AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Critiques sur Et rester vivant (69)
Classer par :   Date   Les plus appréciées  



Ajouter une critique
Suze
  26 avril 2012
Une chanson et le besoin de partir. Avoir vingt-deux ans et avoir tout perdu. Puisqu'on a rien à perdre autant aller jusqu'au bout. Vivre son rêve américain à lui.
C'est l'aventure dans laquelle s'embraque Blondel. On se laisse transporter dans les virages, les longues routes que prend la voiture avec ses passagers. Introspection d'une jeunesse, d'un moment de vie. Parce que finalement, on finit par se relever mais qu'entre temps, il faut vivre.
Toujours fin et direct, sans détours, le roman se lit comme on regarde défiler le paysage lors d'un voyage en train.
Commenter  J’apprécie          00
Will2106
  22 janvier 2012
Il ne se raconte pas ce livre. Il se lit!
Lien : http://kabaretkulturel.blogs..
Commenter  J’apprécie          00
laurenceloi
  27 décembre 2011
J'ai reçu "Et rester vivant" en cadeau de Noël, je n'avais jusqu'alors jamais lu J.P Blondel. Je l'ai dévoré d'une traite, ne savant pas trop à quoi m'attendre ni quant à l'histoire, ni quant à l'auteur. J'ai beaucoup aimé. le style d'abord, un style épuré, dégraissé, qui ne s'encombre pas d'images trop lourdes ou alambiquées, mais qui arrive tout de même à faire passer des émotions intenses et qui permet de se mettre dans la peau du personnage principal et comprendre ce qu'il ressent après ce drame familial. Il m'a fait penser à Annie Ernaux, dont j'avais dévoré "La place". J'ai aimé la retenue, la pudeur mais qui laisse transparaitre une profonde affection sans jamais donner dans le pathos ou dans le mélo.
Je l'ai lu en une nuit et j'ai trouvé qu'il donnait de l'espoir, ce livre. Je ne sais pas si j'irais chercher d'autres livres de cet auteur car je ne voudrais pas être déçue tant j'ai aimé celui là.
Commenter  J’apprécie          00
fdm
  09 décembre 2011
JP Blondel raconte dans ce livre le périple qu'il a effectué à travers les Etats-Unis et le Mexique suite au décès de son père, alors que sa mère et son frère avaient perdu la vie dans un accident de voiture quelques années plus tôt. Il a alors 22 ans et veut échapper à ce terrible passé et à la 'pitié' des gens. Il part avec son ex-petite amie et son meilleur ami, qui est aussi le nouveau petit ami de l'ex (vous suivez ?). Il nous livre le récit de ce voyage qui lui a été inspiré par une chanson de Lloyd Cole. Une lecture agréable, mais ce n'est pas mon préféré. J'ai par contre beaucoup aimé 'Accès direct à la plage' et 'Un minuscule inventaire'.
Commenter  J’apprécie          00
biblio47
  02 décembre 2011
Alors qu'il est déjà sous l'effet des sédatifs pour l'opération des dents de sagesse qui l'attend le lendemain, l'auteur est réveillé à l'hôpital, dans la nuit, par son meilleur ami et son ex-petite amie qui vient à peine de le quitter. Ils sont venus lui annoncer la mort de son père dans un accident de voiture. Ayant perdu sa mère et son frère quatre ans plus tôt dans des conditions similaires, le voilà alors seul et orphelin.

Ses amis l'entourent et l'aide dans les démarches à effectuer dans une telle situation mais à 22 ans, il a le sentiment de n'exister pour personne alors il décide de tout vendre : l'appartement de son père, les meubles, les objets. Il ne veut rien garder de cet homme qu'il considérait comme le responsable de la disparition de sa mère et de son frère puisque c'était lui qui conduisait lors de l'accident.

Puis sur un coup de tête, il achète trois billets d'avion pour les Etats-Unis et s'envole avec Laure et Samuel ces deux amis pour trois mois de périple sur les routes de Californie. Trois mois pour savoir si ça vaut encore le coup d'être là.

Tout au long du voyage, ils vont faire des rencontres atypiques et certains détails renvoient l'auteur à son enfance, au souvenir de ses proches et ainsi à ses questionnements.

Les émotions sont fortes et très bien retranscrites, le lecteur les ressent avec l'auteur. le sujet est traité, malgré tout, avec une certaine légèreté et beaucoup de pudeur.

