AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 9791092640045
Éditeur : Johanna Zaïre (12/09/2015)

Note moyenne : 3.62/5 (sur 13 notes)
Résumé :
Paris en 2035. Rebecca Barns est une jeune insurgée vivant dans la périphérie externe du nouveau Paris, qui est alors encerclé par de hauts murs de béton. À l'intérieur, une société modèle et harmonieuse à laquelle il faut obligatoirement adhérer, sans quoi c'est la mort assurée. Traqués par la milice du nouveau gouvernement, les rebelles vont se lancer dans une guerre contre une technologie révolutionnaire.

Une dystopie addictive offrant une effrayan... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (8) Voir plus Ajouter une critique
LaPetiteEtagere
  26 septembre 2015
N'ayant lu aucun livre de cet auteur, je ne connaissais donc pas sa plume. Et quelle ne fut pas ma surprise ! J'avais vraiment hâte de commencer ma lecture même si ce fut difficile pour moi de le finir à cause des cours.
Bref, passons à ma chronique. Tout d'abord, parlons du titre. World War Web, qui signifie littéralement Guerre Mondiale en Réseau, est un titre à la fois très évocateur mais aussi mystérieux. Comme c'est une dystopie, on s'attend à ce genre d'histoire qui implique un groupe de rebelles contre un gouvernement qui s'est installé sur les ruines d'un autre. Mais l'écriture du titre ainsi que la couverture du roman nous laisse dans le flou total quant à l'histoire. C'est simple, c'est joli, c'est mystérieux, c'est une dystopie pure et dure, bref c'est un roman dans lequel on a très envie de plonger.
L'histoire, c'est celle de Rebecca Barns et de sa grande famille de rebelles. Oppressés par une société parisienne qui se veut exemplaire et parfaite, ils n'ont d'autre choix que de lutter contre le gouvernement, à leurs risques et périls. Je ne vais pas en dire plus afin de laisser le côté mystérieux du roman vous prendre dans ses bras ! Mais l'histoire, bien qu'elle représente parfaitement le genre dystopique, a quelque chose d'unique en son genre. Tout, dans la société comme chez les rebelles, est pensé avec précision et l'on découvre un monde à part entière. Chaque élément du décor a son importance dans l'univers de Johanna Zaïre et, bien que l'on pourrait reprocher à l'histoire son seul et unique tome, tout est complet pour nous offrir des conditions de lecture parfaites : des combats incroyables, des paysages magnifique, des personnages très creusées et une histoire très bien structurée.
Pour ce qui est de la plume de l'auteur, elle est très douce et très complète. Tous les petits détails, en passant par la Cité Grise de Paris ou encore du Quartier Général des insurgés, nous plongent dans une dystopie unique en son genre. Et puis, c'est une dystopie made in France ! Je pense que trop peu de livres français de science-fiction sont connus, dû à l'influence permanente des Etats-Unis. Et pourtant, World War Web, de son petit surnom WWW, fut une bien belle découverte pour moi. Cela m'a rappelé à quel point j'aimais la dystopie : cette petite dose d'adrénaline qui circule dans notre corps lors de chaque scène de combat, ou encore ce sourire sur nos lèvres ou ces larmes sur nos joues... Que d'émotions ! C'est en cela, je pense, que la science-fiction se détache des autres genres. Dans ce roman, on retrouve parfaitement toutes ses sensations et c'est avec difficulté que l'on ferme le roman ! On en veut toujours plus. Oui, vous l'aurez compris, j'ai aaaaaadoré ce roman !
Revenons à nos moutons, comme on dit ! Le gros plus de ce roman est sans aucun doute ses personnages. Tous ont une personnalité qui leur est propre, et il n'y en a pas deux qui se ressemblent ! De plus, l'histoire n'a pas un seul point de vue, mais plusieurs. En effet, chaque personnage va avoir droit à un bout de chapitre et, en tant que lecteur, nous sommes partout à la fois, observant chaque paysage et vivant chaque combat.
Le livre se lit tout seul. Quand on commence à le lire -- avec cette première scène saisissante -- on a du mal à le poser quelques minutes. C'est vraiment addictif car il y a de nombreux rebondissements et l'on en découvre un peu plus à chaque fois. C'est cet aspect que j'ai beaucoup apprécié car, n'ayant pas eu énormément de temps pour lire depuis quelques semaines, j'ai pu rapidement plonger dans ma lecture, pouvoir en sortir et plonger de nouveau très facilement. Ce qui aide aussi à la lecture, c'est le fait que le livre soit aéré. Comme c'est un livre en auto-édition, il n'est pas facile de trouver la bonne mise en page qui convient à tous les lecteurs. Mais là, c'est très bien organisé avec des phrases, parfois longues, parfois courtes. De plus, il y a un bon vocabulaire, avec des termes techniques. Et certaines phrases sont très bien tournées, et agréables à lire !
Pour finir, je tenais à ajouter que la musique a une rôle mineur dans le livre. En effet, il y a une chanson à l'effigie du roman. C'est vraiment un petit plus que je trouve vraiment originale. Bon je commence à m'égarer alors place à la conclusion !
En bref, un tome unique qui nous propose une histoire intéressante et complète. Même si on a envie d'en savoir plus sur l'univers de l'auteur, la trame principale est bien organisée et l'on ne se perd pas. Ce premier partenariat fut pour moi une incroyable découverte et m'a fait replongé dans la dystopie. Genre littéraire que j'avais laissé de côté depuis quelques mois au profit de la fantasy. Et j'ai adoré ! Un gros coup de coeur que je conseille à tous.

