AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Critiques sur Heureux comme Dieu en France (22)
Classer par :   Date   Les plus appréciées  



Ajouter une critique
moravia
  15 avril 2017
"Je vois que la séquence des boules puantes est ouverte". C'est à cette phrase de François Fillon que j'ai songé en ouvrant ce livre Folio.
Je n'ai qu'un cri du coeur pour l'éditeur et l'imprimeur. Messieurs payez-vous un nez ! un nez indemne de longues années de tabagie. Un nez qui n'a pas subi des décennies de pollution urbaine.
Il vous dira que vos livres sentent la mort. Que la chimie de vos encres (et de vos papiers ?) empoisonne nos bibliothèques.
Qu'il n'est plus possible d'accueillir vos ouvrages dans nos chambres à coucher sans suffoquer. C'est devenu une horreur !
À l'instar des paquets de cigarettes, allons-nous voir sur vos couvertures cette inscription : bouquiner tue ?
Le plaisir que j'aurais pu avoir avec ce roman a été gâché par l'impression d'en faire la lecture aux abords d'une usine pétrochimique. Mais pas que.
N'avez vous plus d'argent pour salarier un correcteur ?
C'est mieux quand il y a un point à la fin d'une phrase (il en manque un certain nombre ici). C'est mieux quand il n'y a pas d'espace blanc à la place d'une lettre (forcer devient for er) et surtout c'est mieux sans fautes d'orthographe (tocards ne s'écrie pas toquards (page 29).
Parlons maintenant du roman.
Ceux qui auront lu son premier ouvrage, La Chambre des Officiers, ne vont pas retrouver son style sobre et direct. Ici il emploie parfois une langue beaucoup plus baroque, symbolistes même, qui ne manque pas de surprendre par son incongruité.
Heureusement que Marc Dugain n'est pas dénué d'humour et qu'il trouve souvent les mots pour faire sourire le lecteur.
Si le récit est cohérent dans son ensemble, j'ai trouvé trois passages qui me dérangent par leur manque de réalisme.
Comment le personnage principal peut-il s'interroger sur l'accent d'une résistante qui après la guerre d'Espagne continue la lutte en France ? Il me semble que c'est assez facile de reconnaître une espagnole qui parle français d'une allemande ou d'une citoyenne de l'Est.
La deuxième interrogation concerne un passage où il est question de victimes qui sont pendues par les pieds et égorgés par des soldats nazis. Dans aucun document historique je n'ai entendu parler de telles pratiques.
La troisième bizarrerie montre deux jeunes français en train de crever les pneus de la voiture d'un officier nazi qui les surprend et les exécute sur place, alors que la logique devrait le conduire à les livrer à la Gestapo pour savoir s'ils font partie d'un réseau de résistance.
Pour conclure, à cause des multiples imperfections, ce roman se situe dans la zone où je range tous ces ouvrages qui se lisent facilement, sans ennui, mais sans être des chefs-d'oeuvre de la littérature. Une note entre trois et quatre étoiles me semble correspondre parfaitement.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          319
anlixelle
  16 janvier 2017
Heureux comme Dieu en France est  un roman dont l'intrigue se déroule pendant l'occupation allemande.  Ce récit  écrit à la première personne met en scène un très jeune homme devenu résistant bien malgré lui.

Ce personnage méfiant qui déteste par dessus tout qu'on pense pour lui est avant tout étranger à la vie que d'autres lui déroulent. Parfois à la limite du cynisme, ce texte capture nombre d'éléments, ou de fonctions, personnages.... de nos sociétés modernes pour en faire une critique le plus souvent acerbe.

Idéologies, autorité, pouvoir, politique .... tout est commenté par le personnage central au cours de son périple, par cet antihéros persuadé que tous (ou presque)  ne sont au final que des êtres indéniablement médiocres, égoïstes voire manipulateurs.
 
L'auteur a l'art de l'oralIté, car le pseudo témoignage  de celui qui s'est donné l'apparence nonchalante de subir un flot d'événements qu'il n'avait pas choisis est conté avec efficacité.
Dommage cependant,  que certains passages soient à la limite du grotesque et .... qu'il ne se passe rien de bien nouveau en ce qui concerne l'espace temporel : l'occupation nazie en France.

Marc Dugain a une jolie écriture fluide et travaillée, mais je ne me suis pas régalée, car j'ai eu l'impression qu'il avait écrit là le roman de l'anti-conviction permanente, et ça m'a déplu.


