AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
Erica Falck et Patrik Hedström tome 1 sur 10

Lena Grumbach (Traducteur)Marc de Gouvenain (Traducteur)
EAN : 9782742775477
381 pages
Actes Sud (30/04/2008)
  Existe en édition audio
3.85/5   6588 notes
Résumé :
Erica Falck, trente-cinq ans, auteure de biographies installée dans une petite ville paisible de la côte ouest suédoise, découvre le cadavre aux poignets tailladés d'une amie d'enfance, Alexandra Wijkner, nue dans une baignoire d'eau gelée.

Impliquée malgré elle dans l'enquête (à moins qu'une certaine tendance naturelle à fouiller la vie des autres ne soit ici à l'œuvre), Erica se convainc très vite qu'il ne s'agit pas d'un suicide. Sur ce point - et ... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (557) Voir plus Ajouter une critique
3,85

sur 6588 notes
caro64
  17 août 2012
Voilà, j'ai enfin lu un Lackberg... et je dois dire que je suis très déçue. Je ne comprends vraiment pas l'engouement pour ce livre, pour cet auteur…
Un village sans histoire au bord de la mer, en Suède. Les jours tranquilles passent : le voisin observe le voisin, les ragots circulent et les secrets de familles se cachent sous les façades des maisons honorables. Erica Falck y séjourne seule dans la maison de ses parents récemment décédés. Elle écrit des biographies d'écrivains et rêve de vivre dans ce lieu plein de souvenirs. Elle assiste par hasard à la découverte du cadavre de sa meilleure amie d'enfance, Alex Wijkner , les poignets tailladés dans sa baignoire. Contre sa volonté, la jeune femme se retrouve mêlée à l'histoire, quand la mère d'Alex lui demande d'écrire la nécrologie et lui affirme qu'elle ne croit pas qu'Alex se soit suicidée. Hypothèse rapidement confirmée par l'autopsie. Alors, qui a bien pu tuer Alexandra Wijkner, et pourquoi ? Parce qu'elle ne peut se résoudre à rester en dehors de l'affaire, Erica commence à enquêter, tout en discrétion. Elle va observer la petite communauté et révéler des secrets vieux de 25 ans à l'origine de bien des souffrances. Qu'est il arrivé à Alex quand elle était adolescente ? Pourquoi a-t-elle déménagé sans dire au revoir à son amie Erica ? Quels liens relient la famille la plus bourgeoise de la ville à celle d'Alex ? Tout en menant cette enquête, Erica va devoir affronter ses problèmes personnels avec sa propre famille et sortir de la solitude dans laquelle elle s'était cloîtrée pour mieux se protéger.
Encore un roman sur les secrets de famille ? Et bien oui… et pas des meilleurs, loin de là ! le style (ou la traduction) est très lourd et maladroit. Les personnages sont trop stéréotypés. Difficile de s'y attacher. Même pas à l'héroïne, Erica, qui en mal d'amour, s'avère caricaturale à souhait. En voulant se la jouer " Bridget Jones " la Suédoise ne réussit qu'à gâcher le rythme du récit en y insérant des passages mièvres et / ou maladroitement écrits. L'histoire d'amour centrale est pataude, voire carrément irritante lorsque l'auteur décide de nous raconter en cinq, six ou dix pages les atermoiements de ses personnages. A croire que Läckberg a voulu épaissir son ouvrage pour atteindre les 400 pages. Mal lui en a pris, car en 150 pages de moins, elle tenait là un roman noir épuré qui aurait pu séduire. Au lieu de ça, les bons moments ne font que mettre en valeur les longueurs agaçantes.
Et pourtant, malgré tout, je l'ai lu jusqu'au bout... parce que je voulais connaître l'identité du meurtrier, la fin de l'histoire. Soyons honnête, il est quand même pratiquement impossible de deviner le dénouement avant les dernières pages. Mais cela n'enlève rien à ma déception. La princesse des glaces est le premier volume d'une série de cinq enquêtes, celui-là me suffira…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          11413
AgatheDumaurier
  21 janvier 2017
Ah ! Ca c'est du bon nanar ! Avec des vrais morceaux d'anthologie dedans !
Avec le ton pénétré :
"J'ai lu le rapport sur l'incendie qui a tué vos parents. Vous aviez quel âge ? Neuf ans, dix ? Ca a dû être une épreuve difficile."
Sans blague !
Encore du lourd :
"Patrick vint se glisser derrière elle, l'entoura de ses bras et commença à lui faire des bisous dans la nuque.
