AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Vincent-Mansour Monteil (Éditeur scientifique)
ISBN : 2742718192
Éditeur : Sindbad (04/06/1999)

Note moyenne : 4/5 (sur 6 notes)
Résumé :

Hâfez de Shirâz est, avec Omar Khayyâm, le poète persan le plus célèbre, le plus aimé, le plus récité : même les illettrés en savent de longs fragments par coeur. Il est mort, voici un peu plus de six cents ans, en 1389, dans sa ville natale. Poète d'une époque où le persan était la lingua franca de l'Asie : Iran, Afghanistan, Inde musulmane, Mongolie et Chine, Hâfez a ét... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
Danieljean
  10 juillet 2016
Suite à un voyage en Iran où j'ai rencontré des gens formidables et visité des sites extraordinaires et, parmi ceux-ci le mausolée de Hafez Shirazi où on m'a conté son histoire et celle des Iraniennes et Iraniens qui viennent là, pour réciter ou chanter ses poèmes. Puis l'envie de découvrir un peu plus son oeuvre.
Commenter  J’apprécie          60
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
LestempsmodernesLestempsmodernes   23 mai 2013
Tu es comme le matin. Je suis la lampe qui brille,
Seule, à l’aube. Souris-moi, et je donnerai ma vie.
Tu es le deuil de mon cœur, pour les boucles de ta tête
Que ma tombe fleurira d’un tapis de violettes.
Je me tiens, les yeux ouverts, sur le seuil de ton désir.
Dans l’attente de ton regard, …mais, de moi, tu te retires.
Merci. Que Dieu te protège, ô cohorte de douleurs,
Car, lorsque je serai seul, tu resteras dans mon cœur !
De mes yeux je suis l’esclave, lorsque, malgré leur noirceur,
Le compte de mes chagrins leur fait verser mille pleurs.
Mon idole se dévoile aux regards de tout le monde,
Mais personne ne surprend tant de grâce, que moi seul.
Mon amour, comme le vent, quand tu passes sur ma tombe,
Dans ma fosse, de désir, je déchire mon linceul…

