AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 207014190X
Éditeur : Gallimard (30/11/-1)

Note moyenne : 3.27/5 (sur 520 notes)
Résumé :
Un favori à l'élection présidentielle, le président d'un groupe militaro-industriel, un directeur du renseignement intérieur, un syndicaliste disparu après le meurtre de sa famille, une photographe chinoise en vogue... Qu'est-ce qui peut les relier ? Lorraine, agent des services secrets, est chargée de faire le lien. De Paris, en passant par la Bretagne et l'Irlande, pourra-t-elle y parvenir ? Rien n'est moins certain. Neuf ans après La malédiction d'Edgar, Marc Dug... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (111) Voir plus Ajouter une critique
traversay
  21 avril 2014
La politique (française) est un marigot où nagent toutes sortes de bestioles dont l'objectif suprême semble être de s'arroger le plus de pouvoir possible. Avec L'emprise, Marc Dugain se surpasse dans une description brillante et d'une ironie cinglante de ce marécage nauséabond et cynique où se côtoient candidats à l'élection présidentielle, patrons de grands groupes industriels, grands manitous du renseignement intérieur et quelques autres animaux plus ou moins influents. L'auteur construit une fresque d'une belle complexité qui ne perd jamais son lecteur dans le même esprit qu'un Zola ou qu'un Balzac dans sa Comédie humaine. Tout est faux (quoique) mais tout sonne vrai dans ce thriller magnétique qui plonge dans les entrailles d'une société française malade de corruption et de liaisons dangereuses. Dugain aborde une multitude de sujets (dont la mondialisation et le poids de la finance) sans pour autant perdre de vue ce qui fait l'essence d'un bon roman : la caractérisation précise de ses personnages. Ceux de L'emprise sont diablement humains dans leurs faiblesses, leurs peurs, leurs lâchetés, leurs espoirs et leurs compromissions. Vif et incisif, le roman mêle avec grand talent image publique et vie privée dans un tableau vivant et exacerbé d'une petite élite dopée à la griserie du pouvoir qui va droit dans le mur à une vitesse stupéfiante. Est-il besoin de souligner que le livre est passionnant et haletant de bout en bout ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          580
nameless
  14 juin 2018
L'emprise est un roman auquel j'aurais aimé attribuer 5*****, car les thèmes abordés semblaient prometteurs et susceptibles de m'intéresser : ambition politique, soif de pouvoir, compromissions, petits arrangements entre amis, moralité extensible à l'infini, loyauté de celui qui cherche l'endroit où il va planter le couteau, trahison, secret d'Etat, stratégie, communication qui tue le fond au profit de la forme, manque de convictions, privilèges, services secrets, oligarchie, ploutocratie, mondialisation, sous-marin et même écologie et pollution industrielle.... Magouilles blues !

Non, je n'exagère pas, Marc Dugain offre à ses lecteurs ce tour d'horizon complet d'un paysage politique contemporain dans lequel il a grapillé un peu de tout, qui donne au final, beaucoup de riens. Avec très peu d'imagination, on se croit plongé en plein règne Thatchron ou en plein règne de ceux qui l'ont précédé. Mais malheureusement, l'ensemble est survolé, inabouti, l'auteur sème des cailloux blancs sur le mode du "tous pourris", sans expliciter où il veut en venir, c'est dérangeant. Le style est propre, trop propre, puisqu'il ignore le moindre trait d'humour ou la moindre déviance qui rendraient les nombreux personnages, sympathiques. Les chapitres se succèdent méthodiquement, studieusement, tristounettement, donnant successivement la parole à chacun des protagonistes stéréotypés et le temps paraît long avant que leurs interventions finissent par faire sens.