-Tu es sexy, intelligente, fantastique au lit, mais surtout, et c'est le plus important de tout, tu es une excellente cuisinière. Qu'est-ce qu'un homme peut demander de plus..."
Oh ! J'ai toujours rêvé qu'un homme me dise ça ! Mais alors uniquement s'il a la tête de Bruce Springsteen, genre dans les années 80 -même s'il est resté très très beau. Pour pouvoir dire un truc comme ça, il faut être très très très beau, et silencieux le reste du temps...Ah mais je crois que Bruce dit des choses beaucoup plus jolies, pardon...
Je m'égare. Une intrigue, non pas inepte, mais pouh, d'un manque d'imagination...La meilleure amie d'Erica (Erica : cuisinière sexy, super coup, auteure, possédant une superbe maison sur la super côte de Suède, mais un peu dans la dèche quand même, trop triste, et pas de mec (enfin, au début...Trop de suspense avec Patriiiik, l'homme qui murmure à l'oreille des femmes de lui faire la pasta, là, tout de suite, sur la table de la cuisine, avec les oeufs de lump...))Ah, je m'égare encore. Bref, Alex, l'ancienne meilleure amie d'Erica-sexy, est retrouvée suicidée dans sa baignoire...Suicide, pas suicide ? La police (Patriiiiik) est sur les dents...Sur les dents, dans la cuisine, avec les oeufs de lump, Patriiiik...Je m'égare encore, c'est trop sexy, ce polar. Erica, entre deux repas, enquête plus ou moins seule, puis se retrouve...sur la même piste que la poliiiice, et donc Patriiiiiik....Trop bien. Bon, ben voilà. J'espère que vous avez tout compris.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          9826
Meps
  17 avril 2022
Les polars nordiques ont clairement la côte au XXIème siècle. Les auteurs islandais et suédois se montrent particulièrement en réussite, trustant les palmarès depuis la fin du XXème siècle, de Mankell à Larsson, en passant par Indridason. Les précurseurs ont vite été rejoint par des héritiers, et même des héritières, à l'image de Camilla Läckberg, dont le succès des aventures de ses héros Erica FalcK et Patrick Hedström ne se dément pas au fil des livres. Par le biais d'une lecture commune, me voilà donc lancé à la découverte des héros de Mme Läckberg.
Étant assez novice dans le genre puisque ma seule référence était le Millenium de Larsson, je m'attendais à un polar bien noir et glauque... et je me retrouve au départ dans un cosy mystery de petit port suédois ! Certaines mises en scène macabres et plusieurs révélations ramènent tout de même un peu de sordide dans tout cela, mais contrebalancé par un côté romance clairement assumé. On est un peu dans un patchwork littéraire où on a du mal à situer le style.
La volonté affichée de l'auteure (qui le confirme par son personnage principal Erica Falck, elle même écrivaine) de s'attacher particulièrement à la psychologie des personnages est à double tranchant. Cela ne peut évidemment que ralentir l'action et fera fuir certains adeptes du genre, mais l'aspect très fouillé est aussi intéressant, notamment dans le soin apporté aux détails même pour les personnages très secondaires. de simples témoins qui n'auront que peu d'importance dans l'histoire voient leurs vies pourtant abordées en profondeur. le projet de saga qui à ce que j'ai compris garde le même village pour cadre nous permettra sans doute de retrouver certains de ces protagonistes dans d'autres romans.
Côté style, c'est plutôt basique, parfois même carrément maladroit mais j'ai l'impression que cela est surtout dû à la traduction. La présence de deux traducteurs (une suédoise et un français) pourrait montrer que l'exercice fut difficile, un seul traducteur qui maîtrise parfaitement les deux langues me semble le plus souvent souhaitable, le "double filtre" amène peut-être un risque de dénaturation claire du style donc je ne me sens pas trop le droit de juger cet aspect. Après, merci sylvaine pour m'avoir précisé que les deux traducteurs ont collaboré souvent sur d'autres livres (notamment Millenium où je n'avais pas repéré autant de maladresses), l'hypothèse que j'avance semble avoir du plomb dans l'aile… mais je remarque aussi que ce n'est pas le même duo de traduction (Lena Grumbach reste, pas Marc de Gouvenain) qui officie ensuite sur les tomes suivants, à voir si ça change quelque chose à la lecture.
