AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9782264062543
408 pages
10-18 (20/03/2014)
3.48/5   42 notes
Résumé :
L’histoire commence en 1844 quand, après un premier mariage désastreux qui s’est terminé par la folie et la mort de son mari, Isabella, jeune femme de bonne famille, mère d’un enfant en bas âge, épouse sans joie l’ingénieur et industriel Henry Robinson, personnage qui se révèle vite acrimonieux et cupide. Le couple, qui aura deux enfants, s’installe à Edimbourg. Isabella y fait la connaissance d’Edward Lane, "fascinant" jeune homme de dix ans son cadet. Juriste puis... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (19) Voir plus Ajouter une critique
3,48

sur 42 notes
5
4 avis
4
5 avis
3
6 avis
2
2 avis
1
0 avis

iris29
  01 février 2020
Ce roman raconte l'histoire vraie d'une des premières demandes de divorce qui a eu lieu sur le sol anglais, en 1855.
Monsieur Robinson tombant sur le journal intime de sa femme, y découvre, horrifié, le récit d'un adultère ( celui de sa femme et son médecin), ainsi que l'inclination qu'a eu celle-ci, pour les deux précepteurs de ses fils. Il y découvre aussi ce qu'elle pense de lui, et son profond malheur dans ce mariage. Sa fureur sera égale à l'affront qu'il estime avoir subi...
Je savais, grâce aux romans de Jane Austen , puis plus tard, grâce à ceux d'Anne Perry, le peu de poids qu'avaient les femmes à cette époque, mais j'ai encore appris des choses...
Edifiantes, révoltantes...
Ce brave époux, horrifié par la conduite de sa femme ( qui reste à prouver...) trouvait normal de demander le divorce pour adultère , alors que lui-même menait une double-vie, ( double-vie qui lui a donné deux filles... ).
Et la société , de donner raison à ce pauvre mari, (société masculine )...
Grâce à un travail de recherches phénoménal (extraits de procès, de journaux, courrier...), l'auteure a pu reconstituer non seulement la vie de cette pauvre femme , mais aussi, redonner vie à une époque, car Isabella, érudite, était amie avec certaines personnalités.
Histoire de la médecine ( neurosciences, gynécologie, cures de repos...) , histoire de la littérature, car ce procès retentissant a donné lieu à des oeuvres littéraires ou en a influencées certaines ( W Collins)... On y croise Dickens, Darwin...
Intéressant, instructif et très souvent révoltant, je suis ressortie de cette lecture, en remerciant la vie, de m'avoir fait naître en France, au 20° siècle ...
Challenge Plumes féminines 2020
Challenge Multi défis.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          492
artemisia02
  12 avril 2020
Lecture en demi teinte, une première partie ennuyante mais j'ai bien fait de persévérer rien que pour la deuxième partie consacrée au procès.
La condition des femmes au milieu du 19eme siècle en Angleterre est affligeante : un monde d'hommes fait par les hommes et rien que pour les hommes. Une femme appartient à son père puis à son mari, une femme n'a aucun pouvoir de décision. Si elle exprime le moindre désir ou aspiration d'ordre sexuelle, elle est vite cataloguée malade (une liste de maladie réelles et imaginaires) expliquant ses déviances, et elle risque d'être internée.
J'en passe et des meilleures, pour vous faire une idée, grosso modo pour obtenir le divorce un homme doit prouver que sa femme l'a trompé une fois, mais pour une femme elle doit prouver que son mari l'a trompée 2 fois et une autre faute qui est listée.
Une telle hypocrisie est impressionnante dans cette société où seule la réputation compte et où les hommes peuvent se débarrasser facilement de leur femme dont il ne veulent plus en les laissant quasiment sans le sou, car l'homme dispose des biens de sa femme, et sans ses enfants.