Comme je ne veux pas casser l'ambiance et que j'ai préalablement beaucoup apprécié Avenue des Géants, je ne m'appesantis pas sur ce qui a été pour moi une déception, qui ne m'empêchera pas de lire d'autres romans de cet auteur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          546
Zebra
  30 décembre 2014
En mars 2014, Marc Dugain publie chez Gallimard « L'emprise », roman de 314 pages dédié « à Maxence, minuscule et colossal, à sa soeur, ses frères et sa mère, à Édouard, avec » sa « grande affection ». D'emblée, l'auteur met en scène Lorraine, agent des services secrets chargée d'une enquête qui va s'avérer un tantinet complexe, et son fils Gaspard, autiste atteint du syndrome d'Asperger. Puis beaucoup d'autres personnages se succèdent sur fond de démocratie française en pleine déliquescence. le paysage que dépeint Dugain n'est pas rose : pouvoir, fric, sexe, trahisons, cupidité, corruption, complicités et liaisons très intéressées. Vous voici plongé dans un bain où grouillent des bestioles peu ragoutantes : un favori à l'élection présidentielle, un président de groupe militaro-industriel, un directeur du renseignement intérieur, un syndicaliste qui disparait après avoir zigouillé sa famille, Li, une photographe chinoise très en vogue que Lorraine met un soir à son menu, et bien d'autres encore avec leurs faiblesses, leurs peurs, leurs lâchetés, leurs espoirs, leurs compromissions et leur absence de scrupules. Entre eux tous, quelques points communs : cynisme, fourberie, arrogance, amoralité et défense des intérêts personnels (le fameux « tout pour ma gueule »). le lecteur de ce thriller politique est promené, sans concession aucune, dans les coulisses sordides du pouvoir, Dugain portant un regard réaliste et implacable (ou impertinent ?) sur le monde politique actuel, côté vie publique et vie privée, avec un focus particulier sur une élite grisée par le pouvoir.
L'écriture est simple, soignée, efficace et lucide. le style et les dialogues sont justes, vifs, nerveux, incisifs, sobres et sans détours, avec quelques réflexions intimes de la part de certains acteurs. Les scènes d'action ne manquent pas. le suspense est réel et l'ensemble sonne vrai, Dugain ayant pioché et à peine modifié le nom de certains capitaines d'industrie et de certains politiques appartenant à la vraie vie politique française. Ce roman qui oscille entre politique fiction, thriller et journalisme d'investigation est bien construit et plaisant à lire. Écrit au vitriol, sans langue de bois et avec les tripes, il nous tient en haleine jusqu'au bout, d'autant plus qu'il y a comme un air de « déjà vu » dû au fait que les emprunts à l'actualité politique sont nombreux et évidents.
Mais aussi criant de vérité soit-il, est-ce là le reflet de la vie politique française ? Et dans l'affirmative, pourquoi avoir travesti l'ouvrage en en faisant un roman ? Et puis, trop de sujets sont abordés de front : la mondialisation, la financiarisation croissante de la société, la pollution de la vie politique par le nombre grandissant des « affaires », la part exagérée prise par les communicants (conseillers, sondeurs, psy et devins de toutes sortes), la puissance occulte des services secrets qui régiraient nos vies sans que nous en soyons conscients, l'apathie du peuple incapable de penser par lui-même (certes, le général De Gaulle a dit en son temps que les Français étaient des veaux). Et où nous mènent toutes ces considérations à l'emporte-pièce qui donnent l'impression d'un sujet lourd et de messages dont nous devrions nous pénétrer ? Et à quoi servent tous ces stéréotypes qui donnent l'impression d'un roman fourre-tout, superficiel et un peu vite écrit ? Sans compter qu'on finit par perdre le fil de l'histoire, compte tenu de la multitude de liens tissés entre tous ces personnages, même si Lorraine sert apparemment de fil conducteur entre eux. Pour en terminer avec ce tableau, l'intrigue n'est pas très forte et un peu décousue et la fin est surprenante, pour ainsi dire bâclée, et sans issue. A trop vouloir en dire, Dugain nous laisse un livre assez peu crédible et passablement indigeste avec, en supplément, le risque que son attaque contre la démocratie à l'occidentale entretienne le slogan « tous pourris » et ne soit, au final, pas très constructive. Pour ce livre écrit par un adepte de la théorie du complot, je me force et mets 3 étoiles.