AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 1302906461
Éditeur : MARVEL - US (12/09/2017)

Note moyenne : 4/5 (sur 1 notes)
Résumé :
Nadia spent the entire first half of her life a captive of the Red Room, but now this teenage super scientist is spreading her wings! Hank Pym's daughter has a lot of time to make up for, and she's determined to change the world. With Jarvis at her side, she's on a mission to bring together the brightest girl geniuses of the Marvel Universe - starting with Lunella Lafayette, the miraculous Moon Girl! But Nadia didn't count on evil scientists, man-eating giant rats o... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
Presence
  25 octobre 2017
Ce tome est le premier d'une nouvelle série consacrée à Nadia van Dyne, personnage apparu pour la première fois dans le Free Comik Book Day 2016 de Marvel, et portant le nom de superhéroïne de Wasp. Il comprend les épisodes 1 à 4 de la série, initialement parus en 2017, écrits par Jeremy Whitley, dessinés et encrés par Elsa Charretier, et mis en couleurs par Megan Wilson. Ce tome comprend également l'épisode 14 de la série All new, all different Avengers, coécrit par Mark Waid & Jeremy Whitley, dessiné et encré par Adam Kubert, avec une mise en couleurs réalisée par Sonia Oback.
The unstoppable Wasp 1 à 4 - Dans un quartier de Manhattan, Wasp (Nadia van Dyne) n'arrive pas à se décider quant au balushahi (un dessert traditionnel indien) qu'elle va prendre. Elle demande conseil à Ms. Marvel (Kamala Khan) qui l'accompagne. Elle finit par ressortir avec un sac plein de ces beignets, et traverse la rue sans regarder, pour la plus grande inquiétude de son amie. Elles papotent sur l'enfance de Nadia, en particulier ses années de formation aux mains de l'organisation russe appelée Red Room. Elles arrivent finalement au bureau de l'immigration où Nadia a rendez-vous. La fonctionnaire écoute son histoire les larmes aux yeux, mais lui explique qu'elle a besoin de preuves telles que les résultats d'une analyse ADN pour prouver que Nadia est en droit de bénéficier de la naturalisation américaine.
Leur entretien est interrompu par de gros bruits venant du dehors. Il s'agit de Bobbi Morse en train de se battre contre un robot géant dans la rue, robot piloté par Monica Rappaccini, une scientifique que Nadia identifie sans problème. Après que les 3 superhéroïnes aient réussi à neutraliser le robot et sa pilote, Bobbi Morse offre un smoothie à Nadia et Kamala dans le diner du coin de la rue. Nadia finit par reconnaître Bobbi qu'elle connaissait sous le nom de Barbara Morse, également une scientifique de renom. Après cette discussion, Nadia sait ce qu'elle souhaite faire : dénicher de jeunes scientifiques prometteuses et fonder un club pour échanger des idées, et promouvoir leurs travaux dans un monde qui reconnaît surtout les scientifiques masculins comme Reed Richards, Tony Stark ou Hank McCoy. Elle est également chaperonnée par Edwin Jarvis qui est chargé de la véhiculer et s'assurer qu'elle se rend bien à son rendez-vous avec Matt Murdock pour son dossier de naturalisation.
Elsa Charretier est une dessinatrice française qui avait fait des débuts remarqués avec The infinite loop (scénario de Pierre Colinet), ses dessins évoquant ceux de Darwyn Cooke. Puis elle avait dessiné le dernier tiers de la série de Starfire écrite par Amanda Conner & Jimmy Palmiotti, dans A matter of time (2016). le lecteur est curieux de voir comment ses dessins ont évolué dans cette nouvelle série pour l'éditeur Marvel. Il a le plaisir de retrouver des héroïnes avec des visages souriants, même si elles ont une tendance marquée à avoir des lèvres un peu trop pulpeuses. L'histoire met en scène une combattante aguerrie, mais encore jeune et très enthousiaste. Il s'agit donc d'un récit tout public, avec une héroïne débutante. Nadia van Dyne apparaît comme une adolescente pleine d'enthousiasme, souriante, toujours enjouée, avec une garde-robe variée. La dessinatrice la représente avec des tenues variées et jeunes, sans être luxueuses, sans oublier son collier. Cela est cohérent avec le fait que Janet van Dyne se soit déclarée sa marraine et qu'elle puisse donc l'aider à se vêtir.
Le lecteur constate que l'artiste s'investit fortement pour donner de la consistance à chaque endroit, à la fois pour leur aménagement, et pour les accessoires. Il peut voir les différentes pâtisseries présentes dans la boutique, les fournitures de bureau de l'agent de l'immigration, le bazar indescriptible dans la maison occupée par Nadia van Dyne, les vêtements et autres accessoires en vente dans le magasin de la mère de Priya, etc. Elle sait aussi donner l'impression que les protagonistes évoluent véritablement dans des rues de New York dans différents quartiers, même si elle privilégie parfois la lisibilité de l'action au réalisme, pour une vision qui devient plus enfantine. de même le lecteur éprouve une surprise à chaque fois qu'Elsa choisit de ne représenter que les personnages en train de parler, sur un fond vide. Il s'agit d'une convention graphique habituelle des comics de superhéros, mais le contraste avec les autres cases tire un peu le lecteur du récit, et diminue soudainement le niveau d'immersion.
