AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Citations sur Et toujours les Forêts (71)

Ladybirdy
Ladybirdy   31 janvier 2020
Lui, il pleurait parce que sa mère était revenue. Pendant longtemps pourtant, il en avait rêvé. Les rêves, c’est rien que des mensonges. 
Commenter  J’apprécie          250
Ydamelc
Ydamelc   04 janvier 2020
Il fallait vivre chaque jour comme s'il était le dernier - pas pour se faire peur, mais pour avoir le moins de regrets possible. De toute façon, il en resterait. De toute façon, la mort n'était jamais parfaite.
Commenter  J’apprécie          220
Ladybirdy
Ladybirdy   01 février 2020
Il regardait les Forêts et cela lui faisait penser à un dessin à l’encre de Chine, cela lui faisait penser à des squelettes que quelqu’un aurait peints en noir avec la régularité et l’acharnement d’un être malade. 
Commenter  J’apprécie          190
Antyryia
Antyryia   03 janvier 2020
Les hommes étaient intrinsèquement des meurtriers. Ils puaient la mort. Aussi stupides que les cellules cancéreuses détruisant les corps qui les abritent, jusqu’à claquer avec eux. Tuer et être tué.
Insensés.
Commenter  J’apprécie          190
Ogrimoire
Ogrimoire   04 février 2020
Dévasté.

Y avait-il un autre mot ?

Corentin s’était assis à côté d’Albane, à côté des autres. Comme eux, il contemplait.

Mais contempler quoi ?

Tout ce qui était vif était devenu cendres.

Tout ce qui existait était détruit.

Tout n’était que silhouette noires et atrophiées et brûlées – les immeubles, les arbres, les voitures.

Les hommes.
Commenter  J’apprécie          70
hcdahlem
hcdahlem   20 janvier 2020
Marie se traînait dans la nuit sans pouvoir s’arrêter de pleurer. Elle finissait par ne plus avoir peur des Forêts, elle n’avait plus la force.
C’était la fin de l’été, il faisait tiède.
D’autres fois, cela l’aurait amusée de marcher en pleine obscurité en tenant la main à Jérémie – ou à Marc, n’importe lequel, pour la différence qu’il y avait. Ils auraient ouvert leurs mains à la brise, ils auraient écouté la chouette qui hululait même si Marie s’en foutait, ils auraient fait la course dans le noir. Ils auraient inventé des noms aux silhouettes des arbres géants, des noms rien qu’à eux, pour un monde rien qu’à eux.
Tout cela avait volé en éclats.
Commenter  J’apprécie          70
montmartin
montmartin   19 janvier 2020
il pensa aux bébés endormis dans le lit avec Mathilde. le monde se remettait lentement en marche. Le monde avait un avenir.
Commenter  J’apprécie          70
StephanieIsReading
StephanieIsReading   26 janvier 2020
Car les enfants - les enfants, c'était plus fort qu'eux : ils étaient joyeux. Ils ne faisaient pas exprès.
Commenter  J’apprécie          60
isa-vp
isa-vp   04 février 2020
A présent, il savait créer la couleur. Il la portait en lui. Malgré tout le malheur, la chose n'avait pas pu détruire ce qu'il avait à l'intérieur.
Pas la foi.
Pas son âme.
Mais le rouge.
Mais le sang.
Commenter  J’apprécie          40
Pau_line
Pau_line   19 février 2020
Elle avait fait semblant d'ignorer l'emprise des Forêts sur ceux qui y étaient nés. C'étaient des histoires de bonnes femmes, pensait-elle. Cela ne valait rien face à sa volonté à elle, ses promesses, ses cheveux ondulants dans le vent. Les Forêts: un pays d'hommes et de vieilles femmes. Qu'il n'y ait pas de place pour elle - elle s'en moquait. Elle partirait.
Commenter  J’apprécie          20




    Acheter ce livre sur

    FnacAmazonRakutenCulturaMomox





    Quiz Voir plus

    Des noeuds d'acier

    Quelle a été la durée de la peine de prison purgée par Théo ?

    16 mois
    17 mois
    18 mois
    19 mois

    15 questions
    51 lecteurs ont répondu
    Thème : Des noeuds d'acier de Sandrine ColletteCréer un quiz sur ce livre