AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2266295551
Éditeur : Pocket (15/11/2018)

Note moyenne : 4.08/5 (sur 1299 notes)
Résumé :
"Alors que j'étais inconsolable, il m'avait mise sur le chemin du deuil de mon mari. J'avais fini par me sentir libérée de lui aussi. J'étais prête à m'ouvrir aux autres."

Depuis un an que Diane est rentrée d'Irlande, elle a tourné la page sur son histoire tumultueuse avec Edward, bien décidée à reconstruire sa vie à Paris. Avec l'aide de Félix, elle s'est lancée à corps perdu dans la reprise en main de son café littéraire.
C'est là, aux "Gens... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (298) Voir plus Ajouter une critique
Palmyre
  12 juin 2015
Diane est de retour à Paris dans son café "Les Gens", après un périple en Irlande.
Avec l'aide de Félix, son meilleur ami, elle tente de rencontrer à nouveau l'âme sœur, mais pas si facile que ça, car à chaque fois quelque chose cloche...
Une rencontre, par hasard, avec un homme, va lui permettre de baisser les barrières qu'elle avait érigées autour de son petit cœur fragile.
Mais... parce qu'il y a toujours un mais dans une histoire... un "mais" qui vient titiller les certitudes qu'elle avait construites.
Je ne vous en dit pas plus, je me demande même si je ne vous en ai pas trop dit!
Même si vous n'avez pas lu le premier roman "Les gens heureux lisent et boivent du café", ce n'est pas grave, on comprend aisément la situation.
Quel bonheur de lire la suite des aventures de Diane. En plus, j'avais vraiment besoin d'un livre comme celui-là, ça redonne de l'énergie!
Commenter  J’apprécie          724
LaBiblidOnee
  19 mars 2015
Ce roman est la suite du livre « Les gens heureux lisent et boivent du café », que je n'avais pas lu car j'étais tombée sur certaines critiques qui m'avaient fait craindre une histoire prometteuse mais une écriture, des personnages ou un scenario pas à la hauteur. Alors, quand ma libraire m'a donné les épreuves de « La vie est facile, ne t'inquiète pas », j'ai certes eu peur de ne pas tout comprendre, mais j'ai sauté sur l'occasion quand même : Je voulais absolument découvrir cette histoire encore vierge d'avis extérieur.

Première bonne surprise : On peut aisément comprendre « La vie est facile » sans avoir lu « Les gens heureux », grâce à une narration parfaitement organisée : Dans le premier roman, Diane, propriétaire d'un café littéraire éponyme « Les gens heureux lisent et boivent du café », a perdu son mari et sa fille dans un accident de voiture. le deuil des deux personnes qu'elle aime le plus au monde lui semble évidemment impossible à faire, et en souvenir de son mari qui ne jurait que par la Guinness, elle part quelques temps en Irlande où elle habite chez une famille à qui elle s'attache, et qui l'aide à se reconstruire. Dans cette famille, un homme, Edward, lui a visiblement réappris ce que c'était que l'amour… Mais leur histoire n'a pu aboutir, Diane n'était probablement pas encore prête.

Second volet de l'histoire, « La vie est facile » démarre à Paris, quelques mois après le retour de Diane. Elle reprend en main le café que son meilleur ami avait tenu en son absence. Ce dernier la force à sortir de nouveau, à rencontrer des gens, tant et si bien que Diane finit par se faire à l'idée de refaire sa vie : Elle rencontre Olivier, l'homme le plus gentil qui soit, le premier qui parvient à l'apprivoiser et accepte le fait qu'elle ne veuille plus d'enfant… Mais voilà, lors d'une expo, elle revoit Edward : Froid et distant, ayant beaucoup souffert de la disparition de Diane mais ayant visiblement refait sa vie, il l'informe simplement de la maladie de sa tante qui a hébergé Diane. Diane décide alors de rendre une dernière visite à la mourante, en Irlande… Mais des événements auxquels elle ne s'attendait pas pourraient bien bouleverser sa nouvelle vie et ses bonnes résolutions encore toutes fragiles !

*****
Quelle claque !

Moi qui m'attendais à trouver des défauts à ce roman, je l'ai lu d'une traite en aimant tout ! La narratrice étant l'héroïne, on entre tout de suite dans le bouquin. L'écriture fluide devient très vite d'une force incroyable, avec des personnages extrêmement touchants et des émotions à fleur de mots qui vous transpercent. du coup je regrette un peu de ne pas avoir lu « Les gens heureux lisent et boivent du café », parce que je ne sais pas si je pourrai l'apprécier de la même manière en connaissant déjà la fin de l'histoire… Mais j'ai tellement aimé que je pense le lire malgré le sentiment mitigé qu'il a laissé à certains d'entre vous.