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          363
Macha_Loubrun
  08 août 2014
Philippe Launay est un centriste donné pour gagnant à la prochaine élection présidentielle par les instituts de sondage.
Goulûment, il veut le pouvoir, coûte que coûte. Et qu'importe les financements occultes venus de l'étranger, sa familles broyée par la politique, la santé de personnes mises en danger par l'achat d'incinérateurs ayant eu des répercussions sur la santé de sportifs ou un dossier brûlant concernant le traitement des déchets nucléaires. Les coups bas pleuvent de partout, un syndicaliste disparaît mystérieusement après avoir tué sa famille, une jeune photographe chinoise en vogue est surveillée de près. Lorraine, agent des services secrets, enquête de Paris en passant par la Bretagne puis en Irlande...
Marc Dugain signe un thriller politique criant de vérité sur le monde politique français. L'affaiblissement de la France face à la mondialisation, la force des lobbies industriels, la course à l'image dans une gesticulation politique assez vaine, le constat est assez amer. On ne se perd pas dans les personnages pourtant nombreux, L'emprise est un roman captivant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          440
Nastie92
  27 novembre 2014
Marc Dugain lève le rideau et nous montre l'envers du décor. Politique, industrie, finance, renseignements généraux, tout y passe. Et ce que l'on voit n'est pas joli-joli.
Manoeuvres en tout genre, coups bas, mensonges éhontés, coups montés, etc. Rien ne nous est épargné.
Cette peinture au vitriol du monde politique et du monde des affaires ne me semble malheureusement pas exagérée : Marc Dugain jette un regard cynique mais lucide sur les hommes et les femmes qui intriguent.
Il ne mâche pas ses mots : "La politique aujourd'hui, dans les démocraties somnolentes comme la nôtre, est essentiellement faite d'hommes et de femmes qui ne pensent qu'à conquérir le pouvoir dans le seul but de le conserver, avec peu de considération pour l'usage qu'ils en font, qui est de répondre à voix basse et sans courage à des questions qu'on leur hurle aux oreilles.", ou encore "On ne demande plus à un homme politique de penser le monde. Moi, je suis là pour gagner...". Ces réflexions, l'auteur les place dans la bouche de ses personnages, mais on sent bien à travers les lignes que c'est sa vison du monde. Et je la partage.
Dans ce roman, Marc Dugain a choisi un sujet lourd, il a des messages forts à faire passer au lecteur, qui, s'il ne l'a déjà fait, doit ouvrir les yeux sur la réalité qui l'entoure. Le début est percutant, le style est incisif, et j'aime quand un auteur ne prend pas de gants pour dénoncer. L'intrigue s'annonce intéressante, et tous les ingrédients sont là pour faire de ce livre une réussite.
Malheureusement, après un début prometteur, la suite n'est pas à la hauteur de mes attentes. L'histoire s'enlise ou du moins ne se développe pas comme elle aurait pu le faire, et j'avoue m'être un peu ennuyée.
Voilà une lecture qui partait fort bien, mais qui ne me laissera pas un souvenir impérissable, contrairement à d'autres titres du même auteur, comme La chambre des officiers, La malédiction d'Edgar ou Une exécution ordinaire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          360

