AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Critiques sur La cage dorée, tome 1 : La vengeance d'une femme est do.. (91)
Classer par :   Date   Les plus appréciées  



Ajouter une critique
brinvilliers
  04 septembre 2019
Faye mène la vie parfaite avec son époux et sa fille Julienne. Son époux dirige une entreprise florissante, et Faye ne s'occupe que de sa fille. Son monde s'écroule lorsque son mari au lit avec une autre. Elle perd sa maison, sa famille et l'argent. Son amie Chris la recueille et arrive à la sortir de ce marasme. Faye décide de se venger et ce aussi au nom de toutes les femmes bafouées.
Sa vengeance sera terrible et se fera sous une forme que Jack ne verra pas venir.
Premier livre lu de Camilla Läckberg et nullement déçue.
Commenter  J’apprécie          150
rosacalifronia
  23 juin 2019
Je rallie la critique d'Iris29 qui résume non seulement le roman à la perfection, et qui traduit ma grande déception également. On a vanté les mérites de ce thriller féministe, mais je ne comprends toujours pas les raisons de cette vantardise à vrai dire. L'héroïne se venge de son ex-mari en continuant à se soumettre sexuellement à lui. Doit-on se figurer qu'une femme émancipée, libre, doive en passer par une sexualité débridée? Je n'insinue pas que la pudibonderie soit la solution, loin de là, mais le trash et la violence sexuelle ne correspondent pas à des critères de féminisme que l'on associe trop souvent à un caractère agressif. Et c'est sans parler des rebondissements financiers de cette "desperate housewive" qui tire son épingle du jeu en rencontrant miraculeusement pléthore de femmes riches assoiffées de vengeance... Je ne lirai pas le second volet.
Commenter  J’apprécie          140
CaroGalmard
  27 juillet 2019
On m'en avait dit grand bien de cette auteure. Alors je m'attendais à du haut niveau.
Au lieu d'un Hitchcock, c'est une histoire digne de ces téléfilms qui meublent les mornes après-midi.
La psychologie des personnages semble assez improbable, avec une Bridget Jones mariée, éteinte et soumise qui se transforme soudain en cousine de Sharon Stone dans Basic Instinct.
Dans la famille poncif, nous avons aussi la super copine qui se fiche du qu'en dira-t-on et qui est toujours là quand l'héroïne a besoin d"un coup de main ; la fausse bonne copine, parfaite dans son role de plante verte, qui compare les calories de sa salade avec celles engouffrées par l'héroïne avant que celle-ci ne se révolte.
Je vous épargne la fin : abracadabrante.
Ah j'oubliais : il y a du sexe aussi. C'est bien, ça fait vendre. Enfin il paraît.
De mon côté il va falloir me trouver de sacrés bons arguments pour que j'ouvre un second livre de cette auteure.

Alors, faut-il le lire ? Oui mais uniquement si vous êtes sur une île déserte et que c'est le seul livre que vous avez sous la main.
Bon courage.


+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
LecturesGourmandes
  12 avril 2019
C'était un réel plaisir de retrouver la plume et l'univers de Camilla (avec encore une fois une traduction plus que maîtrisée de la part de Rémi Cassaigne) ! Comme à la découverte d'une série, j'ai pris le temps de rencontrer et de m'habituer à Faye, ce nouveau personnage, cette nouvelle héroïne que j'ai commencé par détester (gentiment) et que j'ai fini par adorer ! Rien à voir avec le cadre idyllique de Fjällbacka, le petit couple suédois que forment Erica et Patrick, ni la multitude de meurtres qui viennent bousculer ce havre de paix. Cette fois, l'autrice nous emmène au coeur de Stockholm pour un tout autre voyage, et pas n'importe lequel…

Il y a, comme souvent dans les romans de Camilla, une place à l'actuel : faits sociétaux, moraux, politiques… Et dans ce schéma, La cage dorée suit clairement et ouvertement la vague #metoo en tournant les projecteurs vers Faye. On découvre son passé, ses secrets, ses blessures. On la voit se « réveiller », se rappeler, et agir…

Alors, si vous voulez du girl power, de la vengeance, du sans pitié, et une héroïne ambitieuse qui ne laisse personne en travers de son chemin ; le tout baigné dans un Stockholm de la haute où argent et faux semblant sont les maîtres mots : le nouveau roman de cette reine du polar suédois est fait pour vous !