Bien sûr, on craint assez rapidement pour certains personnages, mais ce roman raconte la vie avec ses joies et ses drames, et il le fait avec beaucoup de sensibilité, mais aussi beaucoup de réserve. Aucun geste trop facile, aucun mot en trop. Et c'est ce qui fait la puissance de ce que l'on ressent en le lisant. le message est que la vie continue et qu'elle est trop courte pour ne pas écouter son coeur…
Je vous invite donc à découvrir ce roman dont la sortie est prévue le 23 avril 2015, et vous laisse en attendant avec les épigraphes, tout d'abord une citation de Monique BYDLOWSKI issue de « Je rêve d'un enfant » :
« L'aboutissement d'un deuil normal n'est en aucune façon l'oubli du disparu, mais l'aptitude à le situer à sa juste place dans une histoire achevée, l'aptitude à réinvestir pleinement les activités vivantes, les projets et les désirs qui donnent de la valeur à l'existence. ».
Difficile de faire plus approprié jusque dans le titre de l'oeuvre source.

Et n'oubliez pas : « Don't worry. Life is easy. » (Aaron, « Little Love »).

Lien : http://onee-chan-a-lu.public..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          444
KATE92
  10 mai 2015
UNE ANNEE ECOULEE
Ce roman est la suite de « Les gens heureux lisent et boivent du café » que j'avais apprécié et j'avais hâte de découvrir la nouvelle vie de Diane.
J'ai adoré « La vie est facile, ne t'inquiète pas » et ai eu beaucoup de mal à quitter l'héroïne qui doit faire face certes à ses fantômes mais et surtout à son avenir… La vie doit absolument continuer… se reconstruire est essentiel même si le passé reste et restera toujours présent mais sous une forme plus discrète.
Merci à l'auteure : ce second volet fut véritablement un réel plaisir de lecture.
Bien évidemment, je vous le conseille.
Commenter  J’apprécie          510
AudreyT
  28 novembre 2016
Quel plaisir de retrouver Diane, Felix et toute la petite famille irlandaise !!!
Celles et ceux qui ont suivi le douloureux chemin de Diane dans le premier roman seront heureux de la voir heureuse et prête à avancer. Celles et ceux qui ne la connaissent pas comprendront aisément ce par quoi elle est passée. La voilà donc de retour à Paris, au milieu de son café littéraire et courtisée par Olivier. Mais son année irlandaise refait surface alors qu'elle s'en croyait guérie et sa vie va être à nouveau bouleversée...
Un roman qui fait du bien, plein de bons sentiments et de rebondissements mais qui réchauffe. Un amour perdu, une cicatrice qui a du mal à se refermer, mais des personnages authentiques, entiers et prêts à tout pour avancer... Un grand merci à Agnès Martin-Lugand pour cette suite qui nous permet de lâcher la main de Diane, en lui souhaitant tout le bonheur du monde...
Commenter  J’apprécie          400
jeunejane
  17 décembre 2015
Nous retrouvons Diane à Paris où elle décide de reprendre les rênes de sa librairie au nom si original. Elle a enfin réussi à digérer la perte de sa petite fille et son mari.
La vue d'un enfant lui est encore insupportable.
Elle fait la connaissance d'Olivier et s'installe petit à petit dans une relation sentimentale très sage. Trop sage.
Un soir, à Paris, lors d'une exposition sur l'Irlande, elle revoit son ténébreux amant Edward.
C'est un choc. Elle décide de rejoindre Mulrany pour une visite,pour revoir ses amis Irlandais avec qui elle a passé une année après la perte de sa famille.
J'ai beaucoup apprécié la lecture du roman. Agnès Martin-Lugand écrit avec son coeur et crée des personnages attachants, très humains.
De plus, je trouve que l'auteure a un très beau style d'écriture, très actuel, très jeune.
Parfois, on devine ce qui va se passer mais ça ne gâche rien.
Commenter  J’apprécie          360

