AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9781020402272
Beaux Arts Editions (13/01/2016)
3.5/5   4 notes
Résumé :
Ils ont pour auteurs Morris, Franquin, Tillieux, Goscinny, Uderzo, Boucq ou Pétillon… Ce sont des chefs-d’œuvre de la bande dessinée d’humour. Lucky Luke, Gaston Lagaffe, Gil Jourdan, Astérix, Jérôme Moucherot, Jack Palmer…
Comment ces chefs-d’œuvre ont-ils été conçu ? Quelles sont les sources d’inspiration de leurs auteurs ? Y a-t-il des recettes pour faire rire ? Quelle est la différence entre dessin d’humour et gags visuels ? Pourquoi l’humour noir est-il... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
Aikez
  05 janvier 2016
Je découvre ce magazine, que je connaissais de nom mais que je n'avais jusqu'à aujourd'hui jamais acheté; ce ne sera pas la dernière fois, puisque j'ai beaucoup apprécié cette revue des meilleurs bandes dessinées d'humour, dont je ne peux que regretter de ne pas en avoir fait la lecture. Ce hors-série des Beaux Arts m'a permis d'en découvrir les secrets, et également de mieux connaître les auteurs les plus renommés.
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (25) Voir plus Ajouter une citation
JacopoJacopo   03 février 2020
Jul fut longtemps caricaturiste de presse. Observateur attentif de l’actualité, il est passé maître dans l’art de transposer en bande dessinée des questions de société, de politique et d’écologie. Son modèle en la matière : Matt Groening, le créateur des Simpson.
Commenter  J’apprécie          20
JacopoJacopo   03 février 2020
L’inefficacité économique de Gaston ne correspond pas aux critères en vogue. Beaucoup de choses me déplaisent dans la civilisation actuelle. Je me laisse parfois aller à l’exprimer. Mais ce n’est pas systématique. Je ne me suis jamais dit que j’allais dénoncer ceci ou cela. Si je devais faire de la bande dessinée maintenant, je mettrais des races différentes, parce que nos villes sont peuplées de gens de toutes les couleurs, qui viennent de partout, qui parlent des langues différentes. (…) La limite entre la bêtise et la candeur est parfois difficile à définir. Il faut se méfier. Mais la candeur peut servir. Les personnages se comportent très naturellement, ont des impressions évidentes, des sentiments tranchés…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
JacopoJacopo   03 février 2020
Initialement, Goscinny ne voulait pas de la présence d’un chien dans Astérix, qui aurait par trop rappelé l’association entre Tintin et Milou. Dans Le Tour de Gaule d’Astérix, Goscinny inscrit dans le scénario la présence d’un petit chien quand Astérix et Obélix arrivent à Lutèce pour acheter du jambon. Uderzo demande alors à son compère l’autorisation de garder l’animal, qui lui permettrait de faire un gag, tout au long du trajet. Goscinny accepte, sans se douter que les lecteurs de Pilote vont réclamer sa présence constante auprès des deux héros. Et comme le public est roi, Pilote effectue même un concours pour lui donner un nom. Cinq lecteurs proposeront celui d’Idéfix, qui sera ainsi adopté.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
JacopoJacopo   03 février 2020
À l’origine, la bande dessinée est pour moi un lieu d’imagination pure. Et Jack Palmer s’est d’abord tenu à distance de l’actualité proprement politique, même si des albums comme Les Disparus d’Apostrophes ! montrent que je m’inspirais aussi de phénomènes de société. Il faut distinguer les bandes dessinées d’inspiration journalistique de celles qui offrent un portrait plus personnel des hommes politiques, comme Quai d’Orsay dont je suis un très grand fan. Il me serait difficile de faire d’un homme politique existant un personnage. Je me sens plus libre avec des personnages purement fictifs, alors que l’univers politique, avec ses décors et ses contraintes, force à évoluer dans un certain cadre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
JacopoJacopo   03 février 2020
Je déconnais vraiment, là où ça fait plaisir c’est que le fait de déconner a eu du répondant sur les lecteurs. Par exemple le fait que je m’adresse à eux, dans le texte : “Moi Gotlib je vous parle”. De là à me dessiner directement il n’y a qu’un simple glissement, ça fait qu’au bout d’un moment je me dessinais sans arrêt. [...] On peut remarquer qu’il y a très peu de décors dans ce que je fais, ça vient simplement du fait que je n’aime pas les dessiner et que je les fais très mal. J’étais un peu gêné de ne jamais faire de décors, je trouvais que c’était trop vide et j’avais l’impression un peu de voler le lecteur. Alors j’ai commencé à mettre la coccinelle, et ça faisait un gag dans le gag. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

autres livres classés : humour noirVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Compléter les titres

Orgueil et ..., de Jane Austen ?

Modestie
Vantardise
Innocence
Préjugé

10 questions
17851 lecteurs ont répondu
Thèmes : humourCréer un quiz sur ce livre