Un renouveau de la part de Camilla Läckerg qui m'a tout de suite séduite, que je ne peux qu'adopter et vous conseiller tant le style et le rythme du roman m'ont entraînée du début à la fin de ma lecture.

Vous l'aurez compris, La cage dorée est un de mes nouveaux coups de coeur, signé Camilla Läckerg !
Lien : https://lecturesgourmandeswe..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
Steph_K
  01 septembre 2019
De caractère fort et déterminé, Faye a surmonté une enfance violente et entrepris de brillante études. Mais par amour pour Jack, elle les abandonne, devient femme et mère au foyer, régulièrement humiliée, culpabilisée et trompée. L'auteure abandonne ici le mode du roman policier qui a fait sa gloire pour se lancer dans une histoire sociétale sur la condition féminine sur fond de lutte économique. Sans grande finesse, elle aligne les clichés: hommes pervers narcissiques ou objets, femmes soumises ou manipulatrices. Dommage, elle nous avait habitués à mieux.
Commenter  J’apprécie          100
meknes56
  21 octobre 2019
Peut on être déçu, désillusionné et frustré par une de ses autrices préférées. Et bien ,oui. ..Quelle mouche à piquer Camilla Läckberg en nous présentant ce livre avec dès les premières pages une scène torride et pornographique. Voila un personnage féminin qui ne m'a pas vraiment plu et qui accepte beaucoup de son mari, de son homme jusqu'à perdre de sa personnalité. Certes, je suis au courant de ses femmes soumises à leurs maris, certes cette situation est plus que répandu -à mon grand regret- mais dans le cas du livrer l'auteur nous parle d'un battante, d'une femme forte et tout ce que nous voyons dans les soixante premières pages est une femme humiliée, vaincue..Bref, je ne suis pas allé plus loin que la page 50.
le sujet aurait pu être traitée d'une autre façon, dans un autre style . Je n'ai vraiment pas retrouvé l'élégance et la fluidité d'écriture de cette auteure suédoise. Si "Cyanure" - l'auteur a droit de changer de direction- ne m'avait pas posé de gros problème, ce dernier roman de Lâckberg est pour moi une catastrophe, une calamité.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
fanfan50
  14 octobre 2019
C'est le premier livre lu de cette écrivaine suédoise. Vite lu et vite oublié. Je n'ai pas aimé la façon dont elle parle des hommes suédois. C'est très virulent mais bien excessif. La première page du roman m'a agressée : « votre ex-mari Jack a tué votre fille ». Bien sûr, j'ai voulu continuer ma lecture pour en savoir plus mais la vie de Faye m'a déplu. Je ne dévoilerai pas l'astuce de la romancière pour nous faire croire ce qui n'a pas eu lieu mais, c'est trop simple et difficile à croire que Jack ait pu tomber dans le panneau. Un roman bling-bling qui ne fait pas partie de ceux que j'affectionne.
Commenter  J’apprécie          71
Brijoudu93
  26 avril 2019
en fait je n'ai apprécié (et encore) que les 80 dernières pages
qui parlent vraiment de la vengeance (très élaborée au demeurant) de l'héroïne
auparavant les scènes de sexe avec force détails m'ont paru vraiment fort peu intéressantes (et je vous promets que je ne suis ABSOLUMENT pas prude lol) et n'apportant vraiment rien à l'histoire
je me suis demandé tout au long de ma lecture si je lisais vraiment du Läckberg
une immense déception pour moi
J'ai lu des critiques dythirambiques
de gens qui s'enthousiasmaient du sens critique et dans l'air du temps de Mme Lâckberg (balance ton porc, etc .........) pourquoi pas ?
j'ai la décence d'admettre que je ne détiens pas la vérité mais j'ose dire que ce livre ne m'a pas plu pourtant je l'ai lu très vite (en à peine trois jours)
franchement Camilla Lâckberg m'a habitué mieux
Commenter  J’apprécie          71
LesReveriesdIsis
  18 avril 2019
Ce nouveau Camilla Läckerg était plus qu'attendu chez moi, la preuve : deux exemplaires ont rejoint la famille dès le jour de sa sortie. Ni ma mère, ni moi n'étions prête à attendre que l'autre le termine…

