AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 207246661X
Éditeur : Gallimard (26/06/2017)

Note moyenne : 3.63/5 (sur 117 notes)
Résumé :
Décrété mort par son père, la veille de ses vingt ans. Mort pour la cause, la bonne, mort pour la France. Voilà un drôle d'anniversaire, en cette année 1940. Elevé dans une modeste famille de la banlieue parisienne, au bord de l'hippodrome de Champigny et dans les murs d'une maison en meulière, entre une mère employée aux chemins de fer et un père communiste, représentant en vins, le narrateur est rapidement plongé dans les travers de la Seconde Guerre mondiale, exp... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (20) Voir plus Ajouter une critique
moravia
  15 avril 2017
"Je vois que la séquence des boules puantes est ouverte". C'est à cette phrase de François Fillon que j'ai songé en ouvrant ce livre Folio.
Je n'ai qu'un cri du coeur pour l'éditeur et l'imprimeur. Messieurs payez-vous un nez ! un nez indemne de longues années de tabagie. Un nez qui n'a pas subi des décennies de pollution urbaine.
Il vous dira que vos livres sentent la mort. Que la chimie de vos encres (et de vos papiers ?) empoisonnent nos bibliothèques.
Qu'il n'est plus possible d'accueillir vos ouvrages dans nos chambres à coucher sans suffoquer. C'est devenu une horreur !
À l'instar des paquets de cigarettes, allons-nous voir sur vos couvertures cette inscription : bouquiner tue ?
Le plaisir que j'aurais pu avoir avec ce roman a été gâché par l'impression d'en faire la lecture aux abords d'une usine pétrochimique. Mais pas que.
N'avez vous plus d'argent pour salarier un correcteur ?
C'est mieux quand il y a un point à la fin d'une phrase (il en manque un certain nombre ici). C'est mieux quand il n'y a pas d'espace blanc à la place d'une lettre (forcer devient for er) et surtout c'est mieux sans fautes d'orthographe (tocards ne s'écrie pas toquards (page 29).
Parlons maintenant du roman.
Ceux qui auront lu son premier ouvrage, La Chambre des Officiers, ne vont pas retrouver son style sobre et direct. Ici il emploie parfois une langue beaucoup plus baroque, symbolistes même, qui ne manque pas de surprendre par son incongruité.
Heureusement que Marc Dugain n'est pas dénué d'humour et qu'il trouve souvent les mots pour faire sourire le lecteur.
Si le récit est cohérent dans son ensemble, j'ai trouvé trois passages qui me dérangent par leur manque de réalisme.
Comment le personnage principal peut-il s'interroger sur l'accent d'une résistante qui après la guerre d'Espagne continue la lutte en France ? Il me semble que c'est assez facile de reconnaître une espagnole qui parle français d'une allemande ou d'une citoyenne de l'Est.
La deuxième interrogation concerne un passage où il est question de victimes qui sont pendues par les pieds et égorgés par des soldats nazis. Dans aucun document historique je n'ai entendu parler de telles pratiques.
La troisième bizarrerie montre deux jeunes français en train de crever les pneus de la voiture d'un officier nazi qui les surprend et les exécute sur place, alors que la logique devrait le conduire à les livrer à la Gestapo pour savoir s'ils font partie d'un réseau de résistance.
Pour conclure, à cause des multiples imperfections, ce roman se situe dans la zone où je range tous ces ouvrages qui se lisent facilement, sans ennui, mais sans être des chefs-d'oeuvre de la littérature. Une note entre trois et quatre étoiles me semble correspondre parfaitement.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          236
anlixelle
  16 janvier 2017
Est  un roman dont l'intrigue se déroule pendant l'occupation allemande.  Ce récit  écrit à la première personne met en scène un très jeune homme devenu résistant bien malgré lui.
Ce personnage méfiant qui déteste par dessus tout qu'on pense pour lui est avant tout étranger à la vie que d'autres lui déroulent. Parfois à la limite du cynisme, ce texte capture nombre d'éléments, ou de fonctions, personnages.... de nos sociétés modernes pour en faire une critique le plus souvent acerbe.
Idéologies, autorité, pouvoir, politique .... tout est commenté par le personnage central au cours de son périple, par cet antihéros persuadé que tous (ou presque)  ne sont au final que des êtres indéniablement médiocres, égoïstes voire manipulateurs.
 