Si on excepte certains longs passages sur les interrogations amoureuses des personnages principaux qui m'ont semblé parfois ridicules, la narration se tient plutôt. L'utilisation d'ellipses, la rétention de certaines informations, les indices parsemés à la fois très clairement et discrètement permettent au lecteur de dénouer certains fils et le perdent sur certains autres. le lecteur est clairement invité dans l'enquête, les révélations peuvent être anticipées mais pas toujours aisément. Ce petit jeu entre les enquêteurs qui font patienter le lecteur sur les indices récoltés et les lecteurs avides de mieux comprendre est plutôt réussi, la filiation avec la reine Agatha peut être tracée, même si il faut garder le sens des proportions, l'élève est loin de dépasser le maître.
Finalement, le succès de Läckberg auprès du public tient peut-être au mélange des genres pour certains, mais je pense surtout à un objectif tenu de s'attacher à la psychologie des protagonistes plutôt qu'à une action à tout va et à un trop grand déballage macabre. La Suède à l'image si lisse à l'international montre en tout cas toutes les failles de sa société par l'intermédiaire de ses polars. Läckberg, comme Larsson d'une autre façon avec Millenium, nous fait pénétrer dans l'arrière boutique des histoires de famille, où tout est bien plus terne et sale que le clinquant de la vitrine des jolis blonds aux yeux bleus des clichés suédois.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          608
Ptitgateau
  08 août 2022
Je me suis dit qu'il y avait longtemps que je n'avais pas lu un roman de Camilla Läckberg, auteure qui ne m'a jamais déçue. Après avoir lu, dans le désordre, comme à mon habitude, le tailleur de pierres, la faiseuse d'anges, et l'enfant allemand de la série Erica Falk et Patrik Hedström, je me suis décidée à lire le premier : La princesse des glaces.
On entre dans ces romans sans difficulté, et j'ai tout de même pris conscience que si les romans pouvaient fort bien être lu dans le désordre, il est intéressant de suivre l'évolution des protagonistes. Dans le présent récit, on découvre une Erika Falk bien seule, et un Patrik qui se remet avec peine d'un divorce, puis on sent, on sait qu'un couple va se former, on découvre deux amoureux timides et, ce qui rend leur situation comique, chacun craint de déplaire, ils ont mutuellement peur de l'autre. Et puis… !
L'intrigue est vraiment intéressante, histoire d'un crime qui prend sa source dans le passé de la petite communauté que représente Fjällbacka où une jeune femme est retrouvée morte dans sa baignoire, les poignets tailladés, ce qui fera penser à une suicide. Les déclarations et les silences des personnes concernées, famille, amis, seront à l'origine de rebondissements comme on les aime, et notre enquêteur rencontrera bien des difficultés à faire évoluer ses recherches dans cette petite ville ou tout le monde semble se connaître.
Cette série promet d'excellents moments de lecture et je vais désormais la lire dans l'ordre des titres.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          621
marina53
  20 octobre 2012
Dans la petite ville balnéaire de Fjällbacka, en plein hiver, une jeune femme est retrouvée morte dans sa baignoire gelée. Suicide ou meurtre ? Erica, l'amie d'enfance de la victime tente d'y voir plus clair. Avec Patrick Hedström, un ami qui travaille sur l'enquête au commissariat, ils cherchent dans la petite communauté de Fjällbacka, l'auteur du meurtre.
Tout d'abord attirée par la première de couverture dont Actes Sud a si bien le secret, j'ai été très agréablement surprise par ce polar.
L'intrigue est bien menée, développant le mystère au fil des pages et dévoilant les clés de l'intrigue au compte-goutte, de façon à conserver une part de surprise jusqu'à la toute fin. Les personnages principaux sont sympathiques, leurs relations simples et bien décrites, et les personnages secondaires sont suffisamment développés pour leur donner une consistance dans l'histoire. le décor, un petit village en bord de mer, apporte un aspect légèrement intimiste qui ajoute du charme à l'ensemble.
Un agréable moment de lecture passé en la compagnie d'Erica, dont on a envie de suivre les aventures.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          622


