AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2749929024
Éditeur : Michel Lafon (29/03/2018)

Note moyenne : 4.04/5 (sur 37 notes)
Résumé :
À l'approche de la quarantaine, Hortense se partage entre son métier de professeur de danse et sa liaison avec un homme marié. Elle se dit heureuse, pourtant elle devient spectatrice de sa vie et est peu à peu gagnée par un indicible vague à l'âme qu'elle refuse d'affronter. Jusqu'au jour où le destin la fait trébucher... Mais ce coup du sort n'est-il pas l'occasion de raviver la flamme intérieure qu'elle avait laissée s'éteindre ?
Acheter ce livre sur

AmazonFnacMomoxLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses et Avis (16) Voir plus Ajouter une critique
BlackKat
  30 mars 2018
J'étais impatiente de découvrir le dernier né d'Agnès Martin-Lugand. Tellement que je l'ai lu en une soirée! Impossible de le lâcher avant la fin.
Hortense souffre de la perte de ses parents qui s'aimaient tant qu'il était inenvisageable que l'un quitte la vie sans l'autre. Ses deux êtres d'exception étaient tout l'un pour l'autre mais cet amour ne les a pas empêchés de tout donner à leur bébé miracle: de l'affection, de l'attention et toute latitude pour s'accomplir et être elle-même.
Et pour Hortense, son univers, c'est la danse.
La danse… et Aymeric.
Mais Aymeric est marié et si son rôle de « l'autre » semble lui convenir, Hortense sent qu'il n'en est pas de même pour ses amis.
Et un jour, on trébuche… Et un jour, les yeux se dessillent…
Hortense est une femme indépendante mais elle n'est pas sans fêlures. Elle a énormément de mal à reprendre le contrôle de sa vie après le décès brutal de ses parents. Quand on a été élevé dans un cocon d'amour, n'est-il pas logique de souhaiter la même chose pour soi. Et même si ce n'est pas la panacée, elle semble heureuse dans son « couple ». Mais l'existence est parsemée d'écueils et l'important est de se relever et d'aller de l'avant…
J'ai tardé à éprouver de la sympathie pour Hortense et sa qualité de maîtresse n'y est pas étrangère. Parce que mon jugement personnel est dur sur les situations d'adultère et que, par ce fait, les petits soucis d'Hortense n'ont pas trouvé écho en moi. Comme disait ma grand-mère: « Comme on fait son lit, on se couche. » Je sais, c'est cynique mais c'est plus fort que moi, je ne crois absolument pas en un amour véritable et sain quand l'adultère pointe son nez.
Et le personnage d'Aymeric est totalement antipathique par ses exigences et autorité de mâle alpha! Mais il sait y faire avec son charme manipulateur et Hortense succombe toujours et encore…
Heureusement, au fil de l'histoire, Hortense va être malmenée, douter, déprimer. Elle aura envie de baisser les bras et puis, tout doucement, elle se reprend, réfléchit à ce qu'elle veut réellement pour son avenir. Et quand nous quittons Paris pour un bol d'air dans le Lubéron, là, j'ai appris à apprécier Hortense. Et souhaiter le meilleur pour elle.
J'ai apprécié l'amitié tissée entre Hortense, Bertille et Sandro, ses associés parisiens, et Cathie et Mathieu, ses amis du Sud. Une amitié qui s'exprime tout en délicatesse pour les uns et parfois brutalement pour les autres. Mais les amis sont là aussi pour appuyer là où ça mal. Hortense en fait la douloureuse expérience mais n'est-ce pas pour son bien?
Tout comme son mentor, le vieil Auguste, autoritaire et bourru, mais qui répond toujours présents pour ces « petits »!
Et que dire d'Élias? Bien entendu je suis tombée sous le charme de cet homme cassé, réfractaire à tout contact humain, engagé dans une lente agonie, dans une fuite en avant solitaire! Mais on ne lui laissera pas le choix…
Dans ce roman, Agnès Martin-Lugand nous livre une magnifique histoire d'espoir. Il est toujours temps de stopper la course folle du quotidien, de bousculer ses habitudes, de se poser, de réfléchir avant de repartir. Il n'y a pas d'âge pour changer de route au cours du voyage de la vie. Il n'y a pas d'âge pour poser des bagages encombrants, pas de date de péremption pour se nourrir de bonheur et de joies.
