AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782749929026
331 pages
Michel Lafon (29/03/2018)
  Existe en édition audio
4.05/5   2678 notes
Résumé :
AGNÈS MARTIN-LUGAND
À la lumière du petit matin
À l'approche de la quarantaine, Hortense se partage entre son métier de professeur de danse et sa liaison avec un homme marié. Elle se dit heureuse, pourtant elle devient spectatrice de sa vie et est peu à peu gagnée par un indicible vague à l'âme qu'elle refuse d'affronter. Jusqu'au jour où le destin la fait trébucher... Mais ce coup du sort n'est-il pas l'occasion de raviver la flamme intérieure qu'elle... >Voir plus
Que lire après À la lumière du petit matinVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (348) Voir plus Ajouter une critique
4,05

sur 2678 notes
Dans ma vie, j'ai beaucoup lu, des romans surtout, qui m'ont transporté, ému, ennuyé, que j'ai oublié sitôt lus, qui m'ont surpris, remué ou étonné ( oui , j'ai lu Pierre Guyotat avec son langage inventé). Il a fallu qu'arrive mai 2018 pour que je lise Agnès Martin-Lugand et découvrir qu'il existe une littérature bien pire qu'un banal roman Harlequin ( oui, j'en ai lu aussi !) et appréhender pour la première fois le vertige du néant littéraire.
Oui, je sais, ces propos sont désobligeants pour l'auteure et ses nombreux lecteurs mais quand on vient de passer deux jours dans 300 pages de mots, de phrases, de dialogues creux et vides, on est forcément un peu grognon. Je vous résume l'affaire.
Hortense approche la quarantaine. Elle est belle, gracieuse car ancienne danseuse, formidable et enthousiaste pédagogue dans l'école de danse qu'elle codirige et vénérée par toutes ses élèves. Elle bosse avec deux très bons amis, eux aussi ex danseurs : Bertille, "Le feu sous la glace" mais "un seul de ses mouvements véhiculait une émotion époustouflante" et Sandro, beau, drôle et " dès que lui et son accent chaud ouvraient la bouche, on découvrait un homme d'une gentillesse et d'une générosité peu communes." (sic)
Tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil. Nous nageons dans la guimauve la plus pure. Ca dégouline jusqu'à l'écoeurement qui arrive page 12 ! Bien sûr, ça continue ... Hortense a un amoureux : Sébastien, employé aux MMA, gentil petit rondouillard un peu gagné par la calvitie et amateur de bowling le vendredi soir... Non, je rigole ! Vous ne croyez tout de même pas que dans ce genre de roman, la lectrice va retrouver un personnage aussi quelconque qui lui rappellera le mari qu'elle a ou qu'elle pourrait avoir ! Ici le mâle qui fait enfiler des dessous en dentelles à Hortense se prénomme Aymeric ( ça fait plus rêver non ? ). Il bosse beaucoup ( sans que l'on ne sache jamais ce qu'il fait ) pour se payer son 4x4 et son iphone10. Il est évidemment, grand, beau, tellement beau que lorsqu'il entre quelque part " son seul charisme irradiait une pièce".
Bref tout roule pour Hortense... enfin...pas tout à fait... il y a un petit hic... oh, une broutille dont elle s'accommode depuis trois ans ... Aymeric est marié !
Belle, électrisée dès qu'il apparaît ( quand il pose sa main sur son épaule, j'ose à peine vous le révéler... ça donne envie de l'embrasser!) mais cruche quand même, Hortense commence à agiter les quelques neurones qu'elle possède et se demande si finalement être la maîtresse de cet homme n'en fait pas "l'autre". ( Admirez l'originalité du propos franchement jamais évoqué en littérature). Et c'est lors d'une soirée entre amis ( et avec amant) que le drame va éclater. En descendant un escalier sans rampe mais avec des stilettos aux pieds ( pour accentuer le galbe du mollet et la chute de reins et ainsi exciter le beau mâle), elle choit et se fait une entorse ! le drame pour une danseuse ...et pour une maîtresse, car le bel Aymeric la préfère plus alerte et mobile pour purger son Popaul qui a de gros besoins ( 2 fois par semaine, le lundi et le jeudi de 22h à 22h30).
