AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782815931878
294 pages
Éditeur : L'Aube (03/01/2019)

Note moyenne : 4.25/5 (sur 2 notes)
Résumé :


Mai 1967, sur les bords du Tibre… Le groupe Potere Rosso, "le Pouvoir Rouge" est fin prêt à passer à l'acte. Les attentats se dessinent spectaculaires.

Mais la révolution n'est pas un exercice facile, surtout lorsque toutes les attentions sont focalisées sur d'autres événements d'importance : la sortie de l'album "Sergent Pepper" des Beatles, la guerre des six jours en Palestine, les querelles intestines à l'ambassade américaine, la p... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
Adriatik
  28 novembre 2020
L'actualité du moment vous stresse et l'envie de se changer les idées se fait ressentir ?
Laissez - moi vous inviter dans la découverte de ‘Tango à la romaine' de Philippe Carrese. Certes, les événements n'ont rien de joyeux mais faites confiance au talent de Philippe Carrese qui réussit à alterner avec habilité le tragique et le comique.
L'action se passe en Italie, plus précisément à Rome en 1967. le groupe ‘Potere Rosso' a tout préparé et passe à l'attaque. Mais l'attentat programmé tourne mal et la vie d'une famille atypique est ainsi bouleversée.
Divisé en plusieurs chapitres, le roman nous présente divers protagonistes. Ce sont des personnages intéressants et hauts en couleur qui nous font découvrir des situations drôles.
J'ai beaucoup aimé le personnage de Zeffirino. Sa manière d'agir malgré l'étrangeté de la situation, m'a beaucoup amusée. Une petite pensée aussi pour Maria Gianlupino.
En dire plus, ce serait gâcher le plaisir de la découverte. Mais si vous êtes curieux, quelques pages sont visibles gratuitement dans la présentation du livre.
Vous l'avez sûrement compris, je ressors conquise de ce ‘Tango à la romaine'.
En un mot : Magique !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          300
Artiola
  10 septembre 2019
Alors que je ne connaissais aucun livre de Philippe Carrese, j'ai téléchargé ‘ Tango à la Romaine ' avant de partir en vacances, sans me poser de questions. Et ce fut une magnifique découverte.
Je me suis beaucoup amusée avec les situations humoristiques et les personnages, même si parfois un retour en arrière s'impose pour retrouver le fil de la lecture.
Commenter  J’apprécie          80

Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
AdriatikAdriatik   27 novembre 2020
Souvent Zefirino chantait. Il chantait fort et faux. Mais c’était pour faire plaisir à sa mère, qui adorait la musique. Surtout l’opéra. Surtout Tosca. Alors Maria battant la mesure avec sa béquille reprenait le Vissi d’Arte en chœur avec son fils. Et tout le bidonville où ils étaient installés entonnait le même morceau en canon pour les faire taire. La composition de Puccini défilait sur une mise en scène à la Wagner, et rien ne pouvait perturber les Gianlupino, même pas l’afflux des figurants, choristes excédés. Maria beuglait dans le registre baryton, son fils couinait comme une mezzo-soprano asthmatique. Ils ne lâchaient l’affaire avant le mi bémol final.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
AdriatikAdriatik   28 novembre 2020
Avec la prime d’assurance, Maria avait équipé son chiffonnier de fils d’un superbe triporteur Piaggio, déniché d’occasion mais qui avait fière allure. Le propriétaire précédent l’avait repeint en rose fuschia. Il avait passé deux couches. Son phare unique au milieu de la calandre lui donnait la même gueule un brin bornée que celle du cyclope des contes antiques. (…………….)
Poliferno faisait un bruit d’enfer, dégageait une fumée âcre d’un gris inquiétant et penchait avec obstination du côté passager. Toujours. Et c’est normal, Maria s’asseyait toujours du côté passager. Où qu’il aille, elle ne lâchait jamais son fils Zefirino, que le monde entier appelait Dzé. La conduite du véhicule n’était pas manœuvre très aisée. Maria prenait toute la place sur le siège, et Zefirino devait conduire en s’affalant sur sa mère, les fesses calées dans un coin de l’habitacle. Les lois de la gravitation étant incontournables, le triporteur penchait sur la droite, tout le temps.

-
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
AdriatikAdriatik   28 novembre 2020
La base de l’édifice a plié, quelques goupilles ont giclé, très loin. Deux cales ont glissé. Stupéfaits, ils n’ont poussé aucun cri pendant leur chute, qui leur a pourtant semblé interminable. Remus a compté les fenêtres qui défilaient devant ses yeux hagards. Romulus a croisé le regard d’une ancienne maîtresse à lui, la veuve Rapolano, celle du second. Elle n’en revenait pas. Deux hommes passaient devant sa fenêtre qu’elle avait ouverte en grand pour cause de canicule. La veuve était prête à faire un signe convivial, mais tout est allé trop vite.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
AdriatikAdriatik   27 novembre 2020
Zefrino Gianlupino avait un problème avec sa mère. Un gros problème.
Sa mère elle-même était un gros problème, un problème officiellement déclaré à quatre-vingt-dix-sept kilos mais qui avoisinait le quintal les lendemains de fêtes religieuses. La surcharge pondérale de Maria Gianlupino n’était pas la préoccupation majeure de Zefirino, son fils. Même si pour une hauteur sous toise d’un mètre cinquante-six, les débordements de chair de sa génitrice pouvaient se révéler handicapants. Non, la cause principale de tous les soucis de Zefirino était l’omniprésence de la matrone dans sa vie. Depuis toujours.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
ArtiolaArtiola   10 septembre 2019
La morue salée mimait le deuil profond avec application et une inventivité certaine. Il mimait mieux le profond que le deuil, quoique son jeté de tête en arrière les yeux mi-clos évoquât bien une mort subite. Merluzzo Salato s’est fait insistant sur la profondeur du profond. C’était vraiment très bas, le profond du profond. Ses doigts en touchaient la première marche du seuil de la Casa del Popolo alors que son cul frôlait les poignées de porte.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Lire un extrait
Videos de Philippe Carrese (9) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Philippe Carrese
La text'tape de Philippe Carrese - Obsession textuelle
autres livres classés : croisadesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quiz sur le livre "Une belle histoire d'amour" de Philippe Carrese.

Comment s'appelle la gamine qui apparaît au début de l'histoire ?

Gisèle
Cindy
Jessica

10 questions
0 lecteurs ont répondu
Thème : Une belle histoire d'amour de Philippe CarreseCréer un quiz sur ce livre