Est-il nécessaire de vous le dire? Aujourd'hui, À la lumière du petit matin, le monde m'est apparu un peu moins moche…
Lien : http://livrenvieblackkatsblo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
Sourisetdeslivres
  16 avril 2018
Mon cher lecteur, voilà une autrice dont tu trouveras sur ce blog ; chacun de ses précédents romans, c'est un livre que j'attends chaque année avec impatience pourtant, à chaque fois, la crainte est là. Vais-je une fois de plus aimer son roman ?
Aussitôt reçu, aussitôt lu, mon verdict ? Sans être un coup de coeur, c'est une lecture que j'ai adorée. Une fois de plus, Agnès Martin-Lugand m'a embarqué loin de mon canapé cette fois entre Paris et le Sud.
Hortense est danseuse professionnelle, elle tient à Paris avec ses amis Sandro et Bertille, une école de danse.
C'est une femme d'apparence forte que tu vas rencontrer, mais pleine de fêlures.
Il y a d'abord le décès de ses parents survenu il y a 4 ans dont elle ne s'est toujours pas remise et ensuite il y a Aymeric. Aymeric est marié, malgré tout elle ne peut lui résister.
Une relation passionnée qu'ils entretiennent depuis quelques années.
Lors d'une bête chute, Hortense va se fouler la cheville, son outil de travail, impossible de danser ni de donner cours, en tout cas pour plusieurs semaines.
Désemparée, triste, au bout du rouleau, elle décide d'entamer sa convalescence dans la bastide de ses parents.
Adieu pollution visuelle et auditive ; bonjour silence, soleil.
Hortense y retrouve son amie d'enfance et son mari, deux piliers dans sa vie, Catie et Mathieu. Pendant ces congés forcés elle va faire le point sur sa vie, que désire-t-elle vraiment ? Est-elle heureuse dans la vie qu'elle mène ?
À 40 ans, loin de tout, Hortense a le temps de tout remettre en perspective.
Et si un simple accident pouvait marquer un tournant dans ta vie ?
Même si je n'ai pas eu de coup de coeur pour ce roman j'ai adoré ce personnage que Agnès Martin-Lugand nous dépeint.
Elle réussit ce tour de force de nous faire aimer la maîtresse, l'autre, celle que l'on juge d'habitude.
Si elle y réussit c'est aussi par la lucidité et l'éducation d'Hortense, elle refuse de briser une famille, elle attend Aymeric, mais ne s'impose jamais.
Elle respecte son épouse et ses enfants même si c'est difficile à comprendre.
Qui sommes-nous de toute façon pour juger d'un amour ?
J'ai aimé son questionnement, son cheminement ; elle n'a pas peur de sauter dans le vide, de tout reprendre à zéro.
Sa blessure va lui faire ouvrir les yeux, les oeillères tombent et ce qu'elle aperçoit d'elle ne lui plaît guère, elle va comprendre les réticences de ses amis, admettre surtout qu'elle ne va pas bien, qu'elle doit avancer seule, prendre ses propres décisions.
Hortense est une femme qui a un coeur énorme et ce besoin d'être aimée et appréciée, elle préfère taire ses envies plutôt que d'aller à la confrontation.
À la bastide, c'est une tout autre Hortense que tu vas découvrir, tu vas faire connaissance d'une étoile qui rayonne, sa lueur s'était ternie à Paris. Elle va prendre sa vie en main sans chercher à plaire à qui que soit à part à elle.
Tu vas aussi faire la connaissance de ses amis, Bertille et Sandro, Mathieu et Catie.
Je les ai tous aimés, un peu moins Bertille, pas du tout Aymeric que j'ai trouvé antipathique, en dessous de tout et blessant.
Un homme que j'ai trouvé détestable, et pas parce qu'il a une maitresse, il est imbu de lui-même ; un homme qui ne veut que la perfection.
