AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
Erica Falck et Patrik Hedström tome 6 sur 10
EAN : 9782330011628
416 pages
Actes Sud (06/06/2012)
  Existe en édition audio
3.96/5   2651 notes
Résumé :
Un homme a mystérieusement disparu à Fjällbacka. Toutes les recherches lancées au commissariat de Tanumshede par Patrik Hedström et ses collègues s'avèrent vaines. Impossible de dire s'il est mort, s'il a été enlevé ou s'il s'est volontairement volatilisé.
L'affaire se complique lorsque la police découvre que l'une des proches connaissances de la victime, l'écrivain Christian Thydell, reçoit des lettres de menace depuis plus d'un an. Lui ne les a jamais prise... >Voir plus
Que lire après La SirèneVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (217) Voir plus Ajouter une critique
3,96

sur 2651 notes
J'étais une grande fan de la série des polars de Fjällbacka... jusqu'à ce que je discute avec une copine qui trouve Erica Falck complètement niaise. Apparemment, elle m'a refilé le virus, parce que j'ai été bien agacée par les tentatives d'Erica d'attendrir son mari quand elle fait des boulettes en rapport avec l'enquête en ''prenant l'air adorable'', par les 36 références au fait qu'elle soit trop grosse pour se lever (c'est bon, on a compris qu'elle est enceinte de jumeaux !) ou par les scènes de gavages avec sa soeur (pourtant je suis gourmande !). Bref, je ne sais pas si Camilla Läckberg a forcé le trait dans la personnalité normale/gnangnan d'Erica ou si la discussion mentionnée ci-dessus m'a ouvert les yeux dessus. Mais le résultat est là : autant j'ai accroché avec le personnage d'Erica dans les tomes précédents, autant là ben non.

Idem d'ailleurs dans une moindre mesure pour Patrick, que j'ai trouvé un peu lent à la détente et vraiment pas efficace dans ses relations avec les témoins ou dans l'enquête. Sans parler de Mellberg à la bêtise abyssale dont l'incompétence s'aggrave à chaque épisode. Honnêtement, il était suffisamment con au début, pas la peine d'en rajouter à chaque fois, ça devient énervant.

En revanche, l'intrigue est à mes yeux tout à fait à la hauteur, comme toujours : prenante, imprévisible et bien construite. Les personnages de Christian, Kenneth, Erik, Louise, Cia et Sanna sont crédibles et complexes, ça sonne juste. On comprend assez vite de quoi il retourne, mais on garde toujours un petit doute qui fait qu'on avale les pages jusqu'à la fin. Comme dit dans un autre commentaire, les thèmes abordés sont nombreux, intéressants et riches : maltraitance, difficultés de couple, cancer, maladie mentale... L'alternance des points de vues fonctionne bien. Au final donc une lecture passionnante et agréable (si on fait abstraction des personnages principaux trop caricaturaux à mon sens)
Commenter  J’apprécie          8510
La Sirène plonge dans les eaux troubles de la schizophrénie avec une intrigue qui, bien que prometteuse et habilement construite, ne m'a finalement pas enthousiasmée. Ecriture paresseuse, personnages caricaturaux, dénouement tiré par les cheveux (de la sirène, qui les a semble-t-il fort longs), sans compter ces dernières lignes exaspérantes genre « la suite au prochain numéro… », m'ont laissée sur un sentiment d'irritation confuse.

Pas évident pour l'éditeur de continuer à surfer sur la vague des Millenium au caractère si bien… trempé. On en est loin, La Sirène est peut-être bonne pour la plongée mais pour le surf c'est pas gagné.



Lien : HTTP://MINIMALYKS.TUMBLR.COM/
Commenter  J’apprécie          619
Un homme a mystérieusement disparu à Fjällbacka. Toutes les recherches lancées au commissariat de Tanumshede par Patrik Hedström et ses collègues s'avèrent vaines. Impossible de dire s'il est mort, s'il a été enlevé ou s'il s'est volontairement volatilisé...

Ce sixième tome des enquêtes d'Erica Falck et Patrik Hedström est sans conteste celui qui m'a le plus marquée jusqu'à présent.

Même si la trame est comme souvent assez évidente et que j'avais plus ou moins deviné le dénouement assez rapidement, l'autrice Camilla Läckberg nous balade quand même pas mal et le suspense et la tension sont très présents.