Il est visible que les responsables éditoriaux aient souhaité publier une série à destination d'un public de jeunes lectrices, et donc la majorité des protagonistes sont féminines. Elsa Charretier donne à chacune d'elle une apparence spécifique aisément reconnaissable, que ce soit pour les personnages déjà établis come Moon Girl (Lunella Louise Lafayette), ou pour de nouvelles demoiselles comme Taina ou Lashayla Smith, ou encore Priya. Elle redessine également le costume de 2 supercriminelles Poundcakes (Marian Pouncy) & Letha (Hellen Feliciano). Elle n'exagère pas les rondeurs de ces dames, restant dans un registre tout public qui ne flatte pas le lectorat masculin par la titillation. le lecteur apprécie de voir des personnages vivants avec des expressions du visage variées, même s'ils un peu trop souvent la bouche ouverte. Il y a quelques expressions également un peu exagérées pour mieux faire passer l'émotion, comme Bobbi Morse en train de verser une larme face à Kamala et Nadia, mais le lecteur voit bien qu'il s'agit de passer dans le registre de la comédie.
Les dessins donnent un ton particulier à la narration, transcrivant l'enthousiasme de l'héroïne et la bonne humeur de ses aventures, même si certains passages sont plus violents, ou comportent une part de drame. le scénariste donne lui aussi un ton assez personnel à a série. Effectivement Nadia van Dyne est une adolescente très enjouée, prompte à s'enthousiasmer pour chaque nouvelle découverte… et elle en fait beaucoup car son éducation par l'organisation Red Room l'a maintenue ignorante de la civilisation américaine. Elle s'émerveille donc à chaque nouveauté comme Harry Potter (référence qu'elle ne connaît pas), comme pour un tatouage du Teleforce (projet d'arme conçu par Nicola Tesla). Elle effectue des références décalées comme celle à Fonzie de la série Happy days (mais en écorchant son nom. Elle peut également effectuer des gestes enfantins comme faire une promesse à Jarvis, avec le geste des petits doigts entrecroisés.
Ce comportement juvénile n'est pas pour autant synonyme de récit à réserver aux plus jeunes. L'enthousiasme de Nadia van Dyne est plutôt synonyme de bonne humeur et de volonté d'entreprendre. Ayant observé que les principaux scientifiques de renom de l'univers partagé Marvel sont essentiellement masculins, elle décide de créer un groupe de jeunes scientifiques prometteuses, dont Moon Girl, génie précoce. Si elle choisit un acronyme un peu orienté (Genius In action Research Labs = GIRL), le lecteur adulte se laisse donc aussi prendre à la découverte de cette jeune fille plutôt originale dans l'univers partagé Marvel. Il grimace un peu en voyant les ennemis pas très originaux choisis par le scénariste, à commencer par le robot géant (cliché à égalité avec l'attaque d'extraterrestres belliqueux pour un premier épisode). Par contre son cynisme fond en découvrant qu'à chaque attaque la réaction de cette nouvelle Wasp que rien n'arrête consiste à discuter pour modifier le point de vue son adversaire, c'est-à-dire qu'elle fait passer la négociation avant la force brute. Un concept révolutionnaire pour un récit de superhéros. Elle sait aussi se défendre, que ce soit avec ses superpouvoirs, ou avec sa pratique de l'art martial krav-maga.
Ce premier chapitre des aventures de la nouvelle guêpe se révèle être à destination des jeunes adolescents, avec un public centré sur la portion féminine. Malgré l'usage de quelques conventions clichés, l'enthousiasme des dessins d'Elsa Charretier et le caractère entier de Nadia van Dyne font qu'il peut être apprécié par la frange masculine du lectorat, y compris les adultes, plus sensibles aux références aux scientifiques de renom (comme Carl Sagan) et au travail d'intégration à l'histoire de l'univers partagé Marvel, à commencer par l'histoire personnelle d'Henry Pym. 4 étoiles.
-
- All new, all different Avengers 14 - 3 agents du bureau d'immigration russe sont venus prendre en charge Nadia van Dyne, en se présentant à la porte d'entrée de Janet van Dyne. Nadia ne voit pas comment s'y soustraire. Une fois cette affaire réglée, elle voit un reportage des affrontements meurtriers de Civil War II (par Brian Michael Bendis & David Marquez) à la télé, et elle décide de trouver une solution en allant se livrer à de recherches dans son laboratoire miniaturisé.
Comme à son habitude depuis quelques années, l'éditeur Marvel a décidé de publier le premier recueil des nouvelles séries le plus rapidement possible, en le complétant par un autre épisode, pour conserver une pagination qui lui permette de ne pas baisser le prix de vente. le lecteur n'est pas forcément enthousiaste à l'idée de lire un épisode des Avengers. Mais il s'agit en fait d'une histoire de Nadia, avec Janet van Dyne et Jarvis en invités. Il peut ressentir l'influence de Jeremy Whitley dans le fait que le caractère de Nadia soit cohérent et identique à celui de sa série. Les dessins d'Adam Kubert sont professionnels, sans avoir le charme et la personnalité de ceux d'Elsa Charretier.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Video de Elsa Charretier (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Elsa Charretier
Elsa Charretier et Pierrick Colinet en interview pour PlaneteBD.com
autres livres classés : immigrationVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr

Autres livres de Elsa Charretier (1) Voir plus

Lecteurs (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Les super-héros et super-héroïnes de comics

Eternel amoureux de Loïs Lane, il vient de Krypton :

Batman
Superman
Spiderman

15 questions
443 lecteurs ont répondu
Thèmes : bande dessinée , super-héros , comicsCréer un quiz sur ce livre