critiques presse (2)
LaPresse   07 juillet 2015
L'écriture dynamique d'Agnès Martin-Lugand est irrésistible. Fluide et précise, elle insuffle une dose de légèreté à la tristesse ambiante.
Lire la critique sur le site : LaPresse
LeFigaro   11 juin 2015
Agnès Martin-Lugan a écrit la suite des aventures de son héroïne. Son livre montre que l'amour est plus fort que tout.
Lire la critique sur le site : LeFigaro
Citations et extraits (79) Voir plus Ajouter une citation
araucariaaraucaria   18 novembre 2016
J'avais voulu que "Les Gens" deviennent un lieu convivial, chaleureux, ouvert à tous, où toutes les littératures trouvaient leur place. Je voulais conseiller les lecteurs en leur permettant de se faire plaisir, de lire les histoires dont ils avaient envie, et ce sans en avoir honte. Peu importait qu'ils veuillent lire un prix littéraire ou un succès populaire, une seule chose comptait : que les clients lisent, sans avoir l'impression d'être jugés quant à leurs choix. La lecture avait toujours été un plaisir pour moi, je souhaitais que les personnes qui fréquentaient mon café le ressentent, le découvrent et tentent l'aventure pour les plus réfractaires. Sur mes étagères, toutes les littératures se mélangeaient; le polar, la littérature générale, le roman sentimental, la poésie, le young adult, les témoignages, les best-sellers et les titres plus confidentiels. C'était mon grand bazar où Félix, les habitués et moi nous retrouvions. J'aimais le côté chasse au trésor pour trouver le livre. Les nouveaux clients étaient initiés au fur et à mesure par les uns et les autres.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          260
jeunejanejeunejane   15 décembre 2015
L'aboutissement d'un deuil normal n'est en aucune façon l'oubli du disparu, mais l'aptitude à le situer à sa juste place dans une histoire achevée, l'aptitude à réinvestir pleinement les activités vivantes, les projets et les désirs qui donnent de la valeur à l'existence.
Monique Bydlowsky, Je rêve un enfant
Commenter  J’apprécie          742
KATE92KATE92   09 mai 2015
« Je lui fis face. Il trouvait le moyen de me sourire encore, alors que j’étais mutique depuis plusieurs minutes.

- Je peux toujours venir te voir aux Gens ? me demanda-t-il.
- Quand tu veux… à bientôt.

Je fis deux pas en arrière sans le quitter des yeux, avant de lui tourner le dos et de prendre la direction de mon appartement. Au passage piéton entre la rue Vieille-du-Temple et la rue des Quatre-Fils, je jetai un coup d’œil par-dessus mon épaule : Olivier n’avait pas bougé et m’envoya un signe de la main. Je soupirai en souriant et poursuivis mon chemin. Je ne savais plus quoi faire… Je me couchai directement en arrivant chez moi. Le sommeil mit longtemps à venir.

S’il la remarqua, Félix ne releva pas ma nervosité les jours suivants. Je vaquais à mes occupations normalement, pourtant, je n’arrêtais pas de ruminer au sujet d’Olivier et d’une future relation amoureuse. Comment lui parler de ma situation sans le faire fuir ? C’était une chose d’avoir envie de vivre une histoire et de me sentir prête, c’en était une autre de ne pas faire peur avec mon passé, ma fragilité, les conséquences sur ma vie de femme. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
PalmyrePalmyre   10 juin 2015
Je n'en peux plus que tout le monde s'inquiète pour moi, toi, Olivier. Arrêtez de penser que je vais m'écrouler à la première épreuve. Je ne suis plus la même, j'ai pris ma vie en main, je vais bien, je sais ce que je veux. Et ce que je veux, ce que mon cœur me dicte, c'est d'aller dire au revoir à Abby, et d'être aux côtés de ces gens que j'aime.
Commenter  J’apprécie          380
araucariaaraucaria   17 novembre 2016
Comment avais-je pu, une nouvelle fois, céder à l'insistance de Félix? Par je ne savais quel miracle, il réussissait toujours à m'avoir : il trouvait un argument, un encouragement pour me convaincre d'y aller. Chaque fois, je me laissais berner, me disant que, peut-être, il y aurait un je-ne-sais-quoi qui me ferait flancher. Pourtant, je connaissais Félix comme si je l'avais fait, et nos goûts étaient diamétralement opposés. Alors, quand il pensait et décidait à ma place, il était fatalement à côté de la plaque. J'aurais pourtant dû le savoir, depuis le temps que nous étions amis. Et voilà comment, pour la sixième fois consécutive, je passais un samedi soir en compagnie d'un parfait imbécile.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
Videos de Agnès Martin-Lugand (20) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Agnès Martin-Lugand
Interviews croisée des auteures Agnès Martin-Lugand ("À la lumière du petit matin", éd. Michel Lafon), et Agnès Ledig ("Dans le murmure des feuilles qui dansent", éd. Albin Michel), aux micros de Laurence Bellon et Constance Lecat.
autres livres classés : irlandeVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

"Les gens heureux lisent et boivent du café" d'Agnès Martin-Lugand

Quel est le nom du meilleur ami de Diane ?

Colin
Jack
Edward
Félix

11 questions
230 lecteurs ont répondu
Thème : Les gens heureux lisent et boivent du café de Agnès Martin-LugandCréer un quiz sur ce livre
.. ..