Le personnage qui m'a le plus émue c'est Elias.
Il va loger dans une des chambres de la bastide par un concours de circonstances, Hortense veut savoir qui est cet homme taciturne, insomniaque et toi aussi tu vas te prendre au jeu.
Petit à petit, ces deux-là vont s'aider sans s'en rendre compte.
Je ne peux pas t'en dire plus, mais Elias, sa psychologie, ses failles, sa douleur m'ont quasi plus touché que celles d'Hortense.
Un autre protagoniste important du roman c'est Auguste, son mentor.
On le voit peu dans le livre et pourtant il prend une place importante tout comme les parents de notre héroïne, Agnès Martin-Lugand grâce à ses descriptions te fait voir ce qu'est le véritable amour, ces deux-là se sont aimés toute leur vie, ils ont aimé Hortense, de toute leur force.
Son papa est un papa comme on révérait d'avoir, tous deux décédés, vont quand même montrer la voie à Hortense.
Une présence invisible, qu'elle perçoit dans ces lieux qui lui sont chers, une main sur l'olivier, elle sera apaisée, un pas dans le couloir c'est un pas en avant dans sa vie.
L'autrice te montre par son roman que tout le mode a droit à l'erreur ; la première personne à qui il faut pardonner c'est toi, sans ça tu n'avanceras pas.
Une histoire émouvante, douce, pleine de sincérité, sans fioriture comme l'autrice sait si bien le faire qui trouve directement le chemin de ton coeur et te fait te sentir bien.
C'est ce que j'ai ressenti après la lecture de chacune de ses histoires : l'apaisement.
C'est un livre sur la reconstruction, sur l'amitié, les vrais amis qui te disent ce que tu refuses de voir, sur les étapes du deuil, sur la dépression, les remords et sur ce qu'est vraiment le bonheur.

Que j'étais bien à la bastide, je n'avais vraiment pas envie de partir, mais je peux maintenant te dire à la lumière du petit matin, la vie est belle, en tout cas plus belle que la veille.

Lien : http://luciebook.blogspot.be..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Latetedansleslivres
  18 avril 2018
J'ai été un peu surprise de découvrir le personnage d'Hortense, proche des 40 ans et surtout, maitresse d'un homme marié avec des enfants. J'ai toujours du mal avec les histoires d'adultère, je ne peux pas m'empêcher de juger les personnages ce qui fait que j'ai eu du du mal avec le personnage d'Hortense. Pourtant, il faut le reconnaitre, l'auteure tente de nous expliquer comment elle en est arrivée là et lui trouve même des excuses auxquelles j'ai crues. On a même le point de vue de ses amis et proches et le message de l'auteure est loin de dire que tout va bien.
C'est donc un personnage qui m'a laissé mitigée même si c'est normal vu son rôle de femme abîmée par la vie qui va essayer de se reprendre en main.
La vraie force de l'auteure, c'est sa plume. Simple mais vraiment agréable à lire. Car même si je ne pouvais pas m'empêcher de juger Hortense, j'avais envie de continuer à la suivre au fil des pages. C'est grâce à cette plume agréable que j'ai quand même passé un bon moment avec cette lecture et que je l'ai lu assez rapidement.
Au niveau de l'intrigue, tout est cousu de fil blanc et dès les premières pages, on sait où tout cela va nous mener. Mais c'est le genre de livre qu'on ne lit pas pour avoir une surprise mais plutôt pour avoir un message d'espoir et de reconstruction. Car il s'agit bien là du thème principal du livre: reprendre en main sa vie, se reconstruire, vivre pour soi-même. L'intrigue se passe sur quelques mois.
Le thème de la danse est abordé avec délicatesse même si j'ai eu un peu de mal à être sensible à cet univers pas assez décrit à mon goût dans ce roman. J'ai par contre beaucoup apprécié les passages dans la maison des parents d'Hortense qui m'ont beaucoup plus touchés.
Malgré le fait que j'ai eu du mal avec certains aspects de l'histoire, j'ai aimé la reconstruction d'Hortense, le fait qu'elle se retrouve sur la propriété de ses parents et qu'elle soit bien entourée avec ses amis.
