Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

> Albert Bensoussan (Traducteur)

ISBN : 2070126021
Éditeur : Gallimard (2010)


Note moyenne : 4.05/5 (sur 19 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
L'Oubli que nous serons est à la fois le récit d'un crime, la biographie d'un homme, la chronique d'une famille et l'histoire d'un pays. L'homme est un médecin colombien engagé dans le combat contre la misère et l'ignorance. Le docteur Héctor Abad Gômez enseigne à l'Uni... > Voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (11)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

    • Livres 5.00/5
    Par Bookycooky, le 18 juillet 2015

    Bookycooky
    Je ne sais comment je vais faire la critique de ce livre sublime, tellement j'ai adoré ! Coup de cœur, cinq étoiles....rien ne suffirait à exprimer le plaisir que j'ai pris à lire ce livre et les émotions que j'en ai ressenti.Un livre qui restera gravé dans ma mémoire et dans mon cœur,à jamais ( dans la dernière phrase du livre,l'auteur exprime l'objectif de ses sentiments en écrivant ce livre,par rapport à son pére ,mais aussi par rapport au lecteur; sur ce dernier point avec moi ,c'est réussi).
    Ce livre est un hommage à la mémoire et à la vie d'un pére exemplaire,celui de l'auteur.
    Un livre qui raconte l'histoire d'une famille avec ses bonheurs et ses tragédies ,et une magnifique relation pére-fils, basée sur l'amour et le respect,dans le contexte d'une Colombie ravagée par l'injustice et La Violence des années 60 à 90.
    Le profond humanisme de ce pére,pédagogue-né, et l'intelligence,la pudeur et l'humour de la prose du narrateur,son fils qui le raconte, m'a profondément touchée et éblouie. Résumer ce livre, est lui faire injustice.
    La remarquable préface du livre écrit par Mario Vargas Llosa résume tout mes sentiments.Je ne peux que recommander fortement sa lecture!
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          6 23         Page de la critique

  • Par Aela, le 16 août 2012

    Aela
    El olvido que seremos: Une très belle chronique familiale douce-amère, en l'honneur d'un père disparu prématurément; le père de l'auteur a été assassiné dans les années 80 pour des raisons politiques.
    Avec ce livre nous plongeons dans l'enfer de la violence politique colombienne et plus particulièrement à Medellin, où se passe l'action;
    Nous y voyons les rites, les coutumes, les clivages sociaux, bien plus forts qu'en Europe.
    Le récit est poignant et nous montre l'autre visage de l'Amérique du Sud, plus particulièrement la Colombie.
    Héctor Abad est un auteur très connu en Colombie.
    Il est né à Medellín (Colombie) en 1958.
    Il a été journaliste, romancier, traducteur.
    II a fait des études de médecine à Medellín et de lettres modernes à Turin. L'assassinat de son père en 1987 le contraint à vivre en exil pendant plusieurs années.
    C'est le premier livre de cet auteur que je lis.
    essai encourageant...
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          1 21         Page de la critique

  • Par raton-liseur, le 23 avril 2013

    raton-liseur
    Il est toujours difficile de donner son avis pour le récit d'une tragédie personnelle. Pourtant, je dois avouer que j'ai été déçue par cette lecture. Probablement en partie du fait de ce que j'avais imaginé, à tort, sur ce livre. Je pensais en effet qu'il s'agissait d'un témoignage sur l'assassinat d'un anonyme, victime de la Colombie sanglante des années 80. En réalité, Hector Abad évolue dans les cercles privilégiés de la société colombienne, héritier d'une tradition familiale de nantis, et son père est une personnalité en vue de Medellín, d'abord par ses combats pour la mise en place d'une politique de santé publique dans sa ville et dans le pays, puis comme défenseur des droits de l'homme alors que ceux-ci étaient bafoués quotidiennement dans le pays. Dans ce cadre, moi qui pensais découvrir la vie d'un homme simple, peut-être d'un héros anonyme, je découvre l'hommage d'un fils à un père à l'action éminemment politique, et ma position en tant que lectrice me parait alors bien plus inconfortable.
    Le fils justifie les actions du père, même celles qui peuvent paraître les plus étranges, mais je n'ai pas les éléments pour comprendre et me positionner par rapport à la vie publique de cet homme. de ce point de vue, le témoignage perd de sa force. Certes, la captation du pouvoir par la violence et l'assassinat est condamnable, que la personne soit anonyme ou candidat à la mairie de Medellin ; certes, même au plus profond des territoires des cartels de la drogue, aucune zone ne devrait être marquée par l'impunité. Mais je n'avais pas besoin de ce livre pour le savoir, et je dois bien avouer que je n'ai pas pu toucher du doigt la particularité de cette situation.
    A côté de ce plaidoyer qui ne m'a pas convaincue, je n'ai pas été sensible à la relation entre le père et son fils. le fils écrivain se décrit lâche, faible de caractère, et j'espère pour lui qu'il force le trait, alors que son père apparait comme le père idéal, mais vue la personnalité de son fils, son éducation ne semble pas avoir réussi.
    En définitive, entre un propos politique qui ne m'apprend rien et sur lequel je ne peux porter de regard critique et une relation père-fils qui me semble caricaturale, le tout servi par un style que j'ai trouvé plat pour ne pas dire inexistant, je suis passée complètement à côté de ce livre, dont j'espérais pourtant beaucoup.
    Un coup d'épée dans l'eau, donc, et je retournerai à d'autres écrits pour mieux comprendre la situation inextricable dans laquelle s'est trouvée la Colombie il y a quelques décennies, et dont les échos douloureux se font toujours sentir aujourd'hui.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 7         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par caro64, le 28 mars 2011

    caro64
    "Les livres sont un simulacre de souvenir, une prothèse pour se rappeler, une tentative désespérée de rendre un peu plus durable ce qui est irrémédiablement limité."
    Présenté par Mario Vargas Llosa, tout récent prix Nobel de littérature, le texte d' Héctor Abad revient sur l'histoire de son père assassiné en 1987 alors qu'il se présentait aux élections municipales à Medellin en Colombie. Un magnifique "hommage à la mémoire et à la vie d'un père exemplaire" !
    Livre sur le rapport au père, roman familial, ce livre nous fait aussi découvrir la violence au quotidien en Amérique latine. Poignant à l'extrême, ce livre est un monument élevé par un fils à son père disparu trop tôt ; cependant, rien d'un monument écrasant et intimidant : ce témoignage est empreint de charme et de poésie, de passion et de colère ; il nous révèle un homme passionné et fragile, combatif et convaincu, croyant dur comme fer à la possibilité pour les hommes de modifier le destin de leur pays.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 12         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par michfred, le 21 février 2015

    michfred
    J'ai d'abord été attirée par le titre- étrangement tourné, intriguant, poétique.
    Puis par le sujet: politique, personnel, autobiographique.
    Les pères et les mères plus grands que nature hantent la littérature: en voici un autre, de père, médecin engagé, humaniste, courageux. Dans une Colombie dictatoriale, dangereuse.
    Son fils lui rend ici un bel hommage.
    Un livre attachant et sincère.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 9         Page de la critique

> voir toutes (18)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par Bookycooky, le 17 juillet 2015

    En matière sexuelle,il fut toujours tres ouvert,comme on l'a déjà vu dans l'épisode de la masturbation et dans d'autres que je ne cite pas car il n'y a rien d'aussi incommode que de mêler le sexe à ses parents.Nous imaginons nos parents toujours asexués et, comme dit un de mes amis,"les mamans ne font même pas pipi".p.

    Commenter     J’apprécie          0 8         Page de la citation

  • Par Bookycooky, le 16 juillet 2015

    ....par le souvenir des centaines et des centaines de conversations que j'eus avec lui(son pére ),j'ai pu me rendre compte qu'on ne naît pas bon,loin de là, mais que si quelqu'un tolère et dirige notre mesquinerie inée,il est possible de mener sa barque dans des voies non néfastes,voir de lui faire changer de sens.On ne vous apprend pas à vous venger(car nous naissons avec des sentiments vindicatifs),mais on vous apprend à ne pas vous venger.On ne vous apprend pas à être bon,mais on vous apprend à ne pas être méchant.p.122
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 9         Page de la citation

  • Par Bookycooky, le 17 juillet 2015

    Sans me dire un mot, sans m'obliger à lire et sans m'assener le sermon sur la vertu sur la musique classique qui soigne l'esprit,je compris seulement en le regardant, en voyant les effets bénéfiques de la musique et de la lecture, que dans la vie nous pouvions tous profiter de ce cadeau pas très cher et à portée de main:les livres et les disques.Cet homme sombre et de mauvaise humeur qui était rentré la tête lourde des maivaises influences et des tragédies et injustices de la réalité,avait récupéré son meilleur visage,grâce aux bons poètes,aux grands penseurs et aux grands musiciens. P.152
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la citation

  • Par Bookycooky, le 15 juillet 2015

    Dans un carnet(que j'ai publié après sa mort sous le titre de "Manuel de tolérance ") il écrivit ce qui suit: "Si tu veux que ton fils soit bon,rends-le heureux,si tu veux qu'il soit meilleur,rends-le plus heureux .Nous les rendons heureux pour qu'ils soient bons, et pour qu'ensuite leur bonté accroisse leur bonheur."Il est possible que personne,pas même un pére, ne puisse rendre ses enfants complètement heureux.Ce qui est certain, en revanche , c'est qu'il peut les rendre trés malheureux. P.31
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 9         Page de la citation

  • Par Bookycooky, le 15 juillet 2015

    Un politicien trés influent,Gonzalo Restrepo Jaramillo, avait dit au Club Union-le plus sélect de Medellin- que Abad Gomez était le marxiste le plus convaincu de la ville,et un dangereux gauchiste à qui il fallait couper les ailes pour l'empêcher de voler.Mon pére avait été formé dans une école pragmatique nord-américaine ( à l'université de Minnesota ), il n'avait jamais lu Marx et confondait Hegel et Engels.Pour bien savoir de quoi on l'accusait,il décida de les lire,et tout ne lui sembla pas tiré par les cheveux chez eux... P.62
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 8         Page de la citation







Sur Amazon
à partir de :
10,90 € (neuf)
8,77 € (occasion)

   

Faire découvrir L'oubli que nous serons par :

  • Mail
  • Blog

Découvrez la collection Folio

> voir plus

Lecteurs (38)

> voir plus

Quiz