Là naît une intéressante question : " L'aime-t-il ?". Je ne donne pas la réponse, je ne veux pas spolier ! Alors, Hortense, toute retournée, aura besoin de repli, loin de Paris, dans une maison léguée par ses parents ( beaux, gentils, amoureux, généreux, etc...etc..), une bastide dans le Luberon ( pas un mobil-home dans un camping à la Grande Motte). Là-bas, auprès d'un couple d'amis ( beaux, gentils, amoureux, généreux, etc... etc...), elle réfléchira à son avenir...
C'est donc "au parcours émouvant de la prise de conscience d'une femme" ( je cite une soi-disant lectrice) que l'on est convié et qui, fort heureusement, croisera un homme qui sera bien désagréable au premier abord ( vous connaissez l'adage roman de gare : mâle disgracieux finit au pieu) mais qui finira ...allez...en choeur ... beau, gentil, amoureux, généreux, etc... etc...
Que dire de plus ? Côtoyer le vide abyssal d'une littérature de genre ne rend guère joyeux. Aucune lumière ne brille là-dedans. On n'y trouve aucune idée, aucun style, aucun sens du rythme, une psychologie de bazar mal achalandé. Pire, l'auteure n'arrive même pas à nous faire visualiser ses personnages ni les lieux qu'ils fréquentent. Tout est brossé à la truelle. Une banalité est suivie par un cliché qui précède un dialogue plat qui appelle un nouveau cliché puis une banalité puis un... C'est épouvantable !
Je sais Agnès Martin-Lugand a déjà vendu plus deux millions d'exemplaires de sa littérature. Ca devrait forcer le respect... mais non... ça m'interroge. L'école n'a pas dû faire son boulot, ni nos politiques qui adorent avoir des électeurs endormis, pour que l'on en soit réduit à pouvoir apprécier l'insignifiance. Comment en 2018, alors que la télé propose des séries bien écrites, bien dialoguées, qu'un éditeur comme Harlequin publie des romans légers mais bien faits ( voir Sophie Jomain), que la chick lit associe mordant et dérision, peut-on arriver à s'intéresser à un tel ramassis de lieux communs, de banalités, de situations niaises, de personnages aussi faux, factices ? Je sais ...la détente...l'envie d'oublier ce monde de brutes... OK ! Alors permettez-moi un conseil. Abandonnez Mme Marin-Lugand et son monde Télétubbies. Vous voulez rêver, vous détendre, lire facile...mais pas niais ? Allez faire un tour chez Agnès Ledig, Lorraine Fouchet, Françoise Bourdin même ( et tant d'autres), ces auteurs ne vous prennent pas pour des demeurés ou des vaches à lait diront les plus teigneux).
Lien : http://sansconnivence.blogsp..
Commenter  J’apprécie          19827
Hortense, la quarantaine, est professeur de danse à Paris. Elle a repris la gestion d'une école de danse avec Bertille et Sandro.
Il y a quatre ans, Hortense, fille unique, a perdu ses parents qui se sont donné la mort suite à la maladie de la maman. Un véritable chamboulement !
Ensuite, elle a fait la connaissance d'un homme marié, Aymeric.
Elle aime cet homme même si elle se culpabilise et sait que cela ne mènera à rien, surtout pas à de l'aide au moment où elle va en avoir le plus besoin car sa vie va basculer suite à un évènement inattendu.
Heureusement, elle peut retourner dans le Luberon, bien mal en point mais son amie d'enfance, son mari et un inconnu ( tiens donc) lui aussi blessé par la vie vont venir à sa rescousse.
Agnès Martin-Lugand a très bien décortiqué la relation entre Aymeric, attaché à sa famille et Hortense et ce, jusqu'au bout.
C'est une histoire qui m'a touchée personnellement car j'ai dû accepter la même situation dans mon entourage, sans juger( c'était très difficile) car il s'agissait d'une personne très très proche. Dans ce cas, l'issue a été tout à fait différente. De ce fait, l'auteure a fait mouche et m'a touchée. A certains moments, le livre m'a un peu dérangé dans ma bulle.
Commenter  J’apprécie          523
La première lecture de l'année je la voulais légère, empreinte de cette douce mélancolie que seuls les romans d'amour sont capables d'insuffler.
C'était également l'occasion de faire connaissance avec Agnès Martin-Lugand, qui sommeillait dans ma PAL depuis plusieurs années.