La Cage dorée est un nouvel opus, un page blanche pour l'autrice, pas d'Ericka ou de Patrick Hedström, mais un environnement connu : Fjällbacka, Stockholm, la Suède. Faye est une jeune femme de la haute société, mariée à un magnat de la finance, elle savoure une vie luxueuse, oisive, jusqu'au jour où tout s'écroule. Humiliée, répudiée, foulée aux pieds, Faye devra se relever, renaître de ses cendres et renouer aussi avec un passé terrible qui l'a façonnée. La vengeance est implacable.

Autant le dire tout de suite, le début de ce roman est déroutant. Je me suis habituée à Ericka, à son caractère, à sa manière d'agir et découvrir Faye a été un saut vers l'inconnu. La langue et la plume de l'autrice se sont modifiées, infléchies pour façonner un nouvel être, une femme différente, avec ses failles et ses forces. La parole se fait plus crue, plus verte, la sexualité plus brutale et crue aussi. le vernis policé, la métaphore, le voile pudique, rien de tout cela ne se trouve dans ce roman. Et certains personnages, comme Chris n'ont rien à envier aux personnages de Sex and the City. J'ai presque eu peur de détester au début, c'est vous dire… Dans la première partie, Faye est plus mondaine, plus superficielle que ne l'était la précédente héroïne, plus effacée aussi, étonnamment. Et certaines scènes de sexe m'ont dérangée, quelques unes placées au début de l'oeuvre, tout particulièrement. C'est donc avec appréhension que j'ai plongé dans le roman. Et, peu à peu, je me suis laissée embarquer, emportée par la vague des événements, les pages ont fondu entre mes doigts comme neige au soleil, si bien que j'ai lu l'intégralité du roman en une journée, presque sans m'en rendre compte !

Ce récit est particulièrement structuré et rythmé. du monde présent de Faye, deux axes se détachent, comme deux pans dans une vie : illusions et espoirs / désillusions et reconstruction. Et voilà bien le parcours qui l'attend. Nous avons donc deux Faye qui apparaissent également, si bien que l'ambiance et la cadence du livre se modifient imperceptiblement pour notre plus grand plaisir. Et comme toujours chez l'autrice, le récit oscille entre passé et présent : certains chapitres entrecoupent l'histoire et nous présentent l'héroïne, enfant, par touches, bribes d'un passé que nous devinons terrible et que nous n'appréhendons pleinement qu'à la toute fin. Cela permet d'entretenir le suspense, à la fois concernant l'avenir de Faye, mais aussi concernant son passé et les cicatrices qui font d'elle ce qu'elle est. Je dois avouer que je suis tout particulièrement fan de ce montage romanesque.

Avec un peu de recul sur l'oeuvre et passé la surprise de découvrir cet univers nouveau, j'ai adoré le personnage de Chris. Femme forte, entière, sans filtre, indépendante et libre, elle vit sans se soucier des contraintes, elle dit les choses sans détour, simplement et sans se soucier des pots cassées. Si elle est moins policée, elle est pour autant l'une des femmes les plus vraies de ce roman. Amie au soutien sans faille, d'une lucidité sans borne et d'un amour intangible, elle est le roc que nous souhaiterions toutes avoir en amitié. Son destin m'a émue aux larmes, signe que je me suis totalement immergée dans l'oeuvre.

