AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Citations sur Truismes (28)

lecassin
lecassin   01 juillet 2015
C’était la première fois que je voyais des arbres aussi hauts, et qui sentaient si bon. Ils sentaient l’écorce, la sève sauvage ramassée au ras du tronc, ils sentaient toute la puissance endormie de l’hiver.
Commenter  J’apprécie          190
AquinER
AquinER   19 janvier 2013
Yvan qui était célèbre autrefois pour ses excentricités m'a mis un collier de diamants et nous nous promenions ensemble, lui debout et moi en laisse, j'étais le cochon privé d'Yvan comme d'autres ont un pékinois ou un boa. On aurait jamais pu faire ça à Paris, Yvan aurait eu trop de problèmes avec la SPA.
Commenter  J’apprécie          80
Desfiguesetdesprunes
Desfiguesetdesprunes   06 novembre 2014
Je lui ai parlé des rêves d'enfants, des cauchemars des hommes
Commenter  J’apprécie          70
balooo
balooo   13 décembre 2010
De plus en plus, je me réfugiais dans le petit square entre deux clients, je les faisais patienter un peu. Je prenais des risques avec le directeur, mais je n’en pouvais plus. Je subtilisais les crèmes conseillées par les magazines et je les étalais soigneusement sur ma peau, mais rien n’y faisait. J’étais toujours aussi fatiguée, ma tête était toujours aussi embrouillée, et le gel micro-cellulaire spécial épiderme sensible contre les capitons disgracieux de chez Yerling ne semblait même pas vouloir pénétrer. Honoré disait qu’il était bien le seul. Honoré devenait vulgaire, il se doutait vraiment de quelque chose. En plus de développer une profonde graisse sous-cutanée ma peau devenait allergique à tout, même aux produits les plus chers. Elle épaississait fort disgracieusement et se révélait hypersensible, ce qui était un bonheur quand j’avais, pour parler crûment, mes chaleurs, mais un vrai handicap pour tout ce qui concernait les maquillages, les parfums et les produits ménagers. Or dans mon métier ou pour tenir la maison d’Honoré, j’étais pourtant bien obligée d’en faire usage. Alors ça ne ratait pas : je me couvrais de plaques rouges, et après la crise ma peau devenait encore plus rose qu’avant. Et j’avais beau passer toutes les crèmes du monde sur mon troisième téton, rien n’y faisait, il ne voulait pas disparaître. Quand j’ai commencé à voir enfler comme un vrai sein par-dessous, j’ai cru que j’allais m’évanouir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Moriarty971
Moriarty971   22 octobre 2016
J'essaie de faire comme me l'avait montré Yvan, mais à rebrousse-poil de ses propres méthodes: moi c'est pour retrouver ma cambrure d'humain que je tends mon cou vers la Lune.
Commenter  J’apprécie          50
LiliGalipette
LiliGalipette   30 avril 2014
« J’étais de plus en plus persuadée que j’avais quelque chose au cerveau, une tumeur, je ne sais pas, quelque chose qui m’aurait à la fois paralysé l’arrière-train, troublé la vue, et un peu dérangé le système digestif. » (p. 75)
Commenter  J’apprécie          50
Desfiguesetdesprunes
Desfiguesetdesprunes   06 novembre 2014
C'est beau l'instinct maternel, la reconnaissance du ventre comme on dit
Commenter  J’apprécie          40
luis1952
luis1952   03 juillet 2014
J'étais toute propre. Je me reposais. Je restais sur mon lit et je n'avais plus mal au dos. Je m'efforçais de retrouver figure humaine, je dormais beaucoup, je me coiffais. Mes cheveux étaient presque tous tombés mais ils repoussaient. Je rognais mes ongles d'orteils, je rasais mes jambes, et je voyais mes mamelles dégonfler, devenir de moins en moins visibles.
Commenter  J’apprécie          40
cicou45
cicou45   19 septembre 2011
"C'est la rationalité qui perd les hommes, c'est moi qui vous le dis."
Commenter  J’apprécie          40
LiliGalipette
LiliGalipette   30 avril 2014
« Edgar a dit que ce serait tout de même marrant si on pouvait transformer les prisons en porcheries, qu’au moins ça fournirait des protéines pas chères. » (p. 109)
Commenter  J’apprécie          20




    Acheter ce livre sur

    FnacAmazonRakutenCulturaMomox





    Quiz Voir plus

    Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (2 - littérature francophone )

    Françoise Sagan : "Le miroir ***"

    brisé
    fendu
    égaré
    perdu

    20 questions
    2261 lecteurs ont répondu
    Thèmes : littérature , littérature française , littérature francophoneCréer un quiz sur ce livre