AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9791026810025
128 pages
Urban Comics Editions (03/11/2017)
3.79/5   38 notes
Résumé :
Après avoir survécu à la Chasse Sauvage et sauvé le monde d’un hiver éternel, Geralt de Riv poursuit la formation de sa protégée, Ciri, au rude métier de Sorceleur. Sur la piste d’une strige terrorisant les environs de Novigrad, l’apprentie chasseuse de monstres cherche à en savoir toujours plus sur la créature. Au fil des haltes jusqu’à la capitale rédanienne, Geralt lui révèle les détails de sa dernière rencontre avec une strige du côté de Wyzima, un combat qui fa... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (9) Voir plus Ajouter une critique
Alfaric
  15 novembre 2017
On ne présente plus la saga "Le Sorceleur" / "The Witcher" d'Andrzej Sapkowski ! (non les anglo-saxons ne sont pas spécialement les maîtres du genre, c'est juste qu'ici comme dans d'autres domaines les décideurs français ne se cassent pas trop la nénette en se contentant de reprendre les blockbusters yankee pour profiter du marketing réalisé par les rouleaux compresseurs yankee). Dans un univers dark fantasy largement inspiré des légendes et des histoires slaves, nous suivons ainsi les heurs et les malheurs de Geralt de Riv, un chasseur de monstres qui aurait pu être un émule d'Elric de Melniboné (ce qui nous offre un "Supernatural" médiéval fantastique ^^)...
Dans la mini-série intitulée "La Malédiction des corbeaux" parue chez Dark Horse entre août 2016 et mars 2017, nous sommes après le jeu vidéo "The Wild Hunt" et nous retrouverons Geralt de Riv toujours en formation de son apprentie Ciri, qui se retrouvent engagés par une prêtresse / maquerelle de Novigrad pour neutraliser une stryge mais aussi pour garder un œil sur son fils Elid qui possède l'étrange faculté de se transformer en corbeau. Geralt fait à Ciri le récit de l'épisode bien connu de la saga du désensorcellement de la princesse Adda née stryge suite à une union royale incestueuse... Les deux affaires semblent avoir un lien, mais lequel ?
Mais désormais, le plus souvent, vous devrez faire un clic de plus savoir ce j'en pense plus précisément... (vous ne devriez pas être choqués de devoir passer par un clic de plus n'est-ce pas, au vu de l'inflation de clics consubstantielle à la "nouvelle mouture" de babelio ? ^^)
Lien : http://www.chemins-khatovar...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          331
Tatooa
  21 novembre 2018
J'ai mis le temps pour commencer ce comic, alors que je l'ai depuis sa sortie. En fait j'ai pris le tome suivant, du coup je me suis dit que ce serait bien de lire celui-là.
A dire vrai, ça m'angoissait un brin. Grande fan du jeu The Wild Hunt et ses DLC, j'avais peur d'être déçue.
Bon je le suis un peu, surtout au niveau des dessins, qui sont assez bizarres, pas tellement beaux, mais bon, au final, ça se laisse lire.
On suit Geralt et Ciri, devenue sorceleuse après "The Wild Hunt", et Geralt raconte son aventure de "La Strige", que les joueurs connaissent vu que le jeu (le premier opus du jeu, plutôt) commence par cette cinématique. (enfin peut-être pas tous les joueurs, vu que le 1 n'était que sur PC et il n'y a que les fans dans mon genre pour l'avoir acheté à sa sortie (même pas sûre que c'était sous windows xp, mdr !). Je suis jamais arrivée au bout, trop ch*** à jouer sur pc au clavier, franchement je déteste ça, vive les manettes, mdr).
Bref, j'ai bien aimé le scénario, comment l'histoire est racontée, avec les flash-backs de Geralt. le caractère de Ciri est moins mature que dans les jeux, ça fait un peu "retour en arrière" et j'avoue que j'ai eu du mal à situer ça APRES the wild hunt, vu que pendant ce jeu elle grandit vitesse grand V, mais passons, ce n'est pas le plus agaçant...
Le plus agaçant, c'est qu'il y a un truc curieux, quand même : on dirait qu'ils ont voulu garder l'ambiance "hot" des jeux (rappelons que Geralt peut aller dans les bordels à la demande et fait de nombreuses conquêtes féminines), mais sans aller jusqu'au bout, du coup on voit beaucoup Geralt et Ciri torses nus sans raisons, j'ai trouvé ça débile, et comme les dessins sont pas géniaux, bah euh, ça sert à rien ou presque, on s'en serait passé aisément, mdr.
Tant qu'à y être de rester dans l'ambiance du jeu, autant y aller carrément sur une page et puis basta, quoi. C'est encore ça qui m'a le plus agacé. Les trucs mi-figue mi-raisin qui essaient de ménager la chèvre et le choux, ça m'agace, que voulez-vous... Soit on met tout, soit on met rien, mais pas à moitié qui sert à rien.
Bon à part ça donc j'ai bien aimé, l'ambiance dark y est plutôt pas mal, et il semble que la suite soit mieux, donc à voir, je l'ai par là, je fais durer, je vais pas sauter de suite dessus. Enfin si j'y arrive... Mdr !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          143
Lazare404
  22 mai 2018
Wiedzmin ou le Sorceleur en bon français est une série de romans et de recueils de nouvelles de Fantasy écrits par le romancier polonais Andrzej Sapkowski. Véritable en phénomène en Pologne ou l'auteur rivalise avec Stephen King, elle a surtout acquis sa réputation en Europe et dans le reste du monde grâce à son adaptations en jeux vidéos sous le titre de The Witcher.
C'est la seule série ou je trouve sa déclinaison, en l'espèce en jeux vidéos, supérieure au matériau de base. Si les romans ne sont pas mauvais je peine à les trouver exceptionnels. Ce fut donc avec enthousiasme que j'attaquais cette nouvelle déclinaison, en comics, qui avait pour auteurs des membres de CD PROJEKT RED, le studio de développement derrière la trilogie The Witcher.
Et ce fut, hélas, une lecture en demi-teinte.
