AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Critiques sur Le chant du rossignol (87)
Classer par :   Date   Les plus appréciées  



Ajouter une critique
Annette55
  02 janvier 2018
Tout a été dit déjà mais tant pis .....
Voici une saga historique et familiale sur fond de deuxième guerre mondiale , de près de 700 pages , l'histoire mouvementée , passionnante , de deux soeurs que tout oppose , Vianne et Isabelle Mauriac, qui ont perdu leur mère, à l'âge de 14 et 4 ans respectivement ......
En 1939, Vianne l'aînée , institutrice , mère de Sophie, qu'elle va protéger du mieux qu'elle le peut pendant toute la durée de la guerre, mariée à 17 ans à Antoine, lui fait ses adieux, dans le parfum exaltant du jasmin, au sein du jardin de sa propriété , où les roses poussaient le long de la haie de troènes ..car il part au front .......
Elle se souvenait d'avoir connu un peu la guerre, pas par le fracas , la fumée et le sang mais par ses conséquences ......
Elle se rappelait avoir eu faim et tout le temps froid lors de la grande guerre et surtout du retour de son père, il boitait, soupirait, restait silencieux, s'était même mis à boire ........
Isabelle , elle, têtue, rebelle, fougueuse, impétueuse , éprise de liberté , persuadée de ne jamais avoir été aimée mais abandonnée par son père, quittait par tous les moyens les pensionnats où il l'envoyait ........
Elle s'enfuit à Paris et s'y installe le jour .......de l'entrée des Allemands dans la ville....s'enrôle dans la Résistance sous le nom de code "Rossignol " et fait passer des pilotes Anglais jusqu'en Espagne !
De son côté , Vianne n'a pas le choix : elle est forcée d'accueillir un officier Allemand sous son toit .
Elle choisit de protéger sa fille à tout prix, quelqu'en soit le prix! N'en disons pas plus !
Deux destins deux soeurs qui vont se battre chacune à leur manière pour leur survie ,leur liberté, leur dignité , l'une impulsive , l'autre prudente, tour à tour agaçantes et touchantes, traversent la guerre avec un courage et une rage incroyables !
Malgré quelques invraisemblances parfois et des personnages attachants mais un peu caricaturaux, à l'américaine , l'auteur décrit d'une manière romancée, bien écrite , bien construite, humilité et sensibilité , les tourments et le courage des femmes pendant la guerre ! C'est un ouvrage poignant, surtout dans la deuxième partie, sur l'amour, la résilience, pétri d'humanité et d'une justesse inouïe , un hommage vibrant à la résistance et à ces héros ( héroïnes )anonymes qui risquaient chaque jour leur vie au nom de leurs convictions et de l'idée qu'ils se faisaient de la liberté !
Ouvrage dédié à l'amour filial et fraternel, aux idéaux, au rôle déterminant des femmes , malgré les non -dits , les manques et les regrets, au milieu des horreurs, de l'inhumanité des temps de conflits qui oblige chacun à sortir de soi pour le pire ou le meilleur .
J'ai passé une grande partie de la nuit dernière à finir ce beau livre !
Choisi à cause du titre et de la première de couverture( en poche ) , et de ma libraire Marie !
Mais ce n'est que mon avis , bien sûr !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          443
TheWind
  23 octobre 2016
Voici le destin tragique de deux soeurs lors de la Seconde guerre mondiale.

La sage Vianne Mauriac se retrouve seule avec sa fille lorsque son mari part au front. Bientôt un officier allemand choisit sa maison pour y "cantonner". Elle l'accueille, impuissante et résignée, se rangeant ainsi du côté de Pétain, afin de protéger sa fille.
De son côté, sa soeur Isabelle, n'est pas prête à se soumettre. Au grand dam de sa soeur, son caractère enflammé la pousse à agir dangereusement. Elle s'installe à Paris et s'engage dans la Résistance française sous le nom de code : "Le Rossignol".