Je salue le travail de l'auteure pour ses recherches sur Isabella Robinson et sur le procès intenté par son mari pour obtenir le divorce pour adultère en s'appuyant sur le journal intime de sa femme. Et comble de l'hypocrisie, son mari avait une maîtresse avec qui il a eu deux enfants illégitimes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          250
Souri7
  24 septembre 2016
C'est après ce genre de livre qu'on se rend vraiment compte de l'évolution des droits de la femme et de la bénédiction de l'époque dans laquelle nous vivons.
Ce livre est basé sur des faits réel et se présente sous la forme non pas d'un roman ou d'un enquête mais d'un docu-fiction vraiment pas mal (notamment la seconde partie ayant trait au procès en lui-même ). Des extraits de lettres, d'articles de journaux, du journal intime de Mrs Robinson sont insérés dans le récit, permettant une vraie plongée dans l'Angleterre de cette époque. Cela apporte également une humanité aux protagonistes de ce procès.
La première partie est un peu "bourrative" de part de nombreuses disgressions sur des sujets souvent secondaires (l'hydrothérapie, la phénologie) apportant une lourdeur au récit... Par contre, la seconde partie concernant le procès lui-même est passionnante à lire !
J'ai appris de nombreuses choses sur le divorce comme :
- un homme peut obtenir le divorce si sa femme est adultérine
- une femme, elle doit prouver l'adultère de son époux, la violence à son encontre, la maltraitance et l'abandon du foyer...
Nota Bene : le livre est moins volumineux qu'il n'y parait... en effet, environ 30% du livre sont des notes de bas de pages.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          230
Grifferouge
  26 septembre 2016
Après l'Affaire de Roadhill House, voici le deuxième opus de Kate Summerscale qui fait de nouveau une plongée dans un fait divers victorien. Dans La déchéance de Mrs. Robinson, nous sommes en présence d'une femme de la bonne société britannique qui s'ennuie à mourir. Inexistante aux yeux de son mari si ce n'est qu'en tant que porte-monnaie, elle met sur papier ses états d'âme de mère mais surtout de femme. Elle se sent tellement seule qu'elle s'imagine des relations ambigües avec d'autres hommes qu'elle rencontre au gré de sa vie. Amis de la famille, précepteurs de ses fils, tout homme qui semble un tant soi peu isolé et d'aspect « romantique » devient l'objet du désir de Mrs. Robinson.
Pour exemple, le cas du Dr Edward Lane. Ami très proche de la famille Robinson, il est un médecin reconnu et apprécié et est lui-même marié et père de famille. Pendant des années et des années Isabella Robinson va fantasmer sur ce séduisant médecin, bien sous tout rapport et épancher ses sentiments à son égard dans son journal intime jusqu'à ce qu'un jour, le fantasme devienne réalité et qu'ils tombent tous deux dans une passion éphémère.
M. Robinson tombe bientôt sur ces journaux intimes, décide de demander le divorce et bientôt la vie privée d'Isabella est jetée en pâtures aux journaux et autres avocats et médecins précurseurs en matière de psychiatrie. Pourquoi ? Car, dans les années 1850 – 1860, il ne fait pas bon être une femme laissant vagabonder son esprit dans des limbes érotiques ou au moins romantiques. C'est un signe de dégénérescence voire même de folie. Une femme de la bourgeoisie victorienne doit savoir se tenir, être d'agréable compagnie et surtout, doit se plier à toutes les volontés de son époux aussi monstrueux soit-il.
Kate Summerscale nous présente donc de nouveau, sous couvert de rapporter un fait divers « classique » de l'époque, une véritable étude anthropologique de l'Angleterre victorienne. La famille, le cercle amical, les bons usages en société, la nombreuse correspondance que ce doit d'avoir une femme de ce statut, son effacement face à la figure paternelle puis maritale, son hystérie supposée si elle choisi d'avoir une vie sexuelle épanouie : tout est épluché par K. Summerscale.