L'intrigue prend place quelques temps après la conclusion de The Witcher 3: Wild Hunt, le dernier opus de la trilogie jeuvidéoludique. le premier bémol c'est la quasi-absence de contexte. Impossible de savoir qui d'Emhyr, de Radovid ou de Dijkstra a remporté la guerre. Certes, cela peut s'expliquer par la volonté des auteurs de ne pas invalider certaines de fins du jeu mais, il n'empêche qu'un peu de contextualisation n'aurait pas fait de mal.
Nous suivons donc les traces de Geralt de Riv qui forme sa fille adoptive Cirilla Fiona Ellen Riannon ou Ciri pour les intimes, au métier de sorceleur. Un sorceleur est, pour faire simple, un chasseur de monstres qui a subit des mutations pour augmenter ses capacités physiques et mentales en faisant, théoriquement, une machine à tuer sans émotions.
Le duo se retrouve engager pour éliminer une strige aux alentours de Novigrad, une aventure qui rappellera à Geralt l'un de ses anciens contrats. L'histoire prend donc la forme d'une traque, une chasse aux indices pour débusquer le monstre. Mais comme bien souvent dans ce monde, comme dans le notre, les véritables monstres se sont les Hommes.
On a donc assez l'impression de se retrouver dans l'une des très nombreuses quêtes secondaires du jeu et si l'on suit l'intrigue avec plaisir, j'ai ressenti comme un changement d'ambiance entre celle proposée par le comics et celle vécue dans le jeu, moins sombre même si l'on ne peut pas dire que le comics respire la joie. Les personnages sont attachants et restent tels qu'on les a connus, mais il est légitime de se demander si certains n'apparaissent pas plus pour le clin d'oeil que autre chose.
Les dessins, pour leur part, si ils sont sympathiques manquent un peu de finesse, malheureusement.
Au final sans être une déception, The Witcher: La malédiction des corbeaux n'arrive pas totalement à transporter l'ambiance des jeux dans ce comics, l'ensemble manquant un peu de profondeur.
A réserver aux fans donc.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Mariloup
  06 octobre 2021
Fan de la saga The Witcher depuis fin 2019 grâce à la série TV, aux romans et aux jeux vidéos, je ne cesse de m'intéresser à d'autres supports et mon attention s'est reportée sur les comics. L'histoire, inédite, de ce premier tome se situe après les événements du troisième jeu et j'ai trouvé que c'était un bon complément.
On retrouve donc Geralt de Riv et sa fille adoptive Ciri qui a embrassé son destin de Sorceleuse, en route pour Novigrad, attirés par un contrat concernant une strige. Geralt va alors lui parler de sa première expérience face à une strige qui n'était autre que la princesse de Témérie, fille du roi Foltest. Au cours de leur voyage, ils vont faire de bonnes mais aussi de mauvaises rencontres tels que des demoiselles à sauver, des trolls, des loups-garous, des dopplers...
L'histoire de la strige que raconte Geralt à Ciri est racontée tout au long du tome sous forme de courts épisodes. Il y a un parallèle entre ces deux histoires de stryges, Geralt et Ciri vont d'ailleurs s'en rendre compte. Ils devront être patients et mener l'enquête. En parallèle, Yennefer les rejoint pour les détourner de leur but mais Geralt n'est pas de cet avis. Leur dispute va énerver Ciri qui se lancera alors seule à la poursuite du monstre maudit. Les deux "parents" ne se doutant de rien bien sûr, avant qu'on ne les prévienne, arrivent juste à temps pour faire fuir la stryge. Cette histoire aura réveillé cette peur de perdre Ciri...
Le petit bestiaire à la fin est bienvenu avec différents monstres : guenaude, nekker, doppler, leshen... Je connaissais la majorité. J'ai bien retrouvé l'univers, ce qui fait le charme de The Witcher et c'est un délice. On retrouve donc des personnages connus : Geralt, Ciri, Yennefer. L'ambiance est chouette, super sympa avec quelques petites scènes de nudité en plus... c'est The Witcher quand même !
Et c'est toujours incroyable de voir à quel point je suis hyper à l'aise avec cet univers, avec les nombreux personnages, avec les termes propres à la saga, surtout que c'est une saga assez complexe. Je m'impressionne moi-même !
Les dessins sont plutôt sympas, j'aime assez bien. Ils sont agréables à l'oeil. J'ai apprécié le contraste entre les couleurs (bleu, violet, orange). Ça accroche bien le regard. le visuel des personnages est bel et bien celui qu'on connait via le jeu. On reconnaît bien Geralt, Yennefer et cie, j'entends.
En bref, j'ai beaucoup aimé ce premier tome. Pas indispensable, certes mais il fait un bon complément à la saga et je le conseille pour les fans. de plus, les dessins sont jolis. Je recommande !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          61
Erilalios
  01 juin 2019
Lire les aventures de notre sorceleur est toujours un moment de plaisir surtout pour un passionné de l'univers comme moi. C'est surtout l'adaptation en jeux vidéo qui m'a permis de découvrir cet univers si particulier qui à mérité son nom au panthéon de l' Heroic-fantasy. J'ai pus donc découvrir les livres. Mais attardons nous sur la bande dessinée. J'avais déjà fait une critique sur le dernier tome qui est sortie récemment. Ce premier tome se rapproche beaucoup de l'univers que je connais, car il fait office de suite au jeux video The Witcher 3. Geralt et Ciri ont donc survécu à la chasse sauvage et poursuivent leur route en quêtes de nouveaux contrats. Entre temps, Geralt raconte à Ciri son combat contre la Strige (raconté dans le tome 1 des romans) car l'objet du contrat serait une nouvelle fois une Strige. Mais Geralt et Ciri vont découvrir que derrière ce contrat se cache autre chose.
Nous sommes donc en terrain connu c'est tout simplement le train de vie des sorceleurs. Quoiqu'il en soit cela m'a permis de poursuivre avec plaisir les aventures de Geralt et de Ciri.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70