J'ai trouvé ce roman historique parfait pour un début de vacances, idéal pour paresser au chaud sous la couette. Malgré son épaisseur de plus de 500 pages (et un pavé de plus, un ! ! ), il se lit très facilement. Trop facilement, peut-être ? Il faut dire que les différents éléments historiques repris ici sont plutôt "bateau" et archi connus. Tout y passe : l'occupation allemande qui se durcit au fil du temps, les tickets de rationnement et l'attente interminable pour obtenir un malheureux jarret de porc, la répression contre les Juifs, la rafle du Vel d'Hiv, les bombardements anglais, les camps de concentration, les réseaux de résistance de plus en plus organisés et caetera..et caetaera...
Cet aperçu de la seconde guerre mondiale est intéressant, soit, même si on le connaît déjà par coeur mais l'auteure s'est trop souvent contentée de les évoquer sans entrer dans les détails. de plus, ce qui m'a le plus dérangée, c'est que tous ces éléments sont vécus par les deux héroïnes de l'histoire. Pour le coup, le mot"héroïne" prend tout son sens traditionnel ici. L'auteure américaine en a fait deux super women qui traversent la seconde guerre mondiale en accomplissant tout un tas d'actes héroïques ! C'est très romanesque mais peu crédible...

Maintenant, si le but de ce livre est de faire pleurer dans les chaumières, il remplit totalement sa mission. le lecteur (ou plutôt la lectrice), s'il joue le jeu, adhère totalement au caractère rebelle d'Isabelle, s'indigne de celui beaucoup plus prudent de Vianne, suit avec intérêt les malheurs de chacune d'elles, et ne manque pas de pleurer à la fin parce que tout de même c'est triste. Eh oui, la guerre n'est pas toute rose ! On s'en doutait un peu....
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          360
oran
  11 juin 2018
Malgré une histoire quelque peu convenue , quelques prochronismes et anachronismes littéraires : tee shirt à la place de maillot de corps, saladerie , mot qui est entré dans le dictionnaire en 2011, utilisation d'un poste de radio par Isabelle au pensionnat comme un transistor, découverte postérieure à la fin de la guerre ... et dont l'auteur a conscience puisque, dans ses remerciements, elle évoque des « libertés créatives » , ce roman procure un bon et long moment de lecture (692 pages) . Les descriptions foisonnent, le style est agréable.
Ce récit fait, actuellement l'objet d'une adaptation cinématographique par Michelle MacLaren. Il est précisé dans le synopsis que ce récit s' inspire de l'histoire d'Andrée de Jongh, une résistante belge , une des très rares femmes à avoir été chef de réseau , le réseau Comète, filière d'évasion pour les soldats alliés ce qui ne se perçoit pas tout à fait dans cette lecture, mais peut- être est-ce là aussi une volonté créative de la réalisatrice et du scénariste que de mixer à cette fiction une réalité historique plus consistante. Une des protagonistes du roman, Isabelle Rossignol, alias Juliette Gervaise, qui est sensée incarnée cette résistante belge, a pour modèle une autre héroïne célébré, une britannique, Edith Cavell, une infirmière fusillée par les Allemands pour haute trahison, pour avoir permis l'évasion d'un grand nombre de soldats alliés de la Belgique alors sous occupation allemande, pendant la Première Guerre mondiale.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          303
NathalC
  05 septembre 2016
Poser ici ma critique va être compliqué car mon sentiment au sujet de ce livre est très mitigé.
Commençons par le positif : C'est un roman racontant l'histoire de 2 soeurs, durant la 2nde guerre mondiale, en France. Comment survivre en tant que femme durant cette période.
L'histoire est bien écrite, fluide. Cela se lit très facilement et on est happé par l'histoire de ces 2 héroÏnes. Ce livre m'a fait un peu pensé à "la bicyclette bleue" !
Ce qui m'a gênée : des détails m'ont perturbés et cela m'a vraiment empêcher d'apprécier l'histoire à 100 %. J'avoue, j'ai du mal à mettre le point sur ce qui me gêne.
L'auteur décrit des situations parfois sans intérêt.
D'autres périodes de la vie des 2 héroïnes mériteraient parfois d'être plus détaillées.
Des passages du livre m'ont perturbés : Isabelle, 19 ans, fait passer des aviateurs étrangers à travers les Pyrénées en espadrilles !!????
Après un passage accompagné d'un guide, elle effectue ensuite plus de 20 passages. Par le même chemin ??? Elle connaît déjà ce long trajet ? Chaque randonneur en montagne sait qu'il n'est pas évident de s'orienter dans une montagne inconnue. Comment cette jeune parisienne connait elle déjà le trajet, en plein hiver, en pleine nuit (car le passage se faisait de nuit !) ? Je suis et reste sceptique !
L'impression aussi, en lisant ce roman, que la France est un pays minuscule. Isabelle passe de Paris, à la région de la Loire, puis en Espagne aussi facilement en tant de guerre qu'à notre époque en TGV !
Pourquoi appeler le village central de l'histoire Carriveau ? Ce village n'existe pas. L'auteur décrit des évènements ayant eu lieu, site des villes sur le territoire français mais pose l'histoire dans une ville fictive ? Pourquoi ?
De même, les relations au sein de la résistance ont l'air tellement facile.
Bref, j'ai apprécié ce livre en tant que roman, mais je pense qu'au niveau historique, il y a des points faibles.
Pour conclure, sans avoir apprécié à 100 %, j'ai lu cette histoire facilement, et c'est un bel hommage au rôle que les femmes ont eu durant cette période.
La fin de l'histoire est poignante.
A lire, sans tenir compte des détails historiques...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          302
Eninera
  09 juin 2016
J'ai acheté ce livre suite aux nombreux coups de coeur qu'il a rencontré sur les réseaux sociaux que je suis.
Étant une passionnée de la Seconde Guerre Mondiale, sujet qu'il traite, je me suis empressée de l'acheter.