critiques presse (1)
BoDoi   06 mars 2014
Bocquet et Bischoff n’ont pas encore beaucoup de lignes dans leur bibliographie, mais cette adaptation marque sans aucun doute un tournant dans leur jeune carrière (ils devraient transposer deux autres romans de Läckberg) et une nouvelle éclosion artistique.
Lire la critique sur le site : BoDoi
Citations et extraits (172) Voir plus Ajouter une citation
Myrtille88
Myrtille88  
Les mères, toujours les mêmes, vous savez. C’est ça, leur boulot, pensez du bien de leurs enfants. (p. 360)
Commenter  J’apprécie          10
Orchyd
Orchyd  
Le pire n'était pas les coups cependant. C'était de vivre dans l'ombre des coups, d'attendre la fois suivante, le poing suivant. Et le plus cruel était qu'il le savait très bien et qu'il jouait avec sa peur. Il levait la main pour frapper, puis laissait le coup se transformer en caresse et en sourire. Parfois il la frappait sans la moindre raison apparente. Comme ça, des coups venus de nulle part. Non pas qu'il ait eu des raisons pour le faire en général, mais au milieu d'une discussion sur les courses à faire, ou sur le programme télé qu'ils regardaient, son poing pouvait partir subitement et l'atteindre au ventre, à la tête, dans le dos ou n'importe où selon son bon vouloir. Ensuite sans perdre le fil un seul instant il était capable de poursuivre le fil de la conversation comme si de rien n'était, tandis qu'elle, par terre, essayait de retrouver sa respiration. C'était le pouvoir qui le faisait jouir.
Commenter  J’apprécie          490
evanna
evanna  
Arrivé dans le séjour, il s'arrêta net. Partout, sur la moindre surface disponible, des pères Noël avaient été posés. Des grands, des petits, des vieux, des jeunes, des pères Noël clignotants et des pères Noël gris. Il eut l'impression que son cerveau passait à la vitesse supérieure pour arriver à gérer tout ce qu'il voyait. Il se rendit compte qu'il avait la bouche grande ouverte, et fit un gros effort pour la refermer.
- Qu'est-ce qu'il en pense, notre petit monsieur ? Joli, non ?
- Oui, absolument, c'est fantastique.
Inquiet, il regarda Mme Petrén pour voir si elle sentait que ses mots et la manière dont il les disait ne s'accordaient pas tout-à-fait. A sa grande surprise, elle afficha un sourire espiègle qui fit scintiller ses yeux.
- Ne t'en fais pas. Je comprends très bien que ça ne te plaise pas forcément, mais avec l'âge, on a certaines obligations, vois-tu.
- Des obligations ?
- Les gens s'attendent à ce qu'on ait quelque grain de folie, pour être intéressante. Sinon, on n'est qu'une petite vieille lugubre, et ça, je ne veux pas en entendre parler, vois-tu.
- Mais, pourquoi des pères Noël ?
Mme Petrén lui expliqua comme si elle parlait à un enfant.
- Tu vois, ce qui est bien avec les pères Noël, c'est qu'on n'a besoin de s'en occuper qu'une fois par an. Le reste de l'année, je peux garder ma maison sans la moindre babiole, c'est aussi simple que ça, tu comprends. Et pour une pauvre vieille comme moi qui à part ça n'a pas tellement de visites, c'est une bénédiction d'avoir tous ces petits qui viennent sonner à ma porte pour voir les pères Noël.
-Mais vous les gardez en place combien de temps, madame Pétrén, nous sommes en février maintenant.
- Ben, je commence à les installer en octobre et je les enlève en avril. Mais notre petit monsieur doit comprendre qu'il me faut bien une semaine ou deux pour les installer et la même chose pour les enlever....
-Vous avez combien de pères Noël ici, madame Petrén ?
La réponse fusa, rapide et vive.
- Mille quatre cent quarante-trois, non pardon, mille quatre cent quarante-deux, j'en ai cassé un hier. Un des plus beaux d'ailleurs, dit Mme Petrén, l'air désolé. (p.194, ed. Babel noir)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
Seraphita
Seraphita  
Les accusations, les mots durs, les injures, rien ne pouvait l’atteindre. Qu’est-ce que c’était, quelques heures d’insultes comparées à des années de culpabilité ? Qu’est-ce que c’était, quelques heures d’insultes comparées à une vie sans sa princesse des glaces ?
Commenter  J’apprécie          600
micky05
micky05  
2
Il prit doucement une mèche de ses cheveux et la réchauffa entre ses doigts. De petits cristaux de glace fondirent et mouillèrent ses paumes. Doucement il lécha l'eau.
Il appuya la joue contre le bord de la baignoire et sentit le froid mordre sa peau. Elle était si belle. Flottant ainsi, sur la couche de glace.
Le lien entre eux était toujours là. Rien n'avait changé. Rien n'était différent. Deux êtres de la même espèce.
Il eut du mal à retourner la main pour ensuite placer leurs paumes l'une contre l'autre. Il entremêla ses doigts aux siens. Le sang était sec et figé, et de petits fragments vinrent se coller sur sa peau.
Le temps n'avait jamais eu d'importance quand il était avec elle. Les années, les jours ou les semaines finissaient par former une bouillasse informe où la seule chose qui comptait était ceci. Sa main à elle contre sa main à lui.
Voilà pourquoi la trahison était si douloureuse. Elle avait rendu son importance au temps. Par conséquent le sang ne coulerait plus jamais chaud dans ses poignets.
Avant de partir, il força doucement la main à reprendre sa position initiale.
Il ne se retourna pas.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110