C'est donc un livre sans surprises que l'on lit pour le simple plaisir de passer un bon moment avec la plume de l'auteure mais pour lequel on connait déjà la fin.
Lien : https://latetedansleslivres...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
louloutediary
  20 avril 2018
Hortense a quarante ans. Professeure de danse à Paris, elle pensait être heureuse. Amoureuse d'Aymeric et entourée de ses amis et associés Sandro et Bertille, Hortense vit pleinement sa vie. Enfin, c'est ce qu'elle pensait ... Aymeric est un homme marié et père de famille, et leur relation passionnelle ne suffit plus à Hortense.
Suite à un accident, Elle va retourner en Provence, sa région natale. Retrouver La Bastide, maison chère à son coeur, retrouver sa meilleure amie Cathie et faire la connaissance d'Elias. Ces quelques semaines de convalescence, loin du tumulte parisien, vont lui permettre de réfléchir à ce qu'elle veut réellement, et surtout ce qu'elle ne veut plus.
Mars a été riche en sortie littéraire. Il y a environ trois ans, je découvrais la plume d'Agnès Martin-Lugand et j'ai été conquise ! J'attendais donc avec impatience ce nouveau roman, que j'ai dévoré avec bonheur en quelques jours.
C'est fou, mais je me sens proche de chaque héroïne présente dans les livres d'Agnès Martin-Lugand. Je les découvre affaiblie par la vie, mais sur un chemin de reconstruction. Ce sont des femmes comme vous et moi, des femmes fortes, qui se remettent en question et apprennent à donner le meilleur d'elles même. Et encore une fois, j'ai été attendrie par Hortense.
Folle amoureuse d'Aymeric, elle a tout fait pour lui : accepter de n'être que "l'autre femme", se contenter de deux soirs par semaine avec lui, deux jours de vacances par ci, un restaurant par là ... Elle pensait que cette vie lui convenait, mais lorsqu'elle a vraiment eu besoin de lui, il n'a pas pu et n'a pas su lui apporter son soutien. D'ailleurs, si Aymeric ne m'a pas déplu au départ, il a rapidement baissé dans mon estime. J'ai espéré très fort qu'Hortense ouvre enfin les yeux. Ses amis l'ont prévenue, mais tout le monde connait le dicton : "L'amour rend aveugle ..."
Hortense décide de partir quelques temps de Paris. Besoin de s'éloigner d'Aymeric, de l'école de danse dont l'évolution ne lui convient pas, de ses associés et amis. Besoin de retrouver la nature, la maison familiale où elle a vécu ses plus beaux moments avec ses parents, décédés quatre ans plus tôt. Besoin de faire le point sur sa vie et d'aller de l'avant. C'est la partie du roman que j'ai préféré. Voir Hortense remonter la pente m'a rendue fière d'elle, comme si elle était une amie. J'étais heureuse de la savoir soutenue par ses amis Cathie et Mathieu, et par Elias.
"A la lumière du petit matin", dont la couverture est une nouvelle fois sobre et très belle, est un coup de coeur ! Merci Agnès Martin-Lugand de rendre chaque lecture addictive ! Et belle vie à Hortense !
Lien : https://louloutediary.blogsp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
MissCroqBook
  04 avril 2018
Après avoir dévoré ses cinq premiers romans, j'attendais la sortie de celui-ci avec beaucoup d'impatience. Je n'ai découvert les écrits d'Agnès Martin-Lugand que très récemment mais je suis complètement addict. Et ce dernier roman vient s'ajouter à la liste de mes coups de coeur de ce début d'année 2018
Hortense est professeur de danse moderne. Elle partage sa vie entre les cours qu'elle donne dans l'école qu'elle codirige avec ses amis Bertille et Sandro et sa relation amoureuse avec Aymeric. En apparence, elle a tout pour être heureuse. Mais en apparence seulement. Car sa relation avec Aymeric n'est pas aussi simple qu'il y parait. Car Aymeric est marié et père de famille. Hortense, elle, c'est l' « autre », la maitresse. Celle qui n'est là que pour les bons côtés d'une relation amoureuse.