Je trouve la couverture superbe ! Elle illustre bien l'époque et le changement vestimentaire que certaines femmes adoptaient. le livre est très lourd et on s'attend à trouver bien plus que 520 pages !

L'histoire débute en 1939. On y découvre deux soeurs avec des caractères totalement différents. Leur mère est décédée lorsqu'elles étaient enfants et leur père les a délaissées. Vianne, l'aînée, s'est mariée très rapidement délaissant à son tour, et sans regret, sa très jeune soeur Isabelle qui fut ballotée d'école en école de savoir-vivre.
En 1941, Vianne est seule avec sa fille tandis que son mari est prisonnier de guerre. Sa soeur Isabelle fuit Paris durant l'exode rural en direction de Carriveau, chez Vianne.
Les retrouvailles sont froides, les soeurs ne s'entendant pas. Après l'appel du Général de Gaulle, les soeurs s'opposent. Vianne veut rester fidèle à Pétain, ne connaissant pas le Général. Isabelle, impétueuse et sauvage, veut prendre part au combat en le suivant. Elle s'enfuit de chez sa soeur et entre dans la Résistance.

Assez rapidement, des détails, des incohérences, des contradictions me chagrinent et cela sera tout au long du livre.
Historiquement parlant, on apprend qu'en 1939, Antoine, le mari de Vianne prend une douche pendant que Vianne surveille très attentivement que leur fille Sophie se brosse les dents. Dans tous les témoignages que j'ai lu, je n'ai jamais lu ce genre de détail ! (en faisant des recherches on apprend qu'en 1962 seulement 28.9% de la population française possède une baignoire ou une douche).
Lorsque Kristin Hannah évoque la rafle du Vél' d'Hiv', on peut lire que le peuple juif n'est pas au courant de ce qui va arriver. Or, dans les faits, la rumeur circule dans Paris depuis plusieurs jours et c'est pour cela que les hommes ne sont pas présents lors des rafles. En effet, on pensait que seuls les hommes seraient arrêtés. Dans le livre, s'ils ne sont pas là, c'est parce qu'ils sont prisonniers de guerre...
On peut noter également que les soldats allemands évoquent la Solution Finale. Seulement, seuls les soldats gardant les camps et le gouvernement nazis étaient au courant. de plus, concernant ces soldats, on les découvre peu impliqué : légère vérification de carte d'identité, recherche très tardive de résistant très actifs et opérant toujours au même endroit...
Chez les résistants, on constate qu'ils s'appellent non pas par leur pseudo, comme cela était le cas, mais par leur prénom, qu'ils discutent plan et réunion dans un café rempli de nazis....
Pour certains, ce ne sont que des détails, mais quand on fait un livre historique, on se doit de rester fidèle à L Histoire.