Hâfez de Shiraz
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          450
DanieljeanDanieljean   05 janvier 2019
Tu ne sais pas ce qu’est l’Amour. Il te faudrait être intrépide
Et connaître tout le parcours, si tu veux devenir un guide.
A l’école de Vérité, auprès du professeur d’Amour,
Tâche, ô mon fils, de mériter d’être comme ton père, un jour.
Le cuivre vil de l’existence, laisse-le tomber en chemin,
Et que te transmute en or pur l’élixir de l’Amour divin.
Dormir, manger, voilà ce qui t’a mis au-dessous de toi-même.
Cesse de manger, de dormir, et tu redeviendras toi-même.
Que la lumière de l’Amour embrase ton cœur et ton âme,
Et toi, tu deviendras meilleur que le soleil dans le ciel bleu.
Plonge-toi donc, comme un éclair, dans l’Océan même de Dieu,
Sans penser qu’à l’eau des Sept mers tu puisses mouiller un cheveu.
Tu seras, de la tête aux pieds, baigné de divine lumière :
Tourne-toi vers Sa Majesté, avec un cœur humble et sincère.
Si tout ce que tu vois est la Face de Dieu,
Tu seras l’un de ceux dont le regard profond est pieux.
Si les fondements de ta vie s’écroulent sens dessus dessous,
Ne t’inquiète pas par le fait que tu es sens dessus dessous.
Hâfez, si tu as la passion d’une Union mystique avec Dieu,
Tu ne seras que poussière au seuil de ceux qui contemplent Dieu.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
DanieljeanDanieljean   05 janvier 2019
Quand la rose et le vin et l’ami sont à toi, le roi du monde est ton esclave, ce jour-là.
N’éclairez pas notre assemblée à la chandelle :
le clair de lune de l’ami se passe d’elle !
le vin, certes, est licite, selon notre loi, mais il est illicite si tu n’es pas là !
J’écoute la voix du roseau, celle du luth, et je cherche des yeux le rubis de tes lèvres et la coupe de vin qui circule entre nous.
Pourquoi répandre du parfum ici, chez nous, quand nous embaume l’odeur de ta chevelure ?
Ne parle pas du goût du candi, ni du sucre, car ma bouche est sucrée au goût de tes deux lèvres !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Videos de Hafez (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de  Hafez
Mise en ligne le 9 oct. 2011 Charles Henri de Fouchécour
Le Divân
Hâfez de Chiraz
Introduction, traduction du persan et commentaires par Charles-Henri de Fouchécour.
Au XIVe siècle, alors que Dante venait de terminer sa Divine Comédie et que Pétrarque était plongé dans son Canzoniere, la poésie persane battait son plein. Le grand poète du moment s'appelait Hâfez et il écrivait des ghazals, comme son prédécesseur Rûmi. Sans doute moins mystique, moins exalté que le maître soufi, Hâfez (né vers 1315 et mort vers 1390) est l'auteur de poèmes plus ambigus.
Hâfez est le poète majeur de la poésie lyrique persane. Il vécut au quatorzième siècle à Chiraz. Les mots de ses poèmes sont ceux des spirituels de son temps, aussi ceux des fêtes à la cour, ceux des soldats ou de la chasse, du commerce, du jardin ou de la rue. Mais ses poèmes sont surtout habités du désir de voir le visage de l'Aimé, désir que ne font qu'aviver toutes les réalités du monde. Et si Hâfez jouit en Iran d'un prestige populaire qui ne s'est jamais démenti, c'est peut-être parce que l'amour a dans son œuvre une place si éminente qu'il semble effacer les frontières entre l'humain et le divin.
Hâfez a fait de « sa parole un mémorial de vie ». Cet homme habité par l'amour n'ignorait pas qu'il possédait un grand joyau avec la poésie. Ils furent nombreux à savoir le regarder. Hegel le lit. Victor Hugo invoque le nom du grand lyrique persan du XIVe dans Les Orientales. Pour Goethe, qui fait de lui son modèle et son maître, Hâfez est le visage même du poète. Dans son pays, il reste l'objet d'un culte vénérable.
Œuvre majeure de la littérature persane que ce Divân célébré par Goethe comme par Victor Hugo, et vénéré en Iran. Son auteur, Hâfez de Chiraz, incarne la figure même du poète oriental, et dans Le Divân (terme signifiant « recueil » en persan et qui englobe toute l'œuvre du poète), il aborde aussi bien des thèmes courtois traditionnels (l'être aimé, le vin, la beauté, la coupe...) que le contexte historique troublé du XIVe siècle (la fin de l'Empire mongol d'Iran), puisant son inspiration dans le soufisme, le Coran mais également dans la vie de cour, l'armée ou le commerce, et, de manière générale, dans la ville de Chiraz, où il vécut toute sa vie.
Comprenant 486 ghazal (poèmes), l'œuvre de Hâfez est traduite pour la première fois dans son intégralité en français. Toute l'érudition du traducteur, Charles-Henri de Fouchécour, est mise au service de la beauté de la langue et du souci que chacun puisse faire de cette œuvre une lecture personnelle et approfondie.
En dépit de la complexité des codes poétiques, qui réclament des éclaircissements et des commentaires, fournis par le traducteur, on peut aborder le Divân de Hâfez avec une relative naïveté. D'autres tentatives de transposition ont été faites par le passé, notamment par Vincent-Mansour Monteil et Akbar Tadjivi (L'amour, l'amant, l'aimé, Sindbad-Unesco-Actes Sud, 1989 et 1998). Mais on est, dans cette nouvelle traduction, au cœur de la pensée du poète, comme dépouillée de sa gangue rhétorique. Et l'aspect parfois prosaïque de cette langue nous la rend paradoxalement plus proche, dans les subtilités de ses raisonnements, sinueux dès qu'il est question de rites, de conduites conformes ou rebelles à l'ordre social et religieux, de choix individuels.

Définition : ascèse, nom féminin - (du grec askêsis, exercice, effort).
Discipline, ensemble d'exercices auxquels s'astreint une personne pour son perfectionnement spirituel. Tout effort pour se perfectionner dans les domaines physiques, moraux, intellectuels, spirituels. Au sens chrétien et quelle que soient les formes qu'elle revêt, l'ascèse reste toujours un moyen de conversion qui permet de mieux répondre aux premier et second commandements que Dieu nous donne « Tu aimeras... » (Mt 22, 32-39).
Hâfez : signifiant littéralement 'gardien' qui sert à désigner les personnes ayant 'gardé', c'est-à-dire appris par cœur l'intégralité du Coran.
Musique : Hossein Omoumi-Hessâr
Image du reflet du mausolée de Hafez : Amin Ghaziani Musique "Hessâr" de Hossein Omoum
+ Lire la suite
autres livres classés : littérature persaneVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Testez vos connaissances en poésie ! (niveau difficile)

Dans quelle ville Verlaine tira-t-il sur Rimbaud, le blessant légèrement au poignet ?

Paris
Marseille
Bruxelles
Londres

10 questions
725 lecteurs ont répondu
Thèmes : poésie , poèmes , poètesCréer un quiz sur ce livre