Mais Hortense a beau être amoureuse d'Aymeric, cette situation lui pèse un peu plus chaque jour. Elle aimerait plus que partager quelques soirées écourtées par ses obligations familiales avec lui. Cependant, faute de mieux, elle s'en contente.
Mais le jour où Hortense se blesse à la cheville, sa vie bascule. Elle ouvre les yeux sur sa relation et sa vie. Elle a besoin de faire le point et s'éloigne donc de Paris le temps de sa convalescence. Beaucoup de questions se bousculent en elle : et si finalement son bonheur n'était qu'illusoire ? N'est-il pas trop à quarante ans pour changer de vie et reprendre sa vie en main ?
Encore une fois je suis tombée sous le charme de la plume de l'auteure. Sa douceur, sa justesse, sa sincérité s'insinuent en nous lecteurs comme par magie pour nous envoûter, nous toucher, nous séduire, nous transporter dans l'histoire d'Hortense. Une histoire belle, simple, vraie et bouleversante. Ce roman a remué quelque chose en moi. Est-ce parce que je me suis partiellement reconnue dans le personnage d'Hortense ou simplement parce que le style de l'auteure nous transporte du premier mot au point final ? Je ne saurais le dire avec certitude. Une chose est sûre, une fois lancée, je n'ai pas pu lâcher ce livre. Beaucoup d'émotions se sont bousculées en moi : j'ai ri, j'ai souri, j'ai grimacé, j'ai pesté, j'ai pleuré…
Dans ce sixième roman, Agnès Martin-Lugand revient à ses habitudes d'écriture : un point de vue exclusivement féminin. Enfin non ce n'est pas vrai à 100% car au moyen de la découverte du journal intime d'Elias, elle nous livre aussi son ressenti à lui. Ce moyen détourné de nous faire part de ses sentiments est agréable. Il sort de l'ordinaire. Un bon moyen de créer une histoire complète et profonde.
Hortense est une jeune femme qui vit dans un monde d'illusions. Au fil du temps, elle a mis de côté sa véritable personnalité pour séduire et plaire à son compagnon. Elle s'est effacée, affadie. Elle a pourtant le sentiment d'être heureuse. Mais comment l'être réellement quand on n'est pas soi-même ?! Oui l'amour, la vie de couple ou la vie en générale impliquent de faire des concessions de temps en temps mais pas de changer du tout au tout. C'est ce que la retraite d'Hortense dans le sud de la France va lui permettre de comprendre. Au fur et à mesure qu'elle va comprendre que son bonheur n'est que fantasmé, elle va se révéler à elle-même et aux autres. Elle prend conscience de la réalité des choses et nous prouve qu'il n'y a pas d'âge pour être heureux. Cette femme forte et fragile à la fois m'a séduite. Son parcours a fait écho en moi. Elle m'a beaucoup touché.
Il y a un autre personnage qui m'a touché, c'est Elias. Cet homme d'apparence bourrue se dévoile progressivement. Sous sa carapace, se terre un homme blessé et fragile qui a du mal à se confronter à son passé et à aller de l'avant. Son histoire personnelle m'a émue.
J'ai aussi aimé la place prépondérante que prend l'amitié dans ce roman. Comme dans Désolée, je suis attendue, elle constitue le fondement de la relation entre les différents personnages. Que ce soit, Bertille, Sandro, Mathieu, Cathie ou Auguste tous ont un rôle important dans la vie d'Hortense. Ils sont les piliers nécessaires à son bien-être et de son évolution.
Pour moi, ce roman est sans conteste celui que j'ai préféré jusqu'à aujourd'hui. Progressivement, le style de l'auteure s'affine pour être toujours plus juste et percutant. Agnès Martin-Lugand fait partie de cette petite élite d'auteurs qui ont le privilège de faire toujours plus d'adeptes à chacune de leur parution. Un roman que je saurai trop vous conseiller de lire. L'histoire est simplement belle, sincère et touchante.