J'ai eu beaucoup de mal à refermer le livre à la fin de chaque moment de lecture, et j'y repensais encore longtemps après. Ce qui correspond pour moi à une vraie réussite.
Commenter  J’apprécie          386
Sixième opus, le dernier paru en France à ce jour, donc spoilers probables sur les précédents volumes, mais je ne dévoile rien de celui-ci !

Vous vous souvenez de Christian ? Un bibliothécaire de Fjällbacka qui écrivait un livre, dans le précédent épisode ? le revoilà, à l'heure de la parution de son ouvrage 'La Sirène'. Alors qu'il devrait être fier, soulagé, l'auteur est anxieux. La dépresion "post-partum" de l'écrivain ? Peut-être, mais ce sont surtout des lettres anonymes qui le poursuivent partout et le perturbent. Des menaces de châtiment laissent entrevoir un passé trouble. Tandis qu'Erica, enceinte jusqu'aux oreilles, essaie de résoudre discrètement le mystère, Patrik et son équipe enquêtent sur la disparition d'un homme.

Une intrigue d'emblée captivante. Comme dans les précédents opus de la série, on change de décor et de personnages à chaque paragraphe sans être trop longtemps dans le flou, et les chapitres alternent avec une voix off - ici celle d'un enfant visiblement en souffrance morale dans sa famille. A nouveau des thématiques sombres ou crispantes, à tout le moins : enfance traumatisante, épuisement des parents de bébés, adultère, couple en crise, cancer... et d'autres sujets à découvrir au fil de la lecture.

Pas le meilleur pour moi, mon préféré reste le 5e : 'L'enfant allemand', notamment pour la trame historique. Mais un régal de lecture malgré tout !

Les bémols : les scènes neuneus entre les frangines (ouf, elles sont rares), et la nullité professionnelle de Mellberg ainsi que la profondeur de sa bêtise, totalement caricaturales. Et quelques réserves sur la fin.
Commenter  J’apprécie          290
C'est le 6ème volet de la série Erica Falck et Patrick Hedström. Je doit dire qu'il est excellent.
Comme à son habitude, Camilla Läckberg démarre son récit lentement, ce qui permet de poser les choses et de mettre en place les personnages. Pour ma part, j'aime bien cette façon d'écrire. Comme souvent également chez Camilla Läckberg, on alterne deux narrations, le déroulement de l'enquête et des retours dans le passé qui se distingue bien par une écriture en italique. Ce procédé permet d'alterner les points de vue et mieux appréhender l'origine des faits. C'est aussi une façon de mieux comprendre et bien rentrer dans la peau d'un des personnages clé de ce récit.
Dans ce récit Erica et Patrick, les personnages centraux, vont être confronté à des faits particulièrement durs. L'aspect psychologique de cette histoire est central. On a, à faire, à des secrets de familles, un passé lourd à assumer et ses conséquences graves. Les personnages sont très attachants et on rentre dans leur peau très facilement.
Une fois le 1er tiers du roman lu, les choses s'enchaînent et le récit devient passionnant. Plus on tourne les pages, plus on veut en savoir et la fin est une apothéose, très réussie.
L'auteur nous amène vers une histoire très noire qui nous pénètre et nous remue l'âme. Toute la noirceur humaine est ici mise à nue, on se prend une claque. C'est vraiment excellent.
Pour moi, c'est un des meilleurs de la série, ne passez pas à côté ce serait vraiment dommage. Vivement le tome 7 !!!!
Commenter  J’apprécie          290