Lien : http://la-petite-etagere.sky..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
atouchofbluemarine
  22 novembre 2015
Once upon a world.
Once upon a war.
Once upon a time.
On web.
We made our world superficial.
Voici le refrain de la chanson made in Johanna Zaïre qui est parfaitement en rapport avec le contenu de ce livre. Titre mystérieux, couverture grise qui n'en révèle pas plus sur le contenu… World War Web est une dystopie comme on en trouve peu en France. Ecrit par l'auteur de Sanatorium que j'avais adoré, cette dystopie fut également une très bonne lecture. Dès les premières lignes, l'action est lancée, le lecteur est pris dans le mouvement et il n'est alors plus possible de déposer le livre (ou l'iPad, comme c'était mon cas car je l'ai reçu en numérique dans le cadre d'un appel à chroniqueurs).
Rebbeca Barns, rebelle dans ce monde gouverné par les technologies, refuse de continuer à vivre dans une ville où tout est contrôlé par le New System. Où que vous alliez, quoi que vous fassiez, on le sait. Vous ne pouvez pas vous cacher. Car, à Paris, tout est robotisé depuis l'invention de la montre « Usual » qui, dotée d'une intelligence artificielle, suit tous ses utilisateurs partout dans leur quotidien. Une évolution qui a vite tournée au cauchemar. Tout le monde en a acheté et a commencé à la porter. Et puis, ils ont encerclé la ville de haut murs et de barbelés. Cela, dans le but de pouvoir contrôler facilement… les Humanobots. Des hommes qui ressemblent à des humains mais qui n'ont en réalité plus aucun once d'humanité. Ce sont des robots.
Mais, il existe encore de l'espoir. Et cela me rappelle un petit peu Hunger Games / Divergente si vous voulez tout savoir. Je ne fait pas référence aux intrigues ici bien évidemment mais plutôt au fait que des rebelles se révoltent contre l'ordre établi, qu'ils existent en petits groupes loin de l'autorité et qu'ils sont prêts à tout faire pour remettre les choses comme elles étaient avant. Avant que le contrôle et le pouvoir aient été pris par une certaine personne ou un groupe restreint à haute autorité. Dans WWW, c'est un peu la même chose. Des rebelles existent en groupe, loin de la capitale et complotent ensemble pour déjouer l'autorité et libérer l'ensemble de la population de ce joug sous lequel elle se trouve, dans ce cas-ci, on parle ici d'asservissement technologique.
J'ai beaucoup apprécié le contexte et l'intrigue en général. Ce livre se lit d'ailleurs bien vite car l'auteur a un don d'écriture particulier. Elle sait mettre du rythme, elle sait comment gérer le suspense et surtout, elle raconte bien les choses. Les événements se succèdent, l'action avance à grands pas et on ne s'ennuie jamais. Les personnages, quant à eux, sont également intéressants : une fille intrépide, des personnages masculins forts et ingénieux et un super système intelligent appelé Saïba (= cyber) qui joue un grand rôle dans cette histoire.
D'autres personnages secondaires prennent aussi de l'importance à l'un ou l'autre moment. Je retiendrai notamment le nom de Keenan qui m'a beaucoup ému, surtout dans sa relation avec Tyler (l'un des personnages masculins principaux) qui essaye tant bien que mal de lui inculquer quelques leçons grammaticales de français. L'émotion est très présente à la fin du livre par ailleurs et j'avoue avoir été surprise par l'un ou l'autre point (que je ne spoilerai pas!). Enfin, en plus de l'histoire en elle-même qui est très prenante, ce roman vous fera aussi réfléchir sur l'avenir de l'humanité et sur les dangers d'un monde hyperconnecté et trop technologique.
La seule chose qui m'a peut-être un peu déçu, c'est le fait que l'héroïne, Rebecca, sensée être le personnage principal du livre, n'est, selon moi, pas assez représentée dans l'histoire. Tyler apparaît beaucoup plus sur le devant de la scène alors que c'est avec Rebecca que nous avons commencé l'histoire. Elle est bien présente pendant toute la durée du récit mais ce n'est pas elle que l'on suit page après page. Autrement, ce fut une lecture au top et je remercie grandement Johanna Zaïre pour ce partenariat ! J'aime toujours autant ta plume et ton style !!! Vivement le prochain :)