Et toutes ces informations, nous les devons aux journaux intimes de cette femme et j'avoue, la lecture de cet ouvrage ne m'a pas permis de savoir si il y a une part de vrai dans ce que raconte Mrs. Robinson. Est-elle tellement frustrée dans sa vie de femme qu'elle s'imagine des relations charnelles ou romantiques avec des hommes (plus jeunes qu'elle) ou est-elle sincère dans ses écrits privés et donc a-t-elle eu une relation avec le Dr Lane ? le lecteur ne le sait pas car lors du procès en divorce institué par son mari, elle niera avoir jamais eu de relations avec le Dr Lane mais est-ce pour le protéger lui et sa famille ? Protéger sa réputation de médecin ? Ou bien, elle nie car rien ne s'est véritablement passé entre eux si ce n'est dans l'esprit d'Isabella.
A la lecture de cette histoire, le lecteur est assez ambivalent face au comportement de Mrs. Robinson. On n'arrive pas à savoir si elle est foncièrement stupide à écrire à tout bout de champs ses envies, ses rencontres, ses états d'âme et ses fantasmes (au risque d'être pincée) ou si c'est une affabulatrice de première qui s'est créer un monde de chimères tant sa vie quotidienne est assommante.
Finalement, Mrs Robinson et son supposé adultère ne sont que prétexte pour nous plonger dans l'étude des moeurs de la bourgeoisie sous le règne de Victoria et c'est assez saisissant de constater qu'en ce milieu de XIXe siècle, les Britanniques, tout empreints de sciences en tout genre (médecine en particulier) et champions en matière de révolution industrielle, tentent de faire bouger les choses au sein de la famille en faisant voter des lois plus « justes » pour les femmes notamment, sans pour autant réussir véritablement à ne serait-ce qu'essayer de se débarrasser de ce joug masculaniste écrasant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
nanouche
  01 septembre 2021
En 1844 Isabella Walker, veuve avec un bébé, épouse l'ingénieur Henry Robinson. Elle ne l'aime pas mais il faut bien qu'elle se case, lui s'intéresse surtout à sa dot qui va lui permettre de développer son entreprise. Bien vite Isabella est insatisfaite et malheureuse. Elle s'intéresse à la littérature, à la médecine, sujets qui laissent froid Henry, de surcroit fréquemment absent pour affaires. A Edimbourg où la famille réside, Isabella fréquente les Lane. Edward Lane est un jeune médecin séduisant qui la fait fantasmer. Dans son journal intime elle rapporte leurs rencontres, leurs conversations, les rêves qu'elle fait de lui, ses espoirs que leur amitié évolue puis le premier baiser, la relation intime, enfin. Peu après Henry met la main sur ce journal et va s'en servir pour demander le divorce.
Dans la première partie de son étude Kate Summerscale introduit le lecteur auprès des intellectuels progressistes du milieu du 19° siècle. Dans l'entourage des Lane gravitent en effet Charles Darwin et George Combe, pionnier de la phrénologie en Grande-Bretagne. La phrénologie c'est cette tentative de déduire le caractère des gens d'après la forme de leur crâne. D'après ce que je comprends elle m'apparaît comme un premier pas vers la psychanalyse sauf que les phrénologues sont restés à la surface des choses, si je puis dire, tandis que Freud est allé à l'intérieur. La phrénologie en tout cas a fait perdre la foi à Isabella.
Dans une lettre à Combe elle explique que "les gens comme lui, qui ont accompli de grandes choses, ont la possibilité de "se consoler avec le sentiment de n'avoir pas vécu en vain", mais pour elle et d'innombrables autres femmes, "qui ne font qu'exister sans bruit, qui (pour certaines) élèvent une famille, suivant en cela l'exemple inutile de celles qui les ont précédées, quelle motivation, quelle espérance peut-on trouver, qui soient suffisamment puissantes pour leur permettre de faire face aux épreuves, aux séparations, au grand âge et à la mort même ?"
Malgré tout je constate que la phrénologie de Combe est entachée de préjugés sexistes et racistes. Il pense ainsi que l'amour de l'approbation, bien développé chez Isabella, est une faculté "souvent prononcée chez les femmes, les Français, les chiens, les mulets et les singes."
