AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Payot et Rivages

La société Payot & Rivages est une maison d`édition française, née du rapprochement en 1992 des éditions Payot, principalement connues pour la collection « Petite Bibliothèque Payot » spécialisée en sciences humaines, et de la société française Rivages, qui publie principalement de la littérature étrangères, des thrillers et des policiers.

Livres les plus populaires voir plus


Collections de Payot et Rivages



Dernières critiques
Paolaparis
  12 mai 2021
Le Joueur d'échecs de Stefan Zweig
Ecrit quelques mois avant son suicide en février 1942, le joueur d'échecs est le dernier livre de Stefan ZWEIG. Un roman court et sans chapitre qui est en fait une longue nouvelle, genre de prédilection de l'auteur autrichien.



Sur un paquebot entre New York et Buenos Aires, le récit par un voyageur d'un tournoi d'échecs, entre Mirko Czentovic, un grand champion, froid et méprisant, et un parfait inconnu, le Dr B, humble autant qu'humaniste, dont le talent de joueur va s'avérer le surprenant résultat de son passé de captif du régime nazi.



Le récit du narrateur nous entraîne dans une mise en abyme puisque deux autres récits s'interposent pour la compréhension de l'histoire. Dans cette nouvelle, comme dans l'ensemble de ses livres, Stefan ZWEIG, qui était un ami de Freud, se plait à analyser, avec précision et sensibilité, les méandres émotionnels et psychologiques de ses personnages au regard du poids du passé. L'affrontement sur l'échiquier de deux personnalités opposées comme une métaphore du conflit mondial qui se jouait à l'époque. L'obsession et la folie en toile de fonds. Un suspens subtil qui révèle les valeurs morales de l'auteur, son sens de la liberté - jusqu'à la mort choisie -, son aspiration à la paix de l'humanité et de fait, son rejet de la barbarie nazie.



Coup de coeur absolu pour ce livre magistralement écrit.et plus globalement pour cet auteur hors du temps, aussi raffiné qu'indispensable !

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Seijoliver
  12 mai 2021
Tokyo Zodiac Murders de Sôji Shimada
Ouf ! Enfin terminé ! Je m’interroge, sans doute comme beaucoup, sur les raisons qui me poussent à aller jusqu’au bout d’un livre peu apprécié : pour confirmer le sentiment que j’ai eu tout au long de la lecture. Il ne faut jamais (?) croire un éditeur qui vous dit que vous avez entre les mains un livre extraordinaire. De plus, ici, c’est un thriller. Ah bon ! Ça n’en a que le nom sur la couverture, car il n’y a aucun suspense, et quand vous apprenez le nom du tueur, je n’ai éprouvé qu’indifférence. L’intrigue est alambiquée à un point que le récit est très, très, explicatif, et c’est très bavard. L’auteur est joueur, mais cela m’a semblé assez puéril : premier roman, mais comme il n’y a pas d’autres traductions, difficile de savoir si ce coup d’essai a été suivi de romans plus maîtrisés.
Commenter  J’apprécie          00
MissFantomette
  12 mai 2021
Le Joueur d'échecs de Stefan Zweig
« Trop abstraite pour le grand public, trop marginale par son sujet... Un format malaisé, trop longue pour un journal ou un magazine, trop courte pour un livre.»



Je vous rassure tout de suite ! Ces mots ne sont pas les miens, mais ceux (sévères !) de l'auteur lui-même à propos de cette oeuvre.

Elle sera publiée confidentiellement (quelques centaines d'exemplaires) à titre posthume après le suicide de Zweig et de sa compagne en février 1942.



Pour les fans du Jeu de la Dame (il y en a surement dans la salle !) : le thème du début du livre ne fut pas, lors de ma lecture, sans faire écho à cette récente série ! Amusant et interessant de partir sur ces traces.

Un enfant mal fagoté, extrait de conditions de vie difficiles, révélant un don pour le jeu d'échecs...

Les parties simultanées contre plusieurs adversaires...

La suite divergera, même si l'on peut s'amuser à retrouver des bribes communes plus loin, dans l'entrainement à jouer des parties « de tête », par exemple...



Cette nouvelle zweigienne typique, d'une centaine de pages, se déguste comme un voyage dont on aimerait qu'il dure plus longtemps !

Sa contruction est habile, avec des récits emboités qui nous mènent en bateau (c'est le cas de le dire puisque le récit-cadre se déroule entièrement sur un paquebot ! )

On aimerait poursuivre la traversée quand arrive la fin...



On peut bien entendu extrapoler, comme l'a fait l'auteur, fervent pacifiste, en voyant dans le jeu, son damier et son opposition des deux camps, une forme de représentation du paysage politique de l'époque, 1941, le nazisme et ses exactions.

C'est une des rares oeuvres de cet auteur dans laquelle il évoque des événements contemporains.



Une très belle lecture aux intérêts multiples ! Emballée !

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          231