AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Critiques sur Les gens heureux lisent et boivent du café (926)
Classer par :   Date   Les plus appréciées  



Ajouter une critique
carre
  08 août 2014
Et bien voilà un nouveau mystère total pour moi. Comment un livre aussi mal écrit, d'une lourdeur et d'une banalité rare a-t-il pu rencontrer un si large public ?
Le sujet ? Parlons-en. Comment se reconstruire après un double deuil qui vous laisse dévasté ? non en faite pas grand-chose à espérer de ce côté-là. Ce n'est qu'un prétexte vite oublié en cours de route.
Un départ à l'étranger comme échappatoire pour se reconstruire dans la pluvieuse et herbeuse Irlande ? loupé là aussi. On notera le talent, non pardon le néant pour décrire la découverte de cet ailleurs.
Le coeur qui se remets à vibrer devant un irlandais rustre et roux ? (dans l'autre sens ça marche aussi). Encore raté.
Non, Agnès Martin-Lugand nous offre une bluette niaise, affligeante, accumulant dialogues et scénettes d'une rare pauvreté.
Même la description du pub du village est nulle. Patron, une Guinness, une vrai, j'ai besoin d'un sacré remontant.
Commenter  J’apprécie          37672
zabeth55
  02 novembre 2013
Malgré la couverture qui m'agace parce que trop ressemblante à celle de « Rien ne s'oppose à la nuit », et du coup me fait l'effet d'une publicité trop grossière pour le livre, il commence plutôt bien et je plonge facilement dans la lecture.
Diane perd son mari et sa fille dans un accident de voiture et sombre pendant plus d'un an. Elle décide de quitter Paris, son café littéraire et part en Irlande pour tenter de se ressaisir.
Jusque là, ça va. Mais à partir du moment où elle rencontre son voisin irlandais, ça devient du grand n'importe quoi. Surtout au niveau des dialogues. Pas beaucoup de finesse de style non plus. L'histoire n'est plus crédible et je me suis forcée pour aller jusqu'au bout. Sans trop de mal parce que ça se lit vite, mais en conclusion, ce livre est une déception vu le battage qui a été fait autour de lui.
Commenter  J’apprécie          1555
Kittiwake
  17 juin 2013
Très attirée par le titre, et confortée dans mes intuitions lorsque je découvre que c'est le nom d'un café littéraire, je crois vraiment avoir trouvé la pépite lorsque l'héroïne, Diane, une jeune veuve très éprouvée par la perte brutale de son mari et de sa fille fait sa valise pour l'Irlande en emportant une provision de bouquins. Jusque là, belle promesse de joie littéraire.

Malheureusement , la lune de miel s'arrête là. L'exil tourne à la bluette. Les premiers contacts avec le voisin taciturne qui n'est pas sans rappeler Mr Rochester de Thornfield (tiens! il s'appelle aussi Edward) voire le caractériel Heathcliff. Aussi têtu et irrésolu que ces deux là; quant aux à notre héroïne, la confrontation avec sa rivale tourne au pugilat. Les paysages de ce pays mythique ne sont que très peu évoqués et diane n'a pas ouvert un seul bouquin, du moins en présence du lecteur

Un bon début, très prometteur, qui m'a laissée sur le rivage.
Commenter  J’apprécie          1068
cicou45
  03 janvier 2016
En fait, pour tout vous avouer, cela fait un petit moment que j'avais envie de lire cet ouvrage et pour une raison aussi puérile que celle de son titre. Je m'y reconnaissais entièrement et la couverture me laissait présumer que peut-être, m'y retrouverais-je un peu...mais alors pas du tout ! Quelle ne fut ma désillusion première lorsque je me risquais à lire la quatrième de couverture ! Je me disais que c'était impossible, qu'un tel livre ne pouvait pas traiter de sujets aussi dramatiques et bien si...Mais heureusement, je suis loin d'être déçue ! Ouf, j'avais tellement peur que ce livre que j'avais envie de découvrir depuis que je l'avais vu sur les étagères de ma librairie depuis sa sortie (sans pour autant oser le retourner comme je viens de le dire plus haut) ne réponde pas à mes attentes que je me suis laissée emporter par les bonnes grâces du Père Noël pour m'y aventurer.

Certes, il n'a absolument pas répondu à mes attentes dans le sens où il m'a amené sur des sentiers sur lesquels je ne m'imaginais absolument pas à m'aventurer mais j'avoue qu'il m'a agréablement surprise. Comme vous l'aurez compris, n'ayant pas moi-même subi les mêmes épreuves que Diane, l'héroïne, à savoir la perte d'un mari et d'un enfant, je ne me suis absolument pas, et ce, contre tout espoir, identifiée à celle-ci et et n'est encore moins trouvé des réponses auxquelles je m'attendais mais tant pis ! Je me suis néanmoins laissée attendrir par l'histoire de Diane, ai ressenti les mêmes émotions qu'elle lorsque l'on perd un être cher et que l'on en veut à la terre entière, ai retrouvé ces magnifiques paysages d'Irlande qui m'avaient fait tant vibré lors de l'un de mes voyages mais les comparaisons s'arrêtent là. Elle va, à sa manière, tenté de se reconstruire et de retrouver goût à le vie même si cela s'avère extrêmement douloureux. L'amour d'un homme pourra-t-il lui redonner confiance en elle ? L'exil est-il la meilleure solution pour tout oublier ? Certainement pas mais il est vrai qu'avec le temps, il peut être un remède pour aider les blessures à cicatriser l Oublier, non mais adoucir le remords et le chagrin, cela oui !