Lien : https://misscroqbook.wixsite..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (18) Voir plus Ajouter une citation
GwenBrsGwenBrs   19 avril 2018
Nous ne nous lâchions pas du regard, dans le mien, je sentais les larmes monter parce que tout m'apparaissait sous un jour nouveau. Le sien était traversé par le doute, le chagrin. Le serveur interrompit le silence, nos assiettes arrivaient, elles nous furent présentées, détaillées, sans que je comprenne un traître mot de son discours pompeux. J'avais mal, mal pour nous, mal pour lui, mal pour notre histoire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
GwenBrsGwenBrs   19 avril 2018
- Je ne peux imaginer que tu sortes de ma vie... Tu m'aimes encore ?
- Bien sûr que je t'aime... Je t'aimerai toute ma vie, malheureusement ça ne suffit pas toujours.
Commenter  J’apprécie          00
Annabelle31Annabelle31   08 avril 2018
Je commençais à comprendre que je me battais depuis trois ans pour des chimères auxquelles je ne croyais pas moi-même, uniquement pour me protéger de la réalité, de la vraie vie.  
Commenter  J’apprécie          20
Annabelle31Annabelle31   08 avril 2018
Je croyais devoir attendre de danser pour me retrouver, en réalité, non. Je me retrouvais depuis que je m’étais blessée. À se demander si mon inconscient n’était pas responsable de ma chute.
Commenter  J’apprécie          00
BlackKatBlackKat   30 mars 2018
De toute ma vie, je n'avais jamais imaginé que je ne pourrais plus danser. Inconcevable. Me retirer la danse, c'était me retirer de moi-même. Aspirer de mon corps ma substance, la raison même de mon existence. Sans la danse, j'étais une coquille vide.
Commenter  J’apprécie          80
Videos de Agnès Martin-Lugand (17) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Agnès Martin-Lugand
De son passé de psychologue, Agnès Martin-Lugand a gardé le goût du contact, de l?écoute, de l?échange et du partage. Son écriture est à son image, lumineuse. Découverte en 2012 avec « Les gens heureux lisent et boivent du café » qui fut d?abord un succès sur la toile avant de devenir un phénomène en librairie, Agnès Martin-Lugand a su éviter les écueils qui guettent certains auteurs ayant eu une notoriété fulgurante. Elle a su gérer les attentes de son public et les regards en coin de la critique qui se demandait bien si la jeune femme allait savoir transformer l?essai. « Désolé, je suis attendue » ou « La vie est facile, ne t?inquiète pas » ont eux aussi connu le succès. Et il y a fort à parier que ce nouveau titre « J?ai toujours cette musique dans la tête » connaisse le même sort. Si on y retrouve la sensibilité qui nous avait séduits dans les précédents titres d?Agnès Martin-Lugand, on notera aussi une véritable évolution dans l?écriture et dans la construction des personnages qui gagnent en épaisseur et en crédibilité. Ici, voici Yanis et Véra, une quarantaine d?années, un couple heureux avec ses trois enfants. Mais les difficultés professionnels de Yanis, qui travaille dans le bâtiment, vont à mettre à mal ce bel équilibre. Tristan, client providentiel du jeune architecte peut aider le couple à relever la tête ou au contraire le faire sombrer. Entre Paris et la Bretagne, entre rire et larmes, entre émotion et révoltes, on se laisse embarquer dans cette histoire de notre temps et on referme ce livre, convaincu une fois encore, que s?il n?y a rien de plus beau que l?amour, il n?y a rien non plus de plus fragile. Et dans un couple, il faut savoir chaque jour rechanter la petite mélodie des premiers temps. « J?ai toujours cette musique dans la tête » d?Agnès Martin-Lugand est publié aux éditions Michel Lafon.
+ Lire la suite
autres livres classés : danseVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacMomoxLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

"Les gens heureux lisent et boivent du café" d'Agnès Martin-Lugand

Quel est le nom du meilleur ami de Diane ?

Colin
Jack
Edward
Félix

11 questions
199 lecteurs ont répondu
Thème : Les gens heureux lisent et boivent du café de Agnès Martin-LugandCréer un quiz sur ce livre
. .