A la lumière du petit matin est l'un de ces romans qu'on ouvre en se disant que quoi qu'il arrive l'on sait qu'il y aura quelque chose à retenir de ce récit et que
cette histoire résonnera d'une manière ou d'une autre dans notre vie du lecteur, directement ou par procuration.

Sans fausse pudeur, les mots de l'écrivaine française s'avèrent d'une grande justesse pour évoquer le passé, si nous ne pouvons totalement l'effacer, la vie concède toutefois à chacun le droit de se réinventer.

Psychologue clinicienne, l'auteure raconte avec habileté et parfois drôlerie, ces relations que nous choisissons et qui nous empoisonnent l'existence.
Elle lance une invitation à prêter attention à toutes ces impasses dans lesquelles on se fourvoie sans trop y réfléchir.

Elle évoque le désir de changement, de reconstruction et ça tombait plutôt bien lors d'un 31 décembre où inconsciemment nous sommes dans la projection d'envie d'évolution et de renouvellement.
Le pouvoir transformateur de nos décisions est l'arme la plus puissante que nous possédons.

A la lumière d'une nouvelle année ou à la lumière du petit matin, tout devient possible.
Il faut avoir le courage de se réinventer!

« Le courage ne crie pas toujours. Parfois, il est la petite voix qui te chuchote à la fin de la journée: J'essaierai encore demain »
Emily Dickinson
Commenter  J’apprécie          450
Une femme qui s'approche de la quarantaine se partage entre son métier de professeur de danse et sa liaison avec un homme marié. Elle pensait être heureuse dans cette routine mais lorsqu'elle trébuche et n'a plus la capacité de danser, elle se rend compte que sa vie n'a plus réellement de sens depuis un long moment. La vraie question posée tout au long du roman est la suivante : Peut-on être heureux si on se ment à soi-même ? Nous allons suivre le long cheminement de l'héroïne prénommée Hortense qui va écouter ses envies et passer outre les obstacles. L'histoire est assez clichée, j'ai eu beaucoup de mal avec Hortense durant le début de l'intrigue mais j'ai été beaucoup plus séduite à partir du moment où sa vie prend un tournant radical. le style de l'auteure est toujours aussi simple, limpide et efficace. On passe un moment agréable dans la lignée des livres antérieurs qui cette fois-ci nous fait plonger dans le monde de la danse et de la recherche de soi.
Commenter  J’apprécie          450
Voici un roman lu très vite que l'on m'a prêté .
Rien ne prédestinait Hortense professeur de danse: la quarantaine à tomber amoureuse il y a trois ans, du séducteur Aymeric, marié et père de deux enfants .
Ils se voient tous les lundis en coup de vent .
Passive, Hortense supporte tant bien que mal cette situation bancale.
Elle se dit heureuse et amoureuse et pourtant elle sait qu'elle restera toujours « l'amante »
de l'ombre. Elle se ment à elle- même. ....