Dans cette première partie on fait la connaissance d'un autre personnage fort intéressant. Il s'agit de George Drysdale, frère de Mme Lane. A l'âge de 15 ans ce pauvre garçon a découvert fortuitement la masturbation et se masturbe bientôt deux à trois fois par jour. Pour se débarrasser de son "vice" "il subit une série d'opérations destinées à lui cautériser le pénis -c'est-à-dire à en détruire les terminaisons nerveuses en introduisant dans l'urètre une fine tige métallique enduite d'une substance caustique. Il se soumit sept ou huit fois à cette intervention." (Bien que n'étant pas équipée d'un pénis, j'en ai mal pour lui!) George consulte enfin le dr Claude François Lallemand, spécialiste français de la lutte contre l'onanisme qui lui suggère d'essayer le coït. Et ça fonctionne ! George étudie ensuite la médecine et publie des livres dans lesquels il préconise des relations sexuelles épanouissantes pour tous, hommes et femmes et donc l'usage de la contraception. Tout ceci avec pour objectif de lutter contre la masturbation, considérée comme une maladie mentale à cette époque. Encore une fois un mélange d'ouverture d'esprit bienvenue et de résidus du passé.
La deuxième partie présente le déroulement du procès en divorce intenté par Henry Robinson contre son épouse et qui a lieu en 1858. Henry attaque aussi Edward Lane à qui il demande des dommages et intérêts pour adultère. La principale preuve à charge présentée et qui va être disséquée tout au long des audiences est le journal d'Isabella. Pour préserver la réputation d'Edward (à qui des maris confient leur femme en cure d'hydrothérapie) celle-ci et ses avocats adoptent la ligne de défense suivante : il ne s'est rien passé de répréhensible entre Edward et Isabella. le récit qu'elle en fait dans son journal est entièrement fantasmé. Edward et ses soutiens vont s'engouffrer dans cette voie. La déchéance de Mrs Robinson est en marche. Tous ceux avec qui elle discutait littérature ou science, mais qui sont avant tout des amis d'Edward, vont avoir à coeur de se démarquer d'elle pour ne pas être entraînés dans sa chute. Il s'agit de prouver qu'elle est folle et qu'elle l'a toujours été.
"Chacune des actions de Mrs Robinson ne nous laisse le choix qu'entre deux conclusions (...) : ou bien elle est la créature la plus ignoble et débauchée qui revêtit jamais forme féminine, ou bien elle est folle. Dans l'un et l'autre cas, son témoignage est sans valeur." cqfd ! L'hystérie, diagnostique fourre-tout, s'avère bien commode pour réduire au silence une femme qui a eu le culot de vouloir exprimer ses sentiments.
Cette femme intelligente est bafouée de façon scandaleuse. On vient au procès comme on irait au spectacle pour se repaître des "bonnes feuilles" du journal. Il y a là un mélange de voyeurisme et de pudibonderie très hypocrite. Cette société patriarcale qui réprouve tout ce qui peut s'apparenter à une volonté d'autonomie chez une femme est effrayée par celles qui, comme Isabella, n'apparaissent pas entièrement soumises à leur mari.
J'ai trouvé passionnant cet ouvrage qui aborde de nombreux sujets. Ce qui m'a le plus intéressée c'est tout ce qui concerne la sujétion des femmes mariées à leur époux (l'auteur cite aussi d'autres cas de divorces difficiles à cette époque) et les questions de sexualité. J'apprends qu'il y a controverse au sujet de l'usage du spéculum pour les consultations gynécologiques. Peu de médecins l'utilisent par crainte d'exciter leurs patientes qui bientôt ne pourraient plus s'en passer...
Lien : http://monbiblioblog.revolub..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (20) Voir plus Ajouter une citation
iris29iris29   02 février 2020
Les traitements contre la monomanie sexuelle étaient divers. (...)
