AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Marie-Claire Pasquier (Traducteur)
EAN : 9782869301948
202 pages
Payot et Rivages (01/11/1988)
3.33/5   15 notes
Résumé :
On savait que les Américains avaient pris l'habitude de gérer les problèmes de leur vie quotidienne à l'aide de guides pratiques en tout genre. Mais personne n'avait imaginé, avant Lorrie Moore, d'en faire le sujet d'une fiction ironique. Neuf nouvelles dissèquent ici des programmes, parfois désopilants, parfois tragiques, avec un ton unique et souvent provocateur. " Les nouvelles grinçantes et poétiques de Lorrie Moore me donnent une envie irrésistible de rire et d... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
Sanfe
  19 juin 2022
J'aime bien lire des nouvelles. Lorrie Moore à un style particulier,genre recette,pour raconter des tranches de vie entre ironie,espoirs déçus, amours contrariés et autres états d'âmes.Un peu loufoque par moments mais on veut savoir où elle nous amène au bout du compte.Ça change,J'ai bien aimé l'atmosphère même si parfois les personnages sont un peu (beaucoup )perchés!
Commenter  J’apprécie          40
EymericM
  25 avril 2013
La frontière entre humour est gravité est très ténue : les héroïnes de Lorrie Moore utilisent l'humour, les jeux de mots, l'imagination comme rapport à leur univers, aux difficultés qu'elles rencontrent. Ces jeux envahissent l'écriture, les nouvelles offrant une diversité de style et de jeux littéraires assez incroyable, et la force de Lorrie Moore est d'utiliser ces jeux pas comme un simple "sport" mais comme le révélateur de la personnalité et des angoisses de ses héroïnes.
Commenter  J’apprécie          30
jmb33320
  21 mai 2018
Nouvelles entre rire et larmes, l'émotion l'emportant souvent. Une découverte qui m'a donné envie de lire les autres nouvelles de Lorrie Moore. La construction est souvent maligne : apparences de "manuels pratiques", construction temporelle frappante (une des nouvelles est bâtie à rebours, quelques lignes par année en commençant début 80 et finissant en 1939...
Commenter  J’apprécie          30
talou61
  10 juillet 2016
et bien non, ce ne sont pasdes histoires pour rien...
Comme Samuel Beckett
Commenter  J’apprécie          40

Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
Alice_Alice_   17 novembre 2013
"Les hommes qui sont froids de nature détruisent les femmes", m'écrivit ma mère, bien des années plus tard. "Ils leur font la cour en déployant un certain magnétisme qu'ils ont et qui est rattaché à leur âme comme une serre chaude à un jardin. Ils vous font entrer dans cette serre, vous êtes persuadée que ce que vous voyez là c'est la vie même, le soleil, la verdure. Et puis, une fois que vous vous êtes mise à les aimer, ils vous emmènent dans leur vraie âme, et là c'est une grande salle de bal toute vide, sombre, pleine de courants d'air, voûtée comme un caveau, pleine d'échos trompeurs. Tout ce que vous leur avez donné vient tomber là comme un paquet trop lourd. ils referment la serre à clé, et vous vous retrouvez là, minuscule comme un personnage dans un plan d'architecte, simple tache sur le dessin, sans visage, avec des bâtonnets pour représenter les bras et les jambes, toute petite silhouette perdue au beau milieu d'un immense désert de pierres."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
SanfeSanfe   19 juin 2022
Il est indispensable de connaître de bonne heure des déceptions majeures,c'est ce qui vous permettra d'écrire à quinze ans de longues séries de poèmes en forme de haïku sur le thème du désir contrarié.C'est un lac,un pétale de cerisier,le vent qui frôle l'aile du moineau partant pour la montagne.Comptez les syllabes.Montrez ce que vous avez écrit à votre mère.C'est une femme solide,à l'esprit pratique.Elle a un fils au Vietnam et un mari qui la trompe sans doute.C'est quelqu'un qui pense qu'il faut porter des vêtements marron parce que c'est une couleur qui dissimule les tâches. Elle jettera un bref coup d'oeil à ce que vous lui montrez,puis elle reportera son regard sur vous,le visage aussi inexpressif qu'une pomme.Elle vous dira : " Tu pourrais peut-être vider le lave-vaisselle ?"
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Alice_Alice_   18 novembre 2013
1973. A une soirée, quand une des invités vient vous raconter qu'elle s'est acheté une paire de chaussures sublimes, dites-lui que pour vous, s'acheter des affaires, c'est comme la masturbation : tout le monde le fait, mais ça n'est pas très intéressant, on doit donc faire ça tout seul dans son coin, et surtout ne jamais en faire un sujet de conversation en société. L'invitée pince les lèves, fronce les sourcils, et vous dit: "Je suppose que vous avez des choses beaucoup plus intéressantes à raconter?" Perdez brusquement votre belle assurance, répondez "Non", et allez vous chercher un verre de Schweppes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Alice_Alice_   18 novembre 2013
Nuit noire. Le ciel de cette fin de printemps s'est vidé, étrangement. Dans le chemin devant la maison, la lune s'affaire comme une vieille tante dont tout le monde a oublié l'existence.
Commenter  J’apprécie          30
Alice_Alice_   18 novembre 2013
J’ai envie de toi, en vie de toi, en vide de toi.
Commenter  J’apprécie          100

Videos de Lorrie Moore (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Lorrie Moore
Payot - Marque Page - Lorrie Moore - La passerelle
autres livres classés : clichésVoir plus
Notre sélection Littérature étrangère Voir plus





Quiz Voir plus

Compléter les titres

Orgueil et ..., de Jane Austen ?

Modestie
Vantardise
Innocence
Préjugé

10 questions
18638 lecteurs ont répondu
Thèmes : humourCréer un quiz sur ce livre