AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Critiques sur Alexis Vassilkov ou la vie tumultueuse du fils de Mau.. (83)
Classer par :   Date   Les plus appréciées  



Ajouter une critique
Souri7
  30 septembre 2016
Je ressors de cette lecture avec des étoiles dans les yeux malgré le contexte de l'histoire qui n'était pas des plus bucolique.
C'est grâce en grande partie aux critiques lues ici que vous m'avez donné envie de le lire.. et rien que pour cela MERCI !!

Ce roman est une épopée en trois temps. La première époque relate rapidement la rencontre de Liouba avec Guy de Maupassant, leur amour dont naîtra Alexis et la chute de l'auteur dans la folie jusqu'à son décès.
La seconde période retrace la vie incroyable D Alexis qui par décision de Staline se retrouve condamné et déporté dans un Goulag, rencontre Ayami son épouse. Suite à la naissance de leur fils, Amayat, Alexis décide de s'évader et arrive en France occupée depuis où il devient résistant jusqu'à la libération.
La troisième période concerne la vie d'Alexis de la libération à son décès en 1981.

Ce livre se lit aisément avec une intrigue se déployant comme un ruban sans anicroche. Nous avons dans ce roman, un résumé de l'histoire de l'Europe de la fin de la première guerre mondiale jusqu'aux années 1980.


Les personnages sont attachants et incroyables avec notamment Alexis Vassilkov qui vient au monde avec un héritage incroyable (fils De Maupassant !), devient un ami proche de Staline, est déporté dans un goulag où malgré les exactions atroces perpétré là-bas, il arrive à se créé un réseau d'ami et a fondé une famille. Une fois évadé, il arrive à Marseille pour apprendre que le pays est occupé et, sans hésité devient résistant. Les autres personnages sont tous secondaires mais tracés avec une finesse incroyable. Je souris rien qu'en pensant encore à l'acrobate voltigeur qui donna un spectacle incroyable lors de son évasion ratée par avion... ou encore le manchot qui donna sa vie en fomentant une mutinerie pour permettre à Alexis de fuir le camp sans avoir les gardes à ses trousses.... Il y en a tant d'autres ....

Le fil rouge de l'histoire est sans contexte l'histoire. Bernard Prou nous relate ici dans les grandes lignes les raisons des conflits en Europe et les horreurs qu'elles ont entraînées. Quand on pense seconde guerre mondiale, on ne pense souvent qu'à notre petit univers France alors que là, nous en découvrons les conséquences dans les pays de l'est. Ce qui est merveilleux dans ce roman, c'est le ton utilisé pour relater les horreurs comme une sorte de détachement : par exemple, le cannibalisme, la violence gratuite des gardes sur les prisonniers, les peines de prison à rallonge et même l'amour au travers de l'histoire de ce couple de prisonnier qui se termine en bain de sang.
Malgré l'horreur relatée je me suis à de nombreuses reprises retrouvé à rire en lisant certaines scènes relatées comme celle des pets ou de l'écrou qui fut responsable de la défaite de la Russie. ^^ Le contraste entre ces passages et ce qui étaient raconté était étonnant !


La structure du récit en 3 temps est efficace et bien pensé notamment la dernière qui m'a énormément plu. Effectivement, près toute cette épopée, Alexis prend le temps de se poser et de penser. Les horreurs de la guerre lui sont de nouveau rappelé au travers de la découvertes que fait Isabelle dans un grenier avec son fils... Ce fils Amayat qui boucle la boucle de l'histoire en étant lui aussi condamné à la prison.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          802
tynn
  30 juin 2016
Combien de vies a vécu Alexis Vassilkov?

Entre la France et la Russie de Staline, le parcours du fils de Maupassant s'apparente à un récit d'aventures épiques.
Né du dernier amour de l'auteur avec une jeune peintre russe, les voies du destin vont ballotter le jeune homme jusqu'au fin fond de la Sibérie, et fermer la boucle de cet insolite et dangereux parcours dans la Résistance française sous occupation allemande.