critiques presse (6)
LaPresse   08 août 2014
Dans ce thriller politique qui a toutes les apparences du vraisemblable, Dugain ne néglige pas non plus les confidences d'alcôve, ingrédient essentiel de la politique française, ni les drames personnels, même ceux qu'il faut cacher pour préserver les apparences de respectabilité.
Lire la critique sur le site : LaPresse
LaLibreBelgique   04 juillet 2014
Marc Dugain signe un roman captivant sur les scandales qui touchent le sommet de la France. Une fiction furieusement proche de l’actualité.
Lire la critique sur le site : LaLibreBelgique
LesEchos   30 avril 2014
Ce thriller sans concession au carrefour de la politique, des affaires et du renseignement illustre le principe churchillien selon lequel « le succès est la capacité d'aller d'échec en échec sans perdre son enthousiasme ». Dans « L'Emprise », on navigue entre haut-le-coeur et haut les coeurs…
Lire la critique sur le site : LesEchos
Culturebox   22 avril 2014
Le dernier roman de Marc Dugain, "L'Emprise" traite une fois de plus d'une société contemporaine où le pouvoir politique serait corrompu par la manne financière. Scandales, espionnage, manipulations, coups tordus en tous genres, le polar politico-financier sort ces jours-ci chez Gallimard.
Lire la critique sur le site : Culturebox
Actualitte   22 avril 2014
Du coup, L'emprise a des accents, forcément savoureux, d'un House of Cards à la française, où chacun rivalise de machiavélisme et de savants calculs politiques.
Lire la critique sur le site : Actualitte
Lexpress   14 avril 2014
Un roman diablement rythmé et efficace, comme devrait l'être la série télévisée qui pourrait en être tirée. Marc Dugain le laisse entendre à demi-mot, des discussions sont en cours avec une chaîne.
Lire la critique sur le site : Lexpress
Citations et extraits (96) Voir plus Ajouter une citation
MahpeeMahpee   06 décembre 2014
Launay remonta dans sa voiture alors que l’après-midi était déjà bien entamé. Au moment où il aurait dû penser bataille, il sentit monter en lui une grande lassitude. Et en arrière-plan, un sentiment d’humiliation. Tandis que défilaient les immeubles du boulevard Haussmann dont il comprit pour la première fois ce qu’ils avaient pu avoir d’affligeant pour les contemporains de leur construction, il s’autorisa à penser qu’il allait arrêter, laisser tomber cette mascarade. De l’avoir envisagé le soulagea. Il pensa à la mort, ce cadeau qui vient avec la naissance. Il pensa que l’essence du mensonge, « la seule grande histoire d’amour de l’être humain », venait de là, de cette nécessité de se mentir à soi-même sur le sens et la fin, pour rendre le reste supportable. Page 231
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          220
AelaAela   07 juillet 2014
La mondialisation était selon lui peu ou prou la continuation du modèle colonial. Les nations développées continuaient à se procurer des matières premières et de la main d'oeuvre à bas prix. Le consommateur final y trouvait son compte même s'il rechignait à l'avouer. Les biens de consommation étaient à moitié prix de leur vraie valeur; celle qui résultait d'un salaire juste.
Chaque chose ayant son revers, ce qu'on gagnait au niveau des prix, on le perdait au niveau de l'emploi, et la cohorte des chômeurs était grossie par une immigration à laquelle on parvenait difficilement à offrir une qualification.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
Nastie92Nastie92   07 décembre 2014
Quatre sous-marins lanceurs d'engins dotés chacun d'une puissance de destruction de trois cents fois Hiroshima croisaient sous les mers en permanence, dans un silence de crypte romane. C'est ainsi que la paix avait été garantie sous nos latitudes : grâce à la menace d'une destruction totale. L'être humain n'entendait raison qu'à ce prix-là, résultat d'une évolution de l'espèce qui en disait long sur celle encore nécessaire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          220
Macha_LoubrunMacha_Loubrun   04 août 2014
- On dit que pour être adulte, il faut avoir pardonné à ses parents tout en étant capable de garder sa part d'enfant. Je vous ai pardonné. Et pour la part d'enfant, la politique s'en charge. Tu sais, c'est comme dans la cour de récréation. Les mêmes haines, les mêmes alliances, la loi du plus fort. On ne vieillit jamais dans ce milieu, c'est l'avantage.
Commenter  J’apprécie          260
Nicolas9Nicolas9   31 janvier 2017
Nous sommes entrés depuis plusieurs années dans le règne de l'impuissance publique.
L'Europe qui devrait prendre ses ordres chez son peuple, n'est inféodée qu'aux groupes de pression qui siègent à Bruxelles avec plus d'assiduité que les députés élus. La corruption, les ententes, les amitiés troubles y sont généralisées, mais le politiquement correct interdit de le dire ouvertement.
Commenter  J’apprécie          170
Videos de Marc Dugain (58) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Marc Dugain
Révolution numérique, manipulation et transhumanisme : "Transparence", le roman événement de MARC DUGAIN.
« Marc Dugain signe un formidable roman d?anticipation, sous forme de critique de la révolution numérique et de ses dérives. » François Busnel, La Grande Librairie
« Jetant son dévolu sur les grands manipulateurs et la lumière sur le rapport qu?entretient le pouvoir avec le libre arbitre, Marc Dugain joue les lanceurs d?alerte. Ses nouvelles cibles ? le désastre écologique et l?industrie tentaculaire du Big Data. Un roman futuriste audacieux. » Marianne Payot, L?Express
« Marc Dugain a écrit le journal d?une psychopathe néo-gnostique qui, cent ans après Mai 68, pense qu?elle va enfin créer un brave new world de hippies, domestiqués par la perspective d?un éternel paradis sur terre.Terrifiant. » Astrid de Larminat, Le Figaro Littéraire
« L?auteur de "Ils vont tuer Robert Kennedy" signe un passionnant roman d?anticipation sur le transhumanisme. » François Forestier, L?Obs
+ Lire la suite
autres livres classés : politique fictionVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

La chambre des officiers, de Marc Dugain

Quel est le nom du personnage principal de l'histoire ?

Alain Fournier
Julien Fournier
Adrien Fournier

10 questions
1224 lecteurs ont répondu
Thème : La chambre des officiers de Marc DugainCréer un quiz sur ce livre
.. ..