L'aliéniste écossais Sir Alexander Morison prétendait avoir guéri une gouvernante de vingt-deux ans en lui posant des sangsues sur le crâne, préalablement rasé, puis en lui douchant l'arrière de la tête à l'eau froide. Bennet recommandait injections vaginales, bains de siège, immersion de tout le corps et douches. Storet préconisait toilettes à l'éponge, lavements à l'eau froide, douches au borax, continence sexuelle, abstinence de toute activité littéraire, usage de matelas et oreillers garnis de crin, privation de viande et d'alcool fort. Locock prônait l'application d'électricité sur le pelvis de la patiente ou de sangsues à l'aine, sur la vulve, l'utérus ou les pieds. Un chirurgien londonien soulagea au moins une femme de ses élans sexuels par l'ablation de son clitoris " hypertrophié", (...).
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          153
iris29iris29   01 février 2020
La nouvelle législation en la matière stipulait que, pour obtenir le divorce, un mari devait se borner à établir l'infidélité de son épouse, alors qu'une femme devait prouver que son conjoint était non seulement infidèle mais également coupable d'abandon du domicile conjugal, de cruauté, de bigamie, d'inceste, de viol, de sodomie, ou de bestialité. Ces deux poids, deux mesures se fondaient sur le danger social que représentait la femme adultère. parce qu'elle prenait le risque de porter l'enfant d'un autre, l'épouse infidèle menaçait les certitudes en matière de paternité, de lien de parenté, de succession, fondements de la société bourgeoise.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
iris29iris29   30 janvier 2020
Au coeur de l'été 1858, un tribunal londonien commença à accorder le divorce aux classes moyennes anglaises. (...)
Gagner son divorce restait difficile - un homme devait prouver que son épouse avait commis l'adultère, une femme que son époux s'était rendu coupable de deux entorses conjugales - , mais les demandeurs se présentaient par centaines avec leurs histoires de trahisons et de dissensions, d'hommes brutaux et surtout de femmes dévergondées.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
artemisia02artemisia02   12 avril 2020
La nouvelle législation en la matière stipulait que, pour obtenir le divorce, un mari devait se borner à établir l'infidélité de son épouse, alors qu'une femme devait prouver que son conjoint était non seulement infidèle mais également coupable d'abandon du domicile conjugal, de cruauté, de bigamie, d'inceste, de viol, de sodomie ou de bestialité. Ces deux poids, deux mesures se fondaient sur le danger social que représentait la femme adultère. Parce qu'elle prenait le risque de porter l'enfant d'un autre, l'épouse infidèle menaçait les certitudes en matière de paternité, de lien de parenté, de succession, de fondements de la société bourgeoise.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          101
artemisia02artemisia02   12 avril 2020
Ne pas ébruiter l'adultère - pour le bien des enfants, du conjoint, des parents et du reste de la parentèle - était la norme au sein de la gentry. Dans ces milieux, où la réputation avait tant d'importance, la famille d'une femme trompée et celle de son mari s'employaient avec acharnement à étouffer tout écart de conduite. Les critères variaient quand la transgression était le fait de l'épouse, mais le principe restait le même : tant que cela ne sortait pas de la famille, il était possible de s'en remettre. Seul un signe manifeste du péché - une trace écrite, engagement ou confession - pouvait se révéler impossible à dissimuler.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60

Video de Kate Summerscale (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Kate Summerscale
Kate Summerscale - La déchéance de Mrs Robinson .À l'occasion du Salon du Livre de Paris 2013, Kate Summerscale vous présente son ouvrage "La déchéance de Mrs Robinson" aux éditions Bourgois. http://www.mollat.com/livres/kate-summerscale-decheance-mrs-robinson-9782267024579.html Notes de Musique : Kalasnjikov - Underground
autres livres classés : journal intimeVoir plus
Notre sélection Littérature étrangère Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Londres et la littérature

Dans quelle rue de Londres vit Sherlock Holmes, le célèbre détective ?

Oxford Street
Baker Street
Margaret Street
Glasshouse Street

10 questions
904 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , littérature anglaise , londresCréer un quiz sur ce livre