AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9791093250281
86 pages
Éditeur : Eterotopia France (02/06/2018)

Note moyenne : 5/5 (sur 1 notes)
Résumé :
Ces quatre textes figurent dans l'ouvrage de Maurice Bardet, La Fin du paysage, publié en 1972 chez Anthropos avec des photographies de l'auteur. Bernard Charbonneau (1910-1996), ami de Jacques Ellul, s'intéresse très tôt au sentiment de la nature et aux dégradations que l'agriculture productiviste et l'acharnement industriel imposent aux paysages. Précurseur de l'écologie politique, collaborateur de La Gueule Ouverte (1973-1977) et de Combat Nature, il dénonce les ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
ErnestLONDON
  15 octobre 2019
Avec la verve qui le caractérise et qui chaque fois nous ravit, la finesse d'analyse qui rend ses textes indémodables, Bernard Charbonneau explique comment de tous temps ont été façonnés les paysages et comment la « banlieuisation » des territoires dévaste tout.
(...)
En conclusion de ces quatre articles publiés en 1972, Bernard Charbonneau pronostique qu'en trente ans, si le processus de construction-destruction se poursuit, la France se sera transformée en banlieue totale. « La laideur de la banlieue révèle à la vue comme à travers une radio le cancer qui ronge en profondeur notre société. En ce sens elle est un bien. Pour y mettre fin il faut changer la vie, le monde. » Au lieu de condamner en bloc le mouvement vers les résidences secondaires, il préconise de mieux l'utiliser pour sauver l'habitat rural et les villages. Il veut aussi défendre l'exploitation familiale de polyculture, probablement beaucoup plus rentable que l'industrie chimique agricole.
Difficile de ne pas abuser de citations avec Bernard Charbonneau, d'autant que son propos n'a pas pris une ride et que la guerre qu'il dénonce continue à faire rage de part le monde.
Article complet sur le blog :
Lien : https://bibliothequefahrenhe..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          250

Citations et extraits (15) Voir plus Ajouter une citation
ErnestLONDONErnestLONDON   11 octobre 2019
Le confort moderne dans l’horreur souligne les lacunes d’une société qui sacrifie l’essentiel de l’existence humaine à l’idée étroitement matérielle qu’elle s’en fait. La banlieue – puisqu’il faut donner un nom à l’édification du chaos – nous parle de l’accélération du temps et du rétrécissement de l’espace. 
Commenter  J’apprécie          130
ErnestLONDONErnestLONDON   15 octobre 2019
La société qui détruit la nature décida d’englober sa protection dans sa destruction, comme cela personne n’aurait rien à faire, ni à dire.
Commenter  J’apprécie          120
ErnestLONDONErnestLONDON   15 octobre 2019
La société « post-industrielle » de certains magnats du ski et du pédalo est en réalité celle de l’industrie totale parce quelle est celle de l’exploitation taylorisée des loisirs.
Commenter  J’apprécie          80
ErnestLONDONErnestLONDON   15 octobre 2019
La main humaine est partout passée pour ordonner l’explosion confuse des rocs et des arbres.
Commenter  J’apprécie          40
ErnestLONDONErnestLONDON   15 octobre 2019
Bocage ou campagne, le paysage est l’habit dont un peuple a revêtu la terre qu’il habite. Peu à peu il l’a taillé à son image, isolant ses maisons dans un dédale de haies, ou bien rassemblant les familles au village dans le vide des champs. Le paysage est le visage d’un pays : d’une société, le témoin durable de ses travaux et de ses rêves ; la variété des vue reflète celle des façons de voir et de faire. 
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Video de Bernard Charbonneau (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Bernard Charbonneau
Dans cet épisode de Réelles fictions, le philosophe de l'urbain Thierry Paquot parle du roman d'Alain Damasio, Les Furtifs. Il aborde la ville décrite par Alain Damasio : les circulations des personnages, l'organisation politique, la périphérie. Il la compare à d'autres villes d'oeuvres de science-fiction et d'anticipation.
Réelles fictions est une série de podcasts qui présentent les cinq romans sélectionnés pour le prix Effractions. Ce prix récompense un roman qui entretient un lien fort avec le réel ; il est remis par la Bibliothèque publique d'information et la Société des Gens de Lettres pendant le festival littéraire « Effractions » en mars 2020.
Références citées dans le podcast : Richard Fleischer, Soleil vert, Metro-Goldwyn-Mayer, 1974. Jean-Luc Godard, Alphaville, Athos Films, 1965. Fritz Lang, Metropolis, Universum-Film AG, 1927. Ridley Scott, Blade Runner, The Ladd Company, 1982. Bernard Charbonneau, Vers la banlieue totale, Eterotopia, 2018. Aldous Huxley, le Meilleur des mondes, Plon, 1932. Étienne de la Boétie, Discours de la servitude volontaire, (1576), Vrin, 2014. Georges Orwell, 1984, Gallimard, 1949. Thierry Paquot, Désastres urbains : les villes meurent aussi, La Découverte, 2015. Extrait lu : Alain Damasio, Les Furtifs, pages 87 et 88 © La Volte, 2019.
Cet épisode a été préparé par Cyril Tavan. Lecture : Denis Cordazzo. Réalisation : Camille Delon et Renaud Ghys. Musique : Thomas Boulard. Merci aux éditions La Volte, à Sébastien Gaudelus, à Inès Carme et à Blandine Fauré. Ce podcast a été enregistré dans les studios du Centre Pompidou.
+ Lire la suite
autres livres classés : aménagement du territoireVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

L'écologiste mystère

Quel mot concerne à la fois le métro, le papier, les arbres et les galères ?

voile
branche
rame
bois

11 questions
133 lecteurs ont répondu
Thèmes : écologie , developpement durable , Consommation durable , protection de la nature , protection animale , protection de l'environnement , pédagogie , mers et océansCréer un quiz sur ce livre