Citations et extraits (62) Voir plus Ajouter une citation
Quelque chose s'agita en elle et sa main s'ouvrit comme mue par une volonté propre. Le verre éclata en mille morceaux sur le sol en marbre noir, également importé d'Italie. C'était une des nombreuses choses qu'Erik avait manifestement en commun avec ses parents : ce qui était suédois n'était jamais assez bien. Plus ça venait de loin, mieux c'était. Sauf si ça venait de Taïwan, bien sûr. Louise pouffa, alla prendre un autre verre. Elle enjamba les éclats par terre et se dirigea droit sur le Bag-in-Box. Erik n'avait que mépris pour son vin en cubi. Seul du vin à plusieurs centaines de couronnes la bouteille trouvait grâce à ses yeux. Il n'aurait jamais accepté de souiller ses papilles avec une piquette à deux cents couronnes les cinq litres. Parfois, par vacherie, elle le servait à Erik à son insu, à la place d'un des crus français ou sud-africains prétentieux sur lesquels il s'extasiait toujours en long et en large. Bizarrement, son petit vin de pays bon marché semblait être tout aussi raffiné puisqu'il ne notait jamais la différence.
Commenter  J’apprécie          120
Seul problème, il avait toujours été extrêmement secret et réservé. Ce matin elle d'était installée pour noter tout ce que Christian lui avait raconté sur son passé. Mais elle était restée avec le stylo à la main et une feuille blanche devant elle, réalisant qu'elle ne savait rien. Bien qu'ils aient passé de nombreuses heures ensemble à travailler sur son manuscrit, et bien qu'elle ait l'impression qu'ils étaient devenus proches, amis même, il n'avait jamais rien raconté. Ni d'où il venait, ni comment s'appelaient ses parents, ni ce qu'ils faisaient dans la vie. Elle ne savait pas où il avait fait ses études, s'il avait pratiqué un sport dans sa jeunesse, rien sur ses amis d'enfance ou s'il était resté en contact avec eux. Absolument rien.
Commenter  J’apprécie          120
Parfois, elle aurait voulu qu’il soit mort sous ses yeux. Qu’il ait eu un infarctus ou se soit fait écraser par une voiture. N’importe quoi, pourvu qu’elle sache et qu’elle puisse s’occuper de l’enterrement, de la succession et de tous les détails pratiques qui accompagnent un décès. Le deuil lui aurait d’abord fait mal, l’aurait consumée, pour s’estomper petit à petit et ne laisser qu’une sensation lourde de manque mêlée aux souvenirs joyeux.
Commenter  J’apprécie          140
Parfois, elle aurait voulu qu’il soit mort sous ses yeux. Qu’il ait eu un infarctus ou se soit fait écraser par une voiture. N’importe quoi, pourvu qu’elle sache et qu’elle puisse s’occuper de l’enterrement, de la succession et de tous les détails pratiques qui accompagnent un décès. Le deuil lui aurait d’abord fait mal, l’aurait consumée, pour s’estomper petit à petit et ne laisser qu’une sensation lourde de manque mêlée aux souvenirs joyeux.
Commenter  J’apprécie          140
- J'ai toujours trouvé que les cheveux, c'est complétement surfait. C'est beaucoup plus beau quand ça brille.
Il rit. Elle avait toujours eu le don de le faire rire. Qui allait faire ça maintenant ? Qui allait embrasser son caillou pelé et dire qu'elle remerciait Dieu d'avoir fait une piste d'atterrissage pour ses baisers ? Kenneth savait qu'il n'était pas l'homme le plus canon qui ait marché sur cette terre. Mais aux yeux de Lisbeth, il l'avait toujours été.
Commenter  J’apprécie          130

Videos de Camilla Läckberg (26) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Camilla Läckberg
Tant d'émotions partagés entre les fans et les artistes en ce mois de mai : la fougue de Peter Doherty, la beauté d'Archive, la bienveillance de Guillaume Musso, le charisme de Danièle Thompson, la douceur de Vendredi sur Mer, l'énergie d'Hervé ou encore la bonne humeur de Camilla Läckberg, on aura tout eu, quel bonheur !
Toute la programmation culturelle dans votre Fnac : https://www.fnac.com/Les-evenements-magasin/cl31/w-4
Ça s'est passé à la Fnac, chaque mois en intégralité sur notre chaîne : https://www.youtube.com/playlist?list=PLiecdOYPtnueHNK22HZL7j4Ad0XeMxr74
Retrouvez-nous sur Facebook : https://fr-fr.facebook.com/Fnac Instagram @fnac_officiel : https://www.instagram.com/fnac_officiel Twitter @fnac : https://twitter.com/fnac
+ Lire la suite
autres livres classés : romans policiers et polarsVoir plus
Les plus populaires : Polar et thriller Voir plus


Lecteurs (9293) Voir plus



Quiz Voir plus

Camilla Läckberg, biographie

En quelle année est née Camilla Läckberg ?

1972
1973
1974
1975

10 questions
108 lecteurs ont répondu
Thème : Camilla LäckbergCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..