Videos de Camilla Läckberg (26) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Camilla Läckberg
Tant d'émotions partagés entre les fans et les artistes en ce mois de mai : la fougue de Peter Doherty, la beauté d'Archive, la bienveillance de Guillaume Musso, le charisme de Danièle Thompson, la douceur de Vendredi sur Mer, l'énergie d'Hervé ou encore la bonne humeur de Camilla Läckberg, on aura tout eu, quel bonheur !
Toute la programmation culturelle dans votre Fnac : https://www.fnac.com/Les-evenements-magasin/cl31/w-4
Ça s'est passé à la Fnac, chaque mois en intégralité sur notre chaîne : https://www.youtube.com/playlist?list=PLiecdOYPtnueHNK22HZL7j4Ad0XeMxr74
Retrouvez-nous sur Facebook : https://fr-fr.facebook.com/Fnac Instagram @fnac_officiel : https://www.instagram.com/fnac_officiel Twitter @fnac : https://twitter.com/fnac
+ Lire la suite
autres livres classés : romans policiers et polarsVoir plus
Notre sélection Polar et thriller Voir plus





Quiz Voir plus

La princesse des Glaces - Camilla Läckberg

Dans quelle ville se déroule ce récit ?

Stockholm
Fjällräven
Göteborg
Fjällbacka

10 questions
87 lecteurs ont répondu
Thème : La Princesse des glaces de Camilla LäckbergCréer un quiz sur ce livre