AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Critiques sur Un singulier garçon (12)
Classer par :   Date   Les plus appréciées  



Ajouter une critique
nameless
  15 juillet 2018
Un singulier garçon est un livre écrit par une singulière auteure : ni officiellement historienne, ni journaliste, Kate Summerscale exhume des faits divers jugés à l'époque victorienne pour autopsier sa société, en dresser un méticuleux état des lieux politique, historique et social, et mettre en lumière comme dans La déchéance de Mrs Robinson, la place des femmes dans un monde rigide et confit dans la misogynie, ou ici, dans Un singulier garçon, la place réservée aux enfants et à leur éducation.


En juillet 1895, les fils Coombes, Nathaniel et Robert, respectivement âgés de 12 et 13 ans assassinent leur mère et laissent son cadavre pourrir dans sa chambre, tandis qu'ils continuent leur vie d'enfants livrés à eux-mêmes, leur père travaillant sur Le France, un transatlantique. La presse à sensation qualifie ce crime de « Crime le plus épouvantable du siècle ». Le jeune Robert est jeté en pâture aux médecins, juges, journalistes, hommes politiques. La psychiatrie balbutiante émet l'hypothèse qu'il souffre d'un excès de matière cérébrale, qu'il a trop de matière grise pour la taille de son crâne. On le déclare ensuite perverti par ses lectures, les penny dreadfuls, ces magazines médiocres qui sont pour la classe ouvrière le premier accès à une littérature de masse bon marché. La bien-pensance victorienne s'enflamme et s'insurge contre l'alphabétisation des classes « inférieures », contre la scolarisation des enfants, « qui n'a pas rendu Robert plus civilisé mais plus sauvage, accentué un processus dégénératif, aiguisé les griffes du petit tigre »... L'élite sociale du XIXème siècle apprécie davantage une populace inculte, docile, corvéable, benoîtement souriante et reconnaissante.


Robert est finalement reconnu irresponsable et interné à Broadmoor, un asile psychiatrique, où bien traité, il devient un résident « au bon vouloir ». Autrement dit, seul le bon vouloir de Sa Majesté peut lui rendre la liberté, ce qui se produit en 1912. Robert émigre en Australie, s'engage dans l'armée australienne, combat dans les tranchées françaises comme brancardier puis finit ses jours à Nana Glen, Nouvelle-Galles du Sud.