On découvre aussi beaucoup d'incohérence. L'autrice nous dit qu'ils ont l'eau courante, puis qu'ils doivent aller puiser l'eau pour se laver car pas d'eau courante avant de la récupérer. Isabelle se prend une seconde gifle sans en avoir reçu une première etc Chaque personne n'a jamais le même avis, se contredit perpétuellement et se répète sans cesse. Ce sont, pour le coup, des détails. Mais des détails qui s'ajoutent à des détails.
Kristin Hannah ne lésine pas sur les répétitions et les trop nombreux détails. Nous connaissons ainsi la batterie de cuisine complète de Vianne ainsi que quelques recettes, puis la garde-robe de Vianne mais aussi celle d'Isabelle...

En conclusion, je n'ai pas du tout apprécié cette lecture. Les nombreuses coquilles historiques m'ont gâchée la lecture. Les multiples incohérences et répétitions alourdissent la lecture. le caractère des personnages fait que l'on ne s'y attache pas du tout, bien au contraire, j'ai eu envie de les secouer.
Je cherche encore à comprendre le petit engouement que ce livre a reçu...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
manon08440
  19 mars 2019
Un livre qui procure des émotions, comme il est rare d en trouver un aussi bon et fort! J ai Adoré, je peux même dire que c'est un coup de coeur.
Le destin de deux soeurs à travers la seconde guerre mondiale, deux soeurs tellement différentes dans leurs caractères. Elles vont vivre leur guerre, chacune d une manière différente mais tout en ne se laissant pas faire par l'ennemi.
J' ai adoré tous les personnages et le récit riche en rebondissements.
Commenter  J’apprécie          140
Selvegem
  16 mai 2016
Après avoir lu une quantité de critiques plus qu'élogieuses, je ne pouvais pas manquer de me jeter sur le chant du rossignol !
1939, en France, dans un petit village de la Loire. La guerre est déclarée, entrainant hommes et femmes dans la tempête. Vianne Mauriac doit dire au revoir à son mari qui part sur le front, et reste seule chez elle avec sa fille. Elles ne resteront pas toutes les deux indéfiniment : c'est d'abord sa petite soeur Isabelle qui vient habiter chez elle, avant qu'un Allemand ne prenne ses quartiers dans sa maison. Vianne fait le choix de se protéger et surtout de protéger son enfant avant la liberté de son pays. de son côté, Isabelle – plus jeune et plus impétueuse – décide de quitter le village pour rejoindre Paris et la Résistance.
Le chant du rossignol est l'histoire de deux femmes, très différentes mais qui sont animées toutes les deux par une grande volonté, qui les entrainera dans des chemins différents. Mais Kristin Hannah nous raconte surtout l'histoire d'un pays, d'une guerre abominable, et de comment les femmes et les enfants ont menés leur propre guerre, loin des hommes se battant au front. Et c'est un sujet qui a trop souvent été mis dans l'ombre je trouve. Il est important de raconter les conflits menés par les hommes, comment les batailles faisaient rage, leurs sacrifices... Mais pendant ce temps, qui parle de ceux qui sont restés derrière ? Les femmes ne sont peut-être pas allées au front, mais elles devaient faire avec le rationnement, la faim, le froid, la présence des Allemands... Beaucoup d'Allemands ont été entrainés dans cette guerre contre leur gré, mais comment traiter avec ceux qui embrassent totalement la cause d'Hitler, et qui n'hésitent pas à se servir en « avantages » ?
(Mon avis complet sur mon blog !)
Lien : http://chezlechatducheshire...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
MarieLovesBooks
  29 novembre 2018
On sait qu'un livre nous a marqué quand on y pense encore bien après l'avoir terminé. Celui-ci j'ai eu du mal à m'en remettre. J'ai ressenti une vraie tristesse à la fin du bouquin, je n'avais pas envie de quitter les personnages. Isabelle et Vianne forme un duo de personnages inoubliables. Leur histoire est bouleversante chacune à sa manière.

