Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique
Ajouter une citation

Citations de Karine Reysset (72)

Classer par Datecroissant     Les plus appréciéescroissant


  • Par orbe, le 13/05/2013

    Les yeux de Lisa de Karine Reysset

    Comment vivre avec ce secret? Comment se regarder après ça? Je devais rester la même. Ne surtout pas éprouver de pitié, si c'était ce qu'elle redoutait, mais de la colère, un sentiment profond d'injustice, d'impuissance aussi. J'avais un goût amer dans la bouche. Un goût de sang et de cendres.

    Commenter     J’apprécie          0 16         Page de la citation


  • Par Annette55, le 10/10/2014

    Les yeux au ciel de Karine Reysset

    "_Elle voulait voler,voilà ce qui s'est passé.
    Notre soeur, c'était un oiseau. Une fée, un papillon, ça ne vit jamais très vieux,c'est trop beau, trop fragile."

    Commenter     J’apprécie          0 13         Page de la citation


  • Par pyrouette, le 19/07/2013

    Les yeux au ciel de Karine Reysset

    La mer avait cessé de monter, elle pouvait lâcher prise.

    Commenter     J’apprécie          0 8         Page de la citation


  • Par catheia, le 03/09/2014

    Un automne à Kyoto de Karine Reysset

    Je voulais arrêter de me demander si ce que je faisais était bien/intéressant/beau, mais tout simplement le faire (écrire, dessiner, photographier, filmer, qu'importe). J'avais tellement de choses qui ne demandaient qu'à sortir. Je débordais, je ne parvenais plus à tout contenir.

    p.88

    Commenter     J’apprécie          0 7         Page de la citation


  • Par catheia, le 31/08/2014

    Un automne à Kyoto de Karine Reysset

    On n'aime plus une personne, c'est toujours la même, et il vous semble cependant que c'est une autre.

    p.115

    Commenter     J’apprécie          0 7         Page de la citation


  • Par pyrouette, le 26/07/2011

    Comme une mère de Karine Reysset

    Mettre de la musique ou profiter au contraire du silence et rester seule. L’intimité est un luxe que je peux aujourd’hui m’offrir.

    Commenter     J’apprécie          0 7         Page de la citation


  • Par canel, le 17/06/2011

    Sors de ta chambre ! de Karine Reysset

    (...) je ne sais pas ce qui est pire, se souvenir trop bien ou pas assez. (p. 48)

    Commenter     J’apprécie          0 7         Page de la citation


  • Par rkhettaoui, le 05/11/2014

    L'ombre de nous-mêmes de Karine Reysset

    J’ai toujours cru que je n’avais pas besoin de te formuler les choses pour que tu les saches. Comme si nos cerveaux fonctionnaient en réseau, comme par télépathie. Je me suis fourvoyée. J’aurais dû te parler davantage quand nous étions ensemble, te confier mes inquiétudes, mes doutes, tant qu’il en était encore temps.

    Commenter     J’apprécie          0 6         Page de la citation


  • Par zazimuth, le 02/12/2014

    Les yeux de Lisa de Karine Reysset

    Elle était mon amie, mais je n'étais pas sûre d'être la sienne. (p.18)

    Commenter     J’apprécie          0 5         Page de la citation


  • Par michoko, le 14/03/2012

    Comme une mère de Karine Reysset

    Nous avons tous nos cicatrices, elles sont plus ou moins cachées, c'est tout.

    Commenter     J’apprécie          0 5         Page de la citation


  • Par pyrouette, le 26/07/2011

    Comme une mère de Karine Reysset

    J’ai la mémoire sélective, mon cerveau enregistre par intermittence, mais quand il le fait, c’est indélébile.

    Commenter     J’apprécie          0 5         Page de la citation


  • Par pyrouette, le 26/07/2011

    Comme une mère de Karine Reysset

    Je suis submergée à chaque fois par une vague de tendresse et de gratitude. J’ai envie de remercier…Qui ? Je ne sais pas, qu’importe, pour tout ce bonheur.

    Commenter     J’apprécie          0 5         Page de la citation


  • Par pyrouette, le 26/07/2011

    Comme une mère de Karine Reysset

    Je n’ai pas pleuré, pas une seule larme. Je suis devenue fossile. Oui je suis desséchée et vide, toute eau m’a quittée. Je ne sens plus grand-chose.