L'auteur a l'art de l'oralIté, car le pseudo témoignage  de celui qui s'est donné l'apparence nonchalante de subir un flot d'événements qu'il n'avait pas choisis est conté avec efficacité.
Dommage cependant,  que certains passages soient à la limite du grotesque et .... qu'il ne se passe rien de bien nouveau en ce qui concerne l'espace temporel : l'occupation nazie en France.
Marc Dugain a une jolie écriture fluide et travaillée, mais je ne me suis pas régalée, car j'ai eu l'impression qu'il avait écrit là le roman de l'anti-conviction permanente, et ça m'a déplu.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          230
SZRAMOWO
  20 novembre 2014
A chaque livre de Marc Dugain je suis époustouflé par la façon dont l' auteur nous fait entrer dans des univers très différents, avec le même talent, la même exigence de réalisme dans la construction des personnages, des contextes et de leur interaction.
Heureux comme Dieu en France, nous permet d'aborder la seconde guerre mondiale par un prisme original, loin de la stratégie politico-militaire, même si elle n'est pas complètement absente, celui de l'homme seul qui doit lui même construire ses propres références avec le maigre héritage que lui ont laissé ses parents et grands-parents.
Au fonds, ce livre pose la question du choix et du hasard, sachant qu'il y a toujours des salauds et des héros, des traitres et des résistants, qui jouera quel rôle et pourquoi ?
Personne n'a encore trouvé la réponse.
Commenter  J’apprécie          140
antibouille
  04 décembre 2012
Encore un très bon livre de cet auteur que j'apprécie vraiment.On partage très vite les sentiments éprouvés par son héros qui se trouve un peu malgré lui enrolé dans la Résistance et devient peu à peu un élément important du dispositif.
Pour ceux qui n'ont pas vécu cette époque ce livre est très révélateur de l'état d'esprit des français; ainsi résumé..."1% de résistants, 1% de collaborateurs zélés et 98% de pauvres gens ballotés entre la faim, le désespoir et l'irrépressible nécéssité de trouver des responsables à leur malheur"
La difficulté de réinsertion après la fin de la guerre est particulièrement bien traitée .."La France des collaborateurs qui avaient cru bien faire laissait place à celle des récupérateurs." Marc Dugain aborde avec le recul nécessaire cette période peu glorieuse et son écriture très fluide et sans prétention nous fait apprécier pleinement l'humanité de ses personnages et même le côté romanesque de son récit.Du bel ouvrage.
Commenter  J’apprécie          100
MarieC
  09 avril 2012
Un peu comme l'Etranger de Camus, le narrateur a fait la Résistance sans vraiment s'y sentir impliqué. Son père, militant communiste, lui annonce qu'il doit passer pour mort afin de pouvoir rejoindre la Résistance. le jeune homme s'exécute (au sens propre ?) et va sur ordre, passer 3 ans dans la clandestinité, le plus souvent sans réellement comprendre les raisons de ses actes, puisque les organisations sont cloisonnées par sécurité. Son parcours est cependant exemplaire, à la fin de la guerre, les nazis le considèrent comme particulièrement dangereux... Jamais pourtant il n'agit par idéal, politique ou patriotique, ni n'affirme aucun principe. Sa sympathie pour un équipage de sous-mariniers allemands ne l'empêche pas de transmettre les informations qui vont les faire tuer, malgré des difficultés qui auraient pu l'en en dédouaner. Toutes ses pensées vont à quelques personnages qu'il rencontre, Mila, sa chef de réseau à laquelle il voue un amour aussi absolu que silencieux, un sous-marinier allemand, dont il finit par élever le fils, un résistant rencontré en prison. Au retour de la paix, il poursuit cette vie sans convictions, en épousant une femme qu'il n'aime pas, mais que ses parents apprécient, en adoptant une profession qui ne le passionne pas. Servi par une écriture simple et fluide, ce récit assez court touche au coeur, par sa simplicité et ses étranges ambiguïtés.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Citations & extraits (18) Voir plus Ajouter une citation
moraviamoravia   04 avril 2017
Å l'abri de la lumière du jour derrière des volets clos, elle cachait la trace des coups qui lui marquaient le visage, un dégradé de bleu et de noir. Cela ne suffisait pas à masquer qu'elle était une belle femme. On lui avait reproché ce que le pays profond tout entier avait fait : coucher avec l'Allemand.
Elle l'avait fait par amour, le pays par intérêt. Å la façon qu'elle avait de se tenir, les jambes serrées, je crus comprendre que certains bons samaritains avaient joint l'agréable à ce qu'ils pensaient utile, l'humilier.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
moraviamoravia   02 avril 2017
J'étais parvenu, à force de patience, à dériver l'acidité de Claudine sur les autres, de telle sorte qu'elle n'avait jamais aucun propos désobligeant à mon égard. Et puis avec mon embonpoint je devais lui rappeler le nounours de son enfance.
Commenter  J’apprécie          120
moraviamoravia   28 mars 2017
Les clés étaient déposées chez la concierge. Qui ne dérogeait pas à la règle. L'œil inquisiteur de l'auxiliaire de préfecture qui donnerait le monde pour une tranche de saucisson d'âne.
Commenter  J’apprécie          110
bacoltranebacoltrane   05 juin 2009
C'était une intellectuelle, son corps semblait n'être que l'accessoire de son esprit et la platitude de ses formes l'affichait. (p 43)
Si seulement encore les Allemands avaient été seuls. Mais ça fleurait tellement la guerre civile. La France se divisait en trois tas inégaux. Le plus gros, celui qui pensaient qu'il était urgent de ne pas se faire remarquer et qui s'affairaient comme des petits mammifères à l'approche des grands froids. Un tas moins gros de gens polis, qui savaient recevoir et qui trouvaient seyante la mode des invités. Qui prenaient un certains plaisir à nous passer à la question et nous finir au grand ball-trap organisé en l'honneur des Allemands. Le plus petit tas, c'était nous.
p 70
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
AncolieAncolie   18 juillet 2012
Ils te fusillent dans la cour de la prison. Ou ils t’envoient en déportation. Et là, tu finis découpé en petits morceaux, prêt à l’emploi pour l’industrie allemande. Ils font du savon avec ta graisse, des oreillers avec tes cheveux, ils recyclent tes plombages et te volent tes dents en or si tu en as. C’est encore pire. Crois-moi, il veut mieux être fusillé. J’ai l’impression qu’ils réservent la déportation à ceux qui dans leur esprit méritent plus que la mort : l’humiliation et la négation de leur existence. Les nazis auront montré à l’humanité qu’ils pouvaient faire plus que de faire mourir les gens. C’est tout ce qui restera d’eux.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Videos de Marc Dugain (42) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Marc Dugain
Marc Dugain - 28 minutes - ARTE
autres livres classés : seconde guerre mondialeVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

La chambre des officiers, de Marc Dugain

Quel est le nom du personnage principal de l'histoire ?

Alain Fournier
Julien Fournier
Adrien Fournier

10 questions
562 lecteurs ont répondu
Thème : La chambre des officiers de Marc DugainCréer un quiz sur ce livre
. .