Le chant du rossignol est un roman historique qui nous raconte une magnifique histoire. Celle de deux soeurs aux caractères et aux vies bien différentes.
Vianne est l'aînée des deux soeurs, elle a une fille Sophie, et son mari Antoine est parti à la guerre.
Isabelle à un tempérament de feu, elle a souffert du rejet de son père et également celui de sa soeur. On sent dès le début du roman que les deux soeurs ont une relation très compliquée avec beaucoup de ressentiment.
Leur père est un survivant de la première guerre mondiale.
Chacune à leur manière, les choix qu'elles vont faire, leurs actions, vont compter pour la résistance française à l'occupation ennemie.
Leur village de Carriveau est envahi par les allemands dès le début de l'histoire.

La plus grande partie du roman se déroule entre 1940 et 1941 en France.
L'histoire m'a paru un peu plate au début il m'a fallu environ 100 pages pour être vraiment intéressée par ce que je lisais.
L'histoire est racontée sous forme de flashback puisqu'au début on est dans les années 90 et c'est Vianne qui nous raconte son histoire.
J'ai ressenti un léger déséquilibre au niveau de la temporalité.

De plus je pense que la fin est précipitée et j'aurais aimé que l'auteure prenne plus le temps de terminer son histoire.

L'engagement émotionnel est présent dès les premières pages et ne m'a pas quitté pendant ma lecture. Je me suis vraiment attachée à ces deux femmes.

Isabelle s'engage dans la Résistance tout d'abord en distribuant des tracts et puis en faisant traverser la frontière espagnole à des pilotes anglais.
Le chapitre qui raconte la première traversée d'Isabelle des Pyrénées, à pied, m'a absolument passionné. C'est mon passage préféré dans le livre, celui qui m'a le plus marqué.
Isabelle est une héroïne de la Résistance et symbolise l'engagement sur le terrain. Elle a un courage exceptionnel. Tandis qu'Isabelle est mère de famille et son combat à elle est plus invisible, il parait plus passif que celui de sa soeur.

Plusieurs questions m'ont parcouru pendant ma lecture, je me suis demandé; et moi qu'est-ce que j'aurais fait ? est-ce que j'aurais fait partie de la Résistance ? est-ce que j'y aurais pris part de façon active comme Isabelle ou plutôt « passive » comme Vianne ?
Je mets passive entre guillemet car au début Isabelle semble passive, elle décide d'agir progressivement et à son niveau. En tant que mère elle est plus prudente et responsable que sa soeur.

Même si les personnages manquent parfois un tout petit peu de nuances, l'auteure réussit à nous faire ressentir énormément d'émotions. Elle nous fait ressentir la peur de ces femmes au quotidien, dont les maris étaient absents, et qui vivaient sous occupation allemande. Et c'est cette peur et cette terreur qui les faisaient se surpasser, et résister.

Le chant du rossignol est un roman vraiment magnifique que je recommande grandement. Ce n'est pas un énième roman sur la seconde guerre mondiale, ici l'auteure traite d'un sujet fort, les femmes résistantes, les femmes de l'ombre. C'est un sujet qu'on retrouve peu dans les livres et en ça il faut vraiment le découvrir.

Lien : https://marie-loves-books.bl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          111
mogador83
  28 octobre 2017
Très bon roman qui nous entraîne au vie de la seconde guerre mondiale en suivant deux soeurs diamétralement opposées qui vont réagir de façon différente dans le cadre de la guerre. J'ai bien aimé le style d'écriture fluide et énergique de l'auteur ainsi que les personnages et leur caractère même si Vianne m'a un peu agacé parfois. Juste un bémol sur le réalisme des situations liées aux actions de résistance d'Isabelle mais J'ai passé un très bon moment en leur compagnie et je les ai quitté à regret.
Commenter  J’apprécie          100
Thalyssa
  08 mai 2016
Avril 1995, aux États-Unis. Une vieille dame est sur le point de partir en maison de retraite et monte au grenier récupérer une malle. En son sein, des papiers d'identité au nom d'une certaine « Juliette Gervaise ». Ses souvenirs vont alors la propulser avec le lecteur en France en août 1939.