C'est un roman sur la renaissance après un deuil, partir pour espérer recommencer à vivre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
ladauphinette
  27 novembre 2011
lu en une soirée, ce livre est tellement prenant qu'une fois commencé je n'ai pas pu le lacher, j'adore........!
Commenter  J’apprécie          00
maylibel
  12 novembre 2011
À 22 ans, quatre ans après la mort de son frère aîné et de sa mère dans un accident de voiture, Jean-Philippe Blondel perd son père. Anesthésié de douleur, il finit par partir errer aux États-Unis avec sa compagne Laure et son ami Samuel, en direction de Morro Bay, sur les traces d'une chanson de Lloyd Cole qu'il écoute en boucle…
Ce récit m'a fichu une belle claque. Les premiers chapitres, très bien écrits, avec des phrases courtes mais évocatrices et des métaphores extrêmement justes (Par exemple : « Je ne réponds pas. Je laisse glisser. Je continue d'enchaîner les longueurs dans ma piscine intérieure et je fais attention à ce que le chlore ne rougisse pas mes yeux. » [p. 25]), m'ont beaucoup touchée. Jean-Philippe parvient à décrire avec réalisme mais sans pathos les affres du deuil, son côté insupportable. Il réussit même à évoquer avec distance et ironie sa situation sans espoir, comme dans ce très bel extrait : « C'est ridicule. Personne ne perd son frère et sa mère, puis quatre ans plus tard, son père – à l'âge de vingt-deux ans. Ça n'arrive jamais, ce genre de choses. Même dans les romans. Il y a une limite à l'indécence, quand même. le romancier plonge son héros dans la tragédie, il n va pas en rajouter une couche. Il est sur le point d'ajouter un troisième décès, et puis il se reprend : “Ah non, honnêtement, c'est impossible, il faut que je trouve autre chose.ˮ » (p. 27-28). Ce récit, à l'image de ces extraits, est l'un des textes les plus évocateurs que j'aie jamais lu sur le deuil, même si j'ai été moins convaincue par les derniers chapitres. Il permet de rencontrer au passage quelques personnages étonnants comme Rose, la pianiste américaine virtuose ou le « goguenard » Jean Échenoz. Un très beau livre, dévoré en une journée, qui m'a donné envie de lire l'intégralité de l'oeuvre de Jean-Philippe Blondel. À découvrir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
claraetlesmots
  04 novembre 2011
Jean-Philippe Blondel revient sur l'année de ses vingt-deux ans. A dix-huit ans, il a perdu sa mère et son frère dans un accident de voiture. Et là, quatre plus tard, son père décède également dans les mêmes circonstances. L'auteur ne s'écroule pas. La stupeur et une forme d'hébétement prennent le relais. Il bazarde tout ce qu'il a en France et accompagné de sa future ex-petite amie et de son meilleur ami, il part aux Etats-Unis. Ce road-movie sur les routes de Californie lui permet de rester debout. Et vivant.

Je dis souvent que la lecture est une histoire de rencontre. Il y a donc forcément des questions d'affinités et d'humeur. J'ai lu une première fois ce livre trois semaines après avoir été bouleversée par Rien ne s'oppose à la nuit de Delphine de Vigan. Une fois terminé, je n'ai pas ressenti pas d'émotion particulière. J'ai quand même vérifié si mon coeur (connu pour être celui d'un artichaut) n'était pas devenu de granit, mais non !

La suite :
http://fibromaman.blogspot.com/2011/11/jean-philippe-blondel-et-rester-vivant.html
Lien : http://fibromaman.blogspot.c..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
pilyen
  27 octobre 2011

Voici un livre relativement court, à la lecture aisée dans lequel on entre sur le bout des lignes.
Récit vraisemblablement autobiographique, tout en retenu et en pudeur. L'auteur après le décès de ses parents et de son frère décide avec l'argent de l'héritage de partir aux Etats-Unis, à Morro Bay, comme dans la chanson "Rich" de LLoyd Cole. Il emporte avec lui son ex copine, son meilleur ami et une tonne de tristesse. le trio va naviguer de San Francisco à Morro Bay en passant par Los Angeles et le Mexique sans vraiment faire de rencontres ni vivre de grandes aventures. Ici, le cheminement est uniquement intérieur. On sent bien la fragilité du héros qui hésite devant la vie qui vient. Il hésite également à conduire les grandes voitures américaines. Il hésite sur les relations à mener avec ses deux compagnons d'aventure. Il hésite à continuer à vivre.
Et moi j'hésite à dire que j'ai aimé ce livre car je n'en sais rien. On sent bien que ce récit intime revêt une importance extrême pour l'auteur. Quant à moi, en tant que lecteur, j'ai pu apprécier ce style net et précis, empreint de retenu et d'émotion mais sans toutefois être en empathie avec le héros, comme si ces souvenirs ne s'adressaient qu'à lui même.
La suite sur le blog ci-dessous :
Lien : http://sansconnivence.blogsp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00


Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Jean-Philippe Blondel (assez facile pour les fans)

Année de naissance ?

1964
1970
1976
1982

12 questions
56 lecteurs ont répondu
Thème : Jean-Philippe BlondelCréer un quiz sur ce livre