Un livre dans lequel on retrouve probablement pas mal de clichés, je vous le concède mais qui m'a séduite et je n'ai pas honte de l'avouer. Un livre qui se lit très rapidement et que je ne peux donc que voue recommander !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          1043
Aela
  20 août 2013
L'intrigue était bonne et alléchante: Diane est une jeune femme qui a perdu son mari et sa fille dans un accident de voiture.
Elle n'arrive pas à sortir de son deuil à tel point que son meilleur ami lui conseille de quitter provisoirement Paris pour faire un "break".
La voici en Irlande où elle va louer un cottage pour plusieurs mois dans l'espoir de se reconstruire et retrouver ensuite ses activités de gérante d'un café littéraire s'appelant "Les gens heureux lisent et boivent du café" d'où le titre du livre..
Donc sujet intéressant; "comment repartir après un deuil" "comment se reconstruire", tout cela dans un cadre à la beauté sauvage: l'Irlande..
Quelle déception!
Au bout de quelques pages on s'ennuie ferme tout semblant tellement "convenu" dans ce livre: les personnages sont ennuyeux et d'une platitude sans fin: l'ami homosexuel véhiculant toutes les idées reçues à propos des homosexuels, le bellâtre irlandais qui n'a d'intérêt que par son physique, son amie irlandaise tigresse nymphomane qui s'affronte violemment à l'héroïne du livre.
Bref que d'ennui..
Et comment peut-on parler de deuil et de reconstruction avec tant de légèreté?
Pour moi c'est un mystère....
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          1006
Marple
  09 avril 2016
Ce n'est pas avec un "sourire en coin" ou en ayant envie de danser "un rock endiablé" que j'ai lu ce livre, mais plutôt "comme une furie" "au bord de l'éruption volcanique". Pourquoi ? Parce que c'est tellement mauvais que ça en devient indigent...

J'ai déjà eu du mal avec l'accumulation de poncifs, de lieux communs et de clichés. Dans le style comme dans les personnages. Outre ceux de ma première phrase, on a évidemment la "cascade" de cheveux magnifiques, le "regard noir" et le baiser "au coin des lèvres". Répétés plusieurs fois, tant qu'à faire ! Avec l'inévitable meilleur ami gay, et la "salope" (voui voui) qui parle toute seule pour qu'on puisse connaître ses mauvaises intentions (voui voui bis).

Mais le pompon, c'est qu'on essaie de nous faire croire qu'il s'agit de littérature, d'un roman sur le deuil, alors qu'il s'agit d'une romance bas de gamme ! Attention, je n'ai rien contre une bonne romance qui fait du bien au moral et accompagne un après-midi ensoleillé sur la plage... Il faut juste qu'elle soit réussie (là, non) et qu'elle s'assume comme romance (encore raté).

Bref, les gens heureux lisent peut-être, mais pas ce roman-là ! Ou alors, ils partent directement pour l'Irlande, la seule chose qui m'ait vraiment intéressée ici !

Challenge Petits plaisirs 16/xx et challenge PAL
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          6929
cecilestmartin
  15 septembre 2015
Je ne fais pas partie de ces intégristes de la littérature qui "sauraient" ce qu'est un bon livre et ce qui ne mérite pas de figurer dans une bibliothèque. le succès de librairie ne me rebute pas systématiquement et je suis plutôt curieuse de savoir ce qui a plu au plus grand nombre. J'ai donc emprunté Les gens heureux... à la bibliothèque du quartier. Et je suis bien soulagée de ne pas l'avoir acheté !!!
Diane, la trentaine est en pleine errance depuis que son mari et sa fille sont décédés dans un accident de voiture. Félix, le fidèle ami et associé, ne parvient pas à la sortir de son désespoir. Las, elle décide de partir en Irlande, concrétiser un voyage que souhaitait faire Colin, son défunt époux. Voilà pour l'histoire...
Non mais je ne pensais pas qu'il était possible d'accumuler en seulement 200 pages autant de niaiseries, de clichés et de ficelles : les Irlandais boivent de la Guinness, il fait du vent et il pleut souvent en Irlande mais les gens sont très chaleureux, le voisin est acariâtre mais en fait c'est parce qu'il est malheureux, les homosexuels ont de folles nuits très torrides, etc. Bref, quand j'étais ado (c'était il y a au moins 35 ans), j'ai lu des Arlequin(s) qui se tenaient mieux ! Je suis vraiment dépitée là, je ne comprends pas que ce livre ait pu avoir autant de succès. Il paraît que la suite est encore pire...
J'aime bien le titre cependant
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          585
sandrine57
  25 août 2017
Depuis un an, Diane vit cloîtrée dans son appartement parisien, depuis le jour où Colin et Clara, son mari et sa fille, sont morts dans un accident de voiture. Seul Félix, son meilleur ami et associé, parvient à la sortir de sa coquille pour échanger quelques mots, grignoter une pizza, lui faire prendre une douche. Incapable de faire son deuil, elle passe ses journées et ses nuits à fumer, boire du café et pleurer, même son café littéraire, Les gens heureux lisent et boivent du café, ne l'intéresse plus. Mais Félix n'en peut plus de la voir se laisser aller de la sorte. le temps est venu de retourner dans le monde et il lui propose des vacances, loin de Paris et des souvenirs. Diane ne veut surtout pas se mêler à la foule des touristes, elle se prend donc en main et par seule, en Irlande, dans le petit village de Mulranny. Là-bas, dans ce pays que Colin rêvait tant de visiter, elle essaie tant bien que mal de se reconstruire. Les débuts sont difficiles mais l'hospitalité irlandaise, la plage battue par la pluie et ses prises de bec avec Edward, son insupportable voisin, finissent par lui redonner le goût de vivre.