Kate Summerscale a consulté une masse considérable d'archives sur le système de l'enseignement primaire, les docks de Londres, les prêts sur gages, la littérature bon marché pour la jeunesse, la psychiatrie, les chantiers navals de la Tamise, le travail des enfants, la législation sur la démence et la protection de l'enfance. Près de 100 pages en fin d'ouvrage, réservées à ses notes, index et bibliographie en témoignent. Elle s'est rendue en Australie pour retrouver la trace de Robert. Grâce à son singulier talent, elle propose au lecteur la biographie vivante, captivante, instructive, mais également humaniste d'un enfant matricide, qui a cherché la rédemption aux antipodes, down-under. L'épilogue de cette histoire vraie est particulièrement touchant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          655
AgatheDumaurier
  01 novembre 2016
Tiens ! J'ouvre le bal !
C'est le troisième livre de Kate Summerscale que je lis, et c'est toujours passionnant.
Elle est spécialisée dans les faits divers victoriens, qu'elle reprend et analyse, comparant les mentalités de l'époque et la nôtre. Ici, il s'agit d'un matricide de 1895. Un jeune garçon de treize ans poignarde sa mère, avec la complicité tacite de son petit frère de 11 ans...Beurk, dites-vous, pauvres gens...Effectivement.
Ce qui est très intéressant est le procès des enfants, jugés comme des adultes, mais pas tout à fait, et, surtout, les analyses psychiatriques très datées des jeunes meurtriers. On accuse...leurs lectures ( des feuilletons à sensation type Eugène Sue ou Jules Verne) de leur avoir perverti l'esprit et de les avoir incités à la violence...Comme aujourd'hui les jeux vidéo. L'auteur analyse aussi la crainte de la société devant l'alphabétisation croissante des classes pauvres. Leur esprit ne peut pas supporter trop d'informations...On cherche chez eux des signes physiques de dégénérescence... Crâne etc...Dommage, ils sont tous les deux très beaux et harmonieux...On va très peu chercher dans l'histoire familiale, mais c'est aussi parce que la défense veut plaider la démence. de fait, l'aîné est jugé irresponsable et se retrouve au célèbre asile de Broadmoor...Foin des clichés, il y est très bien traité et grandit...
Relâché en 1914 à 30 ans ( entré à 13 ans, quand même), il s'embarque pour l'Australie, puis c'est la guerre. Kate Summerscale réussit ensuite à retrouver sa trace jusqu'à sa mort, toujours cherchant des réponses à ce crime extraordinaire.
La fin du livre est particulièrement émouvante. Elle rebat les cartes. On ne peut pas tout comprendre d'une âme aussi complexe que celle de ce garçon, mais certains voiles sont levés. L'horreur du crime reste entière...Peut-on passer une vie à se racheter ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          347
kathel
  18 février 2018
En 1895, Robert, un adolescent de treize ans, assassine sa mère, Emily, plus ou moins avec la complicité de son frère cadet. A ce moment son père, steward sur un paquebot, était en train de traverser l'océan en direction de New York. La famille vivait dans les faubourgs de Londres, un quartier de petites maisons mitoyennes, ils menaient une vie un peu plus difficile que leurs propres parents, avaient un peu de mal à joindre les deux bouts, sans être dans la misère. Après le meurtre, les deux garçons continuent de vivre comme si de rien n'était, alors que le corps de leur mère est dans la pièce d'à côté, et racontent aux voisins qu'elle est en voyage. Ils tentent d'emprunter de l'argent, de gager des objets de famille, pour pouvoir aller s'amuser, puis pour se nourrir. Ce comportement posera beaucoup de questions et permettra à l'avocat de Robert de trouver une ligne de défense, de plaider la folie.
Kate Summerscale, journaliste et auteure anglaise, plonge pour la troisième fois dans des documents d'archives, après L'affaire de Road Hill House et La déchéance de Mrs Robinson. Je n'ai pas lu les deux premiers, mais j'avais écouté un entretien passionnant avec l'auteure lors des Assises Internationales du Roman l'année dernière.
L'époque victorienne est minutieusement reconstituée par Kate Summerscale, la vie de famille, la rue, l'école, les métiers harassants, la justice et même dans ce livre, la psychiatrie. Ce dernier point ne manque d'ailleurs pas de surprendre. L'hôpital psychiatrique dont il est question dans le roman, et où Robert est le plus jeune détenu, ne suivait pas les méthodes en usage à l'époque, et beaucoup de commentateurs trouvaient que les meurtriers qui passaient pour fous ou malades étaient enfermés dans des conditions passablement clémentes, voire luxueuses selon certaines exagérations. J'ai trouvé ce roman captivant, jusqu'à la fin où l'auteure recherche en Australie les traces De Robert, émigré après sa libération et la guerre.
Maintenant, entre les romans classiques d'époque victorienne et les romans contemporains qui s'emparent de cette période historique, il faut ajouter les livres de Kate Summerscale.
L'éducation dans cette deuxième moitié du dix-neuvième siècle, la façon dont sont considérés enfants et adolescents, la crainte que les petits romans d'aventures vendus quelques pennies, que les jeunes lisent abondamment, ne leur corrompent l'esprit, ces questions sont particulièrement bien cernées par l'auteure. Elle a recherché de nombreux documents d'archives et en a tiré le meilleur parti. Je prévoirais volontiers de lire les deux autres livres qu'elle a écrits, si mes listes à lire n'étaient pas déjà aussi longues !
Lien : https://lettresexpres.wordpr..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
som
  06 février 2017
A partir d'un fait divers terrible et bien réel, un matricide commis par deux jeunes frères alors âgés de 12 et 13 ans, Kate Summerscale reconstitue les bas-fonds londoniens de la fin du XIXème siècle. Son approche purement documentaire, dénuée de tout point de vue moral, passe au crible les conditions de vie de cette classe laborieuse, les arcanes d'un procès criminel puis les conditions de détention du condamné avant de retracer son changement radical de vie. Basé sur une solide documentation, ce « singulier garçon » tire les fils de la société victorienne marquée une grande contrainte morale, une violence quotidienne et un libéralisme économique qui bouscule autant qu'il détruit.
Essai sociologique et politique, ce documentaire romanesque se lit également comme un grand roman policier au sang-froid.
Commenter  J’apprécie          90
michdesol
  04 août 2018
Il s'agit ici de l'histoire d'un matricide dans l'Angleterre de la fin du XIXe siècle.
L'auteur s'appuie sur une riche documentation et nous dit tout, des faits, du procès et de ce qu'il advint de l'accusé. Plus qu'une étude psychologique l'auteur nous livre une étude sociologique et historique sur le comportement de la société anglaise de l'époque victorienne vis à vis des criminels et des aliénés.
L'écriture est sèche, précise, allant droit au but, sans affect, sauf à la fin du livre où l'auteur se livre un peu.
Commenter  J’apprécie          20
agape0
  19 janvier 2017
Juillet 1895. Un meurtre, un matricide perpétué à Cave Road, rue du quartier londonien de West Ham nouvellement construit pour faire face à la croissance démographique galopante à la fin du XIXéme siècle.
Deux frères Nathaniel et Robert Coombes âgés de 12 et 13ans qui vécurent 10 jours dans la maison où le corps de leur mère qu'ils avaient tués, gisait dans son lit exposé à des températures caniculaires.
A partir de ce fait divers, Kate Summerscale mène son enquête et tente de comprendre et d'expliquer ce geste qui suscita l'indignation dans la presse de cette époque. Elle nous guide à travers les méandres de la justice victorienne où un enfant était jugé comme un adulte. Elle nous présente une magnifique galerie de portraits des hommes et des femmes qui croisèrent la route de Robert Coombes et le suit jusqu'à sa dernière demeure.
Forte d'une riche documentation et d'une grande érudition, entre roman et essai, Kate Summerscale nous plonge dans une société tellement proche chronologiquement et pourtant psychologiquement et moralement tellement éloignée de nous.
Cet ouvrage est aussi palpitant que captivant tant par sa forme audacieuse que par le choix du sujet.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Nikoz
  03 août 2018
J'apprécie beaucoup le travail de K Summerscale, et celui ci est particulièrement instructif et surprenant.
Commenter  J’apprécie          10
Arnaud302
  25 mars 2017
Pour Kate Summerscale, le fait qu'il fasse un temps nuageux dans la banlieue de Londres le 4 juillet 1895, et que ce soit attesté par la presse du jour, c'est terriblement important. Elle déploie un sens du détail qui en devient presque étouffant. le livre est ainsi truffé de notes de bas de page, de références, dont le but est un peu trop ostensiblement de nous épater par la profondeur de la recherche historique et du travail préparatoire.