Lien : https://atouchofbluemarine.w..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
RoroBouquine
  10 avril 2016
Par où commencer mon avis . Je vous avoue qu'à chaque fois que le moment d'écrire mon ressenti sur une lecture, sans vraiment savoir pourquoi, je bloque et j'ai du mal à m'exprimer. du coup, ce n'est pas top mais je vais essayer de faire quelque chose de bien.
Cela fait un petit moment déjà que World War Web est sortie et me faisait de l'oeil. J'aurais pu le lire depuis longtemps puisque j'avais le format PDF mais je ne suis pas forcément à l'aise avec ce format-là. J'ai donc attendu d'avoir le format papier pour pouvoir enfin me lancer dans cette nouvelle aventure que nous offre Johanna Zaïre. Et quelle aventure !
Petit truc à savoir avant même que je ne vous donne mon avis sur cette lecture : ça a été pour moi, ma première dystopie. Aussi étrange que cela puisse paraître, je n'avais encore jamais lu ce genre de roman qui ne me tente pas plus que cela. En fait, il faut vraiment que le résumé m'interpelle et que ce soit le plus réaliste possible pour attirer mon attention. Et ça a été chose faite avec ce roman.
Dès l'introduction j'ai été apée par l'histoire car grâce à ça, l'auteure nous plonge directement dans le récit, dans son univers. Nous sommes en 2035, à Paris et la technologie a totalement pris le dessus sur l'espèce humaine. Ou du moins, en grande partie.
J'adore la capitale donc rien que pour ça, c'était obligé que j'apprécie ma lecture. Et puis j'aime énormément le concept du fait que la technologie surpasse l'homme car qui sait, cela arrivera peut-être un jour ou l'autre !?
L'intrigue est très bien menée et Johanna Zaïre arrive à nous emporter facilement, rapidement, dans ce Paris du futur. Je ne pourrais pas trop vous en dire sur l'histoire et pourtant j'aimerais tellement pouvoir vous en parler ouvertement. Tout était top dans cette lecture : que ce soit au niveau des descriptions, des personnages ou bien de l'intrigue en elle-même.
Il y a pas mal de révélations au fur et à mesure que l'on avance dans le récit et très sincèrement, elles m'ont surprises à chaque fois. Pas une seule fois j'en ai vu une venir et pareil pour la fin.
World War Web signe donc ma première dystopie et un nouveau coup de coeur pour Johanna Zaïre. C'est la première "grosse brique" de l'auteure (si on peut dire ainsi) et je la trouve réussis : 500 pages qui se lisent et tournent toutes seules. Je la félicite et la remercie pour ce roman qui m'aura apporté un excellent moment de lecture et je ne peux que vous le recommander.
Lien : http://librairiedubonheur.sk..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
BabaLoe
  24 février 2017
L'intrigue est très intéressante, c'est une dystopie qui se déroule en 2035 à Paris, un futur assez proche. Au début, on suit Rebecca Barns, une jeune fille très douée en informatique qui tente de pirater le système du nouveau gouvernement. Rapidement le cercle des personnages s'élargit et inclut le nouveau chef du gouvernement, deux policiers de la milice et plusieurs rebelles vivant en dehors de Paris. Les événements s'enchaînent avec rythme, les révélations et les retournements de situation aussi. L'auteure a su exploiter de bons filons, le lecteur est certain d'être surpris plusieurs fois. Deux personnes tirent leur épingle du jeu dans ce tourbillon, Jed et Tyler, deux fortes personnalités qui savent mener leur barque.
Malheureusement, le reste ne suit pas vraiment. Beaucoup de points techniques sont traités de façon approximative. Fait qui dérange : l'absence quasi-totale du monde extérieur à Paris et sa proche banlieue. Ce n'est qu'à la toute fin que l'auteure évoque sur quelques lignes ce qui se passe en dehors du lieu de l'intrigue. Or, en 2035, il parait vraiment étrange que les habitants n'aient aucun contact avec le monde extérieur, surtout quand on sait que Becca est une experte en informatique. C'est comme si le monde se limitait à Paris, et ce n'est pas très crédible.
La narration s'en tient à de l'énonciation, sans recherche stylistique particulière. Elle alterne entre les points de vue de plusieurs personnages, ce qui est enrichissant, mais trop souvent confus. Vers la fin, on change tellement rapidement de point de vue qu'on se perd et qu'on ne comprend plus qui parle. Cette fin est très prévisible et en même temps pas crédible. C'est difficile d'en parler sans spoiler, mais les humains qui se font contrôler par une machine sans justification scientifique, ce n'est pas facile à imaginer.