En parallèle de cette épopée personnelle, Bernard Prou nous offre de nombreux destins tout aussi extraordinaires, des chercheurs d'or, un empereur devenu ermite, des zeks chanteurs ou voltigeurs, une loge de francs-maçons dans un bagne du bout du monde...toute une fresque de personnages picaresques. Se glissent aussi des destins malheureux ou dramatiques de juifs, de résistants ou de salauds de la pire espèce.

Conquise par la publicité appuyée, faite par un certain libraire à la houppette, j'ai suivi ce conseil de lecture et le résultat est plutôt positif. Je pense aussi que Bernard Prou doit une fière chandelle à Gérard Collard, pour la lisibilité donnée à son livre. Il ne reste pas moins que le talent est au rendez vous; c'est de la belle littérature, entre vérité et fiction, inventive, documentée et bien écrite, s'appuyant sur un solide contexte historié.

Et dernier détail qui m'amuse: les éditions de la Brouette!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          470
berni_29
  09 juin 2018
Connaissez-vous Alexis Vassilkov ? Quoi ?! Vous ne connaissez pas le célèbre Alexis Vassilkov ? le fameux Alexis Vassilkov ? Je vais donc vous parler brièvement du livre qui fait le récit de sa vie.
Alexis Vassilkov ou la vie tumultueuse du fils De Maupassant, on dirait presque le titre d'un roman d'aventures écrit par Jules Verne. Il n'en est rien. Ce livre est de Bernard Prou, enseignant à la retraite, et ce récit à multiples facettes et au souffle épique peut bien être qualifié de roman d'aventures, bien qu'il soit totalement inclassable.
Dans un récit que j'ai trouvé enlevé, l'auteur nous raconte donc la vie improbable du fils illégitime de Guy de Maupassant. Rien que ça...
Si Maupassant a eu lui aussi une vie tumultueuse, avouons-le entre nous sans que ce soit préjudiciable à l'image de ce grand auteur, elle l'était essentiellement sur le plan sentimental et cela se limitait à quelques alcôves ou maisons de passe... Celle d'Alexis Vassilkov nous ouvre l'espace et fait traverser l'Europe et ses guerres de part en part.
Mais la question n'est pas de savoir si Alexis Vassilkov a existé ou pas. Peut-être, peut-être pas... D'ailleurs, c'est sans doute mieux de ne pas savoir ; laissons un peu de mystère autour de ce récit.
Le roman s'ouvre en 1891 sur la rencontre de Liouba Vassilkova, femme peintre russe avec Guy de Maupassant. de cette histoire d'amour naîtra Alexis, malheureusement l'auteur déjà gravement malade, atteint de syphilis, ne tardera pas à basculer dans la folie puis la mort, alors qu'il venait enfin de connaître le bel amour.
La confrontation de Liouba Vassilkova avec la mère de Maupassant, femme acariâtre et détestable au possible, pour faire reconnaître ses droits et la légitimité de son enfant, est un des premiers moments savoureux du roman.
Ici la Grande Histoire côtoie mille petites histoires qui sont des petites pépites merveilleuses et insolites, comme si l'existence d'Alexis Vassilkov avait autant d'intérêt à se déplier dans la grande fresque du XXème siècle que dans une multitude d'anecdotes et de rebondissements, convoquant des personnages, multiples et hauts en couleurs.
Ici justement ce sont des personnages parfois réels, d'autres fois sans doute inventés, mais qui se déploient et grandissent dans de magnifiques amitiés et élans de solidarité.
Dans ce récit hallucinant, Alexis Vassilkov va ainsi connaître et côtoyer... Ah, non, chut ! Ne comptez pas sur moi pour vous dévoiler ici l'intrigue et le dénouement de cette incroyable épopée romanesque.
Bernard Prou a fait beaucoup de recherches historiques pour écrire ce livre, mais c'est vraiment son imaginaire foisonnant qui l'emporte et qu'il délivre comme un éloge à la confiance et la générosité de l'humain.
Au départ, Bernard Prou s'éditait lui-même, créant sa propre maison d'édition, les Éditions La Brouette, ça ne s'invente pas ! et s'occupait lui-même de la livraison de son roman en faisant du porte à porte. C'est peut-être ce qui explique le nom original de sa maison d'édition. Il a ainsi tout d'abord fait imprimer 500 exemplaires. Puis le bouche à oreille a commencé à faire son effet. Il a ainsi mis pas moins de 7000 ouvrages en cartons qu'il expédiait ou livrait lui-même tout d'abord auprès de petites librairies indépendantes qui ont cru en lui, preuve s'il en est qu'il faut continuer de soutenir ce réseau essentiel et non pas acheter les livres dans de grandes surfaces aseptisées et anonymes et encore moins en ligne chez Machin. Na !
Et je vous avouerai, autre raison de le lire : j'ai trouvé que c'est très bien écrit.
Saisir ce livre, en parler, le faire vivre bien après sa parution est un véritable moment de grâce. Gageons que l'épopée d'Alexis Vassilkov n'en finira pas de se déplier à l'infini entre vos mains...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          351
LiliGalipette
  21 avril 2016
Guy de Maupassant et Liouba Vassilkova ont vécu une éphémère passion lors des derniers mois de l'écrivain. de ces amours est né Alexis, le fils non reconnu De Maupassant. Liouba, peintre et femme engagée, élève son fils en lui inculquant sa passion. Quand Alexis a quatorze ans, mère et fils rentrent en Russie, mère patrie secouée par la révolution rouge. En 1936, Alexis perd la faveur de Staline dont il était le médecin personnel. « La révolution pour laquelle nous nous sommes engagés est vidée de son sens. Un tsar rouge remplace un tsar noir. » (p. 59 & 60) Envoyé dans le goulag de Mirny, en Sibérie, Alexis est initié à la franc-maçonnerie dans une loge clandestine et découvre ce qu'il est advenu d'Alexandre Ier. La vie dans le camp est intolérable, entre hivers glacés interminables et étés étouffants, à exploiter de précieuses mines de diamants. S'il y a de nombreuses crapules à Mirny, il y a aussi les victimes des absurdes purges staliniennes. « Dis-moi, pourquoi j'ai pris cinq ans ? J'ai rien fait. / T'as pas encore compris ! Les innocents n'existent pas. Et d'abord, t'es un menteur : quand t'as rien fait, c'est dix ans ! » (p. 104) Alexis s'éprend d'Ayami, la fille d'un chamane. Avec leur fils, il s'échappe du goulag, direction la France. Hélas, le pays d'origine D Alexis est soumis aux Allemands. Pendant la guerre, il se cache avec sa famille en Auvergne et intègre la résistance. La paix revenue en France, les aventures du fils de Guy de Maupassant ne sont pas terminées.