critiques presse (2)
Sceneario   08 mars 2018
Une série en devenir qui donne envie d'en savoir plus sur cet univers, mais qui peut très bien suffire comme introduction ! Vivement la suite !
Lire la critique sur le site : Sceneario
ActuaBD   28 novembre 2017
Issu du jeu vidéo et d'une trilogie de romans, "The Witcher" offre un rythme soutenu et une dynamique plaisante, en dépit d'une qualité graphique décevante.
Lire la critique sur le site : ActuaBD
Citations et extraits (5) Ajouter une citation
AlfaricAlfaric   12 novembre 2017
[Geralt] Le troll Fouleroc n'est pas si méchant quand on le connaît.
[Ciri] Tu dis ça parce que la moitié de tes amis sont des soûlards. Tu as développé une certaine tolérance... Voire une affinité naturelle avec eux !
[Geralt] C'est totalement faux. Plus de la moitié de mes amis sont des soûlards.
Commenter  J’apprécie          126
AlfaricAlfaric   14 novembre 2017
[Ciri] Aah, Novigrad, l'apnée commence...
[Geralt] L'odeur n'est si terrible une fois qu'on y est habitué.
[Ciri] La torture n'est pas terrible une fois qu'on s'est évanoui, mais ça rend pas le premier quart d'heure moins douloureux pour autant !
Commenter  J’apprécie          130
Lazare404Lazare404   22 mai 2018
On prend des risques inconsidérés quand on est jeune et stupide. L'ambition l'emporte sur la raison. Aujourd'hui je sais que c'est trop risqué. On ne m'y reprendra pas à deux fois.
Commenter  J’apprécie          40
MariloupMariloup   03 février 2021
Ciri: Vesemir a toujours dit que les malédictions des striges étaient parmi les plus dures à lever. Je sais désormais que c'est vrai.
Geralt: On prend des risques inconsidérés quand on est jeune et stupide. L'ambition l'emporte sur la raison. Aujourd'hui, je sais que c'est trop risqué. On ne m'y reprendra pas deux fois.
Commenter  J’apprécie          00
MaxinelitMaxinelit   22 février 2021
C’est donc ça, une vie de sorceleur ? Vous tuez des monstres, vous prenez des bains, ce genre de choses ?
Commenter  J’apprécie          00

Lire un extrait
autres livres classés : épiqueVoir plus
Notre sélection Bande dessinée Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

La fantasy pour les nuls

Tolkien, le seigneur des ....

anneaux
agneaux
mouches

9 questions
2078 lecteurs ont répondu
Thèmes : fantasy , sfff , heroic fantasyCréer un quiz sur ce livre