    Commenter     J’apprécie          0 5         Page de la citation


  • Par zazimuth, le 26/09/2010

    Sors de ta chambre ! de Karine Reysset

    Je suis inondée de larmes à l'intérieur qui parfois débordent comme un trop-plein pour réguler le flux. (p.13)

    Commenter     J’apprécie          0 5         Page de la citation


  • Par Aproposdelivres, le 14/10/2014

    Les yeux au ciel de Karine Reysset

    Elle avait été soulagée d’avoir un fils. Contrairement à Vincent, elle ne voulait pas de troisième enfant. « On ne fait pas un élevage », l’avait-elle prévenu. Elle songeait à prendre rendez-vous afin que sa décision soit irréversible. Mais elle était velléitaire, et pour l’instant elle n’avait rien fait (ni pour le cèdre, ni pour le reste).
    Il allait lui falloir déplacer des montagnes pour gagner la mer. Elle testerait le point où sa résistance céderait, où ses nerfs menaceraient de lâcher comme des élastiques trop usés. Mais son père était âgé, elle devait prendre soin de lui.
    Dix minutes plus tard, le ciel virait au rose. La tempête était passée, elle pouvait se remettre au travail.

    Commenter     J’apprécie          0 4         Page de la citation


  • Par Aproposdelivres, le 14/10/2014

    Les yeux au ciel de Karine Reysset

    Un jour ou l’autre, un malheur arriverait, il ne faudrait pas s’étonner. Quelquefois elle s’imaginait lâcher son dernier-né dans l’escalier, le laisser se noyer dans son bain. Marianne, elle, ne râlait jamais, jamais elle n’avait ne serait-ce que soupiré. Lena s’entendait parfois crier, et après elle se griffait les bras, elle les aimait tellement. « Vous me tuez, mes amours, à petit feu », chuchota-t-elle. Son mari voyait quelqu’un, elle en était convaincue. Dans un sens, ça l’arrangeait. Elle avait installé un futon à côté du lit à barreaux de Théo. Son corps éprouvé requérait du repos, ses plaies devaient cicatriser. Elles se nichaient surtout dans sa tête, elle en avait conscience.

    Commenter     J’apprécie          0 4         Page de la citation


  • Par Aproposdelivres, le 14/10/2014

    Les yeux au ciel de Karine Reysset

    Lena consulta sa liste. Elle tenait ça de Marianne. Comment sa mère s’en était-elle sortie ? Ils étaient trois à la maison, plus Achille l’été, les cousins cousines, les copains les copines qu’elle prenait en vacances. Avec seulement deux enfants, Lena avait l’impression de se noyer dans un verre d’eau. Elle sombrait, et personne ne s’en rendait compte. Elle devait courir après le petit, il bravait le danger à chaque seconde comme s’il cherchait à user ses nerfs, éprouver sa terreur. Elle ne le quittait pas des yeux, et avec sa fille, c’était pareil.
    Vincent l’appela (elle se sentit prise en faute, les bagages étaient-ils prêts ?). Il préférait rouler de nuit, c’était plus pratique avec les enfants. Elle lui répondit « oui, presque » d’une voix faussement enjouée.

    Commenter     J’apprécie          0 4         Page de la citation


  • Par Aproposdelivres, le 14/10/2014

    Les yeux au ciel de Karine Reysset

    Michael Jackson venait de mourir, et ça ne lui faisait rien. Derrière la fenêtre à petits carreaux entrouverte, le cèdre bleu effleurait le toit, les fils électriques. Il faudrait l’élaguer. Il y avait tant de choses à faire, toujours, des choses ordinaires. Assise sur son lit, Lena tenait un body d’une main, une robe à pois de l’autre. Autour d’elle, des piles plus ou moins droites de vêtements, quatre exactement. Une pour Zoé, une pour Théo, une pour Vincent, et une pour elle, évidemment. Il ne fallait pas qu’elle s’oublie. Cela ne risquait pas avec les pensées qui l’assaillaient, des mauvaises pensées. S’il n’y avait eu que ça. Ces derniers mois, elle avait des bouffées, des pulsions, des crises, elle ne savait comment les nommer. Puis elle avait envie de pleurer – souvent même elle pleurait – et de sauter par la fenêtre. Pourtant, elle n’était pas malheureuse, n’avait aucune raison de l’être.

    Commenter     J’apprécie          0 4         Page de la citation


  • Par canel, le 17/06/2011

    Sors de ta chambre ! de Karine Reysset

    [Ma grand-mère] se met à me raconter qu'il a déjà suffisamment souffert comme ça, qu'il a le droit de vivre sa vie lui aussi, qu'il faut que je sache que rien n'angoissait plus ma mère que d'imaginer mon père seul et malheureux (...). (p. 77-78)

    Commenter     J’apprécie          0 4         Page de la citation


  • Par Croquignolle, le 15/12/2014

    Comme une mère de Karine Reysset

    Je marche sur la grève. Cherche des preuves de mon existence. Mes traces de pas dans le sable où mes pieds s'enfoncent légèrement. Mon ombre sombre sur le sol doré, plus fine que dans mes souvenirs. Autrefois j'étais une bonne vivante. Mes joues ont fondu, mes fossettes, disparu. Mais l'une d'elles, la gauche, fait sa timide réapparition.

    Commenter     J’apprécie          0 3         Page de la citation





Faire découvrir Karine Reysset par :

  • Mail
  • Blog

Listes avec des livres de cet auteur

> voir plus

Quiz