Lien : http://justelire.fr/heureux-..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          230
SZRAMOWO
  20 novembre 2014
A chaque livre de Marc Dugain je suis époustouflé par la façon dont l' auteur nous fait entrer dans des univers très différents, avec le même talent, la même exigence de réalisme dans la construction des personnages, des contextes et de leur interaction.
Heureux comme Dieu en France, nous permet d'aborder la seconde guerre mondiale par un prisme original, loin de la stratégie politico-militaire, même si elle n'est pas complètement absente, celui de l'homme seul qui doit lui même construire ses propres références avec le maigre héritage que lui ont laissé ses parents et grands-parents.
Au fonds, ce livre pose la question du choix et du hasard, sachant qu'il y a toujours des salauds et des héros, des traitres et des résistants, qui jouera quel rôle et pourquoi ?
Personne n'a encore trouvé la réponse.
Commenter  J’apprécie          190
antibouille
  04 décembre 2012
Encore un très bon livre de cet auteur que j'apprécie vraiment.On partage très vite les sentiments éprouvés par son héros qui se trouve un peu malgré lui enrolé dans la Résistance et devient peu à peu un élément important du dispositif.
Pour ceux qui n'ont pas vécu cette époque ce livre est très révélateur de l'état d'esprit des français; ainsi résumé..."1% de résistants, 1% de collaborateurs zélés et 98% de pauvres gens ballotés entre la faim, le désespoir et l'irrépressible nécéssité de trouver des responsables à leur malheur"
La difficulté de réinsertion après la fin de la guerre est particulièrement bien traitée .."La France des collaborateurs qui avaient cru bien faire laissait place à celle des récupérateurs." Marc Dugain aborde avec le recul nécessaire cette période peu glorieuse et son écriture très fluide et sans prétention nous fait apprécier pleinement l'humanité de ses personnages et même le côté romanesque de son récit.Du bel ouvrage.
Commenter  J’apprécie          130
Ancolie
  18 juillet 2012
Pierre a la vingtaine en 1940. Il ne choisi pas vraiment son destin. Sous la pression de son père qui préfère voir son fils dans la clandestinité plutôt qu'enrôlé dans le travail obligatoire, il s'engage dans la résistance.
On ne traîne pas, on est tout de suite emporté dans l'histoire et ce mouvement est soutenu par une écriture forte, implacable et sans complaisance.
La manière de regarder le monde et de traverser les événements du personnage principal, souvent détaché à ce qu'il lui arrive, ne m'a pas emballée. Cela manque de vivacité à mon goût. Mais de façon un peu contradictoire, c'est cela aussi que j'ai aimé dans ce roman, une cohérence et une continuité dans la façon dont le héros agit. C'est froid, sobre mais pertinent aussi. Bref, je suis mitigée entre des émotions que je n'aime pas ressentir en lisant et par l'auteur qui réussit finalement à me les faire accepter.
Commenter  J’apprécie          70
MarieC
  09 avril 2012
Un peu comme l'Etranger de Camus, le narrateur a fait la Résistance sans vraiment s'y sentir impliqué. Son père, militant communiste, lui annonce qu'il doit passer pour mort afin de pouvoir rejoindre la Résistance. le jeune homme s'exécute (au sens propre ?) et va sur ordre, passer 3 ans dans la clandestinité, le plus souvent sans réellement comprendre les raisons de ses actes, puisque les organisations sont cloisonnées par sécurité. Son parcours est cependant exemplaire, à la fin de la guerre, les nazis le considèrent comme particulièrement dangereux... Jamais pourtant il n'agit par idéal, politique ou patriotique, ni n'affirme aucun principe. Sa sympathie pour un équipage de sous-mariniers allemands ne l'empêche pas de transmettre les informations qui vont les faire tuer, malgré des difficultés qui auraient pu l'en en dédouaner. Toutes ses pensées vont à quelques personnages qu'il rencontre, Mila, sa chef de réseau à laquelle il voue un amour aussi absolu que silencieux, un sous-marinier allemand, dont il finit par élever le fils, un résistant rencontré en prison. Au retour de la paix, il poursuit cette vie sans convictions, en épousant une femme qu'il n'aime pas, mais que ses parents apprécient, en adoptant une profession qui ne le passionne pas. Servi par une écriture simple et fluide, ce récit assez court touche au coeur, par sa simplicité et ses étranges ambiguïtés.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Giwago
  28 avril 2008
Encore un très bon livre de Marc Dugain, qui fait toujours preuve d'originalité dans la manière dont il traite les sujets qu'il a choisis pour objet de ses romans, même si, de prime abord, lesdits sujets peuvent paraître classiques. le style est magnifique, donnant, à chaque fois, un texte ciselé comme la plus fine pièce de joaillerie… Quand j'ai refermé ce livre, une très grande émotion m'a envahi en repensant à l'histoire de cet « homme normal » entraîné presque malgré lui dans ce tourbillon de violences que fut la Seconde Guerre mondiale ; émotion que je ressens de plus en plus rarement avec un livre.
Commenter  J’apprécie          60
bacoltrane
  05 juin 2009
Pierre Joubert est un garçon de vingt ans en 1941. Avec la complicité d'un médecin, son père organise sa fuite pour rejoindre la Résistance. (le médecin délivre un certificat de décès. Pierre Joubert prend une autre identité).
Il conduit des missions périlleuses où il croisera l'amour de Mila, chef de son réseau. (il arrive à infiltrer des Officiers sous-mariniers qui dans l'amitié lui confient leur jour de mission et donc de sortir de la Rade en sous-marin. Il en informe ainsi l'aviation anglaise fait mouche). le souvenir de Mila persistera au-delà de la guerre.
Après la Libération, il cherchera à retrouver Mila, chef de son réseau, arrêtée peu de temps avant lui ; est-elle toujours en vie ?
La retrouvaille, en Israël est très belle plus marquée sous le signe de la complicité et de l'amitié que de l'amour.

Marc Dugain a un magnifique sens de la narration, ainsi que celui de la formulation de ses perceptions toujours bien à propos, très imagée et originale. Des points de vue toujours aussi pertinents et sarcastiques ! Un livre très dense et émouvante ! La quête d'un amour qui se transforme en amitié.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
mireille.lefustec
  04 décembre 2012
Je viens de relire ce livre que ma mémoire passoire avait laissé passer.
Tout m'a paru juste,bien posé sans besoin de longueurs.
Marc Dugain écrit sur des sujets graves et je dévore ses romans.
Commenter  J’apprécie          40
Christine53
  23 octobre 2010
Un beau roman, un style qui vous entraîne de page en page toujours avec le même plaisir
Lien : http://lire-visionner-creer...
Commenter  J’apprécie          40


Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

La chambre des officiers, de Marc Dugain

Quel est le nom du personnage principal de l'histoire ?

Alain Fournier
Julien Fournier
Adrien Fournier

10 questions
1196 lecteurs ont répondu
Thème : La chambre des officiers de Marc DugainCréer un quiz sur ce livre
.. ..