C'est curieux de voir comment à partir de sujets graves, la perte brutale d'un enfant et d'un mari, le deuil, la résilience, Agnès Martin-Lugand a réussi à écrire une indigeste bluette sentimentale. Et les clichés foisonnent ! Pour l'auteure, les gays (oui le meilleur ami aime les hommes, ça donne une touche cool à l'histoire ) passent des nuits de folie, entre fêtes endiablées et coucheries d'un soir. En Irlande, il pleut et on boit de la bière, tout en affichant l'obligatoire sourire accueillant parce qu'on est un peuple sympathique. Mais le pompon, le summum du cliché harlequinesque, c'est le passage improbable de la haine à l'amour entre la veuve brisée et le rustre d'à côté, contrarié bien sûr par une ex qui s'impose, insiste et n'est pas gentille du tout, du tout. D'ailleurs cette infâme manipulatrice lui a brisé le coeur par le passé, c'est pour ça qu'il est bourru !
Bref, une lecture dispensable mais qui pourra combler une envie de romantisme facile.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          5616
kouette_kouette
  15 février 2018
J'ai un énorme doute.
J'ai un énorme doute quant au succès de ce livre s'il n'y avait pas cette surenchère de drames au départ (mort d'un mari et d'un enfant) déclencheurs à coup sûr de nos glandes lacrymales.
Parce que mis à part ça qui émeut, je ne trouve rien d'autre de marquant dans ce livre.
Chaque personnage représente un profil psychologique cliché, bien au chaud dans sa p'tite case :
- le meilleur ami homo qui, à part faire la fête (avec un T-shirt col V échancré) et cumuler les amants, passe son temps à soutenir la pauvre Diane et à la prendre dans ses bras pour la consoler.
- le mec ténébreux (avec une chevelure ébouriffée) et pas commode (il a souffert d'abandon) qui est d'abord détesté de cette pauvre Diane mais qui est en fait un prince charmant moderne.
Je vous passe le père qui rabaisse la pauvre Diane avec ses conseils qui se voudraient bienveillants, la femme ultra belle manipulatrice (en robe noire), la chaudasse marrante sympa (en mini-jupe), etc…
Ça donne forcément des dialogues et des situations… fades, pour ne pas dire que la plume de l'auteur ne relève pas le niveau.
Mais si en fait, je le dis. Je n'ai pas aimé la plume de cet auteur qui, de plus, ne passe pas derrière le masque caricatural de ses personnages. Après tout, on doit tous rentrer dans une case en apparence, mais si un écrivain ne bouscule pas tout ça, autant regarder un téléfilm dramatico-romantique sur M6…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          528
mollymon
  17 octobre 2015
Moi aussi pour être heureuse je bois du café et je lis beaucoup mais en évitant soigneusement les romances à l'eau de rose.
J'ai choisi de lire Les gens heureux lisent et boivent du café en étant parfaitement au courant du coté très "fleur bleue" de ce roman mais j'ai quand même eu envie de le découvrir pour me faire ma propre opinion.... Très rapidement (dès la page 70 pour être exacte), j'ai compris que l'histoire allait prendre un tour plus que prévisible, dans la grande tradition de la littérature sentimentale et j'ai du me forcer pour en venir à bout. J'avais osé espérer qu'Agnès Martin- Lugand ferait preuve d'originalité en renouvelant le genre mais non, aucun cliché ne nous est épargné. Mais bon... il en faut pour tous les goûts. Ce que je respecte complètement.
Commenter  J’apprécie          528


Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

"Les gens heureux lisent et boivent du café" d'Agnès Martin-Lugand

Quel est le nom du meilleur ami de Diane ?

Colin
Jack
Edward
Félix

11 questions
288 lecteurs ont répondu
Thème : Les gens heureux lisent et boivent du café de Agnès Martin-LugandCréer un quiz sur ce livre

.. ..