Faye bien entendu est la pierre angulaire du roman, associé à Jack son mari. Jack, l'homme détestable, le mari égocentrique, imbu de lui-même, méprisant et finalement méprisable. Il s'est attiré en un temps record mes foudres! de même, j'ai très vite eu envie de secouer Faye, qu'elle prenne conscience de tout ce qu'elle acceptait, de ce qu'elle était face à cet homme. Finalement, elle n'était plus que la femme de Jack, elle avait renoncé à son individualité, à tout ce que faisait d'elle ce qu'elle est pour un mirage, pour une illusion scintillante. Je l'ai vue avec désespoir s'humilier, s'avilir, puis j'ai jubilé de la voir renaître de ses cendres, immoler sa cage dorée et faire table rase du passé pour renouer avec son vrai Moi, un Moi parfois glaçant à la détermination froide. J'ai aimé la femme implacable, forte, puissante qu'elle est redevenue sous nos yeux. Alors, oui, sa manière d'agir dépasse bien souvent le cadre de la morale, de l'éthique et de l'acceptable, mais quelle jubilation de la voir faire ce que nous nous interdirions en pareil cas, de la voir balayer ses ennemis, et, dans une conquête rageuse en écraser certains, tout en en aidant d'autres à s'émanciper! Nous assistons à une reconquête de soi, poussée ici à son paroxysme, et nous renouons avec la violence des passions du théâtre classique, sorte d'hybris libératrice. Faye est donc un personnage réellement intéressant. Elle cristallise à elle seule des siècles d'une féminité soumise à l'époux, des siècles de préjugés selon lesquels il faut plier le cou avec humilité face à l'adversité et accepter la défaite avec résignation, sans faire de vague. Elle symbolise aussi la revanche triomphante, douloureuse certes, mais éclatante. Il s'agit là d'une femme d'une vraie complexité et le plaisir de lire est intrinsèquement lié à son évolution et aux révélations sur son passé. Vous l'aurez compris, je me suis beaucoup attachée à elle, et, même si je suis la première à reconnaître que la voie choisie est discutable, j'ai trinqué à sa réussite.

de la chute, je ne dirai pas grand chose sinon qu'elle est savoureuse, et que, même si j'avais pressenti quelques éléments, elle m'a réjouie.

Ainsi, La Cage dorée ouvre la voie à une autre écriture, une autre plume chez Camilla Läckberg, un renouveau déroutant et passionnant, de nouveaux codes à intégrer, de nouvelles personnalités à aimer, et pour ma part, je suis conquise. C'est un roman différent mais jubilatoire et délectable, une gourmandise aux saveurs inédites dont je redemande.
Lien : https://lesreveriesdisis.com..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Cemoicricri
  20 juin 2019
Peut-être consciente que sa série « Erica Falck » tournait à la recette de cuisine, c'est du moins mon avis, Camilla Läckberg introduit une nouvelle héroïne avec une nouvelle série (deux opus sont prévus, ai-je lu). Je me suis laissé tenter et ai téléchargé ce roman policier (gratuitement heureusement grâce aux bibliothèques de la Ville de Paris). J'ai été très déçue par l'intrigue grotesque et les personnages caricaturaux, dignes d'un mauvais roman de gare, et écoeurée par l'opportunisme de l'auteur qui, bien qu'elle s'en défende dans ses interviews, surfe sans vergogne sur la vague #Metoo.
Commenter  J’apprécie          60


Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Camilla Läckberg, biographie

En quelle année est née Camilla Läckberg ?

1972
1973
1974
1975

10 questions
69 lecteurs ont répondu
Thème : Camilla LäckbergCréer un quiz sur ce livre
.. ..