... Mais pour autant, ça fonctionne très bien. Ce récit, presque à l'heure près, de la vie de Robert Coombes, qui fera quelques temps la une des journaux l'année de ses treize ans pour avoir assassiné sa mère, avant de devenir un héros ordinaire de la Grande Guerre puis de se faire oublier en Australie, est passionnant par la richesse de la reconstitution.

A lire, comme les deux autres livres du même auteur.
Commenter  J’apprécie          10
leslivresquejaime
  14 septembre 2019
c 'est une histoire qui commence a Londres dans un quartier populaire Kate summerscale se centrera sur robert Coombs qui au 19ieme siècle a fait la une des journaux pour avoir tué sa mère et d'afficher aucun regret; Il va passer au tribunal ou il va être dépeint comme étant un un monstre sans émotions qui après avoir tué sa mère va avec son frère regardé un match de cricket.
la sentence : l hôpital psychiatrique.
J 'ai été étonné de lire que cet hôpital était sain et prônait sur la non-violence des infirmiers car je me fais toujours l'idée de l'hôpital psychiatrique violente au 19ieme siècle car la considération des "aliénés" comme étant des moins que rien . l'auteur fait de ce documentaire un roman avec une description minutieuse de la vie de robert . Et elle arrive a instaurer un attachement pour Robert qui a en réalité un passé éprouvent . Lisez le prologue qui est une suite a cette histoire( car je sais que beaucoup ne le lise pas(dont moi)).
Commenter  J’apprécie          00
Sovane
  22 mai 2018
Dans ce roman passionnant, fruit d'un travail de recherche forcené et d'une enquête minutieuse, Kate Summerscale revient sur un fait divers particulièrement morbide.
L'assassinat d'une mère par son propre fils va glacer d'effroi la population anglaise et faire les gros titres de la presse. Les circonstances de ce crime et l'attitude paisible affichée par les deux frères ajouteront encore une couche à l'horreur.
Un beau matin de 1895 Nathaniel et Robert Coombes, respectivement 12 et 13 ans, sortent de chez eux pour assister à un match de cricket. Leur père, marin, vogue vers New York et les deux enfants prétendent que leur mère est allée à Liverpool pour un héritage. Au bout d'une dizaine de jours l'odeur émanant de la maison alerte une tante, qui force la porte de la chambre à coucher maternelle...
Les forces de police y découvrent le cadavre décomposé d'Emily, la mère de famille, sauvagement assassinée à l'arme blanche. L'attitude des deux frères épouvante les inspecteurs. Calme et déterminé l'ainé avoue son crime sans rechigner, tandis que le cadet reconnait la préméditation. Lors du procès le procureur évoquera en particulier l'influence pernicieuse des penny dreadful sur l'esprit du garçon.
Dans ce récit captivant, qui intègre les éléments de contexte de l'époque, l'auteur tente de comprendre les raisons de ce geste et l'étrange attitude du jeune meurtrier. Elle suit Robert jusqu'à sa mort et fait ainsi le portrait d'un homme qui reste néanmoins un mystère, devenant à sa sortie de l'asile un héros de guerre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00


Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Freud et les autres...

Combien y a-t-il de leçons sur la psychanalyse selon Freud ?

3
4
5
6

10 questions
306 lecteurs ont répondu
Thèmes : psychologie , psychanalyse , sciences humainesCréer un quiz sur ce livre