Impossible de résister au rythme enlevé de ce texte : ce pourrait être une pure fiction si des documents et des extraits de textes réels ne parsemaient pas les pages. Tout est vrai ici, mais raconté avec une telle plume qu'on croit lire les fabuleuses péripéties d'un héros aventurier. La réalité se charge de faire garder aux lecteurs les pieds sur terre : les terribles sévices du goulag, les insoutenables exactions de la milice collabo, tout ça est bien vrai et dépeint avec forces détails. Les personnages sont hauts en couleur et attachants. C'est avec un immense plaisir que j'ai découvert l'existence du fils caché De Maupassant !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          302
gruz
  17 juillet 2016
J'ai vu du pays, j'ai côtoyé la mort, j'ai vécu des pans entiers de l'Histoire récente, je me suis amusé aux cotés de personnages pittoresques. J'ai lu Alexis Vassilkov ou la vie tumultueuse du fils De Maupassant.

Bernard Prou nous conte la vie étonnante de ce personnage. Guy de Maupassant a vécu mille vies à travers ses écrits, son fils irrévélé aura vécu mille vies à travers les tourbillons du XXème siècle.

La vérité se drape sous le couvert de la fiction, à moins que ce soit la fiction qui se cache derrière ce qui paraît être réalité. Allez savoir avec ce facétieux Bernard Prou qui fait montre d'un sens inné dans l'art de relater les faits, les hypothèses et les illusions. Mais pourquoi chercher à faire le tri ? Ce roman est un pur moment de divertissement et un récit d'aventure(s) peu banal.

