et les récits de la Bataille d'Actium sont imprécis, contradictoires et tous écrits par des sicaires littéraires du vainqueur (comment prendre pour argent comptant des documents qui avancent des pertes supérieures aux effectifs engagés ?). La retraite stratégique du camp oriental pour cause de mauvaises conditions et d'incertitudes quant au résultat final est présentée comme une victoire écrasante du camp occidental alors que les combats semblaient en fait très serrés (genre la grande victoire française de Valmy, qui était en faite une retraite stratégique de l'armée autrichienne qui en avait marre de tirer au hasard dans le brouillard). Docteur Octave a toujours été meilleur commandant de légions de langues de putes que commandant de légions de soldats, donc c'est sur le terrain politique qu'il emporte sa victoire en obtenant une impressionnante série de trahisons éhontées présentée comme le ralliement naturel des vrais patriotes. Comment croire à tout le reste, à commencer par les piques sur l'ivrognerie et l'incompétence de Marc- Antoine et par les piques sur les débauches et les maléfices de Cléopâtre qui aurait voulu à tout prix la perte du peuple romain et de sa destinée manifeste : Mister Auguste en révèle plus ses perversions à lui que sur celles de ces ennemis en prenant son cas personnel pour une généralité universelle...
Le portrait que dresse Plutarque de Cléopâtre, qui était certes moraliste et non historien mais qui écrivait pour lui et non pour flatter tel ou tel souverain romain en place se réclamant du petit père des peuples Auguste, est bien loin de celui de la « vilaine sorcière orientale » dressé par Dion Cassius, Flavius Josèphe, Suétone, Appien, Lucain et autres lécheurs de culs romains… Il décrit une souveraine moderne, intelligente et efficace, bien meilleure dirigeante que ses aînés, et une mère soucieuse de l'éducation de l'avenir de ses enfants, autrement plus aimante que les parents démissionnaires des classes dirigeantes qui confiaient leur progéniture à leurs esclaves.
Après l'assassinat de la démocratie par la ploutocratie, la confédération de despotes éclairés dirigée par Cléopâtre et les enfants de César et de Marc-Antoine aurait-elle été moins bonne pour les peuples du bassin méditerranéen que l'Empire d'Auguste avec son « retour à l'ordre », « ses valeurs morales », « sa régénération nationale » et autres conneries suprématistes ? Parce qu'on ne va pas se mentir Auguste comme tous les vainqueurs a réécrit l'Histoire en son honneur, mais comme Staline ou Steve Jobs c'était juste un tyran tellement paranoïaque qu'il était du genre à faire exécuter celui qui avait eu l'audace de mettre en oeuvre une bonne idée qu'il n'avait pas eu lui-même (je pense à ce philanthrope assassiné par le pouvoir en place juste parce qu'il avait mis en place sur ses propres deniers un service de pompiers).
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          490
bibiouest
  19 mars 2020
Vaste sujet...S'attaquer à un mythe tel que Cléopâtre n'est pas une sinécure, d'une part par «les références historiques» sont nombreuses mais pas toujours précises, par exemple sa date de naissance, d'autre part l'histoire de Cléopâtre a été écrite par les Romains «les vainqueurs» (l'histoire est toujours écrite par les vainqueurs) donc partiale.
Toujours est-il que cet album est admirablement dessiné. le scénario quant à lui est quelque peu confus car trop dense pour un seul album, on peut s'y noyer. Au final un album inégal, avec ce petit cahier en fin d'album qui permet tout de même de s'y retrouver.

Commenter  J’apprécie          485
Davalian
  02 janvier 2020
Après César, c'est à une autre figure historique contemporaine que s'intéresse la collection Ils ont fait l'histoire : Cléopâtre.
L'album est riche, dynamique et ne s'embarrasse pas de temps mort, nous approchons ici en peu la psychologie du sujet principal, mais surtout nous allons suivre trois chapitres principaux : ses aventures (historiques et personnelle) avec César, puis avec Marc-Antoine et enfin le dénouement… Chaque planche est ici bien choisie et suit un fil rouge qui ne nous laisse pas le temps de souffler !
Le propos, malgré sa densité, est aisé à suivre et personne ne sera vraiment déboussolé. La qualité et la précision sont également au rendez-vous pour ce qui concerne les dessins. Il a bien entendu quelques séquences de batailles, qui sont réussies, mais ici se sont surtout les scènes d'intérieur et les visages qui retiennent tout l'attention. Tout cela est, en un mot, beau !
Le cahier scientifique ne fait que prolonger et paraphraser le texte principal en justifiant tel ou tel point précis. Son objectif est ailleurs : préciser les sources qui ont été suivies et ce qu'elles impliquent en terme de choix. C'est ainsi que le lecteur apprendra qu'initialement les auteurs avaient d'autres idées qu'ils n'ont pu mettre en oeuvre sans prendre de risques. Cette sincérité est rare et bienvenue, mais si elle tout aussi frustrante pour les auteurs que pour les lecteurs.
Cléopâtre est donc une réussite, un très bon album. Loin des superproductions cinématographiques (ou plus récemment sous forme de série), voici à moindre coût, un très bon outil de vulgarisation, désormais accessible à toutes et à tous.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          132

Citations et extraits (2) Ajouter une citation
AlfaricAlfaric   24 novembre 2019
- N’oublie jamais Cléopâtre : sans argent, pas de Rome. Sans Rome, pas de pouvoir. Mais sans le peuple alexandrin, pas de couronne non plus.
Commenter  J’apprécie          170
AlfaricAlfaric   21 novembre 2019
L’espionnage est un art dans lequel il faut savoir exceller, au risque de s’y brûler les ailes...
Commenter  J’apprécie          160

Lire un extrait
Videos de Victor Battaggion (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Victor Battaggion
À l'occasion de la sortie du livre Assassins's Creed, 2 500 ans d'Histoire (Les Arènes - Historia), les auteurs du livre présentent le tout nouveau « Discovery Tour » du jeu Assassin's Creed Odyssey. Une plongée dans les guerres du Péloponnèse, une expérience à vivre en direct avec Maxime Durand, historien et directeur de contenu chez Ubisoft.
Entrée Interdite aux moins de 16 ans.
INTERVENANTS : Victor BATTAGGION, Rédacteur en chef adjoint de la revue Historia et codirecteur de l'ouvrage Assassin's Creed, 2500 ans d'Histoire, Maxime DURAND, Historien et Directeur de contenu dans l'équipe de création Assassin's Creed.
+ Lire la suite
autres livres classés : egypteVoir plus
Notre sélection Bande dessinée Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
998 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre