AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2930996005
Éditeur : Les Bas Bleus (05/07/2018)

Note moyenne : 3.77/5 (sur 13 notes)
Résumé :
Maîtresse à la vie comme à l’école, Camille déteste au moins autant les enfants que l’engagement amoureux. Trentenaire au caractère bien trempé, elle vole de bras en bras, avec une nette préférence pour les hommes mariés afin d’être certaine de ne pas s’attacher. Pourtant, sa rencontre avec Stéphane, directeur d’une école d’art, va mettre à mal ses certitudes. De petits bonheurs en déceptions, elle va alors se rendre compte que Stéphane n’est pas du tout celui qu’il... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (14) Voir plus Ajouter une critique
Gaoulette
  18 décembre 2018
Je regrette de mettre cette note mais je reste avec un arrière gout dans la bouche qui me dérange après ma lecture.
Tout d'abord je tiens à préciser que ce chick lit reste un roman à fort potentiel mais je n'ai pas eu tout ce que j'attendais dans ce genre de roman.
Premier point essentiel : l'héroïne. Que l'on aime ou déteste elle doit marquer les esprits. Camille le marque en rentrant dans la seconde catégorie. C'est un risque encouru par l'auteure mais elle le fait plutôt bien. Camile est très belle, bien gaulée, elle le sait et en abuse. Les hommes mariés c'est sa came surtout les pères de ses têtes blondes. Vous l'aurez compris Camille est une sexy maitresse et elle déteste les mouflets.
Ces idées là de l'auteure j'ai adhéré complétement. Une nana qui semble bien dans ses baskets et s'en fout de ce qu'on pense d'elle. Mais l'auteure ne m'a pas convaincu dans la totalité de son histoire. J'aurais que l'auteure exploite ce filon jusqu'au bout. le roman est court et l'auteure aurait pu étoffer les anecdotes de son héroïne pour être complétement en phase. Je suis restée perplexe à plusieurs reprises avec des fins abrupts de séquences. Et où le bas blesse, c'est son final (dernier chapitre et épilogue) qui m'a validé mon avis définitif. J'en suis ressorti avec ce sentiment d'inachevé que je déteste quand je ferme un roman. Je trouve bien dommage car l'auteure a un très jolie plume, elle sait transmettre et a des très bonnes idées. Elle me donne envie de la relire pour un prochain roman. Je déteste malheureusement ce genre de fin ouverte et cela plombe toujours ma note définitive.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          101
Missnefer13500
  18 décembre 2018
Je savais un peu à quoi m'en tenir quand au personnage de Camille, cette nana qui assume ses décisions, ne cache pas que son métier n'est pas une vocation, mais qu'il faut bien remplir le frigo. Elle m'a fait penser à une collègue de travail, qui avait aussi une appréhension de notre métier assez déconcertante. Infirmière il faut bien que se soit une vocation pour l'exercer, comme celui d'instit non ? Sinon comment s'investir auprès des autres. Apparemment non. Béatrice Ruffié-Lacas connait bien le milieu enseignant, et de ce fait, sa description du contexte est crédible. Cliché ? Peut-être. Mais j'ai le souvenir que dans toute classe on retrouve des élèves copie conforme de ceux de Camille.
Que dire de ce personnage. Bien évidemment ça passe ou...ça casse. Je tire mon chapeau à Béatrice pour sa prise de risque. Bien souvent un roman est jugé d'après ses personnages. Et on ne peut pas dire que celle-ci soit très sympathique. Plutôt cynique, égoïste, sauvage avec son coté : j'assume ma sexualité avec des relations avec des hommes mariés, de préférence. Non, toujours mariés obligatoirement, qu'elle attrape dans son vivier de parents, ce qui ne la rend pas vraiment attirante, pour peu qu'on soit attaché à certaines règles morales. Pour autant, personnellement elle m'a plu, même si quelques révélations sur les raisons de ce choix auraient été bienvenus, avec un aperçu un peu plus poussé de son caractère. Ce qui m'aurait permis de comprendre ses motivations.
Quant à Stephane... eh bien je ne sais pas trop quoi en penser. Encore moins de cette relation qui n'en ait pas une et j'avoue ne pas avoir compris ce qu'ils cherchaient l'un l'autre dans cette liaison. Plus centrée sur du sexe, sur le coté alchimie, elle aurait été explicable. Mais là, j'avoue je cale. D'autant que ce personnage reste très mystérieux, et de nombreuses questions sans réponses me titillent encore.
Pour être honnête, je suis restée sur ma fin. Avec un sentiment d'inachevé, et le sentiment que l'auteure aurait pu nous en offrir davantage, en développant certains sujets. D'autant que ses fins de séquences sont parfois déconcertantes tant elles sont abruptes. Coté style, j'avoue que je suis sous le charme. Moi qui n'aime pas les phrases courtes, eh bien, elles donnent un certains rythme plaisant et de la dynamique au récit. C'est loin d'être factuel et scolaire, le vocabulaire est approprié et assez riche. L'humour est au rendez-vous tandis que notre héroïne joue son rôle avec auto-dérision.
Je ne saurais dire si on doit classer ce livre dans la chick-lit ou la romance, tant celle-ci est traitée de manière peu conventionnelle avec un dernier chapitre et une conclusion que j'aurais bien vu intitulé "épilogue" et qui m'a laissée sans voix. Je m'attendais à tout... sauf à ça. Bref un roman qui appelle pour moi à une suite tant j'ai encore besoin de réponses et ma foi... de retrouver Camille et Stéphane pour mieux saisir cette relation ambiguë.
Un premier roman plein de potentiel, une belle plume et une héroïne détestable, ce qui prouve que Béatrice Raffié-Lacas a bien atteint son objectif. Même si au bout du compte l'antipathie que l'on éprouve pour le personnage ne s'améliore au fil du roman et l'on se dit qu'après tout, il va lui falloir vivre avec l'effet boomerang. Une auteure à suivre.
Lien : http://missneferlectures.ekl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
lesetoileesdesbibliotheques
  06 juillet 2018
Camille est une jeune femme dynamique, indépendante et à l'humour un brin douteux. Elle est professeur d'école par obligation mais non par vocation. Les chahuts d'une ribambelle de mioches mal élèves, très peu pour elle. Mais comme des millions de personnes dans le monde, il faut bien remplir le frigo.
S'elle devrait avoir une vocation, je dirais et sans réfléchir le sexe. Elle n'est pas nymphomane mais elle en donne l'impression. Une semaine d'abstinence peut la rendre très désagréable. Et elle est prête à aller loin pour coucher. Avec une préférence pour ceux qui sont engagés. Car s'elle aime faire l'amour, elle déteste définitivement les sermons à vie.
Camille est le genre de nana qu'on déteste ou qu'on aime d'emblée. Elle peut susciter autant l'admiration que le mépris. Elle représente autant l'emblème de la femme libérée, assumée et bien dans sa tête que le genre qu'on traite de femme indigne. Elle n'a aucun respect pour les promesses et l'engagement à vie.
Elle est bien foutue et le sait. Jouant de ses atouts et ses atours pour faire succomber ses rencontres d'un soir. Un beau brin de fille qui sait ce qu'elle veut et utilise tous les moyens pour l'avoir. Camille n'est pas méchante de nature. C'est un personnage plein de contrastes. Elle peut provoquer des ressentis mitigés. Parfois, égocentrique à l'extrême, et d'autres expansive et à ce moment là, son humeur communicative reflète une image positive. Instable dans ses relations, incohérente dans ses faits et ses dires. Peut-on émettre le diagnostic d'handicapée du sentiment ? Bien possible ! C'est sûr qu'elle ne se laisse pas approcher émotionnellement ni capable de se laisse aimer.
Camille dans sa chasse aux orgasmes, passera t-elle à côté d'une relation amoureuse qui lui offrira bien plus que ses rencontres furtives entre cuites ?
Dire que j'ai aimé ou pas cette histoire, serait mensonge. En fait, je suis indécise. le roman est classé dans la catégorie Romance, mais il en est dépourvu. Je ne voudrais pas que vous passiez devant une lecture qui vous plairait, du coup je lance un appel à vos âmes aventureuses pour vous laisser tentées.
Je n'ai pas accroché, et cela n'a rien avoir avec la plume de l'auteur qui est très fluide. Et rien n'avoir avec son style qui est loin d'être désagréable. Et tout avoir avec le personnage de Camille qui ne m'a pas touchée. Si j'aime les romans fleur bleue, j'aime aussi sortir de ma zone de confort et tester d'autres genres. Camille est très monologuiste, pas vraiment généreuse en dialogues. Son langage un brin graveleux, et sa manie à fantasmer sur tous et à tout bout de champ m'ont exaspérée.
Mais pour être juste, Je dois avouer qu'elle m'a fait aussi rire même si son humour est poussé à l'impudence surtout pour une maîtresse d'école. Mais je ne peux nier qu'elle en a dans le ventre.
Pour résumer, cette histoire n'est pas vraiment pour moi. Mais cela ne vous empêche pas de tenter votre chance. Les goûts ne se discutent pas.
Mya
Lien : https://lesetoilesdesbibliot..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
liliunivers
  19 août 2018
http://liliandtheworldofbooks.blogspot.com/2018/08/demande-la-maitresse.html
Camille est le personnage qu'on peut aimer comme on peut la détester. Maîtresse le jour ainsi que la nuit cette femme dynamique, indépendante et à fort caractère va vous faire passer un bon moment. Elle n'aime pas son métier et encore moins les enfants par contre, elle aime le sexe sans attachement et ça lui convient bien ainsi jusqu'à sa rencontre avec Stéphane qui va tout chambouler.
Une histoire qui m'a beaucoup plu avec une héroïne un peu hors du commun. Cela change de suivre une héroïne que l'on ne s'identifie pas totalement et surtout avec un caractère fort comme le sien. J'ai adoré son franc-parler et sa personnalité. Bien évidemment, ce n'est pas le genre de copine qu'on voudrait avoir, mais au fil du temps on l'apprécie.
Sa rencontre avec plusieurs personnages est très intéressante, mais bien évidemment, je préfère vous laisser le soin de les découvrir.
Pour conclure, l'intrigue est simple, mais efficace pour passer un très bon moment en compagnie de Camille et ses drôles d'aventures. La plume de l'auteure est fluide, prenante et surtout elle mène à bien son histoire. Si vous voulez passer un bon moment avec un personnage hors du commun, je vous recommande "Demande à la maîtresse".
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
TheLovelyTeacherAddictions
  16 juillet 2018
J'avais lu et apprécié ce roman lorsqu'il n'était encore qu'un manuscrit. Je pense que Demande à la maîtresse est le genre de roman qu'on adore ou qu'on déteste et qu'il n'y a pas de juste milieu, un peu comme le personnage de Camille en fait. Pour ma part, travaillant dans l'éducation nationale, je me suis retrouvée un peu en elle même si sa vision des élèves est très différente de la mienne.
Camille Magne est une jeune femme de 29 ans qui est très cynique vis à vis de son métier mais aussi de sa vie personnelle. Elle a choisi de travailler dans l'éducation nationale non pas par vocation mais pas nécessité financière. Travailler aux côtés de ces chères têtes blondes est d'une certaine manière un calvaire mais elle ne les malmène pas non plus. Certains de ses élèves sont des caricatures car on a la fayote qui veut toujours bien faire , le cancre qui se fiche de tout, l'élève qui n'est pas suivi par ses élèves... Camille ne s'épanouit donc pas dans sa vie à l'école même si une opportunité pourrait changer la donne.
Dans sa vie personnelle , le constat est similaire car c'est une célibataire endurcie qui n'a pas su rebondir après son échec sentimental avec Cédric. Elle va faire des erreurs au cours de ce roman mais elle les assumera complètement. Elle va hésiter mais tentera tout ce qu'elle peut pour s'en sortir. Les choses pourraient changer quand elle rencontrer Stéphane. Mais très vite, on va se mettre à se poser des questions sur sa sincérité et sur le fait qu'il soit prêt à faire une place dans sa vie et dans son coeur. Fera t-elle enfin les bons choix? Sera t-elle heureuse.
Stéphane Martigo sera donc un des héros de ce roman et n'ayant aucun chapitre de son point de vue , nous ne savons pas ce qu'il pense, ce qu'il veut et ce qu'il nous réserve. Il n'apparaît donc pas sous un bon jour car il a évidemment des secrets et on se pose donc des tas de questions à son sujet. L'auteur ne va pas donner une très bonne image de la gente masculine et il est vrai que notre héros va renforcer ce sentiment. Que nous cache t-il donc?
Bref, j'ai passé un bon moment de lecture avec ce roman car Camille a su me faire rire grâce à cette auto dérision qui la caractérise. Elle prend la vie comme elle vient et ne se soucie pas du regard des autres. Si vous n'êtes pas fan des fins ouvertes, vous pourrez être frustrée car c'est à nous ou notre imagination d'imaginer la suite des aventures de cette femme pas comme les autres
Lien : http://thelovelyteacheraddic..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (11) Voir plus Ajouter une citation
rkhettaouirkhettaoui   06 juillet 2018
Ils sont petits, bêtes et souvent méchants. Parfois même TRÈS méchants. Ils ne contrôlent ni leur attention ni leurs mouvements, et, dans les petites classes, ils ne contrôlent même pas leurs sphincters. Souvent, ils puent. Parce que leurs parents ne les lavent pas tous les jours. Parce qu’ils se sont tartinés de poisson pané à la cantine, parce qu’ils se sont pissés dessus ou parce qu’ils ont vomi. Il faut savoir qu’ils vomissent tout le temps, parfois parce qu’ils sont malades, mais le plus souvent parce qu’ils ont essayé de se mettre les doigts au fond de la gorge… pour voir. Et puis ils crient. Sans arrêt. Parce qu’ils sont contents. Parce qu’ils sont en colère. Parce qu’on leur a pris un jouet. Parce qu’ils sont fatigués. Non, vraiment, les enfants, c’est chiant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui   06 juillet 2018
Sans vouloir m’étendre de manière trop imagée sur ce que j’ai fait de ma nuit — pour ça, il y a le Kamasutra ou YouPorn, selon l’érudition littéraire —, je peux dire en toute honnêteté que c’était magique.
Je n’ai pas encore dit oui à sa proposition. La seule chose dont je suis certaine pour le moment, c’est que je suis partante pour un second rendez-vous. Et vite ! Bien entendu, je ne suis pas du tout accro, amoureuse ou tout ce genre de trucs oiseux et infantiles qui ne me concernent plus. J’ai vingt-neuf ans, j’ai arrêté de croire aux licornes et aux cœurs à paillettes ! Pourtant, je dois avouer que, oui, c’était fichtrement bien et que, oui, j’ai envie de le revoir. Sexuellement parlant, cela va de soi.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui   06 juillet 2018
Le problème, c’est que, le privé, c’est le mal. Je suis un pur produit de l’institution publique, et j’ai très bien réussi. Je pense très sincèrement que ceux qui travaillent dans ce type d’établissement ne font que renforcer les clivages entre une éducation « pour riches » et un apprentissage « pour pauvres ». Je suis une femme de conviction, moi ! En plus, en admettant que j’accepte, je n’imagine même pas la tête que ferait mon père, dernier communiste convaincu, si je lui annonçais que je quitte l’État providence pour le capitalisme triomphant. Il prierait sans doute saint Lénine toute la nuit pour qu’il me fasse rentrer dans le droit chemin.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui   06 juillet 2018
Les adolescents sont un public différent des primaires, et je suis bien décidée à lui toucher un mot sur son attitude, mais pas devant ses camarades. Même si j’essaie de l’ignorer superbement et avec aplomb — je suis Grace Kelly, je suis Grace Kelly, je suis Grace Kelly… —, je sens son regard goguenard peser sur moi et ça m’exaspère à peu près toute la matinée.
Commenter  J’apprécie          20
rkhettaouirkhettaoui   06 juillet 2018
S’il me traitait différemment maintenant que je lui refuse mes charmes ? Ou même, pire, s’il ne m’avait engagée que pour mieux me virer, maintenant que je ne veux plus de lui ? D’ailleurs, est-ce que je ne veux vraiment plus de lui ? C’est bien là le nœud du problème. Avachie sur le canapé à tourner toutes ces questions dans ma tête, je finis par me rendormir dans une position aussi improbable qu’inconfortable. Quand le matin arrive et que le réveil se met à marteler mon cerveau, il n’y a pas que lui qui est en bouillie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
autres livres classés : feel good bookVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

La Chick lit vous a-t-elle séduit?

Que signifie le terme de "chick lit" ?

littérature de jeunettes
littérature de femmelettes
littérature de poulettes
littérature de belettes

12 questions
134 lecteurs ont répondu
Thèmes : chick litCréer un quiz sur ce livre