Là où d'autres auteurs misent sur la parodie et le burlesque pour mélanger fiction et réalité, l'auteur a déroulé tous les (bons) ingrédients pour que ce récit soit crédible (ce qui ne l'empêche pas de s'amuser et de nous divertir à chaque page).

La vie d'Alexis Vassilkov est une succession d'épisodes, comme des photographies d'une époque. Comme pour dénoncer les turpitudes d'un siècle de violence, aussi.

Il n'est point utile de connaître la vie et l'oeuvre De Maupassant pour suivre cette histoire, ce n'est pas le sujet en soi. Prou se charge de nous instruire de manière ludique sur nombre de sujets aussi variés que la littérature, la guerre ou encore la Franc-maçonnerie

Des tranches de vie ; scènes de la vie quotidienne ou morceaux homériques ; découpées en périodes, en grande partie entre la Russie des goulags et la France de l'occupation.

Des passages racontés d'une plume alerte, fouillée, créative, subtile et drôle. L'auteur ne se prive pas d'adapter sa plume aux circonstances. Souvent enlevé et parfois canaille, il mérite même, pour un certain passage, qu'on le rebaptise en Bernard Prout (mes plus plates excuses pour ce très mauvais bon mot).

Malgré une fin de roman qui m'a semblé partir en roue libre, la vie d'Alexis Vassilkov est une expérience de lecture étonnante et pleine de fraîcheur (et pas seulement à cause des températures très négatives de la Sibérie). de la belle littérature populaire qui sait se montrer brillante et redonner ses lettres de noblesses à un genre quelque peu disparu.
Lien : https://gruznamur.wordpress...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          252
Under_the_Moon
  06 avril 2019
Un roman atypique dans lequel l'auteur dresse des portraits plein de tendresse pour ses personnages - en particulier Alexis Vassilkov, et sa mère dont le coeur s'est embrasé pour Maupassant à la fin de sa vie.

C'est le moins qu'on puisse dire effectivement, que la vie de ce fils non reconnu de Maupassanr était tumultueuse ! de la Russie stalinienne à la France de Vichy, les descriptions sont souvent prenantes et enrichissantes - pas toujours de manière égale, certes. le petit bémol que je mentionnerai est le fait qu'on se perd un peu dans les personnages et actions secondaires. Toutefois, on sent bien que cela est dû à un trop plein de passion de Bernard Prou, ce qu'on peut tout de même saluer à l'heure où beaucoup d'écrivains rajoutent des pages sans autre but que celui de faire du remplissage.

Pour ma part ce que je retiens c'est le magnifique voyage dans la Russie post 1917, et des goulags sibériens avec des descriptions qui font ressortir le paradoxe de l'admiration des Français pour la Russie : pays de l'excès par excellence où de la fange naît une forme d'art, de beauté et d'émerveillement.

J'ai maintenant hâte de découvrir le second roman de l'auteur !


Challenge multi-défis 2019
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          220
RatonLaveur
  08 juin 2016
Oh que j'ai aimé ce livre !
Juste le titre m'aurait incité à me le procurer (car c'est bien un roman ?).
Et quand, Gérard Collard de la librairie Griffe Noire en a parlé à son émission de télé, je n'ai pas pu résister.
MAIS !
Et oui, un gros MAIS car ce roman n'est pas disponible au Québec !
Alors, comme je suis débrouillard (merci aux éditions Bayard), j'ai contacté l'auteur et dans sa grande gentillesse, Bernard Prou m'a fait parvenir un exemplaire de son roman … dédicacé !
Voilà ! J'ai reçu le bouquin et l'ai lu pendant les vacances.
Je vous le dis, mes efforts en valaient la peine.

« Alexi Vassilkov ou la vie tumultueuse du fils De Maupassant » est un roman inclassable et même si je le voulais, je n'arriverais pas à lui trouver une case. Et c'est tant mieux ! Après ma lecture, je me suis posé quelques questions qui heureusement sont restées sans réponse. Est-ce une biographie ? Une biographie romancée ? Une fiction basée sur des faits véritables ?
Comme je le dis souvent : je n'en ai aucune idée !
Tout ce que je sais, c'est que j'ai eu beaucoup de plaisir à lire ce récit.

Lançons-nous donc dans l'histoire.

1891. À travers son oeuvre, une jeune femme tombe en amour avec l'écrivain qu'elle admire. Liouba Vassilkov décide de lui avouer son admiration et commence alors une relation épistolaire passionnée entre elle et Guy de Maupassant. Faisant fi des ragots ou des racontars, elle décide de lui rendre une visite ; elle cogne à sa porte, à l'improviste. L'accueil est chaleureux et très rapidement cette relation épistolaire devient une relation, tout court.

Grâce à son talent de peintre, Loubia devient vite la coqueluche du monde artistique de Paris tout en continuant à fréquenter l'écrivain vieillissant. Maupassant devient de plus en plus malade et la fin approche. Ravagé par la maladie, il apprend la nouvelle : Loubia est enceinte. Un enfant de lui.

En septembre 1892, Alexis Vassilkov voit le jour pendant que son père s'enfonce de plus en plus dans les ténèbres de la mort. Moins d'un an plus tard, Guy de Maupassant meurt et laisse un héritage substantiel à son amour et à son fils.

Et c'est ce fils que nous suivrons dans son voyage à travers le XXe siècle. Élevé par sa mère en Russie, Alexis ne sait rien de son père. Il fait des études en médecine, devient par la suite psychiatre et sera remarqué par Staline qui l'engage comme médecin personnel. Sa position privilégiée (?) fait en sorte qu'il connaît mieux le vieil ours que lui-même. Il sait pertinemment qu'un jour, victime de la paranoïa de son unique patient, il subira ses foudres, accusé de trahison.

Sa prédiction devient réalité en juillet 1936, lorsqu'il est arrêté à Leningrad et déporté au Goulag, condamné à l'exil pour une période indéterminée. L'auteur nous guide alors, à travers les yeux de son personnage, dans l'horreur des convois vers l'est de la Russie, dans le monde violent de la Sibérie, au milieu des horreurs du Goulag jusqu'au périple de son héros vers la liberté. Enfin, en mai 1940, en pleine tourmente de l'invasion allemande, Alexis et sa famille débarquent à Marseille, en route vers Paris.

Finalement, abordant une autre partie de sa vie, le lecteur verra Alexis, reprendre sa nationalité française et retrouver ses racines grâce aux tableaux de sa mère et il partagera ces informations avec son fils Amagät.

Je vous le dis, ce roman est passionnant ! Je ne sais pas si tout est vrai (Gérard dit que oui …), mais cette lecture dépasse grandement la simple biographie. L'histoire de ce personnage est digne des meilleurs romans d'aventures, à la hauteur des très bons romans d'histoire et aussi prenante que les meilleurs « road books » ! Vous ne vivrez aucun moment d'ennui à vous (faire ?) balader dans la Russie d'avant la Révolution, dans les loges mystérieuses de la Franc-Maçonnerie, dans les officines de Staline, dans le goulag de l'URSS et aussi, dans les recoins de la résistance française de la Seconde Guerre mondiale.

Et, en plus, ce qui ne gâche rien, Bernard Prou nous raconte cette histoire avec un style très agréable, parfois cru, mais toujours en cohérence avec le récit.

Mais, car il y a un mais … je vous disais en début de chronique que ce roman n'était pas disponible au Québec. Et bien, il semblerait qu'il est tout aussi difficile de mettre la main sur ce livre en France ! Si j'ai réussi à vous convaincre de lire ce roman, je vous invite à contacter la maison d'édition en envoyant un courriel à cette adresse :

brouette.editions@gmail.com

Ainsi, comme moi, vous pourrez partir à la découverte de cet homme fascinant et le suivre dans ses aventures rocambolesques à travers l'histoire du XXe siècle.

Et je profite de cette chronique pour remercier Bernard Prou pour cet excellent roman, mais aussi de m'avoir facilité la tâche et de m'avoir fait parvenir le livre … par-delà l'Atlantique. Je me permets de citer la dédicace de monsieur Prou: « Je suis très fier d'être votre premier lecteur canadien. »

Quelques extraits :

En parlant de la faim qui régnait en Sibérie : « On aurait bouffé le cuir de nos bottes, si on en avait eu ! »

« Sur cette terre de nulle part, sur cette île de naufragés médusés dans un océan de solitude, les corps abdiquaient et les esprits divaguaient, au cours des jours inachevés et des nuits avortées. »

Et la magnifique invective que voici : « Par la bite du Christ ! Que Dieu vous encule tous ! »

« Ce fut un insigne morceau d'anthropologie, une de ces scènes qui égayent les mornes études notariales de province. »


Bonne lecture !


Alexis Vassilkov ou la vie tumultueuse du fils De Maupassant
Bernard Prou
Brouette éditions
2014
360 pages

Lien : http://lecturederichard.over..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          212
gouelan
  16 juillet 2017
J'ai aimé ce roman parce qu'il nous fait traverser les pages de la grande Histoire, autant dans le temps que dans l'espace. De Paris à la Sibérie, du goulag à la France occupée, de la résistance au temps de paix.

Alexis semble avoir vécu plusieurs vies.
Malheureusement je n'ai pas réussi à entrer dans sa tête.
Il aurait tout aussi bien pu s'agir d'histoires différentes, qui arrivent à d'autres personnages. L'écriture, trop linéaire à mon goût, ne m'a pas permis de faire le lien entre les différentes aventures pourtant extraordinaires, par ce qu'elles représentent dans L Histoire.

J'ai eu l'impression qu'il s'agissait plus de nous raconter L Histoire plutôt que la vie d'un homme. Il était comme posé sur les évènements sans vraiment nous faire vibrer lui-même, malgré toutes les atrocités vécues. Comme si cela ne lui arrivait pas vraiment à lui.

Sa jeune femme qui débarque avec lui à Marseille, ne semble pas du tout déboussolée, alors qu'elle est fille de chamane dans un village isolé en Sibérie.
J'aurais aimé connaître ses impressions.

Les vies du fils et petit-fils D Alexis sont en décalage avec l'histoire du père. On essaie de les relier maladroitement avec le passé de la résistance, mais pour moi, ça ne passe pas. Comme si j'étais embarquée dans un autre roman, beaucoup moins intéressant que le début si prometteur, avec fin de la vie De Maupassant.

Une aurore boréale pour le début des amours De Maupassant et de Loubia, une pluie de météorites pour celui D Alexis et d'Ayami. Je ne vois pas d'autre lien entre les deux vies.



+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
StefEleane
  20 mai 2017
Wahou mais quel roman mes amis !!!! Voilà c'est une bonne entrée en matière afin de vous mettre en appétit, illuminer votre oeil à la curiosité, monter les commissures des lèvres sur un léger sourire et vous retrouver tout ouïe à mes mots ...

Car Bernard Prou va vous faire voyager dans le temps, l'espace et votre imaginaire. Et en plus il vous annonce que Guy de Maupassant a eu un fils ! Attention je ne dis pas qu'il a été père, car il n'a pas eu la chance de connaitre cet enfant, puisqu'il est mort trop tôt pour le devenir. Bernard Prou nous présente la dernière amante De Maupassant et son fils Alexis. Et la vie D Alexis est digne d'une magnifique livre d'aventure. Il va vivre à Paris puis en pleine Russie à l'époque de la révolution. Il va être prisonnier et vivre le grand amour ...Et j'en passe afin de vous laisser découvrir tout ça par vous même .

Le 21 septembre 1892, Liouba accoucha d'un garçon prénommé Alexis. Conçu durant une aurore boréale, il naissait le jour de l'équinoxe d'automne. Ces signes célestes annonçaient sans aucun doute un destin exceptionnel.
Alexis Vassilkov ou la vie tumultueuse du fils De Maupassant est un superbe roman d'Histoire puisqu'il nous parle de la Russie au temps de Staline, de la Seconde Guerre Mondiale et de la résistance française. Mais c'est aussi un roman d'amour ! L'amour de Maupassant et de Liouba puis celle D Alexis et de Ayami. de vivre avec le passé. Des conditions de vie dans les Goulags.

Bernard Prou écrit merveilleusement bien. de façon simple et précise. Et l'immersion se fait dès les premières pages.

Quant à la véracité de l'histoire, à la fin de ce roman il y a une annexe comprenant des copies de journal intime, de documents ... Ce n'est malgré tout jamais vraiment évident vu que Maupassant est mort avant de reconnaître cet enfant . Ceci étant, certains historiens lui octroient aussi trois enfants issues de sa liaison avec Joséphine Litzelmann, qu'il n'aurait pas non plus reconnu alors qu'il n'était pas interné à cette époque. le mystère reste entier, personnellement , j'aurai tendance à vouloir croire en Alexis :)
Lien : https://lesciblesdunelectric..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
AMR
  25 juillet 2017
Lecture commune de juillet 2017

J'avoue un grand intérêt pour les romans historiques et les sagas familiales, quand la grande Histoire est abordée par la vision individuelle et personnelle de protagonistes inventés, mêlés de près ou de loin à des personnages référentiels… et je n'ai rien contre le fait qu'un écrivain prenne quelques libertés avec la réalité des évènements ou encore leur chronologie… Donc, j'étais plutôt bien disposée quand j'ai entamé Alexis Vassilkov, ou la vie tumultueuse du fils de Maupassant de Bernard Prou, la tonalité picaresque du titre étant à elle seule tout un programme.

Dans ce roman, Maupassant ou encore Staline sont à la fois convoqués avec leurs attributs ou leurs représentations habituelles et inscrits dans l'intrigue romanesque. Les actions de ces personnages référentiels deviennent alors décisives et lourdes de conséquences pour le personnage fictif, Alexis Vassilkov. Oui, j'ai bien dit « fictif », parce que pour mon avis personnel et j'insiste vraiment sur le fait que cela n'engage que moi, si la référence à Maupassant apporte un petit plus à la trame narrative de cet excellent roman, elle n'était cependant pas indispensable… Je ne crois pas à cette filiation que certains lecteurs vont prendre pour véridique.
Si j'ai bien aimé cette fresque historique et familiale qui m'a embarquée et fait voyager jusqu'au fond de la Sibérie et revivre plus d'un demi-siècle d'histoire, je trouve que cette biographie fictionnelle n'avait pas besoin d'un pseudo ancrage dans la réalité pour avoir sa raison d'être. Les thèmes abordés, des purges staliniennes à la collaboration, en passant par la peine de mort et la répétition trans-générationnelle des destins tragiques en faisaient déjà l'originalité.
Je salue au passage le travail de recherche de l'auteur sur la peinture, la révolution russe, la franc-maçonnerie, les guerres, la résistance et la collaboration, etc… L'écriture est fluide, agréable, émaillée de trouvailles ( « le chat Pristi », par exemple).

En conclusion, je ressens un enthousiasme réel mais mitigé car quelque chose m'a questionnée (agacée ?) que je n'arrive pas à bien définir… Une chose est sûre : ce roman ne laisse pas indifférent.
Je reconnais que j'ai tout de même fait quelques recherches rapides pour démêler le vrai du romancé et de l'inventé, recherches vite abandonnées puisque là n'était pas mon propos, (quoique ?…) et que mon fil s'est rapidement rompu car je n'ai pas retrouvé la trace d'une artiste peintre qui aurait partagé les derniers temps de la vie De Maupassant, le souvenir de Liouba Vassilkov, si elle a réellement existé, n'ayant pas perduré… et je rejoins volontiers Fernando Arrabal dans sa postface : vérité, mensonge, invention, extrapolation, peu importe si le plaisir de la lecture est au rendez-vous…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130


Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr

Autres livres de Bernard Prou (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
1651 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre
.. ..