Vianne Mauriac, institutrice, vit dans une belle demeure familiale à Carriveau, petit village de la Loire, auprès de son mari Antoine et de leur fille Sophie. Sa voisine Rachel est sa meilleure amie depuis toujours et malgré un passé compliqué, elle a toujours su faire face et avancer. Elle est calme, réfléchie et responsable. Malheureusement, la guerre est arrivée aux portes de la France et Antoine est appelé à combattre, laissant Vianne seule pour la première fois. Vianne est d'autant plus effrayée que Julien, son propre père, n'a jamais plus été le même après avoir combattu les allemands lors de la Première Guerre Mondiale. Qu'en sera-t-il d'Antoine ?

Vianne a une jeune soeur, Isabelle, qui semble être tout son contraire. C'est une jeune fille de dix-huit ans rebelle, têtue et volage. Elle ne se souvient plus de son père « d'avant », elle était alors trop jeune pour ça, mais elle garde en mémoire le décès de sa mère, les multiples abandons de Julien et ses rapports conflictuels avec Vianne. Elle est très demandeuse en termes d'affection et de mots réconfortants, mais ne les obtient jamais. Renvoyée d'une énième pension, elle remonte à Paris vivre chez Julien, prête à se faire passer un savon. le même jour, l'armée allemande marche sur la capitale et ses habitants fuient dans la débâcle.

Nous allons revivre l'Histoire dans ce qu'elle a de plus sombre à travers les yeux de ces deux soeurs. La première va tout faire pour temporiser la situation, rassurer et protéger sa fille, quitte à courber l'échine quand un officier allemand vient cantonner chez elle. La seconde se révolte dès les premiers instants et n'a plus qu'une chose en tête : jouer un rôle dans la résistance face à l'ennemi, envers et contre tout. Mais les deux soeurs auront bien des souffrances en commun : le manque de nourriture, les files interminables, les tensions croissantes, les perquisitions, les arrestations sur des dénonciations parfois erronées, les exécutions arbitraires, les rigueurs du climat et l'espoir qui s'amenuise aussi rapidement que les provisions dans les garde-mangers…

Je comprenais la position de Vianne sans approuver sa façon de traiter Isabelle. Je la trouvais très dure, voire même insensible aux ressentis de sa soeur. Cette dernière commet des erreurs et bien entendu, cela met parfois ses proches en danger dans une France occupée, mais elle fait preuve d'un courage incroyable, surtout pour son âge, et d'une détermination sans faille. Vianne se retrouve progressivement confrontée aux mêmes dilemmes qu'Isabelle, et bien que souvent séparées, elle commence à mieux la cerner. Et chaque fois qu'un chapitre nous ramène en 1995, on cherche les indices à la loupe pour parvenir à démasquer la narratrice. S'agit-il de Vianne ou d'Isabelle ? S'il s'agit de l'une, qu'est-il arrivé à l'autre ?

Au fil des pages, l'ambiance se fait de plus en plus sombre et désespérée, on guette le calendrier à chaque nouveau chapitre qui débute comme pour implorer l'auteure de mettre un terme à toutes ces douleurs et ces injustices… mais le temps s'écoule au ralenti et la guerre continue. Ce roman m'a complètement chamboulée. Au-delà même de ce que j'avais ressenti avec « Nos étoiles contraires ». Quand est arrivé le temps du dénouement, les larmes ont coulé pendant des chapitres au point de gêner la lecture. La boule dans la gorge, j'ai poursuivi et redouté le pire tout en continuant d'espérer.

Kristin Hannah nous démontre ses talents d'écrivain à travers l'histoire de ces deux soeurs que tout opposait et qui vont petit à petit se retrouver dans l'adversité. Si l'on met quelques secondes de côté le contexte, « le Chant du Rossignol » est une formidable ode à la vie, à l'amour et à la famille. Il dévoile au grand jour le rôle souvent méconnu des femmes dans la Seconde Guerre Mondiale. Parmi nous, il y a de potentiels collaborateurs, des idéalistes, des survivants qui se taisent pour préserver le peu qu'ils possèdent encore. Il est impossible de savoir qui endossera tel ou tel rôle avant d'être directement confrontés à un drame de cette ampleur. J'espère de tout mon coeur ne jamais connaître ça mais si par malheur, cela devait arriver, je prie d'avoir la force de ces deux soeurs. Car même si elles ne l'ont pas exprimé de la même manière, leur courage reste incontestable.
Lien : https://dragonlyre.wordpress..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100


Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
1746 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre