AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
Civil War tome 3 sur 7
EAN : 9782809405231
263 pages
Panini France (13/11/2008)
4.26/5   35 notes
Résumé :
L'univers Marvel est en train de changer. Suite à une terrible tragédie, le congrès des Etats-Unis propose que les surhumains dévoilent leur identité officielle en se démasquant devant les membres du gouvernement. Les plus grands champions de la nation sont divisés. Ils doivent prendre chacun cette décision en leur âme et conscience, une décision qui pourrait bouleverser à jamais le cours de leur existence.
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique

Dernier des trois tomes Marvel Deluxe qui regroupent l'une des sagas les plus marquantes de l'univers des comics. Ce méga cross-over qui s'étend sur plusieurs séries Marvel a influencé le quotidien de nombreux super-héros, mais a surtout mis fin à l'existence du plus grand symbole américain. le titre de ce troisième tome "La Mort de Captain America" en dit d'ailleurs long sur son contenu. Ce dernier volet de la trilogie en format Deluxe regroupe le one-shot "Iron Man/Captain America : Rubicon", les épisodes #22 à #25 de Captain America vol.5, les deux épisodes de "Civil War : The Confession", ainsi que les cinq chapitres de "Fallen son: The death of Captain America". A noter que les trois tomes Marvel Deluxe sont également disponibles dans un coffret édité à 999 exemplaires.

Le postulat de départ de "Civil War" est la proposition d'une loi de recensement obligatoire pour les super-héros de la part du congrès des Etats-Unis. Si c'est une terrible tragédie qui est à l'origine de cette idée de structuration de la communauté surhumaine, ses conséquences vont plonger les super-héros dans une guerre fratricide. Il y a d'un côté les partisans de cette loi qui oblige les surhumains à agir dans la transparence et de l'autre, les super-héros qui refusent de dévoiler leur identité secrète afin de devenir des agents fédéraux. Chacun doit choisir son camp et ceux qui refusent de se faire recenser sont immédiatement considérer comme des hors-la-loi et se voient contraints de plonger dans la clandestinité. La bataille qui s'engage, avec d'un côté Iron Man et de l'autre Captain America, constitue l'événement Marvel de la décennie.

Le one-shot "Iron Man/Captain America : Rubicon", scénarisé par Christos N. Cage et dessiné par Jeremy Haun, permet de revenir sur les points de vues de Cap et Iron Man, ainsi que sur leur passé commun. Viennent ensuite les cinq épisodes écrits par Ed Brubaker, depuis lors connu comme étant le meurtrier de Captain America. Des épisodes qui reviennent sur les événements qui ont conduits à la fin de ce personnage créé en pleine Seconde Guerre mondiale par Joe Simon et Jack Kirby. Un récit qui confronte Cap à son ennemi de toujours et un épisode #25, dont le contenu atteindra même la une de plusieurs journaux télévisés, dont CNN. J'ai également apprécié les deux épisodes de "Civil War : The Confession" d'un de mes duos préférés : Brian Michael Bendis et Alex Maleev. Une histoire qui permet de saisir les sentiments d'Iron Man juste avant et juste après la mort de Cap.

Les cinq chapitres de "Fallen son" permet aux différents super-héros de faire le deuil de Captain America et les différents chapitres correspondent aux différentes phases de ce deuil : le refus, la colère, la dépression et l'acceptation. Les cinq épisodes, qui sont tous parus en juin et juillet 2007, sont tous dessinés par des auteurs différents (Leinil Yu, Ed McGuinness, John Romita Jr, David Finch et John Cassaday). C'est surtout le dessin d'Ed McGuinness qui nuit à l'unité graphique de l'ensemble et que j'ai trouvé le moins bon des cinq. le récit illustré par McGuinness est également le moins agréable à suivre avec une construction, basée sur deux histoires en parallèle, qui ne m'a pas vraiment convaincu.

Mais dans l'ensemble, j'ai fort apprécié ce troisième tome, tant au niveau du graphisme que du scénario. Un scénario qui, tout au long de l'album, est plus axé sur le développement psychologique des personnages que sur l'action et un troisième volet qui gravite entièrement autour de la mort de Captain America.

A nous de faire le deuil maintenant !

Commenter  J’apprécie          00

J'ai longtemps hésité à publier cet article en janvier, juste après l'avoir lu. Mais voilà, je ne pouvais pas faire comme si Civil War ne sortait pas au cinéma en avril 2016 ! Alors j'ai patienté, ne sachant si le film présenterait les mêmes événements ou non. Cela fait désormais un mois que le film est sorti, et je vous publie enfin ma chronique sur ce troisième tome.

Si le premier tome était bourré d'action, de conflits, et très intéressant, ouvrant un débat des plus importants au sein de la communauté des super-héros, le deuxième était plus calme, nous expliquant les choix de Spider-Man, et montrant Wolverine traquant Nitro. Dans ce troisième tome, l'action se fait plus rare, et laisse la place aux émotions, à la douleur, au regret…

Iron Man/Captain America, scénarisé par Christos N. Gage et dessiné par Jeremy Haun, est le chapitre ouvrant La mort de Captain America. Nous retrouvons ce dernier prisonnier, échangeant avec Iron Man. Chacun à quelque chose à reprocher à l'autre. Les dialogues sont entrecoupés de flashbacks qui sont plus dynamiques.

Vient ensuite Captain America, de Ed Burbaker, et joliment dessiné par Alex Maleev. Alors que Cap va être jugé, son amante (l'Agent 13) et son meilleur ami (Bucky) parlent chacun leur tour de ce héros, à quel point Steve Rogers/Captain America est une personne formidable, qui a toujours lutté pour le bien. le titre du chapitre est évocateur : il n'est effectivement question que de lui.

D'après le scénario de Brian M. Bendis, et toujours dessiné par Maleev, La confession ne nous montre que Tony/Iron Man en train de… se confesser. On ne saura à qui qu'à la toute fin du chapitre. Là aussi, quelques flashbacks viennent apporter un peu d'action à ce récit, qui nous prend de plus en plus aux tripes. La dernière case, qui n'est autre qu'une double page, s'est révélée très forte. Si elle ne vous arrache pas la moindre petite émotion, alors c'est que vous devez avoir un coeur de pierre.

Vient enfin de le dernier chapitre : Victime de guerre : la mort de Captain America. Jeph Loeb s'est collé au scénario, d'après une idée de Straczynski. Quant aux dessinateurs, ils sont nombreux : Leinil Yu, Ed McGuinness, John Romita Jr., David Finch et John Cassaday. Cinq pour un chapitre ; celui-ci est découpé en cinq parties : « Refus », « Colère », « Marchandage », « Dépression », « Acceptation ». Je pense qu'il n'y a nul besoin d'en dire plus.

Je ne vois pas ce que je pourrais ajouter, si ce n'est concernant les dessins, la mise en page, que j'ai beaucoup apprécié, même cela n'avait rien de transcendant. Mais je vais vous dire : ils ne vont pas chambouler l'univers graphiques des comics, c'est vrai, mais tout cela est redoutable d'efficacité. Si ce tome vous a laissé de marbre, dites-le moi, j'en serai grandement surprise.

Civil War, t.3 : La mort de Captain America est un volume qui laisse très peu de place à l'action, et donne en revanche le champ livre aux émotions. Une fois n'est pas coutume, on nous démontre à la perfection qu'un comic book peut être autre chose qu'une bande dessinée pleine d'aventure, de combats…, et que l'on peut y faire passer des émotions extrêmement fortes. Un indispensable dans votre bibliothèque.


Lien : https://malecturotheque.word..
Commenter  J’apprécie          10

Alors voilà, ce qui devait arrivé est déjà là, la mort de Captain America. le titre n'était pas qu'une mise en garde. Un tome très intéressant, j'ai beaucoup aimé le "discours" de Tony à Steve ... On ne peut pas s'empêcher de lui en vouloir un peu même si on comprend qu'il n'était pas le méchant dans l'histoire. Comme Stark le dit si bien en milieu de tome, il n'a ni méchants, ni gentils, seulement des forces qui s'affrontent et des morts dans les deux camps ...

Commenter  J’apprécie          70

« La mort de Captain America » rassemble douze numéros : « Iron Man/Captain America 1 », « Captain America (Vol. 5) #22 à 25 », « Civil War: The Confession 1 et 2 » et les cinq numéros de « Fallen Son: The Death of Captain America ». Tous essentiellement publiés en 2007.

Étant donné le titre de cette compilation, peu de chance d'assister à un mariage où tout simplement à une joyeuse célébration. La grande question c'est comment ? Accompagnée d'un qui ?

Le tome répond à ces questions tout en suscitant l'émotion. Au moins pour les numéros qui valent le coup. Entre choc, souvenirs et commémorations, ces numéros traitent le sujet à travers les prismes variés de différents super-héros. Pour le coup, l'intérêt est inégal.

Commenter  J’apprécie          10

Ce troisième tome et dernier est centré sur Captain America, sur sa vie, ses convictions, ses rapports aux autres, l'image qu'il incarnait. Jusqu'au bout, j'ai cru que le titre n'était qu'accrocheur, que les scénaristes allaient trouver une alternative. Non, Captain America, Steve Rodgers est bien mort. C'est déchirant de voir ses amis porter le deuil, dans toutes ses phases : le déni, la colère, l'acceptation. On en veut à Stark, on en veut au peuple. Et derrière toute cette histoire, c'est une leçon sur la liberté, sur le patriotisme, sur les choix qu'on fait qui est donnée.C'était un tome à la hauteur des précedents. C'est le dernier également, et c'est plus que l'homme qui est mort. La vraie victime, c'est l'Amérique qu'il représentait. L'Amérique libre.

Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (4) Ajouter une citation

"La chose qui m'est insupportable est arrivée. Et malgré nos accrochages... tout ce qu'on s'est dit, tout ce qu'on s'est fait... malgré les terribles questions que j'ai dû me poser, les mensonges que j'ai dû dire... il y a une chose que je ne pourrais jamais dire à personne. Ni à mes amis, ni à mes collègues, ni à mon président. Une seule chose! La chose que j'aurais dû te dire. Mais c'est trop tard. "ça n'en valait pas la peine."" # Tony Stark

Commenter  J’apprécie          10

Steve: M. Stark... Tony.

Tony: Oui?

Steve: J'ai un message pour Iron Man. Quand vous le verrez, dites-lui... dites-lui que je sais qu'il est innocent. Et que s'il a besoin de quoi que ce soit un jour... je serai là.

Tony: ça lui ira droit au coeur, Cap. Et je sais qu'il en dirait autant.

Commenter  J’apprécie          10

"On dit qu'on juge un héros aux vies qu'ils a sauvées. Moi, on me jugera sans doute aux vies que j'ai perdues." # Peter Parker

Commenter  J’apprécie          10

"Tu peux être le type le plus sympa du monde, Tony... le plus courageux des héros, l'allié le plus loyal mais en fin de compte, ce que tu veux passe avant tout le reste." # Steve Rogers

Commenter  J’apprécie          00

Lire un extrait
autres livres classés : jugementVoir plus
Notre sélection Bande dessinée Voir plus





Quiz Voir plus

Comics : Les héros de Marvel

Elle peut se dématérialiser, et ainsi traverser les objets solides, les murs, les plafonds ... Il s'agit bien sûr de ...

Kate Winslet
Kitty Pryde
Hello Kitty
Katy Perry

10 questions
221 lecteurs ont répondu
Thèmes : comics , super-hérosCréer un quiz sur ce livre