Professeur de danse, Hortense vit à Paris, a repris l'école de danse de son mentor Auguste , s'en occupe avec passion et talent avec Bertillle et Sandro, ses amis ....
Hortense a perdu ses parents que se sont donné la mort il y a quatre ans, à cause de la maladie de sa mère.
Elle se réfugie régulièrement dans leur propriété «  La bastide », au soleil du midi , où elle s'occupe de chambres d'hôtes .
Une opportunité lui permettra d'échapper au vide de sa vie , l'arrivée d'un certain Elias à la Bastide ....
C'est une histoire sans heurts, très agréable à lire, prévisible, pétrie de bons sentiments, de pleurnicheries aussi, j'ai sauté quelques pages tellement j'étais agacée .
Sensible, authentique, ensoleillée , c'est certain, .....mais facile ....
A lire au soleil.

Commenter  J’apprécie          394

Citations et extraits (83) Voir plus Ajouter une citation
Il fallait danser, danser et encore danser jusqu’à en crever. Il nous poussait dans nos retranchements, il voulait savoir ce que nous avions dans le ventre, et testait nos limites en permanence. Son credo : nous faire raconter une histoire lorsque nous dansions. Il attendait de nous qu’on traque et qu’on libère les émotions enfouies au plus profond de notre être. Nous avions à peine droit au repos, mais il était si extraordinaire que nous cédions à toutes ses demandes, aucun de ses élèves – pourtant de nature rebelle – ne se révoltait jamais.
Commenter  J’apprécie          110
- Euh...je tenais à m'excuser pour l'autre soir. Je me suis très mal comporté avec vous...Quand je pense que je vous ai hurlé dessus...ça me dépasse.
...
- Ne vous en faites pas...On a tous nos petits coups de moins bien. C'est déjà oublié. N'en parlons plus, d'accord ?
Commenter  J’apprécie          180
- Euh...je tenais à m'excuser pour l'autre soir. Je me suis très mal comporté avec vous...Quand je pense que je vous ai hurlé dessus...ça me dépasse.
...
- Ne vous en faites pas...On a tous nos petits coups de moins bien. C'est déjà oublié. N'en parlons plus, d'accord ?
Commenter  J’apprécie          150
De toute ma vie, je n'avais jamais imaginé que je ne pourrais plus danser. Inconcevable. Me retirer la danse, c'était me retirer de moi-même. Aspirer de mon corps ma substance, la raison même de mon existence. Sans la danse, j'étais une coquille vide.
Commenter  J’apprécie          140
J'étais avec Aymeric, j'étais celle qu'il voulait que je sois. Je m'étais perdue dans mon amour pour un homme dont je n'avais rien à attendre, jusqu'à preuve du contraire. Je m'étais modelée en fonction de lui, de ses goûts, de son plaisir, parce qu'il comblait le vide de ma vie, en tout cas, c'était ce que je ressentais jusqu'alors.
Commenter  J’apprécie          100

Videos de Agnès Martin-Lugand (32) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Agnès Martin-Lugand
A l'occasion de la parution en livre audio de 'Les gens heureux lisent et boivent du café' (Lizzie), l'autrice Agnès Martin-Lugand nous présente en quelques mots ce livre audio, à travers la critique d'une lectrice Babelio.
Abonnez-vous à la chaîne Babelio : http://bit.ly/2S2aZcm Toutes les vidéos sur http://bit.ly/2CVP0zs Suivez-nous pour trouver les meilleurs livres à lire : Babelio, le site : https://www.babelio.com/ Babelio sur Twitter : https://twitter.com/babelio Babelio sur Facebook : https://www.facebook.com/babelio/ Babelio sur Instagram : https://www.instagram.com/babelio_/
autres livres classés : danseVoir plus
Les plus populaires : Littérature française Voir plus


Lecteurs (6521) Voir plus



Quiz Voir plus

"Les gens heureux lisent et boivent du café" d'Agnès Martin-Lugand

Quel est le nom du meilleur ami de Diane ?

Colin
Jack
Edward
Félix

11 questions
360 lecteurs ont répondu
Thème : Les gens heureux lisent et boivent du café de Agnès Martin-LugandCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..