Enfin, il y a tous les problèmes qui résultent de l'auto-publication. Il y a des problèmes de typographie, notamment au niveau des espaces. On se retrouve avec des points d'exclamation ou d'interrogation en début de ligne. L'auteure remercie à la fin les correcteurs qui ont relu son texte mais il y a beaucoup de fautes (« il se débattu », « ce qu'il s'y cachait »…) et de problèmes de ponctuation. Il y a également de nombreuses répétitions, surtout du verbe être, ce qui alourdit le texte. Enfin, la pagination est mauvaise, les pages impaires sont à gauche au lieu d'être à droite et des folios sont présents sur les pages de fin de chapitre, de l'ours… Ce dernier point ne nuit pas à la lecture mais il témoigne du besoin de comprendre qu'un éditeur est formé pour faire des livres et que c'est compliqué de prendre sa place.
Lien : http://voulezvoustourner.blo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
lenoir_emilie_72
  19 janvier 2017
Un roman mêlant dystopie et science fiction. Il se laisse lire et nous fait voyager, j'ai apprécié la lecture après cela n'est pas un coup de coeur me concernant. Je trouve qu'il y a un beau potentiel dans ce roman qui selon moi mériterait d'être davantage développer, le thème aurait pu alimenter une duologie. Je trouve que tout va trop vite dans l'évolution de l'histoire et j'ai eu du mal à retenir les divers personnages, pas eu le temps de bien m'en imprégner. Trop de description peu parfois être lourd pour certain roman mais là je trouve que cela manquait concernant l'environnement, les relations entre les personnages...on est trop dans la révolte tout de suite et l'histoire se termine. le message que l'auteur fait passé est intéressent et pourrait être très actuel.
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
lenoir_emilie_72lenoir_emilie_72   26 janvier 2017
- Les gens ont toujours été prisonniers de la technologie, intervint Eric.
- Ouvrez les yeux, enchérit Howard. Ça a toujours été ainsi. Les hommes se sont emprisonnés eux même au fur et à mesure que le temps s'écoulait. Les réseaux sociaux ont été les premiers barreaux de cette prison virtuelle, et au fur et à mesure des avancées technologiques, celle-ci est devenue réalité. Ils ont crus qu'ils communiquaient bien plus, alors qu'ils s'enfermaient petit à petit dans une bulle, privilégiant les messages et mails à une véritable discussion en face à face. Les gens ont commencé à rester chez eux car tout devenait possible à distance. Ça a été le déclin de notre économie. Ça à commencé avec la possibilité de faire nos courses à distance qui a conduit les supermarchés à fermer et c'est là que les entrepôts de stockage se sont multipliés. Ensuite il y a eu les cours par correspondance. Trop difficile pour beaucoup d'étudiants de se lever le matin alors on opte pour la facilité : l'école via internet. Les établissements ont fermé leurs portes les uns après les autres avec la mise en place de la vidéoconférence pour le côté pratique.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
BabaLoeBabaLoe   24 février 2017
— Écoute, ce n’est pas parce que dans ton quartier tu es flic que tu dois m’interroger comme un flic ! Ici t’es rien à part un ennemi potentiel ! Je ne suis pas ton pote et je n’ai pas l’intention de le devenir, pigé ?
— Pigé… Message très bien reçu, inspira-t-il tendu en se réinstallant dans son siège.
La situation dans laquelle il se trouvait lui était inconfortable. Jed lui faisait peur. Non pas à cause du fait qu’il soit en train d’astiquer des armes, mais plutôt parce qu’il le trouvait bien jeune pour s’en servir sans créer de dégâts. Il est dans l’âge où on ne maîtrise que moyennement bien nos émotions, pensa-t-il. Une saute d’humeur et je suis foutu.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
autres livres classés : dystopieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Quiz sur le livre "sanatorium" de Johanna Zaïre.

Comment s'appelle le lieutenant ?

Gourdon
Bourdon
Gordon
Bordon

10 questions
0 lecteurs ont répondu
Thème : Sanatorium de Johanna ZaïreCréer un quiz sur ce livre